journal 126.qxp

De
Publié par

journal 126.qxp

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 49
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
mensuel municipal d’information
n° 126 - avril 2007
DOSSIER Rythmes de l’enfant : la parole aux parents
pratique . numéros d’urgence : Urgences médicales et paramédicales 24 h/24 h :composer le 15 Pompiers :composer le 18 Pharmacies (garde) :04 76 63 42 55 Hôpital Michallon :04 76 76 75 75 Centre antipoison :04 76 76 56 46 Urgences pédiatriques :04 76 76 55 01 Police municipale :04 76 63 81 20 Police nationale :04 76 42 05 03 EDF/GDF :04 76 49 50 51 Dépannage gaz :04 76 49 50 51 Dépannage électricité :0 810 333 338 SAUR France :0 810 402 402 n° urgence :04 76 50 53 25 La Poste :04 76 63 35 20 Bureau des cimetières :avenue du Grand-Sablon. Ouvert au public du lundi au samedi de 8 h à 18 h. Tél. : 04 76 44 84 44. . permanences à la mairie - Allo M. le Maire : 0 800 24 36 22, chaque mercredi de 10 h 30 à 12 h 30. - Elus :les adjoints assurent des permanences. Renseignements à l’accueil de la mairie. - Avocat-conseil : samedi 28 avrilde 9 h à 12 h à la mairie, sur rendez-vous au 04 76 63 77 05. er - Architecte-conseil :du mois, de1 jeudi 8 h à 12 h, au service urbanisme 97, Grande Rue. Sur rendez-vous au 04 76 63 77 42. - Conciliateur de justice : jeudi 5 avril à 15 h sur rendez-vous au 04 76 63 77 05. - Pact de l’Isère : vendredi 20 avrilà la mairie de Meylan, renseignements au 04 76 63 77 06. Infos : www.isere-info-logement.org - Energie :conseils pratiques et gratuits sur la maîtrise de l'énergie par l’agence locale de l’énergie. Rendez-vous au 04 76 00 19 09 ou au service environnement de la mairie : 04 76 63 77 43. e - Permanence du député :2 vendredi du mois, sur rendez-vous, auprès de la perma-nence parlementaire, tél. : 04 76 46 18 27. . mairie 74, Grande Rue, 38700 La Tronche. Tél. : 04 76 63 77 00. Fax : 04 76 51 32 68. Mél : contact@ville-latronche.fr. www.ville-latronche.fr Ouverture du lundi au vendredi, de 9 h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h 30. Service état civil ouvert en continu de 9 h à 16 h 30 le vendredi.
Directrice de la publication : Pascale Galliard Rédactrice en chef : Elisabeth Mathieu Maquette/réalisation : Ségolène Picard Ont collaboré à ce numéro : Danielle Maurel, Aurélie Lazzarotto Corrections : Isabelle Seret Photos : ville de La Tronche, Laurent Frappat, François Henry Impression : Itinéraire Périodicité : mensuelle Dépôt légal : n° ISSN 1249-4908. Hôtel de ville, 74, Grande Rue 38700 La Tronche. Service communication : 04 76 63 77 49. Ce journal a été tiré à 4 000 exemplaires.
2)
Si vous ne recevez pas régulièrement le journal municipal, contactez le service communication 04 76 63 77 49. Prochaine parution le 2 mai.
le bulletin n° 126
à noter . Deux enquêtes publiques en avril - Le projet de plan de prévention des risques naturels de La Tronche est soumis à enquête publique jusqu'au 27 avril inclus. Les permanences du commis-saire enquêteur ont lieu le mercredi 4 avril de 9 h à 12 h et le vendredi 27 avril de 14 h à 17 h. Les observations peuvent être consignées sur le registre d'enquête ou adressées par écrit au commissaire enquê-teur à la mairie. - L’enquête publique du Symbhi(Syndicat mixte des bassins hydrauliques de l'Isère) est consultable jusqu’au 16 avril et sur le site internet www.symbhi.fr. Les deux enquêtes sont consultables au service urbanisme de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h.
sommaire Conseil municipalp.3 En position “ veille ”p.4 Projet rocade nord
DOSSIER p.5-6-7 Rythmes de l’enfant : la parole aux parents
Isère : derniers débatsp.8 Travaux sur les berges de l’Isère
Zoom sur la Grande Tronchep.9 Rencontre avec le président de l’union de quartier
De la mesure à la robotiquep.10 Exposition au Musée des sciences médicales
Quand les jeunes vont à Belfortp.11 Les jeunes du Relais aux Eurokéennes
Les spectacles Faïencerie et Passe-partoutp.12
. Elections présidentielles Les dimanches 22 avril et 6 mai 2007.Les bureaux seront ouverts de 8 h à 18 h. Vous ne pouvez pas voter ces jours-là et souhaitez faire une procuration ? Rens.sur le site de la ville www.ville-latronche.fr ou au service élections : 04 76 63 77 13. . Rentrée scolaire 2007-2008 Les dernières inscriptions se font à la villa des Alpes du lundi 16 avril au vendredi 20 avril, de 10 h à 13 h et de 13 h 45 à 16 h 45, sauf le mercredi. Sont concernés les premières années de maternelle (enfants nés en 2004), les entrées au CP, les nou-veaux arrivants dans la commune ainsi que les demandes de dérogations scolaires. Renseignements : 04 76 63 33 42.
. Campagne de dératisation Elle se déroule pendant la première quinzaine d'avril dans les bouches d'égout permettant l’accès au réseau d'assainissement. Les véhicu-les de la société intervenant pour cette première campa-gne de dératisation 2007 seront équipés de panneaux avec le logo de la Métro et des explications sur les opé-rations effectuées. état civil . naissances Colomban De Suremain le 1/03, Rémy Kwasny le 6/03, Romain Chardonnet le 9/02. . décès Marguerite Fortune le 3/02, Michele Iannone le 22/02, Janine Chauvin le 24/02, Marcelle Avrillier le 14/03, Armande Convert le 15/03. L’état civil est publié à la demande expresse des familles.
Vie municipale
Conseil municipal du 26 février 2007
i
turation de l'Espace Doyen Gosse, destiné > Tracé inacceptable à regrouper des activités associatives et La municipalité réitère son point de municipales. En 2007, une première vue sur le projet de rocade nord pré-phase prévoit des travaux de sécurité senté par le conseil général le 17 janvier incendie et d'accessibilité du rez-de-et le 5 février, et le déclare tout à fait chaussée, ainsi que des études notamment inacceptable. La réalisation d'une tête Unautreregardsurlaville thermiques. Sont sollicitées pour cette de tunnel dans le quartier de la Petite Le Plan local d'urbanisme est un outil qui fixe opération des aides de l'Etat, du conseil Tronche et d'une tranchée à ciel ouvert des objectifs et des règles à respecter en matière général de l'Isère, de la CAF de entre le futur boulevard urbain (ex de déplacements, d'habitat, d'équipements Grenoble et du conseil régional. RN90), et les berges de l'Isère, ned'aménagements publics ainsi que de préservation Unanimité respecte pas le Plan local d'urbanismede l'environnement. de la commune et elle est incompatibleL'équipe municipale a souhaité aller plus loin > Vœu pouren proposant un autre outil, à vocation péda-avec les engagements pris par le conseil général dans le cadre de son Agenda 21.le pacte écologique gogique : le Cahier de recommandations archi-tecturales et paysagères. L'objectif premier est UnanimitéLe conseil municipal soutient les dix simple : apporter des conseils à tout candidat objectifs énoncés dans le pacte écolo-à la construction, l'éclairer sur les enjeux archi-> Une zone 30gique de la fondation présidée par tecturaux, paysagers et environnementaux de Nicolas Hulot. Ces objectifs s'accompa-à la Grande Troncheson projet. Cela concerne aussi bien les profes-gnent de cinq propositions concrètes, Le conseil municipal approuve l'avant-sionnels de la construction que les particuliers. dont l'instauration d'une taxe carbone,Ni réglementation, ni recueil de “ recettes ” à projet d'aménagement des espaces le soutien à la production agricole deappliquer mécaniquement, ce Cahier est avant publics à la Grande Tronche. Les tra-tout une aide à la réflexion, un guide pour la qualité et de proximité, le recours systé-vaux, prévus en 2008, concernent la cohérance architecturale de notre commune et matique au débat public pour les gran-Grande Rue, la partie haute du che-de ses quartiers. Savoir se poser les bonnes des décisions nationales en matière de min du Pont-Prouiller, l'amorce des questions, c'est déjà la moitié de la solution, développement durable. La ville de La chemins de la Viotte et de l'Union, dit-on... Les résultats attendus sont de taille : Tronche s'est pour sa part déjà engagée ainsi que les espaces publics contigus.comprendre le paysage, y insérer une architecture dans des actions de développement Réduction de la vitesse (zone 30), par-nouvelle en le respectant, bien implanter le bâti durable - économies d'énergie, promo-en fonction du contexte climatique, gérer les tage de l'espace, trottoirs confortables tion des énergies renouvelables, plan deénergies, avoir des plantations adaptées… et accessibles, espaces requalifiés, tel déplacement d'administration, pro-Plus largement, il s'agit de sensibiliser le public est l'essentiel des principes d'aménage-aux caractéristiques qui font l'identité de duits bio dans la restauration scolaire, “ ment retenus.Pour 27, absention 2 La Tronche et de chacun de ses quartiers, aux chemins malins ”… - et continuera à vues et aux paysages, à la diversité des décliner cette démarche. > Restructuration de ambiances. Habiter, c'est aussi voir et ressentir. Pour 25, absention 4 l’Espace Doyen GosseConstruire, c'est embellir la ville en se glissant dans sa nature profonde. Le conseil municipal approuve le pro- Prochain conseil municipal gramme de réhabilitation et de restruc-lundi 23 avril 2007 à 20 h 30. Claire-Lucile Sanson adjointe déléguée à l’urbanisme Lundi 19 mars, Arrêtsurimage re 1 pierre du projet Petites Sœurs des pauvres
Lundi 19 mars, de nombreuses per-sonnalités étaient présentes pour la re pose de la 1 pierre de la résidence de personnes âgées qui sera cons-truite par les Petites Sœurs des pau-vres, dans le quartier de la Petite Tronche. Jean-Michel Remande, le maire de La Tronche, a exprimé à cette occa-sion sa satisfaction concernant la voie enfin ouverte vers la construc-tion de ce nouveau lieu d’accueil des personnes âgées si nécessaire aujourd’hui et demain.
le bulletin n° 126
3)
Vie municipale En position “ veille ”
A l'issue de la présentation du projet de rocade nord par le conseil général, une cellule de vigilance a été mise en place à l'initiative de la ville de La Tronche. Elle réunit, autour des élus, les unions de quartier et les associations locales de défense du cadre de vie.
Deux réunions publiques, le 17 janvier et le 5 février, ont permis aux Tronchois de prendre connaissance du projet de roca-de nord, sous la forme d'un nouveau schéma étudié et proposé par le conseil général de l'Isère. A cette occasion, l'équipe municipale a réaffirmé le caractère inac-
Expression politique
ceptable du tracé en question, en raison notamment de deux points noirs. Outre la réalisation d'une tran-chée non couverte entre la départementale 1090 (ex RN90) et les berges de l’Isère, le projet prévoit en effet “ l'éventrement du sec-teur de la Petite Tronche ” pour posi-tionner la tête de tun-nel au pied de l'im-meuble du Rachais, à proximité de la future maison de retraite “ Ma maison ” et de l'hôpital couple-enfant. Cette oppo-sition unanime des élus de La Tronche s'est manifestée à nouveau lors du conseil municipal du 26 février dernier. Comme cela avait été annoncé, la ville
Après Biopolis implanté contre tout bon sens en zone inon-dable, va être construit au CHU un centre de recherche sur les nanotechnologies. Objectif : construire des objets molé-culaires capables de s'auto assembler ou de se répliquer en les dotant de propriétés permettant de s'adapter au mieux à leur environnement. Les discours sur ces recherches évoquent le développement révolutionnaire des nanosciences pour le trai-tement des maladies incurables. Pour le moment ce sont des peintures, des cosmétiques, des revêtements de routes… qui sont mis sur le marché. Seulement 0,4% des dépenses mondiales ont été consacrées à la recherche sur les risques dont ceux pour la santé. Aujourd'hui il s'agit “ de créer de l'imprévisible tout en sou-haitant le moment venu de pouvoir le maîtriser ” ( J.-P. Dupuy), donc de craindre les risques sur la santé d'une utili-sation normale des découvertes scientifiques, et non plus les dérives de ces recherches.
4)
le bulletin n° 126
a par ailleurs mis en place une “ cellule de vigilance ”, qui s'est déjà réunie à deux reprises. Outre plusieurs élus de la municipalité, elle réunit les trois unions de quartier, le représentant des locataires du Rachais, les associations Avec, Grives, Démocratie et Ecologie. Présidée et animée par le maire, la cellule comporte 14 membres. Comme son nom l'indique, l'objectif de cette cellule de “ vigilance ” est de “ veiller ”. Cela signifie concrètement saisir, parta-ger et mettre à disposition toutes les informations nouvelles relatives au schéma proposé par le conseil général. Plus largement, c'est tout “ l'environne-ment ” du projet qui sera suivi avec une attention extrême et en toute transpa-rence. A noter ainsi deux faits récents qui ne seront pas sans conséquence : le permis de construire du parking de l'im-meuble du Rachais vient d'être délivré, tandis que le chantier de la maison de retraite des Petites Sœurs des pauvres commence et succède à une longue phase, de concertation puis de valida-tion du projet.
Le rapport du Comité national d'etique pour les sciences de er la Vie et de la Santé publié le 1 février 2007, consultable sur internet, recommande de “ donner la priorité aux mesures de protections nécessaires des travailleurs au contact des nano-matériaux. A titre de précaution les femmes enceintes devraient être exclues de ces postes. Obliger les industriels à un étiquetage visible des produits contenant des nanoparticules. Mettre en place une informa-tion effective du public en organisant des débats contradic-toires. Ne pas réduire les nanosciences aux nanotechnologies pour éviter le rejet par la société de techniques plus promptes à la course à l'innovation qu'au respect de l'intégrité physique et mentale des personnes. ” Le groupeDémocratie et Écologie
Le groupeVivons mieux ensemblen’a pas souhaité s’exprimer.
DOSSIER
Rythmes de l’enfant : la parole aux parents
,  . Elle repose sur l'écoute la plus large possible, la mise en débat des questions et l'élaboration collective des actions. L'ambition de la ville est de réunir, autour de l'enfant, une communauté éducative solidaire.
Depuis 2001, le Projet
éducatif local cherche à
répondre aux besoins
des enfants, en croisant
les intérêts éducatifs et les
contraintes quotidiennes
liées au travail des parents.
Un exercice parfois
complexe, des résultats
toujours perfectibles.
L'organisation de la vie des enfants et des jeunes est, depuis 2001, au cœur du travail collectif qui a conduit au Projet éducatif local (PEL). Un groupe de pilotage et six groupes de tra-vail thématiques s'étaient mis en place. Ces instances réunissaient et réunissent toujours enseignants, éducateurs et animateurs, responsables associatifs, agents des services de la ville et élus concernés par la construction du PEL. L'objet de ces instances ? Apporter des réponses concrètes aux demandes parentales. Une large enquête sur la ville avait permis de les cerner. Elles concernaient la restauration, l'accueil périscolaire, les déplacements des enfants, le soutien aux élèves en difficulté, la réussite du passage au collège. Pour ajuster les dispositifs à l'intérêt de l'enfant, le comité de
pilotage a fait appel à plusieurs reprises à des “ experts ”, spécialistes des démarches éduca-tives. Ainsi les trajets entre l'école et la maison avaient-ils été l'occasion de souligner l'intérêt de la marche à pied pour l'enfant, et pas seu-lement sur un plan strictement physique. Des “ témoins ” sont aussi, autant qu'il est néces-saire, appelés à la barre pour éclairer des choix. Ecouter, débattre, décider : tel est le triptyque d'une démarche participative qui met tous les éducateurs autour de la table, sans préséance ni poids hiérarchique. Dans le cas récent de la question sur l'école le samedi ou le mercredi matin, c'est une nou-velle enquête qui a constitué la première mar-che, une enquête décidée à la suite de plu-sieurs demandes familiales.... ... /
le bulletin n° 126
5)
Pour les 398 questionnaires distribués dans les éco-les et remis aux parents, on note un très bon taux de réponse (75,37 %). Les questions posées ne concer-naient pas que le choix très discuté du samedi ou du mercredi. Les réponses engrangées sur d'autres points permettent de cerner les actions plébiscitées, celles à engager ou à renforcer : les déplacements à vélo, la cantine familiale, les activités de l'USEP, la récréactiveElaborer une décision collective, c'est faire en sorte que celle-ci ait du sens pour le plus grand nombre, qu'elle représente un consensus le plus large possi-ble. Cela explique que, pour le vote du 24 mars, la barre “ décisionnelle ” ait été placée haut, à la majo-.Un débat pour éclairer le rité des voix + 1 de la totalité des inscrits. Quant à la ville, avec l'appui du service sport-éducation-jeu-choix Pas de salle comble ce mercredi 7 mars, mais tout de même une trentaine de parents venus chercher des élé-ments pour éclairer leur choix. La question posée solen-nellement le 24 mars - école le samedi matin ou le mer-credi matin ? - est un leitmotiv bien connu, une interro-gation émanant de manière récurrente d'un nombre grandissant de parents. Fidèle à la démarche du PEL, la ville a fait le choix de donner la parole à ceux-ci, en apportant divers éclairages. Des témoignages tout d'a-me bord, celui de M Castelli, adjointe aux affaires scolaires à Corenc, et de Véronique Bodert, parent d'élève dans cette même commune qui a fait le choix de l'école le mer-credi matin. Seul constat partagé : chacun a fini par s'a-dapter à cette nouvelle donne. Deux paroles " expertes " viennent nourrir au préalable la réflexion : celle de Fabienne Prince, éducatrice de jeunes enfants et forma-trice, et celle d'Emmanuelle Bonaz, psychologue. Toutes deux travaillent au sein de l'Ecole des parents et des éducateurs. Leurs réflexions s'efforcent de cerner les besoins de l'enfant, souvent mis à mal au long de la jour-née et de la semaine, et de peser les arguments des uns et des autres. Chronobiologistes, pédagogues et sociolo-gues n'ont en effet pas tout à fait le même point de vue, et toute décision reste imparfaite. Pour finir, la ville - élus et services - ont une seule position sur la question : celle d’entendre la voix majoritaire des parents, et d'accom-pagner un éventuel changement, notamment dans ses retombées extrascolaires.
6)
le bulletin n° 126
Lesamedi24marslesparentsd’élèvessesontprononcéspourlemaintiendel’écolelesamedimatin
enbref...
estuntempsdegarderiedusoirles enfants sont accueillis de 16 h 30 à 17 h 30. 'animateurs diplômés, les élèves peuvent e, pratiquer des jeux collectifs, se détendre ou t un moment d'accompagnement éducatif asse, proposé aux enfants inscrits au préalable. payant est calculé d'après le quotient familial. 'exprime actuellement pour élargir cette plage Cette question sera étudiée dans le cadre du
06,JorgeAmaro,coordinateurjeunesse, -vous aux collégiens, dans le cadre du foyer à la découverte de nouveaux jeux de société le 'improvisation le jeudi, de 12 h 30 à 13 h 30. nes d'élèves - filles et garçons - répond présent invitations. Ces temps de loisirs permettent de unes Tronchois, et de monter avec eux, des i peuvent se poursuivre dans le cadre du Relais. a réflexion du PEL sur le passage au collège, qui cial et sensible.
ailsurlesdéplacementsdesenfants triple préoccupation : écarter la voiture des loriser la marche à pied et le vélo auprès des autonomie. Avec l'aide des services techniques, giés ont été identifiés, sécurisés. Ils figurent arte des " chemins malins ", diffusée récemment t aux objectifs de fond, ils continuent d'alimenter
Commesixautresbénévoles,LaetitiaColonna assure un module d'aide à la réussite. De novembre à juin, à raison d'une heure par semaine, elle accueille un petit groupe de cinq enfants de CP et de CE1, à l'école de la Carronnerie. Sur les indications des enseignants, elle reprend méthodiquement certains points non assimilés. Etudiante de troisième année en sciences du langage, Laetitia en est à sa deuxième année d'intervention. Elle y trouve un enrichissement personnel et une préparation à son futur métier de professeur des écoles. Votedusamedi24marsdanslesécolesdeLaTronche Les 550 parents inscrits devaient, ce samedi 24 mars, insérer l’un ou l’autre des bulletins dans l’urne : oui à l’école le samedi ou oui à l’école le mercredi. Pour que le changement ait lieu, c'est-à-dire que la matinée d’école du samedi soit transférée le mercredi matin, il fallait que 275* parents l’affirment par leur vote. Seulement 239 voix se sont exprimées dans ce sens. La classe du samedi matin est maintenue pour la rentrée 2007. *Il s’agit de la majorité qualifiée soit le nombre d’inscrits divisé par 2 plus une voix.
Deux questions
à Isabelle Malafosse adjointe déléguée à l’éducation, à la jeunesse et aux sports
Qu'est-ce qui justifie la démarche par-ticipative du PEL ? La première idée, fondamentale, c'est qu'il existe autour de l'enfant plusieurs éducateurs, les parents et les enseignants bien sûr, mais aussi les animateurs des centres de loisirs, les personnels des services municipaux, les responsables associatifs. Chacun a une vue sur l'enfant, un témoignage à apporter. Pourquoi ne pas mettre en commun toute cette intelligence, et être encore plus intelligents tous ensembles ? C'est cette communauté éducative que nous n'avons de cesse de faire exister à travers le pilotage du PEL mais aussi dans les conseils d'école et, plus largement, dans tous les lieux et les espaces possibles de réflexion autour de l'enfant. L'autre raison, c'est que ces questions sont très complexes, le débat autour de l'école le mercredi matin ou le samedi matin l'a amplement prouvé. L'enfant est à la fois une personne avec des besoins qui lui sont propres mais, par ailleurs, il existe à l'intérieur d'une famille et d'une société qui, elles, sont soumises à d'autres contraintes. Donc, il faut du débat, et du vrai, sansa priori.
Mais il faut bien prendre une décision… Evidemment, mais cela ne peut intervenir qu'après une importante phase de réflexion partagée. Concernant l'école le samedi ou le mercredi, nous avons entendu les demandes, élaboré une enquête, collecté les résultats, mis la question en débat à tra-vers le réseau. Ce point n'a été tranché qu'après un long processus. Il n'y a pas de solution miracle, et dans tout changement il y a des pertes et des béné-fices. En revanche, il faut que la décision ne reflète pas une somme d’intérêts individuels, mais un véri-table intérêt collectif. De son côté la ville ne privilé-gie aucune position, elle se place en animatrice, en médiatrice, avec le souci d'aider à dégager une posi-tion aussi partagée que possible. C'est un processus continu, car n'oublions pas que les familles chan-gent et que, tous les cinq ans environ, il est bon de refaire le point, de reprendre l'ouvrage…
le bulletin n° 126
7)
Environnement etcadredevie
Isère : derniers débats
Destiné à prévenir le risque inondation, mais aussi à valoriser les atouts environnementaux de la rivière, l'avant-projet “ Isère amont ” vit une ultime phase de concertation.
Face au risque d'inondation, le conseil général a créé en 2004 le Syndicat mixte des bassins hydrauliques de l'Isère (Symbhi). Trois études, des ateliers de travail et de concertation, un dialogue avec les élus des communes concernées, un scénario validé : le Symbhi a présenté il y a quelques mois un avant-projet “ Isère amont ”. Celui-ci a connu plusieurs phases de débats avec les habitants, les riverains et les élus. Pour la commune de La Tronche, la dernière réunion a eu lieu le 26 mars dernier. Entretemps, et à la demande des com-munes dont La Tronche, le projet a été sensiblement affiné. Les “ modifica-tions substantielles ” (1) concernent notamment certains ouvrages - digues, déversoirs, vannes… - qui ont été déplacés ou supprimés. Pour le territoire de La Tronche, la discussion a porté sur le sta-tut des terrains des Sablons. Désormais, leur inondabilité “ ne participe plus à la protection des zones habitées contre les crues de l'Isère ” (1). La hauteur d'eau
en crue a en effet été ajustée à 50 cm, et une protection par merlons est à l'étu-de. Aujourd'hui, le projet aboutit donc à une vision plutôt paysagère de l'amé-nagement de la boucle des Sablons. A noter toutefois : les travaux engagés ultérieurement pour araser les bancs, afin de régulariser le lit de l'Isère ne seront pas sans impact, notamment visuel. Depuis le 26 mars et jusqu'au 16 avril, un registre d'enquête est ouvert en mai-rie. Après cette ultime phase, l'arbitrage définitif du conseil syndical devrait intervenir avant l'été.
(1) Délibération du conseil municipal du 29 janvier 2007.
L’enquête publique du Symbhi (Syndicat mixte des bassins hydrauliques de l'Isère) est consultable au service urbanismejusqu’au 16 avrilde 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h et sur le site internet www.symbhi.fr.
Des arbres malades dans le parc du Vercors
Par mesure de précaution, quatre cyprès chauves du parc ont été dernièrement abattus.
En effet, une expertise avait révélé le mauvais “ état de santé ” d'un de ces quatre cyprès situé à l'entrée du parc, proche de la route. Cet arbre, d'une hauteur de 30 mètres, était fragile : son tronc creux risquait de casser en cas d'intempérie. Depuis la création du parc, les quatre cyprès s'étaient dévelop-pés les uns par rapport aux autres et
8)
le bulletin n° 126
avaient créé entre eux des protections mutuelles. En coupant le premier
Lebongeste
Récupérer les eaux de pluie
Sur 100 litres d'eau consommés, 7 seulement servent à l'alimentation. Récupérer l'eau qui ruisselle des toi-tures devient alors un moyen idéal de préserver la ressource en eau, de faire des économies tout en utilisant une eau de qualité pour le jardin, le nettoyage, les sanitaires ou le lavage du linge. Dans notre région, la quantité de pluie récupérable en moyenne est de 2 720 litres par m de toiture. Avec un 3 3 réservoir de 3 m , on obtient 45 m d'eau récupérée par an, soit 90td'é-conomie annuelle. Il existe deux types d'installation : - Une installation simple : une cuve en PVC ou aluminium posée au sol et connectée à une gouttière pour récupérer l'eau. Celle-ci est principa-lement destinée à l'arrosage du jardin. - Une installation plus complexe : une cuve en PVC, aluminium ou béton enterrée, ou entreposée à l'in-térieur de la maison. L'eau récupé-rée sert à différents usages domes-tiques comme les toilettes et la machine à laver. Le prix varie de 50tpour un systè-me simple et peut atteindre jusqu'à 5 000tpour des installations com-plexes. er Depuis le 1 janvier 2007, la mise en place d'un système de récupération d'eau de pluie bénéficie d'un crédit d'impôts de 25 % du coût du maté-riel. La liste du matériel éligible sera prochainement définie.
cyprès, les suivants auraient été fragili-sés par la prise au vent… et auraient menacé à leur tour de tomber. Cela revenait à enlever un danger pour en créer d'autres ! Le parc du Vercors sera prochainement rénové : les allées, l'éclairage seront repris. A cette occasion, de nouvelles plantations verront le jour, en privilé-giant les petits arbres en bordure et les plus grands à l'intérieur. Rens. aux services techniques : 04 76 63 77 21.
Zoom sur la Grande Tronche
Rencontre avec Daniel Gontard, président de l'union de quartier Grande Tronche
J'ai de bons souvenirs de la Grande Tronche, c'était un quartier très mélangé avec une grande convivialité”, confie Daniel Gontard. Cela fait maintenant plus de 20 ans que ce secteur tronchois évolue à travers les différentes phases de travaux. Qu'en est-il aujourd'hui ? Quel rôle ont les habitants ? Comme le souligne Daniel Gontard, si l'urbanisa-tion apporte un changement dans la vie d'un quartier, il est normal que les gens soient associés aux décisions : ce sont eux qui animent la vie du quartier, ce sont eux qui font la convivialité ! D'où la mise en place de concertations, et pour lui, elles ont un rôle majeur. Elles permettent d'informer, de discuter et, parfois, de corriger : par exemple, dimi-nuer la hauteur d'un bâtiment, aug-menter les distances entre les habita-tions, réajuster le nombre de logements prévus. C'est aussi faire des concessions et prendre en compte les remarques, les idées exprimées. Le sujet qui suscite le débat en ce moment, c'est le stationnement. Qui dit nouveaux logements dit nouveaux habitants et nouvelles voitures. La phase des travaux va sacrifier les places existantes et poser des problèmes de cir-culation. A la Grande Tronche, les commerçants, les professions libérales et la bibliothèque ont besoin que les gens puissent s'arrêter… Et là, les idées fusent : un parking dans le haut de la Grande Rue, un stationnement provi-soire chemin du Pont-Prouiller, à la place de l'atelier en bois. Quant au record de fréquentation d'une concertation, c'est celle de l'amé-nagement des espaces publics qui l'em-porte. Un détail a fait plaisir aux anciens : une fontaine va enfin retrouver sa place devant la résidence La Fontaine. Une idée qui, finalement, coule de source.
Le point sur les travaux
La dernière réunion de concertation de la Grande Tronche a eu lieu le 6 février. L'occasion de discuter de la tranche 4, située sur un terrain de la propriété de l'Etoile du Rachais racheté en janvier par la municipalité, où se construiront 34 logements à partir de juin.
Autre volet conséquent, celui de l'a-ménagement de l'espace public de la Grande Rue, prévu pour 2008, qui comprend le traitement paysager, le mobilier urbain, l'éclairage, etc. avec comme phase préalable les travaux souterrains (eau potable, assainisse-ment, téléphone, etc.) à partir de mi-2007. Il est notamment prévu d’aménager un mini square devant la résidence La Fontaine avec des arbustes et une fontaine ! L'idée est de végétaliser la Grande Rue, y compris les parkings.
Environnement etcadredevie
Enbref...
le bulletin n° 126
alle
es sco-, petits-'un thé
e la vie avec la anse, à 14hà
ns club ration " atteints 4mars onsieur ronche. es, les du CHU chacun fête en
etite
e très nt, cou- signa-de La astille. otation, s de ce
aux
ervices iers de cendies mune. , de ce olorée.
9)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.