Brochure France-Bulgarie_Mise en page 1

De
Publié par

Brochure France-Bulgarie_Mise en page 1

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 70
Nombre de pages : 35
Voir plus Voir moins
S - CNRtcoiiDer sfa ned eesirfannéeopursupmaCse-draréG ur eiMhcéMig3e ,5794 Parel-Ange7w61 c.wwC sixedes:tpdr//s.nrhtfrrif.srd/.enc-iadubrihp?rip.pr/sp
www.cnrs.fr
en recherche
45 ans de coopération franco-bulgare
CNRS et ABS :
723euq
Photos de la couverture : ©AIP. A. Mongruel, V. Daru, F. Feuillebois, and S. Tabakova. Early post-impact time dynamics of viscous drops onto a solid dry surface. Phys. Fluids, 21 (032101) 1-13, 2009
      
Centre national de la recherche scientifique et Académie bulgare des sciences : 45 ans de coopération franco-bulgare en recherche
Българската академия на науките и Националният център за научни изследвания на Франция : 45 години френско-българско научно сътрудничество
28 juin 2010
1
28юни2010г.
Centre national de la recherche scientifique et Académie bulgare des sciences : 45 ans de coopération franco-bulgare en recherche Националният център за научни изследвания на Франция и Българската академия на науките : 45 години френско-българско научно сътрудничество
Préambule
Les relations officielles entre l’Académie bulgare des sciences (ABS) et le Centre national de la recherche scientifique frança is (CNRS) ont été initiées par la signature d’un Accord cadre de coopération scientifique, le 20 mai 1965. Il s’agit du premier accord de coopération reliant les communautés scientifiques des deux pays. Renouvelé plusieurs fois, cet A ccord couvre la totalité des disciplines et a permis de faire naître puis de développer la coopération scientifique entre la Bulgarie et la France, dans de nombreux domaines, notamment en mécanique, en chimie, en physique nucléaire, en biophysique et en archéologie. Du point de vue bulgare, cet Accord présente des caractéristiques qui le singularisent dans le paysage des collaborations bilat érales de l’ABS avec plus de quarante établissements de recherches étrangers : sa remarquable stabilité dans le temps, la réelle valeu r ajoutée de la coopération, un rendement élevé en publications (en moyenne 70 par an), l’échange de post-doctorants et un outil unique garantissant la circulation des « cerveaux », tout en contribuant à freiner leur fuite - la formation de jeunes doctorants en co-tutelle (en moyenne 4 thèses par an). Après les premiers protocoles d’échange de chercheurs, l’Accord de coopération scientifique entre le CNRS et l’ABS évolue avec la mise en œuvre progressive d’outils structurants de coopération bilatérale, comme les Programmes internationaux de coopératio n scientifique (PICS), puis les Laboratoires européens associés (LEA), mais également les Groupements de recherche européens (GDRE), permettant de dépasser les relations bilatérales. Avec l’adhésion de la Bulgarie à l’Union européenne en 2007, un travail concerté d’adaptation du cadre de cette coopération a é té entrepris, pour qu’elle corresponde mieux aux pratiques de coopération du CNRS avec d’autres partenaires européens contribuant à la construction de l’Espace européen de la recherche. Cette adaptation se traduit par des efforts accrus en soutien à la part icipation de jeunes chercheurs et dans la structuration des meilleures coopérations, avec un nouvel objectif potentiel, la création d’Uni tés mixtes internationales. Cela constitue précisément l’objet des évolutions introduites par le nouvel Accord. L’héritage de ce « bientôt demi-siècle » de coopération scientifique est considérable par ses résultats scientifiques et par les nom-breuses relations humaines établies. L’Accord entre le CNRS et l’ABS a su dévoiler un fort potentiel de coopération scientifiqu e et stimuler l’émergence de nouvelles générations de chercheurs européens et de synergies européennes. Ainsi la journée du 28 juin 2010, organisée au siège du CNRS, pour célébrer le renouvellement de l’Accord et ses 45 ans de fonctionnement, va permettre d’en illustrer la qualité et de présenter les nouvelles perspectives de coopération entre les laboratoires de l’ABS et du CNRS, dans le cadre de l’Espace européen de la recherche.
2
Българската академия на науките и Националният център за научни изследвания на Франция : 45 години френско-българско научно сътрудничество Centre national de la recherche scientifique et Académie bulgare des sciences : 45 ans de coopération franco-bulgare en recherche
Увод
Официалните отношения между Българската академия на науките и Националния център за научни изследвания на Франция започват с подписването на Споразумение за научно ксътрудничество на 20 май 1965 г. Това е първото споразумение между научни общности на двете страни. Много пъти продължавано оттогава Споразумението покрива всички научни области и позволи зараждането и развиването по-нататък на научното сътрудничество между България и Франция в много области като механика, химия, ядрена физика, биофизика, археология. От българска страна Споразумението се оценява като заемащо специално място всред двустранните споразумения- повече от 40 на брой – с различни чуждестранни институции по отношение на: забележителна стабилност във времето, реална добавена стойност, значителен рандеман на публикациите / средно 70 на година/, обмен на пост-докторанти и уникалното двойно ръководство на докторанти – около 4 на година, което гарантира „циркулиране”, а не „утечка” на мозъци След първите споразумения за обмен на изследователи, Споразумението между Българската академия на науките и Националния център за научни изследвания се обогатява с постепенното въвеждане на по-висши форми на сътрудничество като Международните програми за научно сътрудничество /МПНС/, Европейските асоциирани лаборатории /ЕАЛ/, както и Европейски групировки за изследвания /ЕГИ/, позволяващи да се излезе от границите на двустранните връзки. След присъединяването на България към Европейския съюз през 2007 г. бе извършена работа за адаптиране на сътрудничеството към практиките на НЦНИ в отношенията му с другите европейски партньори с оглед участието в изграждането на Европейското изследователско пространство. Тази адаптация се изразява в по-голяма грижа за участието на млади изследователи в повишаването на нивото на най-обещаващите сътрудничества с една нова потенциална цел: създаването на смесени международни изследователски звена. Изброеното по-горе резюмира промените, въвеждани с новото Споразумение, което ще се подпише на 28 юни 2010 г. Постигнатото от почти половин вековното сътрудничество е значително както с научните резултати, така и с многобройните човешки, лични връзки. Споразумението между Българската академия на науките и Националния център за научни изследвания съумя да разкрие значителен потенциал за научни изследвания и да стимулира появата на нови поколения европейски изследователи и европейски синергии. Така денят 28 юни 2010 г., организиран в централата на НЦНИ, за да отбележи подновяването на Споразумението и 45-те години негово действие, ще позволи да се изтъкне както качеството, така и новите перспективи на сътрудничество между звената на БАН и НЦНИ в рамките на Европейското изследователско пространство. 
3
Accords de coopération scientifique
Les accords entre la France et la Bulgarie
24 novembre 1964, signature du protocole d’échanges culturelles, scientifiques et techniques entre les gouvernements de la République Française et de la République Populaire de Bulgarie.
15 octobre 1966, signature de l’accord de coopération scientifique et technique entre les gouvernements de la République Française et de la République Populaire de Bulgarie.
Les accords entre l’ABS et le CNRS
20 mai 1965, signature du premier accord de coopération scientifique entre le CNRS et l’ABS, marquant le début d’une collaboration forte et formalisée entre les deux partenaires.
30 novembre 1990, signature d’un deuxième accord de coopération scientifique, entré en vigueur le 1er janvier 1991, renouvelant le premier accord dans des termes similaires.
5 mai 1994, signature du troisième accord de coopération scientifique, portant sur les premières actions structurantes, les Projets internationaux de coopération scientifique (PICS).
1erjanvier 2003, signature d’un quatrième accord de coopération scientifique, renouvelant et complétant les précédents avec de nouveaux outils, les Laboratoires européens associés (LEA) et les Groupement de recherche européens (GDRE), ainsi que des règles en matière de propriété intellectuelle.
5
Les outils du CNRS Echange de chercheurs
Les outils de coopération internationale
Les accords de coopération signés par le CNRS avec des organismes de recherche à l’étranger prévoient le financement de missions et d’accueils de courte durée (entre 1 et 2 semaines). Ce soutien est accordé par les deux institutions partenaires ap rès appels à propositions bilatéraux, sur des projets conjoints d’une durée de 2 ans, renouvelable une fois.
Les outils suivants sont destinés à soutenir des actions structurantes*dans des domaines de recherche prioritaires: Projet international de coopération scientifique (PICS)
Le PICS, d’une durée de trois ans, non renouvelable, est un projet scientifique établi et présenté conjointement par deux équip es de recherche, l’une au CNRS et l’autre à l’étranger, ayant déjà des publications communes. Le financement accordé par les deux institutions partenaires est destiné à des missions, l’organisation de réunions, du fonctionnement et du petit équipement. Laboratoire européen/international associé (LEA/LIA)
Le LEA/LIA est un laboratoire « sans murs ». Il associe un ou plusieurs laboratoires du CNRS et un ou plusieurs laboratoire d’a utre(s) pays qui mettent en commun des ressources humaines et matérielles pour réaliser un projet de recherche défini conjointement. Les laboratoires associés dans le LEA/LIA conservent leur autonomie, leur statut et leur localisation séparée. La durée d’un LE A/LIA est de 4 ans, renouvelable une fois.
Groupement de recherche européen/international associé (GDRE/GDRI)
Il s’agit d’un réseau de laboratoires de plusieurs pays de l’Espace Européen de la Recherche (GDRE) ou EER et hors EER (GDRI). Il peut aussi impliquer des partenaires industriels. Le financement accordé par tous les partenaires porte sur la coordination des équipes, l a mobilité du personnel, l’organisation de séminaires et d’ateliers. La durée du GDRE/GDRI est de 4 ans, renouvelable une fois.
Unité mixte internationale (UMI)
L’UMI internationale localisée sur un site unique, en France ou à l’étranger, regroupe des chercheurs, des étudiants, des post- doctorants, éventuellement des techniciens et des moyens matériels affectés par le CNRS et l’organisme partenaire étranger. L’UMI a un stat ut comparable à celui d’une Unité mixte de recherche (UMR) du CNRS. La durée d’une UMI est de 4 ans, renouvelable éventuellement deux fois.
*collaborations structurantes s’effectuaient dans le cadre de «jumelages».Par le passé les
6
Les outils des ministères
Programmes du ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE) et du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR)
Programme ACCESS
En 2008, le Bureau de l'Europe occidentale et orientale du ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et d e la recherche a mis en place un dispositif dit « programme ACCES » pour encourager la participation de chercheurs originaires des pays de l’Europe centrale et orientale à des séminaires, colloques ou congrès organisés en France. Dans le cadre de ce programm e 16 scientifiques bulgares de haut niveau ont été financés pour participer activement à des colloques internationaux organisés en F rance.
Programme Réseau Formation-Recherche avec les pays d’Europe centrale et orientale
Afin de faciliter l'établissement de partenariats durables entre les laboratoires français et les laboratoires des pays d'Europ e centrale et orientale, le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche a mis en place ce dispositif, associant au moins deux la-boratoires français et au moins deux partenaires localisés en Europe centrale et orientale. Le programme permet de combiner la participation de chercheurs français à des travaux organisés dans ces pays et l'accueil en France de chercheurs qualifiés pour de courtes missions, ainsi que de thésards étrangers.
1 coopération en sciences de la terre a été financée pour la période 2006-2009.
Partenariat Hubert Curien « Rila»
Le programme biennal bilatéral franco-bulgare PHC Rila est mis en oeuvre en Bulgarie par le Ministère de l’éducation et de la science et en France par le MAEE, avec le soutien du MESR. Le PHC Rila finance des projets bilatéraux de recherche proposés conjointement par une équipe française et une équipe bulgare. L’objectif du programme est de développer les échanges scientifiq ues et technologiques d’excellence entre les laboratoires de recherche des deux pays, en favorisant les nouvelles coopérations.
Depuis son lancement en 2005, 46 projets ont été financés dans le cadre du PHC Rila. 21 projets impliquaient des équipes du CNRS, 20 projets des équipes de l’ABS et 10 projets étaient en coopération entre le CNRS et l’ABS. Parmi les 15 projets retenus et financés en cours en 2010, 8 projets impliquent le CNRS, dont 4 avec les laboratoires de l’ABS. Parmi les 41 projets déposés dans le cadre de l’appel 2010, actuellement en cours d’évaluation, 20 sont issus du CNRS, 15 de l’ABS, et 10 dans le cadre d’une coopération entre l’ABS et le CNRS.
ECO-NET
Soutenu par le MAEE et ayant pour objectifs l’accompagnement à la construction de l’Espace européen de la recherche et son ou-verture aux pays du Sud-Est européen et aux Nouveaux états indépendants, le programme ECO-NET finance des projets de coo-pération bilatéraux puis, depuis 2007 trilatéraux, entre la France et les pays d’Europe centrale et orientale. La durée des pro jets (collaborations de recherche et de développement technologique, ou actions de soutien à la mise en réseau et à la coordination d'activités de recherche et d'innovation) est de une ou deux années.
Entre 2004 et 2007, 22 projets impliquant des laboratoires bulgares ont été sélectionnés. Depuis 2007, 14 projets ont été financés, dont 7 avec la participation du CNRS, 9 avec cellle de l’ABS et 5 avec la participati on conjointe du CNRS et de l’ABS. En 2010, parmi les 22 projets en cours, 3 projets impliquent des laboratoires bulgares, dont 1 en coopération entre le CNRS et l’ABS.
7
Chiffres clés de la coopération du CNRS et de l’ABS
Les projets d’échange de chercheurs Dans le cadre de l’accord de coopération scientifique entre le CNRS et l’ABS, 186 projets conjoints de recherche ont vu le jour depuis 1994, engendrant environ 900 accueils de chercheurs bulgares dans les laboratoires du CNRS. A l’heure actuelle 7 projets conjoints d’échange CNRS-ABS sont en cours : 2 en physique nucléaire, 2 en ingénierie, 1 en scienc e de l’univers, 1 en mathématique, 1 en sciences humaines. Les actions structurantes de coopération On dénombre, depuis 1992, 13 actions de coopération structurante entre le CNRS et la Bulgarie (8 PICS, 1 Jumelage en chimie, 1 GDRE et 1 LEA en sciences humaines et sociales), majoritairement en chimie, sciences humaines et sociales, physique nucléaire et ingénierie, toutes avec l’ABS, excepté une. 5 PICS sont en cours en 2010, 2 en physique nucléaire et 2 en ingénierie et des systèmes, en partenariat avec l’ABS et 1 en phy -sique chimie avec l’université de Sofia. Les missions En 2008, 126 chercheurs des unités affiliées au CNRS ont effectué une mission scientifique en Bulgarie. Compte tenu de la durée moyenne des séjours, on peut considérer qu’il y a en permanence 5 chercheurs du CNRS en Bulgarie. Les missions sont effectuées majoritairement par des chercheurs relevant des sciences de l’univers, de la chimie et des science s humaines et sociales, suivies des sciences de l’environnement, de l’ingénierie et de la physique nucléaire et corpusculaire. Les co-publications Les coopérations formelles entre le CNRS et l’ABS s’inscrivent dans le contexte plus général des collaborations scientifiques e ntre la France et la Bulgarie. A ce titre les co-publications entre les deux pays apportent un éclairage sur cette coopération.
Pour l’année 2007, le total des publications scientifiques (hors sciences humaines et sociales) en Bulgarie s’élève à 1 607, do nt 60% sont cosignés avec des partenaires étrangers (notamment en physique nucléaire) et le total des publications scientifiques e n France s’élève à 50 769. On dénombre 147 co-publications franco-bulgares (dont les trois quarts sont faites en coopération avec le CNRS). Avec une part de 15% dans les co-publications bulgares à l’international, la France occupe le 3e rang parmi les pays partenaires de la Bulgarie (après l’Allemagne et les Etats-Unis).
Dans ces co-publications, le CNRS se révèle particulièrement actif dans les domaines de la physique nucléaire et des particules , de la physique, de la chimie, des sciences de l’univers et de l’ingénierie. Quasiment 80% des co-publications du CNRS avec la Bulgarie sont réalisées avec des instituts de l’ABS (notamment l’institut pour la recherche nucléaire et l’énergie nucléaire), suivis de 20% en partenariat avec l’Université de Sofia (majoritairement en physique et en chimie). Source : Données SCI (DVD Edition ; Thomson Reuter - Traitement : CNRS/IPAM) Le personnel de nationalité bulgare au CNRS En 2008, 8 chercheurs et 3 ingénieurs de nationalité bulgare travaillent au CNRS, ainsi que 58 doctorants et 12 post-doctorants . Rapporté à la taille de la communauté scientifique bulgare, ces chiffres font de la Bulgarie le deuxième pays représenté dans l es effectifs du CNRS parmi les pays d’Europe centrale et orientale faisant partie de l’espace européen de la recherche (EER).
8
Les actions bilatérales CNRS-ABS en cours en 2010
Projets internationaux de coopération scientifique (PICS)
Extraction et purification de substances naturelles bioactives par couplage des techniques séparatives à basse et haute pressio n -(2009-2011) Coordonnateurs : Jean-Stéphane CONDORET / George ANGELOV Laboratoire de génie chimique, UMR 5503, Toulouse, CNRS, Université Paul Sabatier, Institut national polytechnique de Toulouse Institut du génie chimique, Sofia, ABS
Etude expérimentale et théorique de la nature des états nucléaires excités aux extrêmes en spin et nombre de protons -(2009-2011) Coordonnateurs : Amel KORICHI / Todorka KUTSAROV Centre de spectrométrie nucléaire et de spectrométrie de masse (C.S.N.S.M) UMR 8609, Orsay, CNRS, Université Paris-Sud Institut pour la recherche nucléaire et l’énergie nucléaire, Sofia, ABS
Techniques d’imagerie optiques pour l’analyse de couches épaisses composites de hydroxyapatite : nanodiamants pour l’étude de la biominéralisation - (2009-2011) Coordonnateurs : Paul MONTGOMERY / Liliana PRAMATAROVA Institut d'électronique du solide et des systèmes (lnESS), UMR 7163, Strasbourg, CNRS, Université de Strasbourg 1 Institut de physique du solide, Sofia, ABS
Méthodes expérimentales et simulations pour la spallation et la transmutation de déchets nucléaires et pour la structure nu-cléaire - (2008-2010) Coordonnateurs : Laurent TASSAN GOT / Chavdar STOYANOV Institut de physique nucléaire d’Orsay, UMR 8608, Orsay, CNRS, Université Paris-Sud Institut de recherche nucléaire, Sofia, ABS
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.