Conseil économique et social

De
Publié par

Conseil économique et social

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 83
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
  
Nations Unies
Conseil économique et social
Session de fond de 2006 Genève, 3-28 juillet 2006 Point 2 de l’ordre du jour provisoire* Création, aux niveaux national et international, d’un environnement qui se prête à un plein-emploi productif et un travail décent pour tous, et son impact sur le développement durable
Distr. générale 11 mai 2006 Français Original: anglais
Déclaration présentée par Legiào da Boa Vontade, organisation non gouvernementale dotée du statut consultatif auprès du Conseil économique et social
E/2006/NGO/28
Le Secrétaire général a reçu la déclaration suivante, dont le texte est distribué conformément aux paragraphes 36 et 37 de la résolution 1996/31 du Conseil économique et social.
* E/2006/100.
06-34661 (F) 310506 050606 *0634661*
E/2006/NGO/28
2
1.
2.
Déclaration
Introduction
Dans le cadre de sa mission visant à promouvoir l’éducation et la culture dans le respect de la spiritualité pour que chacun dispose de nourriture, de santé et de travail pour devenir un citoyen œcuménique, la Légion de la bonne volonté, institution dotée du statut consultatif général auprès du Conseil économique et social de l’Organisation des Nations Unies, qui propose et met en œuvre des programmes humanitaires et socio-éducatifs depuis plus de 56 ans, rend compte dans le présent rapport des résultats des six ateliers consultatifs préparatoires à l’intention du débat de haut niveau du Conseil économique et social qui aura lieu dans les principales villes du Brésil et dans la capitale argentine sur le thème : « Création, aux niveaux national et international, d’un environnement qui se prête à un plein-emploi productif et un travail décent pour tous, et son impact sur le développement durable ». L’examen de cette question se rattache aux objectifs du Millénaire pour le développement qui ont été définis par l’Organisation des Nations Unies. Des représentants des trois composantes de la structure sociale (secteur public, secteur privé et société civile) ont participé aux débats, qui ont abouti à un ensemble de recommandations fondées sur les conceptions des secteurs représentés, en particulier la société civile, représentée par des centaines d’organisations sociales et de dirigeants communautaires. Des recommandations de caractère général ont été adoptées par ces ateliers. Par ailleurs, trois ONG ont présenté des recommandations spécifiques à inclure dans le rapport.
L’action de la LGW – Solidary Society Network
Fondée le 1erjanvier 1950, la LGW a des équipes qui opèrent dans l’ensemble du territoire brésilien et à travers l’Amérique du Sud (Argentine, Bolivie, Paraguay et Uruguay), en Europe (Portugal) et aux États-Unis d’Amérique.
Sur l’invitation de la session des ONG du Département des affaires économiques et sociales de l’Organisation des Nations Unies et estimant que les questions dont elle s’occupe présentent le plus grand intérêt pour le développement durable des pays où elle mène des actions, la Légion de la bonne volonté a entrepris, pour la troisième année consécutive, de mobiliser et de parrainer d’autres organismes afin de sensibiliser le public et de mettre en place un réseau d’organisations à vocation sociale afin de pouvoir intégrer leurs différentes initiatives et conceptions. En dehors de son caractère coopératif, la Légion estime que l’aspect le plus important dans la constitution du réseau qui est proposée est la construction d’une culture de paix et de développement durable solidaire fondée sur l’épanouissement humain, social et spirituel de toutes les personnes qui y participent.
C’est ainsi que le Solidary Society Network a déjà rassemblé 371 institutions dans le dessein de renforcer leur caractère institutionnel, de mettre en commun leurs données d’expérience positives et de transposer et généraliser les technologies sociales réussies. Le nom de ce réseau s’inspire de la thèse du Président de la Légion de la bonne volonté, José de Paiva Netto, intitulée « Solidary Altruistic Ecumenical Society », dans laquelle l’écrivain, journaliste et animateur de radio présente depuis des années des modèles de bonne volonté capables de mettre en place une société plus égalitaire, fraternelle et pacifique.
LBVHLS2006FrancÛs.doc
3.
a)
b)
Grâce à l’intérêt que ses membres attachent au développement humain et social, ce réseau a donné naissance à des partenariats, a mobilisé la société et a créé des politiques modèles dans le domaine public.
Aspects techniques
Méthodologie
Le déroulement de la réunion de la société civile latino-américaine sur l’emploi et le développement durable ainsi que l’élaboration de propositions qui ont commencé en janvier 2006 ont suivi les étapes suivantes :
Constitution d’un groupe de travail en vue de l’organisation d’ateliers dans cinq grandes villes brésiliennes et dans la capitale de l’Argentine;
Débat pour décider de la procédure à suivre pour les réunions et des résultats à atteindre;
Réunions locales pour décider des programmes de travail (tâches à remplir, délais à respecter et personnes responsables);
Réunions locales pour évaluer ces processus;
Retombées locales des ateliers;
Élaboration du rapport – Récapitulation des informations recueillies au cours des réunions.
Il y a lieu de rappeler ici quelques aspects qui ont été jugés importants pour l’obtention des résultats finals de cette action, à savoir :
a) Les groupes de discussion se composaient de représentants des trois composantes de la structure sociale, une place privilégiée étant accordée aux organisations de la société civile (ONG), dont la participation à l’élaboration des propositions a été déterminante pour l’optique des personnes qui collaborent directement avec les collectivités dans des conditions de vulnérabilité économique et sociale;
b) L’élaboration des propositions a été précédée de la présentation de groupes thématiques sur l’emploi et le développement durable sous forme de déclarations faites par des spécialistes de ces trois secteurs ayant une connaissance avérée de la question;
c) Les débats sur l’élaboration des propositions et suggestions ont commencé par un bref exposé de la question par un facilitateur invité ayant une expérience directe reconnue de la manière de résoudre ces problèmes; et
d) Les recommandations recueillies étaient le résultat des ateliers au cours desquels les participants ont mis en commun leurs données d’expériences et leurs opinions dans un débat collectif et démocratique.
Représentation géographique
Dans un souci de représentation géographique et de pluralité dans les recommandations proposées, la Légion de la bonne volonté a mobilisé des participants venus de tous les coins du Brésil et de l’Argentine en organisant des séances de fond dans les grandes villes brésiliennes et à Buenos Aires et a obtenu des
LBVHLS2006FrancÛs.doc
E/2006/NGO/28
3
E/2006/NGO/28
4
4.
recommandations d’autres sources au moyen de questionnaires. C’est ainsi que 371 organisations ont participé à l’élaboration de ces recommandations.
Recommandations
En Amérique latine, les critères les plus généralement utilisés pour mesurer le niveau des besoins et de la pauvreté prennent comme référence le salaire minimum. Il ressort des données récemment publiées par le PNUD et le Gouvernement brésilien que le Brésil compte environ 74 millions de personnes qui vivent en dessous du seuil d’extrême pauvreté (42 % de la population). La possibilité de venir à bout de cette situation est liée à la capacité d’obtenir un emploi décent. La situation la plus critique concerne la population âgée de 15 à 24 ans. Le taux de chômage des jeunes est environ deux fois plus élevé que la moyenne nationale. Il faudra toutefois répondre aux nécessités du développement socioéconomique par des politiques qui prévoient une utilisation rationnelle des ressources naturelles.
Les recommandations qui suivent portent sur trois thèmes subsidiaires qui ont été examinés au cours de trois ateliers consacrés aux découvertes technologiques récentes en matière d’information et de communication, aux nouvelles formes de relations professionnelles et à la participation accrue au développement socioéconomique des pays en développement.
Atelier 1 moyens de créer le plein emploi et d’offrir à tous un travail– Autres productif et décent :
• Stimuler la diffusion, l’adaptation et la reproduction d’expériences réussies de création d’emplois et de revenus;
• Accroître la quantité et la qualité des centres d’insertion dans le marché de l’emploi fonctionnant comme des intermédiaires efficaces entre les employeurs et les demandeurs d’emploi;
• Améliorer la qualité de l’enseignement et de la qualification professionnelle dans le pays, en encourageant l’esprit d’entreprise et un régime d’associations, principalement à l’intention des jeunes à la recherche d’un premier emploi;
• Élargir la portée des cours de vulgarisation et des collèges techniques qui fournissent des qualifications professionnelles de nature à garantir la pérennité de l’emploi;
• Créer des mécanismes d’orientation professionnelle et encourager les élèves à suivre jusqu’au bout les programmes de formation professionnelle;
• Associer aux cours de formation en cours d’emploi l’obligation de créer des partenariats permettant de faire entrer les personnes qui terminent les cours de formation sur le marché de l’emploi;
• Prendre des initiatives de création d’emplois et de revenus pour certains groupes socialement exclus : mineurs, personnes ayant des besoins spéciaux, femmes chefs de famille, personnes âgées, groupes de population faisant l’objet d’une discrimination ethnique, etc.;
• Adopter des mesures pour encourager les activités productives, par exemple en simplifiant les formalités liées à la création de sociétés et à l’accès à des lignes de crédit, en révisant les lois sur le travail et l’impôt, en élargissant les programmes destinés à ouvrir à tous l’alimentation en électricité et la
LBVHLS2006FrancÛs.doc
communication ainsi que l’inclusion numérique, comme moyens d’encourager l’application des notions d’arrangements productifs locaux, de groupements, d’associations, etc.;
• Définir les possibilités, les vocations, les avantages et les inconvénients de l’articulation d’actions stratégiques destinées à faciliter la diffusion des offres d’emploi face aux exigences de la création d’emplois et de revenus;
• Inclure l’épanouissement spirituel dans les projets socioéducatifs, environnementaux et économiques afin de sauvegarder les valeurs purement œcuméniques et la formation globale de l’individu, comme par exemple la formule d’enseignement intitulée Pédagogie citoyenne œcuménique qui est appliquée dans les écoles de la Légion de la bonne volonté.
Atelier 2– Démocratisation de l’accès aux technologies de l’information et rôle de l’éducation et de la communication :
• Stimuler la mise en œuvre de politiques publiques qui visent à démocratiser les technologies de la communication et de l’information, assorties de mécanismes de contrôle qui garantissent des résultats efficaces;
• Permettre un accès gratuit aux technologies de la communication et de l’information dans les banlieues des grandes villes, principalement par le biais d’Internet, en multipliant les télécentres;
• Inclusion de la question « Technologies de la communication et de l’information » dans les programmes d’études des écoles publiques et privées;
• Intéresser les médias à la promotion de campagnes de communication de masse visant une participation générale;
• Mobiliser la société civile pour exiger l’utilisation duFundo Universalização do Serviço de Telecomunicações – FUST(Fonds d’universalisation des services de télécommunication) dans les programmes d’inclusion numérique;
• Sensibiliser le gouvernement et le secteur technologique à la nécessité de réduire les dépenses d’équipement;
• Implanter dans les villes des terminaux d’ordinateurs assurant des cours de formation professionnelle afin de faciliter l’accès à l’information et l’acquisition de qualifications pour les collectivités;
• Organiser des cours d’enseignement à distance pour tous les groupes d’âge;
• Stimuler la réduction du coût des chaînes câblées et créer un système d’inspection des chaînes de télévision gratuites;
• Diffuser les connaissances et démocratiser l’information dans tous les médias électroniques ayant une grande portée afin de sensibiliser les citoyens à leur rôle dans la société en prenant comme modèle le Super Good Will Communication Network (réseau de communication de la Légion de la bonne volonté) constitué par le réseau radiophonique Super Good Will (qui comprend de multiples stations émettrices au Brésil et émet dans le monde entier par Internet) etRede Mundial de Televisão– RMTV (chaîne éducative).
LBVHLS2006FrancÛs.doc
E/2006/NGO/28
5
E/2006/NGO/28
6
5.
Atelier 3Création de partenariats en faveur du développement social durable :
• Encourager la collaboration entre les trois secteurs pour promouvoir le développement durable en créant des voies de communication efficaces entre les ONG, ainsi qu’avec les entreprises publiques et privées;
• Amener le pouvoir législatif à incorporer le troisième secteur dans la législation sur les partenariats publics-privés (PPP);
• Permettre aux organisations non gouvernementales d’initier, d’élaborer, d’administrer et d’évaluer des projets à caractère social avec de grandes institutions, Légion de la bonne volonté, CDI, SEBRAE notamment;
• Renforcer le fonctionnement des réseaux intersectoriels et intrasectoriels, sur le modèle du Solidary Society Network, pour le partage des compétences, des pratiques optimales, des actions coordonnées, des échanges de données d’expérience, de démocratisation et de socialisation des connaissances;
• Encourager la participation active de la société civile aux conseils municipaux, nationaux et fédéraux, ainsi qu’aux assemblées, dans le dessein de sensibiliser les pouvoirs publics à la mise en œuvre de politiques efficaces;
• Préparer les collectivités à proposer l’élaboration de politiques publiques axées sur le développement socioéconomique et à agir dans ce sens, et aussi à rechercher l’abaissement des impôts abusifs afin de permettre la création de nouveaux emplois;
• Faciliter l’accès des ONG aux investissements sociaux, privés et publics;
• Stimuler le recrutement de travailleurs locaux pour la réalisation de travaux publics (logements sociaux et autres travaux de construction, principalement des garderies) en créant des emplois dans les collectivités (rôle des associations communautaires : recenser, administrer et surveiller les travaux);
• Encourager la participation d’universités aux projets axés sur le développement professionnel de la société civile;
• Diffuser et disséminer la notion de réseau dans les institutions gouvernementales afin de mener des actions intégrées avec les ONG.
Conclusion
Dans son article sur l’urgence de rééduquer, le Président de la Légion de la bonne volonté, José de Paiva Netto, fait de la transformation de l’individu le point de départ de la solution de tous les problèmes sociaux. Il résume cette idée en affirmant que si l’on prend soin de l’esprit, que l’on réforme l’être humain, tout se transformera. Toutes les mesures socioéducatives prises par la Légion de la bonne volonté et dans l’ensemble du Solidary Society Network portent sur l’épanouissement général de l’être humain grâce à la formation simultanée de l’esprit et du cœur. La voie la plus propice demeure l’éducation par la spiritualité œcuménique.
LBVHLS2006FrancÛs.doc
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.