Complot à Versailles

De
Publié par

Complot à Versailles

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 1 524
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
Complot à VersaillesAnnie Jay° 478 352 pages e 5,50 euros Niveau4PRESENTATION Le roman À la fin du rigoureux hiver 1676, une petite fille amnésique est sauvée de la noyade et recueillie par les Saint-Béryl, une famille noble qui vit dans le dénuement. Catherine baptise l'enfant trouvée du nom de Cécile et lui enseigne les secrets des plantes médicinales. Cécile grandit auprès de Pauline et Guillaume, les deux petits-enfants du vieux chevalier de Saint-Béryl. En 1682, ce dernier ose écrire une lettre au Roi pour lui exposer l'injustice de sa disgrâce. Il obtient gain de cause : Pauline se voit offrir par Louis XIV la charge de demoiselle d'honneur de la Reine. C'est ainsi que Cécile accompagne son amie au château de Versailles, en qualité de servante. Malgré l'animosité immédiate de Mme de Montespan et les intrigues de la cour, Pauline s'adapte vite à sa nouvelle vie tandis que Cécile pénètre dans l'univers des domestiques et exerce ses talents de guérisseuse. Les jeunes filles découvrent un jour le complot ourdi par Mme de Montespan pour faire mourir l’enfant nouveau-né de la Dauphine. Elle a engagé pour ce faire un mercenaire du nom de Benvenuti, celui-là même qui enleva naguère la petite comtesse d'Altafuente - alias Cécile, qui retrouve la mémoire. L'héritier du trône est sauvé in extremis et les jeunes filles trouvent chacune un fiancé. L'intérêt du livre À travers ce récit riche et plein de vie se dessine le tableau d'une époque : mœurs populaires, vie à la cour, anecdotes authentiques… La lecture de ce roman, en liaison avec le programme d'Histoire, peut précéder une visite au château de Versailles, mais e aussi introduire à l'étude des grands textes du XVII siècle : Racine, La Fontaine, Mmes de Sévigné et de La Fayette sont représentés, au fil des pages, avec une vivacité surprenante. PISTES D’EXPLOITATION PEDAGOGIQUE Objectifs proposés : -Approfondir l'étude du genre narratif à travers un récit complexe. -Dégager les caractéristiques du roman d'aventures historique. e -Se familiariser avec la société du XVII siècle. -Travailler en interdisciplinarité avec le cours d'Histoire.
1
PISTE 1 - De l'objet-livre à l'ouverture du roman Objectifs -Examiner le paratexte et formuler des hypothèses de lecture. -S'interroger sur les fonctions de l'incipit. -Montrer comment les premières pages installent les attentes de lecture. les questions peuvent être examinées en binômes ou en groupes,Conduite : après un temps de lecture qui permettra aux élèves de découvrir le texte. La correction collective des réponses permettra de formuler par écrit les hypothèses de lecture. Durée : 1 heure. I-L'objet-livre Questions de conduite : La première de couverture 1-Quelle est, selon vous, l'utilité du paratexte (titre, auteur, éditeur) ? D'après le titre, à quel(s) genre(s) appartient ce roman ? 2-Combien de plans distinguez-vous sur la première de couverture ? À qui sont consacrés ces différents plans ? (Décrivez rapidement l'image). 3-Quels éléments vous permettent de situer le roman dans une époque ? Dans un genre ? 4-Quel élément n'appartenant pas à l'illustration peut confirmer votre réponse ? La quatrième de couverture 5-Quels éléments confirment vos hypothèses de départ ? 6-Quelle est la fonction du texte de la quatrième ? Quelles nouvelles informations apporte-t-il ? 7-Quels éléments, dans cette quatrième de couverture, sont mis en relief par les éditeurs ? Comment (typographie, types de phrases) ? L'avertissement 8-Qui prend la parole ici ? À qui s'adresse-t-il ? Quel est son but ? 9-L'avertissement confirme certaines de vos hypothèses de lecture. Lesquelles ? 10-Dans quel but ce roman a-t-il été écrit ? => Quel type de récit vous attendez-vous à trouver entre ces pages ? => Examen du paratexte auctorial (titre, auteur) et éditorial (première et quatrième de couverture, édition, collection, illustration). Formulation d'hypothèses : un roman historique et d'aventures dont les héroïnes sont deux jeunes filles. Elaboration en commun d'une définition des deux genres. II- L'ouverture du récit début du premier chapitre, jusqu'à «Support : et cette maudite porte qui cogne…» p. 11.
2
Questions de conduite : 1-Quelle information ancre le récit dans la réalité historique ? 2-Dégagez du texte les éléments qui permettent de situer : le lieu, le décor, le moment de la journée. 3-Qui est le personnage principal de l'incipit ? Quelles informations sont données au lecteur sur ce personnage ? 4-De quels personnages secondaires est-il question ? Quelles relations unissent le personnage principal de l'incipit et ces deux hommes ? 5-Quelles hypothèses pouvez-vous faire sur la suite de l'histoire ? Mettre en lumière la double fonction de l'incipit qui est d'apporter des informations et de donner envie de poursuivre la lecture. Cet incipit peut contraster avec les hypothèses de lecture établies précédemment (milieu misérable, malfrats, enfant en détresse). Il est générateur de suspense pour le lecteur qui attend la suite pour connaître le sort de l'enfant. Le suspense naît aussi de la relation de crainte/domination qui existe entre les deux hommes et l'enfant. Outils de la langue : L'énoncé ancré dans la situation de communication (l'avertissement) et l'énoncé coupé de la situation de communication (chapitre 1).III-Une situation initiale dynamique Support : chapitre 1. Questions de conduite : 1-Quel est le but de la jeune héroïne de ce chapitre ? 2-Repérez les verbes qui marquent les temps forts de l'action. À quel temps sont-ils conjugués ? 3-Quelles questions se pose le lecteur à la fin du chapitre 1 ?=> Les élèves, maintenant familiarisés avec le schéma narratif, reconnaîtront aisément dans ce chapitre : La situation initiale (le réveil de la jeune prisonnière). L'élément modificateur (la porte n'est pas fermée). La péripétie (fuite de l'enfant et poursuite de l'homme en noir). L'élément de résolution (l'enfant glisse et tombe). L'absence de situation finale laisse le lecteur sur ses interrogations : qui est la petite fille ? Pourquoi a-t-elle été enlevée ? S'est-elle noyée ? Quel va être son sort si elle en réchappe ? Outils de la langue : Le système du passé. Imparfait/passé simple, valeurs et emplois. Marquer la succession des événements dans un récit au passé. Prolongement - Écriture : Imaginez la suite immédiate de cette aventure. Vous prendrez comme point de départ de votre paragraphe la dernière phrase du chapitre. Vous respecterez le temps, les lieux et les informations du chapitre.
3
PISTE 2 - Histoire et histoire Support:chapitre 2.Objectifs: -Confirmer l'appartenance du chapitre aux genres historique et aventure. -Réfléchir sur la simultanéité dans la narration.Conduite : Au début de la séance, on ménagera un temps de lecture silencieuse du chapitre par les élèves. Les questions pourront être posées par oral ou par écrit et donner lieu à une première évaluation de lecture. Suggestions de questions : I-Un roman historique 1-Quel est le marqueur de temps commun aux chapitres 1 et 2 ? 2-Classez les personnages du chapitre 2 selon qu'ils appartiennent ou non à la réalité historique. 3-Quelles informations ce chapitre 2 nous apporte-t-il sur le quartier des Halles ? Sur la situation sociale de la famille Saint-Béryl ? Sur les pratiques de l'époque ? II-Un roman d'aventures 4-Retrouvez la structure narrative du chapitre 2. 5-À quel moment précis, le chapitre 2 recoupe-t-il l'histoire commencée au chapitre 1 ? Relevez le passage et commentez l'emploi des temps. 6-Dans l'extrait : «Ils suivirent ensuite les berges de la Seine…» (p. 24)jusqu'à «… la petiote» (p. 25), relevez les verbes d'action et les différentes façons de faire monter la tension dramatique (suspense). III-Temps et histoire 7-Comparez les structures narratives des chapitres 1 et 2. Replacez-les sur une ligne des temps. Que constatez-vous ? 8-Les actions du chapitre 2 sont-elles antérieures, ultérieures ou simultanées à celles du chapitre 1 ? 9-Quel passage marque la fin de la situation initiale du roman ? Quelques types de récit. Récit historique : les personnages et les lieux sont calqués sur l'histoire qui constitue le cadre du récit. Récit d'aventures : les péripéties sont nombreuses et mouvementées. Roman de cape et d'épée : les personnages sont batailleurs et chevaleresques… Éléments de réponse : I-Un roman historique1-La date : février 1676 (p. 9 et 17). 2-Personnages historiques : La Brinvilliers, Mlle des Œillets, Turenne. Personnages fictifs : Guillaume, Pauline, le Chevalier, Catherine Drouet et son mari Mathurin, la mère Ringot.
4
Dans le roman historique, les deux types de personnages se côtoient pour stimuler l'intérêt du lecteur. 3-Relevez les éléments du décor. Étude rapide des différentes descriptions. Comment l'auteur a-t-il su rendre le foisonnement de la vie urbaine ? II-Un roman d'aventures 4-Situation initiale : Catherine Drouet et les enfants font leurs emplettes chez la mère Ringot. Événement modificateur : L'enfant tombe à l'eau sous leurs yeux. Péripétie : Guillaume sauve la petite. Événement de résolution : l'enfant est sauvée. Situation finale : l'enfant est emmenée chez les Saint-Béryl.5-Page 24 : «Ils avançaient… lorsqu'un hurlement les fit brusquement sursauter… la petite tomba à l'eau». On étudiera l'alternance imparfait/passé simple. 6-Dans le passage, les verbes d'action sont au passé simple. L'enchaînement rapide des actions donne un rythme haletant au récit et crée la tension dramatique. III-Temps et histoire 7-La péripétie du chapitre 1 (poursuite de l'enfant par l'homme en noir) et son élément de résolution (l'enfant tombe à l'eau) sont repris au chapitre 2 d'un autre point de vue, celui de Catherine et des enfants spectateurs, et trouvent leur conclusion dans le chapitre 2. 8-La fin des deux premiers chapitres se déroule de façon simultanée dans l'espace romanesque. 9-Les dernières lignes du chapitre 2 marquent la fin de la situation initiale. Il s'agit d'un épisode autonome dans le roman : l'enlèvement de la fillette, sa fuite et son sauvetage. : Extrait «Outils de la langue Ils suivirent ensuite les berges de la Seine…» (p. 24) jusqu'à « …la petiote» (p. 25) Les marques d'organisation du texte : marques non linguistiques (mise en page, typographie, hiérarchisation des différentes parties), les organisateurs temporels et spatiaux, les marques de la simultanéité. : On emmène la fillette jusqu'à l'échoppe de laProlongement - Écriture marchande d'herbes à qui Catherine raconte le sauvetage de l'enfant. PISTE 3 - Temps et rythme du récit Support : Chapitres 3 et 4. Objectifs : approfondir ses connaissances sur le texte narratif, les notions de scène, de sommaire et d'ellipse. Durée : 1 heure. Travail préparatoire : 1-Combien de temps s'écoule entre les chapitres 2 et 3 ? 2-Quel est le temps employé dans le début du chapitre 3 ?
5
3-Relisez le chapitre 3 et relevez les marqueurs de temps qui articulent les principaux moments du récit. Sur combien de temps se déroule le chapitre ? 4-Repérez dans ce chapitre une scène détaillée (la scène correspond à l'arrêt sur image au cinéma). 5-Repérez dans le chapitre 3 un sommaire (une scène ou un épisode qui se trouve résumé en quelques mots). 6-Peut-on mesurer le temps écoulé entre la fin du chapitre 3 et le début du chapitre 4 ? Des événements importants durant ce temps ? Ce laps de temps est-il résumé par un sommaire ? 7-Relevez les dates et les principaux événements du chapitre 4. Comment s'organise ce chapitre ? Rythme du récit Une histoire est composée d'événements développés (scènes) ou résumés (sommaires) et de descriptions d'objets ou de personnages (pauses) voire de passages occultés (ellipses). Cette alternance de passages développés et de passages condensés donne le rythme du récit. Éléments de réponse : 1-Le chapitre 3 se présente comme la suite immédiate du chapitre 2. Entre-temps, il s'est écoulé quelques minutes, le temps pour Catherine et les enfants de conduire la petite fille chez eux. 2-Le chapitre 3 présente une scène racontée au passé simple. 3-Les principaux marqueurs de temps sont : -p. 29 : «toute la nuit», «Lorsqu'elle ouvrit enfin les yeux…», «lorsqu'elle se mit à sangloter». -p. 31 : «dès que l'enfant se sentit mieux…», «mais les jours passaient…», «Puis» -p 32 «Guillaume parti…». -p. 33 : «on s'aperçut très vite», «les mois passant…». Dans ce chapitre, on pourrait dire que le temps se dilate, en quelque sorte, puisqu'on passe de la narration d'une scène précise, un matin de février 1676 aux jours suivants, puis aux mois suivants. L'écoulement du temps est marqué par de courts résumés (sommaires). 4- Exemple de scène : «Guillaume posa doucement l'enfant» p. 27 à «Je suis fier de toi» p. 29 (unité de lieu, de temps et d'action). 5-Exemple de sommaire : «mais les jours passaient et Cécile ne retrouvait pas la mémoire» p. 31. 6-Aucun marqueur de temps ne nous permet de définir la durée entre les deux chapitres. Par contre, il s'est écoulé dix mois depuis les chapitres 1 et 2. En l'absence d'événement important, le narrateur a préféré l'ellipse au sommaire. 7-Le chapitre 4 s'organise autour de dates successives qui introduisent des scènes séparées par une ellipse. dates Événements -Décembre 1677 Le chevalier raconte sa disgrâce -Pâques 1678 Cécile sait jouer du clavecin -Mars 1679 Cécile apprend le métier de guérisseuse -Juin 1679 Le malaise de Cécile et Guillaume
6
=> On commentera les choix de la narratrice dans les événements rapportés : sur le passé de Cécile, sur sa personnalité, sur le début d'intrigue qui s'ébauche avec Guillaume. Outils de la langue : les marqueurs temporels. Leurs différentes natures grammaticales, leurs rôles dans le rythme du récit (marquent l'ellipse, annoncent un sommaire). Prolongement oral ou écrit : Imaginez une ou deux phrases de transition pour remplacer les dates du chapitre 5. Vos phrases proposeront un sommaire de ce qui a pu se passer entre temps. PISTE 4 - Grille de lecture Objectif : maîtriser la lecture et la compréhension d'un récit complexe. Conduite : Les élèves sont invités à remplir un tableau qu'ils compléteront au fur et à mesure de leur lecture autonome. chapitre Titre proposé Dates lieux Personnages Événements principaux 1 Prisonnière Février 1676 Une maison -Une fillette L'enfant misérable à -Deux échappe de Paris malfrats justesse à ses kidnappeurs. 2 Sauvée ! Février 1776 -Le quartier -Catherine L'enfant est des Halles Drouet sauvée de la -Les berges -Pauline et noyade par de la Seine Guillaume Guillaume. de Saint-Béryl - La mère Ringot 3 Une nouvelle Les jours, Chez les -Cécile L'enfant est famille semaines et Saint-Béryl -Catherine amnésique. mois Drouet Elle a suivants -Le "Clan bénéficié Saint-Béryl" d'une solide -L'abbé éducation et sait se faire apprécier. 4 L'éducation de Décembre Chez les idem On découvre Cécile 1677 à juin Saint-Béryl à Cécile des 1679 talents cachés 5 …
7
PISTE 5 - Les caractéristiques du roman Support : le texte intégral du roman, la grille de lecture. Objectifs : -Réactiver les acquis des élèves sur le récit. -Leur proposer une méthode d'approche raisonnée du texte. Durée : 1 heure. Plan du cours : I-Le narrateur et le point de vue 1- Qui raconte l'histoire ? Le narrateur intervient-il dans son récit ? Les élèves seront amenés à opérer la distinction entre le narrateur omniscient et l'auteur. C'est effectivement l'auteur Annie Jay qui raconte tout ce qui se passe, prend en charge tous les aspects du récit (y compris lorsqu'elle fait parler ou penser ses personnages). Mais, ce faisant, elle joue à tout savoir ; elle fait comme si elle était un témoin reconstituant les choses : la fonction de narrateur est un rôle que se donne l'auteur au moment où il écrit. => étude en commun du point de vue, l'omniscience du narrateur. II-Le schéma narratif de l'œuvre 2-Proposez le schéma narratif du roman. Travail mené à partir des titres des chapitres proposés par les élèves dans leur grille de lecture. On dégagera les principales péripéties des péripéties secondaires et l'on en proposera, oralement, un résumé. => Le roman d'aventures multiplie les péripéties, sans temps mort, pour maintenir en éveil l'attention du lecteur. On y repérera aussi les caractéristiques du roman historique et du roman de cape et d'épée. III-héros et roman 3-De Pauline ou Cécile qui est, à votre avis, l'héroïne du roman ? Trouvez deux arguments pour justifier votre réponse. 4-Proposez le schéma actantiel de Cécile et de Pauline. Quelles sont les ressemblances ? 5-Comparez-les à présent avec celui de Mme de Maintenon, quelles sont les différences ? => Les schémas actantiels de Pauline et Cécile sont identiques en ce qui concerne les adjuvants et opposants, même si leur objet diffère : Pauline désire se faire une place à la cour, Cécile veut exercer le métier de guérisseuse. Héros, n. m. 1-Dans la mythologie antique : demi-dieu ou homme divinisé en raison de ses exploits. 2-Au sens courant : personnage d'exception qui s'est distingué par ses actes, son courage, ses vertus. 3-Sens littéraire et artistique : le héros ou l'héroïne est le personnage principal d'une œuvre de fiction. Prolongement - Écriture : Cécile, reçue par Louis XIV, raconte au roi comment Pauline et elle ont découvert et déjoué le complot. Votre récit à la première personne,
8
du point de vue de Cécile, intégrera les sentiments de la jeune fille. Vous respecterez le schéma narratif et utiliserez les temps du récit. Objectif : opérer un changement de point de vue. PISTE 6 - Un récit d'actions : complot et dénouement Support : l'ensemble de l'œuvre. Objectif : proposer une interprétation du texte, réfléchir sur un genre. Durée : 1 heure. Plan de cours : e Dans les romans, depuis le XIX siècle, le règne de Louis XIV évoque l'aventure par excellence, avec un genre littéraire propre : le roman de cape et d'épée. I-Les conventions du genre Dans un premier temps, on pourra réfléchir sur les conventions du genre, à l'aide de souvenirs de lecture ou d'étude d'extraits (les "cadets de Gascogne", inPardaillanouLe Capitan) : On remarquera l'agressivité virile du héros, son origine sociale bien précise (petite noblesse d'épée peu fortunée) et souvent géographiquement déterminée. e -Pourquoi, à votre avis, le choix du XVII siècle ? II-Le complot et son dénouement Faire rappeler par les élèves l'enjeu du complot. Compléter le tableau suivant pour étudier ce que devient chaque personnage. Les conspirateurs Noms Situation avant le complot Situation une fois le complot déjoué Mme de Maintenon Claude L'homme en noir Même travail, oralement, pour les autres personnages : Pauline, Cécile, Guillaume, le Chevalier de Saint-Béryl… III-Un roman de cape et d'épée Complot à Versailles appartient-il à ce genre littéraire ? Réfléchir sur cette question c'est d'abord remarquer le choix de deux héroïnes plutôt que d'un héros, et les conséquences de cette préférence. -Comment fonctionnent ces personnages féminins dans un genre traditionnellement très "viril" ? Peut-on dire que Cécile et Pauline sont virilisées ? Ou bien est-ce qu'aux qualités viriles du bretteur de cape et d'épée correspondent chez nos deux héroïnes des qualités féminines aussi fortes ? -Comment ces qualités sont-elles, dans ce récit, des déclencheurs de l'action comparables aux combats dans les romans de cape et d'épée ? On remarquera qu'Annie
9
Jay puise également à d'autres sources :La Vie de Mariannede Marivaux, par exemple, e ou les romans précieux qui dessinent une autre place pour la femme au XVII siècle. Outils de la langue : les paroles rapportées. Dans le roman, les dialogues sont nombreux et animés. On en choisira un que l'on transposera au discours indirect pour examiner ses caractéristiques et les différences stylistiques. Objectif : examiner les caractéristiques des discours direct et indirect. PISTE 7 - Le cadre du roman : de la ville à la cour. Objectif : affiner la définition du roman historique en insistant sur : -Le rôle des personnages et événements réels -Les faits de société qui créent l'illusion du réel -L'installation de la fiction dans un cadre précisément évoqué I-Exposés : e -Paris au XVII siècle-Le château de Versailles -La vie quotidienne à la cour sous Louis XIV. II-La cour, thème littéraire DansComplot à Versailles, l'auteur fait de la cour le lieu principal de l'action. En 1683, le roi est déjà installé à Versailles et fait de ce château le théâtre de la monarchie absolue. Tout ce qui compte en France ou qui passe en France, veut aller à la cour. Elle fascine et repousse à la fois. Très rapidement, la cour donne lieu à des œuvres littéraires. Ce sont ces œuvres qui ont inspiré Annie Jay. A-Le thème de la cour à travers d'autres œuvres : -La religion à la cour : lesSermonsde Bossuet -Portraits de courtisans :Les Caractèresde La Bruyère. -Le cour vue par un courtisan : lesMémoiresde Saint-Simon. B-Pourquoi la cour est-elle un thème littéraire si riche ? En effet, fonctionnant littéralement comme un théâtre, avec une unité de lieu, la cour concentre des intrigues en tout genre (amoureuses, politiques, économiques) qui se nouent et se dénouent en permanence. Cette apparente futilité - liée pourtant à des enjeux considérables (centralisation du pouvoir) - explique la fascination des écrivains de l'époque pour ce monde baroque. Comment Annie Jay utilise-t-elle, à sa manière, la vie de cour ? Outils de la langue : la phrase et le vers. Texte support : «Marcher d'un grave pas...» de Du Bellay. Séance suivie d'une rapide évaluation sur la métrique. Objectifs : - Etudier plus précisément la phrase complexe (juxtaposition, coordination, principale et subordonnées) - Approfondir les connaissances sur l'alexandrin classique.
10
e Piste 8 - Médecine et médecins au XVII siècle Supports : le roman, des extraits de pièces de Molière :le Médecin malgré lui,le Malade imaginaire, documentations diverses (manuels d'histoire, encyclopédies, Internet). Objectifs :-Mener une étude thématique. -S'exprimer à l'oral avec aisance et clarté. Conduite : la séance peut débuter par un rapide relevé des diverses allusions aux médecins dans le texte, suivi d'une synthèse. On fera suivre ou précéder cette réflexion de la lecture d'extraits duMédecin malgré luiet duMalade imaginairede Molière. Un exposé sur les connaissances médicales de l'époque alimentera la réflexion collective. Thèmes de réflexion: e A-Quelles sont les principales pratiques d'hygiène dans le roman ? Au XVII siècle ? B-Quelle image de la médecine et des médecins nous donne le roman d'Annie Jay ? Correspond-elle aux critiques de l'époque ? Correspond-elle à la réalité de l'époque ? C-Pourquoi a-t-on recours aux guérisseuses ? Quel usage fait-on des poisons ? D-Le travail de l'historienne : il s'agit ici de faire comprendre aux élèves la nécessité d'une documentation sans faille pour écrire un roman historique et l'intérêt de réunir des personnages historiques et fictifs. Activités complémentaires Autour du cédérom "Complot à Versailles" (un jeu complet qui fait visiter le château de Versailles au temps du Roi-Soleil). Activité proposée : Réécriture du scénario du jeu sous forme de nouvelle policière. Lectures cursives : Alexandre Dumas,Les Trois Mousquetaires,Vingt ans aprèsAnnie Jay,À la poursuite d'OlympeAnnie Pietri,Les Orangers de VersaillesAnnie Pietry,L'espionne du Roi Soleil Patrick Süskind,Le Parfum Études complémentaires : Molière,le Bourgeois Gentilhomme Théophile Gautier,Le Capitaine Fracasse, École des Loisirs Lecture d'extraits : Louis-Sébastien Mercier,Tableaux de ParisVoltaire,L'Ingénu(l'Ingénu reçu à la cour) La Fontaines,FablesLa Bruyère,Les Caractères, étude de portraits Mme de Sévigné,Lettres(extraits)
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.