3ème partie : 1789 – Les cahiers de doléances des Manchois ...

Publié par

3ème partie : 1789 – Les cahiers de doléances des Manchois ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 155
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Chp 3 – la remise en cause de l'absolutisme
ème 3 partie: 1789 – Les cahiers de doléances des Manchois témoignent de la crise de la société
1 / 4
En 1789, dans tout le royaume de France, le peuple est invité à faire part au roi Louis XVI de ses doléances, c'est-à-dire à exposer ses plaintes et ses attentes pour le royaume. Que les Français puissent ainsi s'exprimer c'est presque déjà une révolution ! Mais pourquoi donc le roi de France, modèle du monarque absolu, en vient-il à demander leur avis aux Français ?En réalité, la France va mal, elle connaît une série de crises... Activité 1 : La situation du royaume de France dans les années 1780 Consigne générale : cherche dans ton livre ou dans un dictionnaire le sens des mots en gras, italique et soulignés et écris leur définition dans le lexique (page 4) 1- Observe et lis les documents. Replace dans la case les explications ci-dessous en fonction des informations fournies par le document. Le peuple refuse les augmentations d'impôtsIl faut faire payer des impôts à la noblesse et au clergé Louis XVI cède devant le mécontentement du peuple.Le royaume de France est endetté. Il faut réduire les dépenses de la cour.Les privilégiés refusent de payer des impôts. Les artisans sont victimes de la crise car leurs ventes s'effondrentLes prix du blé augmentent. Le peuple manifeste son mécontentement.Louis XVI cède devant le mécontentement de la noblesse. Les ministres de Louis XVI proposent des réformes pour sortir de la crise. 2- puis dans les cases, tu qualifies cette crise (politique / budgétaire / économique / sociale). Crise
Crise
Crise
Le 12 mai 1776, le roi Louis XVILe 7 juin 1788, la journée des Tuiles à Grenoble renvoie son ministre des finances,Grenoble vit dans une agitation extrême qui a pour origine une nne Robert Turgot.récolte qui s'annonce mauvaise en raison de la pluie et qui À son entrée au gouvernement, deuxprovoque une hausse du prix du pain. Plusieurs familles protestent ans plus tôt, quelques semaines après etchargent les membres duparlement duDauphiné de faire l'avènement du roi Louis XVI, Turgot, remonterleurs revendications auprès du roi de France Louis XVI. économiste brillant, généreux et ami desMais les parlementaires qui avaient acceptés de faire remonter les philosophes des Lumières, a découvert doléancesdu peuple sontforcés de quitter la ville de Grenoble sur la situation catastrophique des financesordre d'un représentant royal. Crise publiques. L'agitationdu peuple grenoblois ne fait qu'augmenter Pour éviter la banqueroute, solution parprogressivement jusqu'à finir en émeute le 7 juin 1788. Montéssur laquelle l'État se reconnaît incapable deles toits, ils jettent des tuiles et divers objets sur les soldats. Vers la rembourser ses dettes, il sermonne même le roi en ces termes :«Ilfin de l'après-midi, les émeutiers, maîtres de la ville, font revenir les faut, Sire, vous armer contre votre bonté, de votre bonté même,parlementaires dans le palais de justice. Le 21 juillet, ceux-ci considérer d'où vous vient cet argent que vous pouvez distribuer àappellent à refuser le paiement de l'impôt et demandent aux autres vos courtisans»provinciales d'en faire autant. C'est la première. assemblées Mais comme cela est loin de suffire, Turgot engage aussi desmanifestation de révolte contre l'autorité royale. réformes audacieuses pour faire rentrer les impôts et développer Louis XVI se résout donc le 8 août 1788 à convoquerles états l'économie. Par exemple, des édits abolissent lescorvées qui généraux. pèsent sur les paysans. Turgot veut les remplacer par un impôtSource : Herodote.net payé par tous les propriétaires. C'est un tollé chez lesprivilégiés (noblesseetclergé) qui obtiennent le renvoi du ministre. Celui-ci, visionnaire, écrit au roi :«N'oubliez jamais, Sire, queCrise c'est la faiblesse qui a mis la tête de Charles 1er [d'Angleterre] sur un billot»... Source : Herodote.net
Chp 3 – la remise en cause de l'absolutisme
2 / 4
Activité 2 : Les Manchois préparent les états généraux Les états généraux n'ont pas été réunis en France depuis 1614; c'est un événement ! Dans tout le pays, les Français sont invités en mars-avril 1789 à élire des représentants pour la réunion prévue en mai 1789 à Versailles. Mais, n'imaginez pas des élections comme de nos jours : on est bien loin d'une démocratie ! 1° les Français votent séparément : chacun destrois ordresses représentants; 2° élit l'élection se fait par étapes; 3° les femmes n'ont pas le droit d'y participer. Pour faire simple, prenons l'exemple dutiers-état autourde Granville. Dans chaqueparoisse de campagnes (Anctoville, Saint-Planchers, Saint-Nicolas – qui n'est alors pas rattachée à Granville ...), les paysans se réunissent et choisissent plusieurs représentants. Chaque ville (pour nous Granville – c'est-à-dire à l'époque la Haute-Ville) en fait de même, mais là ce sont les bourgeois qui votent. Puis les élus des villes et ceux des campagnes se réunissent par zone géographique : pour Granville, c'est aubailliageCoutances que cela se déroule. Là, viennent des à représentants des environs, de Pontorson à Valognes. Ils élisent leurs députés à Versailles. Autant vous dire qu'au final, le petit paysan de Saint-Planchers n'a guère de chance d'être élu. Ce sont plutôt de bons orateurs et des personnes cultivées qui sont choisies. Parallèlement, les deux autres ordres (clergé, noblesse) se réunissent de leur côté et élisent eux aussi leurs représentants. Question 1 : Voici la liste des députés élus du tiers-état du bailliage de Coutances. Observez les noms et cochez les cases qui leur correspondent (remarque : il peut y avoir plusieurs cases cochées par député) Ils Ilsfont partieIls participent àIls exercent une Nomla vie politiqueprofession auappartiennent àd'une famille(prénom), profession et lieu labourgeoisieleur villenoble deservice du roi 1-Vieillard(Pierre-Jacques), avocat à Saint-Lô. 2-Perrée Duhamel(Jean-Pierre-Nicolas) Jean Pierre Nicolas Perrée-Duhamel, est né le 12 février 1744 à Granville (Manche). Membre de la famille Perrée, illustre lignée granvillaise decorsaireset de négociants, il est le fils de René Jean Perrée, seigneur de Grandpièce et du Hamel, armateur et maire de Granville.Négociantetéchevinde Granville, il était administrateur de l'hôpital de la cité. 3-Le Sacher de la Palière(Denis-Gabriel), avocat à Mortain. 4-Dumesnil-Desplanques(Jean-Thomas), maire de Carentan. 5-Besnard Duchesne(Guillaume), lieutenant au bailliage de Valognes 6-Ango(Louis-Hector-Amédée), bailli du roi à Saint-Sauveur-le-Vicomte 7-Pouret de Roquerie(Louis), procureur du roi au bailliage de Saint-Sauveur-Lendelin 8-Burdelot(Louis), vicomte et maire de la ville de Pontorson Question 2 :Voici la liste des représentants du clergé du bailliage de Coutances. Après avoir cherché les définitions debas-clergéet de haut-clergé, coche la bone case. NomBas-Clergé Haut-Clergé(prénom), fonction et lieu 1.Le Lubois(Jacques-François-Louis), curé de Fontenay, près Valognes. 2.Becherel(François), curé de Saint-Loup. 3.Le Rouvillois (François-Germain), curé de Carantilly. 4.Talaru de Chalmazel(Ange-François de), abbé de Blanchelande, évêque de Coutances. Question 3 :Voici la liste des représentants de la noblesse du bailliage de Coutances. Après avoir cherché les définitions deseigneur, de noblesse d'épéeetnoblesse de robe, complète les cases. Vie en zone ruraleNoblesse de robe ou Nom(prénom), fonction et lieu ou urbainenoblesse d'épée 1.Achard de Perthus de Bonvouloir-Loyauté(Luc-René-Charles), seigneur du Désert, etc., ancien capitaine de cavalerie, chevalier de Saint-Louis, demeurant au château du Désert. 2.Beaudrap de Sotteville(Pierre-François), chevalier, seigneur de Sotteviile, etc., ancien officier au corps royal de l'artillerie, demeurant au château de Sotteville. 3.Artur de la Villarmois(Jacques-René-Jean-Baptiste), chevalier, seigneur de la Villarmois, Launay, Champagne et autres lieux, demeurant à Avranches. 4.Juigné(Léon-Marguerite Le Clerc, baron de), comte de Courtomer, seigneur de Sainte-Mère-Église, maréchal de camp, demeurant à l'archevêché à Paris. Conclusion : Au final, tous ces députés représentent bien la diversité de la société française à cette époque. Chaque ordre est formé de métiers et de personnes aux richesses et aux modes de vie différents. Mais, aux états généraux, 90% des Français ne sont pas directement représentés : le petit peuple des paysans et des artisans-ouvriers des villes qui n'ont pas la culture pour être élus !
Chp 3 – la remise en cause de l'absolutisme
3 / 4
Activité 3 : Les Manchois ont la parole ! Les élections des députés aux états généraux s’accompagnent de la rédaction decahiers de doléances dans lesquels les sujets du roi peuvent exprimer leurs revendications. Dans chaque bailliage de France, les trois ordres rédigent séparément un cahier au printemps 1789. Pour rédiger le cahier du tiers état du bailliage de Coutances, les représentants ont fait la synthèse des dizaines de cahiers rédigés dans chaque ville et dans chaque paroisse, même dans le plus petit des villages du coin. La preuve ! Quelques doléances du tiers état TE1-«Il est dû, dans la paroisse de Tourville, aux seigneurs, le droit de verte moute et verte cuite( = de moudre et de cuire).Pour chacun de ces droits, les habitants sont obligés, quand il vont moudre au moulinbanaldu seigneur, de payer le vingtième de leur blé, et quand ils vont cuire à son four, aussi le vingtième de leur farine ».Cahier de la paroisse de Tourville (canton de Saint-Malo-de-la-Lande) TE2- « Ordonner que , dans aucun cas, [l’entretien] des églises et des presbytères ne seront â la charge des paroissiens, mais toujours à celle des gros décimateurs* qui, dès lors, seront bien intéressés à ce que les réparations soient faites (...),Cahier de Saint-Nicolas de Granville * gros décimateurs: ceux du clergé qui perçoivent les « grossesdîmes» , souvent les évêques et abbés. TE3- «Que les Etats généraux avisent aux moyens les plus prompts et les plus efficaces de détruire lesgabelles, et que ce nom soit à jamais proscrit de la langue d’un peuple auquel il a produit tant de maux (...).Cahier de la ville de GranviIle TE4- «Accorder la liberté de la presse, pour peu que l’ouvrage soit souscrit au nom de l’auteur et de l’imprimeur ».Cahier de la ville de Granville TE5- «Art. 1er. Le but le plus important auquel on doit chercher à atteindre est de procurer à la nation uneconstitutionsolide, durable et qui, en assurant les droits de la couronne, fixe invariablement ceux du peuple (...). »Cahier de la ville de Saint-Lô TE6- «Qu’enfin tous les membres du Tiers état (...), lorsqu’ils s’en seront rendus dignes par leurs talents (...), soient admis comme les nobles, à tous les emplois et fonctions ecclésiastiques, civiles et militaires et qu’à cet effet, Sa Majesté soit suppliée de lever les exclusions humiliantes qui dégradent [les membres du tiers état](...).Cahier de la paroisse de Tourville (canton de Saint-Malo- de- la-Lande) TE7- «Le grand nombre d’exempts et de privilégiés fait les malheurs du Tiers état, et rend la perception des impôts difficile, et il n’y a qu’un seul remède à y apporter, c’est de faire contribuer (...) tous les sujets du royaume, sans aucune distinction d’état ou de condition, soit du clergé, de la noblesse ou du tiers ».Cahier de la paroisse de Saint-Pair (canton de Granville) TE8- «D’ordonner que (...) toutes les délibérations aux prochains états généraux y soient arrêtées en commun, les trois ordres rassemblés, et que les suffrages y soient comptés par tête et non par ordre.Cahier de la ville de Villedieu
Quelques doléances du clergé(cahier du bailliage du Cotentin) C1- «Que la distinction constitutionnelle des trois ordres soit conservée dans le royaume ». C2- «Que la licence de la presse et l’introduction des mauvais livres soient arrêtées (...) conformément aux lois (...).
Quelques doléances de la noblesse(cahier du bailliage du Cotentin) N1- « L’ordre de la noblesse du bailliage du Cotentin, disposé à faire aux besoins de l’Etat les sacrifices pécuniaires qu’ils exigeront, ne peut cependant, s'assujettir à laTaillequi est un impôt contraire aux droits de la noblesse (...). N2- «La majorité seule des voix de chaque ordre formera le vœu unique et précis de chaque ordre, dont il sera émané (...).
Lis ces articles et réponds aux questions suivantes. Les abréviations TE 1 ou C2, etc, servent à te repérer (revendication 1 du Tiers-état...) 1- Dans quels articles, le Tiers-état se plaint-il des impôts ? Relève le nom des impôts et précise à qui ils doivent les payer ?
2- Dans quels articles le Tiers-état critique-t-il les privilèges de la noblesse et du clergé ? Quels privilèges leur reprochent-ils ?
ème 3- Quelles libertés et quels droits réclament le Tiers-état ? À quels penseurs du XVIIIsiècle cela te fait-il penser ?
4- Que demande la ville de Saint-Lô au niveau politique ? À quel pays cela te fait-il penser ?
5- Cependant, il y a des différences entre les revendications des cahiers du Tiers-état. Dans la liste des revendications du tiers-état, entoure en vert celles qui ont été rédigées dans les cahiers de doléances des paroisses rurales et en rouge les cahiers des villes. Tu entoures les revendications suivantes en vert si ce sont des demandes des campagnes et en rouge si ce sont des demandes des villes
Plainte contre le seigneur
Partage des impôts entre les trois ordres
Pouvoir accéder à tous les métiers de la fonction publique
Plainte contre les impôts royaux
Changement politique
6- Quels droits et privilèges la noblesse et le clergé refusent-ils de perdre ? Que refusent-ils également ?
Libertés et idées des Lumières
7- Pour conclure, que peux-tu dire quand tu compares les revendications du Tiers-état àcelles de la noblesse et du clergé.
Chp 3 – la remise en cause de l'absolutisme
4 / 4
Activité 4 : Le Royaume de France dans la tourmente, de la crisedes années 1770 aux états généraux Sur ton cours « chp.3 : ...), tu notes le titre de la 3ème partie « 3- Le Royaume de France dans la tourmente, de la crisedes années 1770 aux états généraux ». Turédiges un paragraphed'une quinzaine de lignes dans lequel tu rappelles tout d'abord les crises que traverse la France dans les années 1770-1780, puis comment les Français ont préparé les états généraux et enfin les revendications qu'ils ont exprimées dans les cahiers de doléances. Lexique bailliage Banal (ou « banalités ») bas-clergé
bourgeoisie cahiers de doléances clergé
constitution
corsaire
corvées
dîme
échevin
états généraux
gabelle
haut-clergé
négociant
noblesse
Noblesse d'épée
Noblesse de robe Ordre (« les trois ordres ») Parlement
Paroisse
privilégiés
seigneur
taille
tiers-état
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.