110380_guide U1-3.indd

De
Publié par

110380_guide U1-3.indd

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 125
Nombre de pages : 17
Voir plus Voir moins
OSMMCNON3TAOI3
16 à 19
00
Dans cette unité, on veut montrer que la société française est assez riche : son produit intérieur brut (PIB) se situe parmi les dix premiers au monde, au 7 e ou au 8 e rang, selon les statistiques. Mais, malgré cela, on sait que la « richesse » est un critère relatif et que tous les Français ne sont pas « riches ». Il y a des Français qui doivent calculer soigneusement chaque dépense pour ne pas dépasser leur budget. La France est entrée dans l’ère de la consommation depuis une cinquantaine d’années et, comme ailleurs, la consommation y est stimulée par la publicité. La publicité est omniprésente, mais on peut parfois la mettre au service de « bonnes » causes comme l’environnement ou la paix, c’est le cas des deux « spots » publicitaires télévisuels que nous présentons dans cette unité.
U N I T É 1 C O N S O M M AT I O N
Séquences
S O C I É T É Lire [réception écrite] La vie ric-rac d’une famille ordinaire Comprendre et interpréter un reportage Des mots [lexique]  Consommation Discuter [interaction orale]  Exprimer l’insatisfaction, se plaindre, souligner quelque chose Comprendre la conversation  C’est du luxe ! Des répliques [entraînement à l'interaction orale] Exprimer l’insatisfaction, se plaindre, souligner quelque chose  Des formes [grammaire]  Les pronoms personnels compléments d’objet indirect : moi, toi, lui, eux Autour d'un verbe : prendre  À vous ! [production de  l'interaction orale] Parler  [production orale]  Pouvoir d’achat et inégalités Observer et analyser des documents : 1. Logement et nourriture, dépenses principales des ouvriers et retraités ( Le Monde ) 2. Les écarts de richesses se creusent ( Le Monde )  Des formes Les articulateurs : tout d’abord, ensuite, puis, pour commencer... À vous ! Donner une définition d’un sujet dans un exposé, donner les sources d’information
Activités 1 à 4 5 15 à  
21  :83:50/6 90/  dd32 31- Uin3.iued08g_1130
PREMIÈRE SÉQUENCE Lire  [réception écrite]  LA VIE RIC-RAC D’UNE FAMILLE ORDINAIRE Lire et interpréter un reportage d’un quotidien Dans cette séquence consacrée à la réception écrite, on a retenu un reportage qui montre bien comment une famille au revenu médian (qui se situe au milieu, entre le maximum et le minimum, et qui est à
S O C I É T É Dans cette section, on propose de découvrir comment les Français « moyens » vivent au jour le jour : leur pouvoir d’achat, leurs salaires, les problèmes dérivant de l’augmentation des prix. Quarante pour cent des Français font partie des classes moyennes. Ce sont essentiellement les employés et les ouvriers spécialisés, certains employés de commerce, les fonctionnaires, les instituteurs, les policiers, les postiers... Les artisans, les commerçants ou les professions libérales sont propriétaires de leur outil de production et sont moins dépendants de facteurs extérieurs en cas de crise. Depuis quelques années, en France comme dans d’autres pays européens, le niveau de vie des classes moyennes baisse. Celles-ci s’inquiètent car elles se sentent menacées : comment maintenir leur niveau de vie, qui était stable jusqu’aux années 2000 ? Le chômage, dont elles avaient été tenues à l’écart, les guette et elles craignent de ne pas pouvoir transmettre à leurs enfants une situation sociale qu’elles considéraient comme acquise.
0
31 à 36
24 à 30
Activités C U LT U R E S 20 à 23 Lire [réception écrite]  La créativité Lire et comprendre des textes sur la créativité (L'Oulipo) Des formes [grammaire] Les pronoms relatifs  qui, que, quoi, où Écouter et regarder [ réception audiovisuelle]  La pub Regarder et comprendre des publicités audiovisuelles : 1. Publicité EDF : Île de Pâques  2. Publicité Paris Match : « La vie est une histoire vraie. »   Autodictée Écrire [ production écrite] Messages publicitaires Comprendre et analyser les messages publicitaires : 1. Publicité MGEN 2. Publicité Village Banking Des formes [grammaire] La cause ( à cause de, en raison de, avec, parce que) À vous ! Écrire des messages publicitaires
pp   . 10-11
Séquences
2634  d nd.i-3U10:83:21   90/50/di e_0ug01831AMMONOIT43SNOCÉ 1NUTI
ÉTÉICOSMAOMNSCO35ONTI00:83:2
distinguer de moyen = calcul de la moyenne) doit évaluer soigneusement la moindre dépense. Cela peut conduire à surveiller les budgets loisirs et vacances. Dans bien des cas, le coût du logement occupe le premier poste dans le budget familial. Les objectifs de cette séquence sont : comprendre et interpréter un reportage, à l’aide des informations chiffrées, des témoignages rapportés... ; mieux prendre conscience du niveau de vie d’une famille française ordinaire ; réagir aux informations contenues dans le reportage, en fonction des images que les élèves peuvent avoir de la France ;  réfléchir sur les principaux problèmes quotidiens des familles, dans les pays des élèves, et sur la notion de richesse ; élargir son vocabulaire. 1  La première activité consiste à repérer, dans le titre et le chapeau, des informations précises pouvant permettre aux apprenants de faire des suppositions sur le contenu du reportage. 2  Les apprenants sont invités à lire l’article une première fois et à repérer les passages où Pascal et Bénédicte parlent. 3 On passe ensuite à une compréhension plus précise paragraphe par paragraphe.  – § 1 : les apprenants doivent repérer des informations précises, concernant le revenu de la famille. – § 2 à 4 : il s’agit de repérer des informations importantes, nécessaires à la compréhension du texte. – § 5 à 7 : on passe ici à une compréhension locale, centrée sur des phrases ou des mots. Corrigés 1 1/ c’est une famille ordinaire. -2/ tout   juste. 2  1/ plutôt agréable/ « Ici, on ne se prive pas, on fait attention. » -2/ On parle des revenus dans les § 1 à 4, des dépenses dans les § 7 6 et . 3 § 1 : 1/ trois mille deux cents euros/Parce que les Badin gagnent le revenu mensuel médian d’un ménage français avec deux enfants. -2/ au milieu/ « La famille Badin se situe au milieu de l’échelle sociale française. » Bénédicte Pascal • Âge • 33 ans • 34 ans • Profession principale • aide-comptable • plombier-chauffagiste • Salaire mensuel • 980 • 1 500 • Autres activités/revenus • distribution du journal Ouest-• restauration de leur maison, le France , le dimanche, 150 /mois soir et les week-ends • Autres avantages • – 16 tickets-restaurant/mois • la prime de Noël – une mutuelle pour toute la famille – des bons cadeaux à Noël – des aides pour le centre aéré d’été (pour les enfants) • 41 h 15’ par semaine • Temps de travail • jusqu’à 18 h - mercredi libre • Revenu global du couple 3 050 + 150 = 3 200   • Impôts à payer non imposables § 5 à 7 : 1/ Le remboursement du prêt de la maison qu’ils ont achetée et les travaux de restauration. Restaurer signifie : remettre en état. -2/ Leurs loisirs : deux semaines de vacances par an en Espagne dans l’appartement d’une grand-mère.
/02635   1  095/ e1Uugdidn d3-i.380_110
00
DEUXIÈME SÉQUENCE Discuter  [interaction orale]   pp. 12-15 C’EST DU LUXE !  CD 1 Exprimer l'insatisfaction ou se plaindre, souligner quelque chose On aborde ici une forme de conversation peu prévisible. Il s’agit ici d’échanges entre deux époux qui, en rentrant des courses, se plaignent du coût de certains produits. Mais vers la fin de la conversation, le ton se fait plus vif et la conversation semble tourner à la dispute. Pour commencer, le professeur active la compétence de communication des apprenants : comment fait-on dans leur langue (linguistiquement, mais aussi par d’autres moyens) pour gérer une conversation dans laquelle on exprime l’insatisfaction, on se plaint ? Nous donnons ici l’exemple de l’alsacien, parce que, dans ce troisième volume de Alors ? , nous avons choisi de faire la place aux langues régionales de la France. En guise de sensibilisation préalable au contenu, le professeur demande aux apprenants d’observer la photo et d’émettre des hypothèses sur la situation. Transcription F RANÇOISE . – C’est vraiment incroyable. Tu as vu le prix des fruits ? J EAN -P AUL . – Ils ont toujours été chers, les fruits. F RANÇOISE . – Mais quand même, des cerises à 9 euros le kilo, c’est du luxe maintenant ! J EAN -P AUL . – Oh ! là, là ! Elles sont encore plus chères que l’an dernier, non ? F RANÇOISE . – C’est comme les fraises et tout le reste. C’est fou ! J EAN -P AUL . – Remarque, là au moins on ne nous fait pas payer la publicité. F RANÇOISE . – Toujours la même histoire : les prix augmentent plus vite que les salaires... J EAN -P AUL . – Allez, n’exagère pas. Tiens, les écrans plasma baissent ! F RANÇOISE . – Ah non, non, non, je te vois venir. Tu es vraiment un consommateur-type, toi. J EAN -P AUL . – Plus on consomme et mieux ça va pour l’économie, non ? F RANÇOISE . – Et tu as vu notre compte en banque, monsieur l’expert ? 5 Faire écouter et lire en même temps la conversation. Les autres écoutes pourront se faire sans  la transcription. C’est au professeur d’en juger, la finalité étant d’écouter pour apprendre à parler en interaction avec quelqu’un. 6 Guider les élèv su  es dans la compréhension du jet de la conversation en leur demandant de choisir parmi trois sujets vraisemblables.
Réagissez ! Inviter les apprenants à exprimer leurs réactions sur le sujet du reportage : – Est-ce que les informations sur la vie d’une famille moyenne en France les surprennent ? – Avaient-ils une autre idée du train de vie d’une grande partie des Français ? – Est-ce qu’ils trouvent que ces gens sont à plaindre ? – Quels sont les principaux problèmes de la vie pour les familles de leur pays ? Est-ce qu’ils les trouvent plus graves (santé, hygiène, sécurité...) ? Des mots [lexique] Consommation 4 Pour élar i le v  g r ocabulaire, on donne quelques mots qui caractérisent le lexique de la consommation .
1130iued08g_in3.1- U62 3  dd 90/50/6:83:21  1TÉIOATNINUNOCMMOS63
80_g1103U -1iueddd  .3ni72 3056/9 /012  :83:
CONSOMMATION 3 7
00
Des répliques [entraînement à l’interaction orale] Exprimer l'insatisfaction ou se plaindre, souligner quelque chose Comme dans Alors ? A1  et A2 , on donne dans le tableau Des répliques une liste de réalisations linguistiques des actes de langage retenus. – Lire et/ou faire lire ce tableau. – Expliquer les éléments non connus. — Souligner, si c’est le cas, les différences entre les éléments d’une même catégorie. – Puis demander aux élèves d’imaginer des échanges à partir de la liste de répliques présentée. — Faire jouer ces échanges devant la classe. Par exemple : La mère. – Encore des mauvaises notes ! Ce n’est pas possible ! Le fils. – Remarque, maman, j’ai 10 sur 20 en histoire-géo. 10  Les activités qui suivent vont, comme partout dans Alors ? , du plus simple au plus complexe. Les apprenants doivent compléter deux conversations ( A  et B ) dont la situation est explicitée dans la consigne. Attirer l’attention sur l’importance de bien comprendre celle-ci. Proposition de corrigé 10 A  M. L ARIEUX . – Mauvaises nouvelles ! À l’agence C LAIRE . – Après toute une année de travail, je de voyages, on m’a dit que les prix des vols ont n’avais pas besoin de ça ! augmenté de 10 %. On ne peut plus y aller : c’est M ME L ARIEUX . – Bon, alors on passera nos beaucoup trop cher pour nous. vacances chez les grands-parents, dans le Lot, S YLVAIN . – Ah, non ! Je suis déçu, ce n’est pas comme d’habitude. possible ! S YLVAIN . – C’est un comble !
7 Passer à une compréhension plus précise. Aider les élèves à deviner ce que sont les fraises et les  cerises (par exemple : Ce sont des fruits rouges, petits qui mûrissent à la fin du printemps en Europe. Les uns sont en forme de cœur, les autres sont ronds et poussent sur les branches d'un arbre ). Leur demander de chercher le prix au kilo de ces fruits et de trouver ce que veut dire : « et tout le reste » ? 8 Jean-Paul fait  remarquer à Françoise qu’au moins, pour les fruits, les consommateurs ne payent pas la publicité (qui a une incidence forte sur les prix d’autres produits alimentaires). En élargissant la conversation, le premier contredit ce que la seconde affirme : « ...les prix augmentent plus vite que les salaires. », et donne l’exemple des écrans plasma qui, eux, baissent (comme c’est le cas pour d’autres articles de haute technologie : appareils photo, ordinateurs...). Françoise s’irrite, elle comprend où son mari veut en venir : s’acheter un écran plasma. Elle ne trouve pas sérieux l’argument de Jean-Paul : « Plus on consomme et mieux ça va pour l’économie... » parce qu’il l’utilise comme prétexte. 9  Faire jouer la conversation par paires et veiller à ce que la prononciation et l’intonation soient correctes. Corrigés 6 l’augmentation du prix des produits ordinaires -7 1/ neuf euros le kilo -2/ tous les autres fruits  8  1/  « ...les écrans plasma baissent ! » -2/ des télévisions -3/  « ...je te vois venir. » -4/ acheter une nouvelle télévision -5/ non -6/ non -7/ Elle lui dit : « Tu es vraiment un consommateur-type » -8/ Françoise
IÉTÉSCO
.indU1-3ide 0_gu90  0//58362 d  
Des formes [grammaire]  Les pronoms personnels compléments d’objet indirect : moi, toi, lui, eux 11 à 13   Après l'exposition aux formes et à leur manipulation en situation, on systématise certains éléments du français pour aider à leur appropriation. Ici, on a retenu les pronoms personnels compléments d’objet indirect moi, toi, lui, eux ... Ils sont présentés dans un tableau récapitulatif, certains pronoms étant déjà connus par les élèves, mais on introduit des constructions verbales comme parler à, penser à, s’occuper de... dont on donne des exemples avec un pronom personnel complément d’objet indirect : (parler à) Tu lui as parlé à ta mère ? /(penser à) On pense souvent à eux . L’emploi de ces pronoms dépend du verbe avec lequel ils sont employés : – avec parler à , la construction est : Tu parles à ta mère/Tu lui parles et non * Tu parles à elle ; – avec penser à , la construction est : Je pense à vous et non * Je vous pense . Le professeur fera réfléchir les apprenants sur ces formes et évaluera s’ils sont en mesure d’identifier ces différences d’emploi. De toute façon, on conseille de ne pas y consacrer trop de temps, mais d’insister plutôt sur l’emploi correct des pronoms COI dans des contextes plus simples, comme ceux proposés dans les activités. En 13 , les élèves vont aussi devoir utiliser des pronoms COD, ce qui les conduira à mieux repérer les différences d’avec les pronoms COI. Corrigés 11 1/ Fran o e lu  ç is i parle... -2/ Ses parents lui payent... -3/ L’architecte nous a donné... -4/ Je pense souvent à elle. -5/ Je lui ai offert... -6/ Pendant notre absence, tu t’occupes d’eux... 12 1/ Il ne m’a pas parlé... -2/ On lui paie... -3/ Nous te donnons... -4/ Ils s’occupent de lui. -5/ j’ai  souvent pensé à vous. -6/ Mais qu’est-ce que tu leur as dit ? 13 1/ On l’a accueillie... -2/  Je leur dirai... -3/ Vous pouvez nous payer... -4/ On t’a dit... -5/ Vous me parlez. -6/ Nous avons pensé à vous... ..
Proposition de corrigé 10 B  B ENOÎT . – Qu’est-ce qui se passe, Grégoire ? Ça ne j’avais de grandes chances d’être pris. Mais tu va pas ? vois ! Faut pas se fier à la première impression. G RÉGOIRE . –  Et ben, ça va pas, je suis très déçu ! B ENOÎT . – Allez, tu auras d’autres occasions. B ENOÎT . –  Tu as eu la réponse de Siflos et c’est Remarque, le salaire n’était pas très intéressant. négatif ? G RÉGOIRE . –  Oui, d’accord, mais je n’avais pas G RÉGOIRE . – Oui, c’est ça. C’est vraiment besoin de ça ! incroyable. On m’avait fait comprendre que
3 8 CONSOMMATION
Autour d'un verbe : prendre 14  Dans cette sous-séquence consacrée à la grammaire, on a introduit un verbe, ici prendre , dont on présente quelques formes importantes de la conjugaison. Après cette systématisation formelle, on donne une série de locutions formées sur ce verbe pour sensibiliser les apprenants à la complexité du lexique français. En effet, le français est très riche en locutions et en occurrences du type : un large consensus * indique des formes non grammaticales.
1:0382: 110381UNITÉ1
MMATIONCONSOÉT3S9COÉI3011ediug_08in3.1- U92 3  dd/6500/ 9  213::801
(grand), une humeur massacrante (très mauvaise) , ou encore : prendre une douche, donner un exemple ... Produire un énoncé « correct » ne se réduit pas à la simple correction morphosyntaxique. Pour les apprenants, il s’agit essentiellement, à ce stade, de « reconnaître » les locutions présentées dans les genres de discours auxquels ils sont exposés. On les invitera à réfléchir sur leur langue maternelle (ou sur d’autres langues connues) et à rechercher des locutions de sens voisin de celles du français, cela peut permettre aussi une mise en commun plurilingue.  À VOUS ! Après cette réflexion sur les régularités de la langue, on revient aux activités communicationnelles portant sur les stratégies de communication (ici l’interaction orale) qui constituent l’essentiel de cette séquence. Les apprenants doivent produire deux conversations. En 15  A , on ne donne que deux répliques, en 15  B , une photo (un tableau de gare qui affiche des retards) illustre la situation. Les apprenants inventeront les conversations par groupes de deux. Le temps de préparation ne sera pas excessif, parce que l’une des spécificités de l’interaction orale en B1 est la capacité à réagir rapidement aux répliques de l’interlocuteur. Ils peuvent imaginer eux-mêmes d’autres situations exprimant l’insatisfaction. On encouragera cette recherche active. Comme dans les autres volumes d’ Alors ? , les « corrigés » des conversations ne sont que des réalisations possibles parmi beaucoup d’autres, équivalentes. Propositions de corrigés 15 A 15  B  A NTOINE . — L’autre jour, on m’a volé mon vélo. U N  VOYAGEUR . — Voilà, mon train a encore du retard. B ÉATRICE . — Mais tu l’as cherché ? C’est fou, ça ! A NTOINE . — Bien sûr, mais je n’ai rien trouvé. C’est U N  AUTRE  VOYAGEUR . — Où est-ce que vous allez ? insupportable, ça ! U N  VOYAGEUR . — Moi, je vais à Bruxelles et vous ? B ÉATRICE . — N’exagère pas ! Tu vas peut-être le U N  AUTRE  VOYAGEUR . — Moi, je vais à Nîmes, mon train retrouver, ton vélo. est supprimé. C’est un comble ! A NTOINE . — Je n’avais pas besoin de ça ! Comment je fais pour aller à l’université, maintenant ? B ÉATRICE . — Ben, il y a les vélib’ ou bien le métro.  
TROISIÈME SÉQUENCE Parler  [production orale]  POUVOIR D’ACHAT ET INEGALITES Donner une définition d’un sujet, donner des sources  16 à 19    Dans ce troisième volume, nous avons introduit une nouvelle compétence : la production orale (s’exprimer en continu devant un auditoire). On apprend à faire des exposés (de type scolaire, universitaire) et à réagir librement à des photographies d’auteurs que le groupe est invité à commenter.
 pp. 16-17
TAOIOSMMCNO40NINU1TÉ
EXEMPLE  DE  NOTES Pouvoir d’achat et inégalités en France  1. Sources : – données INSEE, 2007, dépenses principales des différentes catégories de Français (agriculteurs, cadres, ouvriers, retraités) ;  article Le Monde , octobre 2007, commentaire des données INSEE : écarts de revenus/évolution des revenus (fonciers, salaires, capitaux) 2. Logement, nourriture  Logement :  ouvriers, retraités : ≈ 24 %/25 % – cadres : ≈ 19 % – agriculteurs : ≈ 18 % Nourriture :   – ouvriers, retraités : ≈ 19 %/20 % – cadres : ≈ 14 % – agriculteurs : ≈ 18 % 3. Écarts richesse – Écart riches/revenus moyens : de plus en plus grand – 1998-2005 : taux de croissance 5 %/0,5  % 4. Évolution par type de revenus 1998-2005 (base 100 en 1998) – salaires : 105,3 – revenus fonciers : 116,2 – revenus de capitaux mobiliers : 130,7 5. Les salaires augmentent très peu par rapport aux autres revenus
Pour ce premier exposé, le professeur évaluera si les élèves sont en mesure de préparer un exposé « complet » ou s’il vaut mieux se limiter aux deux premiers points de la liste p. 17 du livre de l'élève : donner la définition du sujet de l’exposé ; donner les sources. L’exposé ne sera pas écrit, mais sera présenté à partir des notes prises pendant la lecture des documents consultés. Ceci implique un entraînement à présenter oralement l’exposé. La préparation de l’exposé sera faite par groupe de deux/trois apprenants. Une fois les notes prises, ils les compareront, les corrigeront avec l’aide du professeur, puis s’entraîneront à faire l’exposé oralement, une partie chacun. Dans l’encadré p. 17 du livre de l'élève, on peut observer le déroulement de l’exposé dans ses trois phases, avec les moyens linguistiques nécessaires pour le réaliser.
10:83:12  9 /0056/02 4dd  .3niU -1iued80_g1103
1  d nd.i5//02641ug_083013-1U edi90  1 :2830:1
* Salaire minimal interprofessionnel de croissance = salaire minimal, établi par la loi, qu'a le droit de percevoir tout salarié.
EXEMPLE  D ' EXPOSÉ Annonce générale du plan : définition du sujet/sources d'information Je/nous vais/allons traiter le problème du pouvoir d'achat et des inégalités en France. Les sources utilisées/que nous utiliserons sont : – les données de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), publiées en novembre 2007, sur les dépenses principales des différentes catégories de Français (agriculteurs, cadres, ouvriers, retraités) ; – un article du quotidien Le Monde d'octobre 2007 sur les écarts de revenus, qui commente deux graphiques de l'INSEE sur l'évolution des revenus. Caractéristiques générales des inégalités/développement et présentation de chaque point Tout d'abord, on remarque, à l'analyse du premier document cité plus haut, que les dépenses pour le logement et la nourriture des ouvriers et des retraités sont bien plus élevées en pourcentage que pour les catégories des agriculteurs et des cadres. En effet, pour les ouvriers et les retraités, les dépenses alimentaires représentent respectivement 19 % et 21 % du budget et le logement autour de 25 % pour les deux catégories. Pour les cadres, ces deux dépenses chutent à environ 14 % pour la nourriture et à un peu plus de 19 % pour le logement. Les agriculteurs se situent au milieu des deux extrêmes, avec environ 18 % pour les deux dépenses considérées. Ensuite, le deuxième document analysé montre que l'écart entre les revenus des plus riches et ceux de la classe moyenne est de plus en plus important. La comparaison entre 1998 et 2005 fait apparaître que, en 1998, le taux de croissance annuel moyen se situe à 0,5, tandis que celui des foyers les plus riches est de 1. Mais, en 2005, l'écart se creuse : 0,5 % pour les premiers contre 5 % pour les seconds. Le point suivant porte sur l'analyse du graphique des revenus. Sur une base 100 en 1998, on voit que, en 2005, les salaires atteignent 105,3, les revenus fonciers 116,2 et les revenus de capitaux mobiliers 130,7. Les salaires augmentent donc très peu par rapport aux autres revenus. On a appelé ce phénomène « smicardisation », le SMIC*, en 2008, était d'environ mille euros nets. Un chercheur de l'École d'économie de Paris a montré que les 3 500 foyers les plus riches, sur un total de 35 millions de foyers fiscaux, ont vu, entre 1998 et 2005, leur revenu progresser d'environ 43 %, alors que la presque totalité des autres foyers a eu une hausse d'environ 4,5 %. Conclusion : annonce de la fin/observations personnelles Pour conclure, on peut parler là d'une véritable « explosion des inégalités » liée d'une part aux revenus de capitaux et à la bourse, d'autre part à la forte augmentation de certains salaires (dirigeants, banquiers, chefs d'entreprise...). Avec la crise du système bancaire, qui a éclaté en 2008, cette tendance semble remise en question. Et nous espérons que de cette crise, responsable de beaucoup d'inégalités, pourra naître une économie plus juste.
TÉOCIÉ41SIONTAMMOSNOC
U N I T É 1 C U LT U R E S Cette section met les apprenants en contact avec une forme de la culture de masse : la publicité. Celle-ci fait appel à plusieurs techniques, dont celles de la créativité, que l’on évoque dans la séquence qui suit (Lire). On retrouve deux exemples de publicités en réception audiovisuelle. Elles sont construites de manière différente, mais toutes les deux ont la même stratégie : surprendre et même émouvoir pour convaincre. On trouvera enfin des messages publicitaires, écrits, pour entraîner les apprenants à la production d'un genre de discours qui a souvent des caractéristiques propres dans un espace culturel donné. QUATRIÈME SÉQUENCE Lire [réception écrite]  pp. 18-19 LA CRÉATIVITÉ Lire et comprendre des textes sur la créativité  20 et 21   Dans cette séquence consacrée à la réception écrite, on aborde le sujet de la créativité, particulièrement sollicitée en publicité, dont l'objectif est de frapper, d'émouvoir, de surprendre, et surtout de convaincre. Un domaine qui fait appel à la créativité est celui de la littérature. Des « techniques » de créativité ont été particulièrement développées par les surréalistes comme André Breton. La plus connue est « l'écriture automatique », encore utilisée (sous d'autres formes) par les écrivains du groupe l'OULIPO (Ouvroir de littérature potentielle). Voici un extrait d'un texte de l'OULIPO : L'Oulipo (D'après Marcel Bénabou et Jacques Roubaud) Ou, c'est ouvroir, un atelier. Pour y faire quoi ? De la li. Li, c'est la littérature, ce qu'on lit et ce qu'on rature. Quelle sorte de li ? La lipo. Po signifie potentiel. De la littérature en quantité infinie, potentiellement productible jusqu'à la fin des temps... Qui a fondé la communauté des Oulipiens ? François Le Lionnais et Raymond Queneau en 1961. Les Oulipiens travaillent, mais à quoi ? Eh bien à faire avancer la lipo, en inventant des contraintes, nouvelles et anciennes, difficiles et moins difficiles, des formes et des procédés si péremptoires qu'aucun écrivain, en les utilisant, ne peut éviter de soumettre ses prédilections à leurs exigences. Un auteur oulipien, c'est quoi ? C'est un rat qui construit lui-même le labyrinthe dont il se propose de sortir, un labyrinthe de mots, de sons, de phrases, de caractères et de sons. Carole Garcia http://pagesperso-orange.fr/calounet, Pascale Arguedas (dernière consultation le 10/04/2009) 4 2 CONSOMMATION
110380_guide U1-3.indd   42620//590  1 :283:02
43CULTUMMATIONERSCOSNO0_38idguU1e .i-3011   12:38:02
Un « oulipien » célèbre est Georges Perec (1936-1982). Dans son roman, La Disparition (1969), il se donne comme contrainte de ne jamais utiliser la lettre « e », pourtant très fréquente en français. Inviter les apprenants à aller sur le site de l'OULIPO (ou sur d'autres), pour mieux connaître ces activités de créativité et se familiariser avec ce monde où la langue est toujours réinventée. Quelques sites à consulter (dernière consultation le 10/04/2009) : www.oulipo.net http://pagesperso-orange.fr/calounet/biographies/perec_biographie.htm http://fr.wikipedia.org/wiki/Brainstorming Suivre la démarche proposée qui vise à la compréhension des textes, pages 18 et 19 du livre de l'élève. Corrigés 20  1/ La créativité en littérature est, par exemple, l'écriture automatique qui consiste à produire des textes sans intervention de l'auteur. 2/ La technique dite de remue-méninges/brainstorming signifie : exprimer toutes ses idées en toute liberté, sans réserve et sans autocensure. 3/ La créativité littéraire. 4/ Les premiers emplois des techniques de créativité littéraire sont ceux des surréalistes, sous l'impulsion d'André Breton. 6/ OULIPO : Ou vroir de li ttérature po tentielle. 21  1/ La technique de littérature définitionnelle se réalise en plusieurs étapes : 1. choisir une phrase inventée ou trouvée dans un texte, par exemple : La nuit tomba sur la plaine ; 2. chercher dans un dictionnaire la définition des mots ( nuit, tomber, plaine , dans ce cas), mais pas les articles ou les prépositions ; 3. réécrire la phrase en remplaçant les mots, dits pleins, par leur définition : L'obscurité qui règne entre le coucher et le lever du soleil // descendit vers le sol // sur l'étendue plate aux vallées peu enfoncées . Ce procédé peut continuer à l'infini. 2/  astre : de corps céleste à photons -horizon : de ligne circulaire à observateur -point : de lieu sans étendue à horizon. Pour produire l'étape 3, diviser le texte de l'étape 2 en autant de parties que de petits groupes. Chaque groupe, muni d'un dictionnaire, remplacera les mots pleins de leur partie par la définition correspondante. Puis, collectivement, le nouveau texte sera reconstitué.
Réagissez ! Suivre la même démarche (attribuer à chaque groupe quelques mots) pour le proverbe : La nuit, tous les chats sont gris. Inviter les apprenants à répondre aux questions.
dn d  34620//590
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.