CONDAMNATION DE LA GUERRE ET DE LA POURSUITE DE L'OCCUPATION ...

De
Publié par

CONDAMNATION DE LA GUERRE ET DE LA POURSUITE DE L'OCCUPATION ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 88
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
APPEL DU RESEAU INES
(International Network of Engineers and Scientists for Global Responsibility)
CONDAMNATION DE LA GUERRE
ET DE LA POURSUITE DE L'OCCUPATION MILITAIRE
EN IRAK
Bien que la coalition dirigée par les Etats Unis d'Amérique ait transféré le pouvoir à un
gouvernement irakien intérimaire le 28 Juin 2004, l'occupation militaire de l'Irak se poursuit
tandis que les conséquences de la guerre continuent à se faire sentir.
INES avait cherché à apporter sa contribution pour éviter cette guerre en publiant un appel à
Paris le 1er Février 2003. Cet appel demandait aux scientifiques, aux ingénieurs et aux
universitaires du monde entier de travailler ensemble à empêcher cette guerre, en usant de tous
leurs moyens à la fois personnels et professionnels. Mais le gouvernement des Etats Unis et
certains de ses alliés, en s'appuyant sur leur force militaire, ont choisi le chemin de la guerre au
mépris du droit international, sans l'autorisation du Conseil de Sécurité, et à l'encontre de la
volonté populaire portée dans le monde entier par les millions d'hommes et de femmes
manifestant contre la guerre.
L'argument des armes de destruction massive invoqué par les Etats Unis et le Royaume Uni pour
justifier la guerre s'est avéré mensonger. Les images des tortures atroces et barbares commises
par des soldats américains et britanniques sur des citoyens iraquiens dans des prisons iraquiennes
ont balayé toutes les justifications morales avancées par les Etats Unis, selon lesquelles la guerre
fut entreprise pour "libérer" et "démocratiser" le peuple iraquien, et pour donner un exemple à
suivre à l'ensemble du monde arabe. Ces atrocités sont seulement la pointe de l'iceberg de
souffrances endurées par l'ensemble de la nation iraquienne. L'occupation est un crime en cours
d'éxécution, qui porte atteinte à l'honneur et à la liberté du peuple iraquien.
Les membres du réseau INES sont désormais extrêmement préoccupés par les graves
conséquences de la guerre en Irak et de la poursuite de l'occupation militaire. A l'intérieur du
pays, elles sont très nombreuses:
- les morts, les blessés et leur cortège de souffrances infligés aux citoyens iraquiens et au
personnel de l'assistance internationale ainsi qu'aux membres des forces d'occupation;
- la destruction des infrastructures civiles de l'Irak, les dommages portés à son héritage culturel;
- l'impossibilité de répondre aux besoins élémentaires de la population iraquienne et
l'effondrement du niveau de vie;
- la violence croissante qui se manifeste en Irak contribue à aggraver l'insécurité.
Au niveau global, les conséquences du retour en force du principe "la force prime le droit", mis
en oeuvre dans la guerre conduite par les Etats Unis, sont également multiples:
- affaiblissement de l'autorité des Nations Unies suite à la décision des Etats Unis d'engager la
guerre sans mandat du Conseil de Sécurité;
- mise en cause de l'esprit de dialogue entre les nations et les cultures;
- développement des comportements anti-démocratiques
et militaristes
ainsi que des
antagonismes culturels dans le monde entier.
En ce qui concerne les Etats Unis, les effets de la guerre sont également nombreux:
- Perte de leur prestige comme source de principes éthiques et modèle de valeurs humaines,
notamment dans les pays qui voyaient en eux l'idéal d'une nation moderne, libre et démocratique;
- développement de l'opposition et de la méfiance à l'encontre de la politique américaine dans le
monde entier, notamment dans les pays arabes, qui voient dans l'occupation de l'Irak par les USA
un acte d'une violence extrême contre eux tous.
Les membres du réseau INES condamnent la guerre contre l'Irak conduite par les Etats Unis et
expriment leur préoccupations pour le présent et l'avenir du peuple iraquien et pour la stabilité du
Moyen Orient.
Nous appelons les scientifiques, les ingénieurs et tous les intellectuels, ainsi que les Universités
et les autres institutions scientifiques et techniques dans le monde à exprimer sous toutes les
formes non violentes leur protestation contre la poursuite de la guerre et de l'occupation militaire
en Irak et à utiliser tous les moyens pacifiques à leur portée pour atteindre les objectifs suivants:
1.- Retrait du territoire iraquien des forces militaires dirigées par les Etats Unis, et leur
remplacement par une force multinationale, avec l'accord du peuple iraquien, sous mandat de
l'ONU;
2.- Application de toutes les mesures nécessaires pour garantir la souveraineté, l'indépendance et
l'intégrité territoriale de l'Irak, y compris le contrôle complet de ses ressources nationales et la
sauvegarde, la sécurité et la santé de son peuple;
3.- Libération de toutes les personnes emprisonnées ou arrêtées en Irak sans raison, étant donné
qu'au cours de l'occupation, selon les rapports de la Croix Rouge, 90% de tous les prisonniers ont
été arrêtés par erreur;
4.- Restauration de l'héritage culturel et restitution des trésors iraquiens qui ont été l'objet de
vols, de dommages ou de pertes à cause de l'invasion; en cas de perte définitive, compensation
totale de ces pertes par les pays occupants (les forces d'occupation avaient la responsabilité de la
protection de cet héritage culturel selon les conventions de Genève);
5.- Soutien par tous les moyens possibles aux ingénieurs et scientifiques iraquiens, qui sont
victimes de l'insécurité et de persécutions, qui sont empêchés de poursuivre leurs activités
professionnelles et ont perdu leurs moyens d'existence à cause de la guerre et de l'occupation;
6.- Mise en oeuvre de toutes les mesures nécessaires pour déférer devant la justice les dirigeants
des forces d'occupation et tous les responsables des morts, des blessures infligées à la population
civile, des tortures appliquées aux prisonniers, et pour accorder aux victimes de justes
compensations.
7.- Appui à la création d'une société ouverte et démocratique par le peuple iraquien.
Appel lancé par le Conseil International du réseau INES
réuni à SOPRON, Hongrie, le 4 Juillet 2004
(traduction Marc Ollivier)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.