l' écho des Rus Journal de la commune de Chauconin-Neufmontiers n ...

Publié par

l' écho des Rus Journal de la commune de Chauconin-Neufmontiers n ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 156
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
Journal de lCa commuhne de Choauconirn-Neufumontierss n°21 février 2004 l’ écho des Rus
Les joies de la neige
’année 2003 aura été une année difficile à L bien des égards.
L’intégration dans la communauté d’aggloméra-er tion effective au 1 janvier 2003 ne s’est pas faite dans de bonnes conditions pour notre commu -ne et nous avons dépensé beaucoup d’énergie et de temps dans les nombreuses réunions pour essayer de nous faire entendre et défendre nos positions, sans grand succès pour l’instant.
Nous nous situons dans les communes du pays de Meaux qui estiment que la DSC (voir page 5) est une mesure juste qui rétablit une certaine équité entre communes riches et communes pauvres. C’est peut-être pour cette raison que plus de 90 % des Communautés d’Agglo-mération en sont dotées. De fait, sa non-appli -cation à Meaux pénalise les petites communes dont nous sommes. D’où notre amertume et notre attitude d’opposants "gênants". Concrètement pour Chauconin-Neufmontiers, ceci a limité nos ambitions et restreint des réalisations souhaitées par tous.
Cependant, des travaux de voirie ont été effec-tués rues St Barthélemy, Charles Péguy et Lucien Roos. Nous avons aussi maintenu notre effort pour améliorer les ser vices rendus à toutes les catégories d’usagers, qu’il s’agisse de l’école, des associations, des administrés en général. Chacun a pu apprécier notamment l’investissement des services techniques pour la propreté et l’embel-lissement de notre village. Beaucoup reste à faire et on peut toujours, légitimement, trouver des motifs de mécontentement. Cependant, avant de porter des jugements par fois sévères, que chacun fasse preuve de bonne foi et appréhen -de l’ensemble des problèmes auxquels nous sommes confrontés.
Sommaire Intercommunalité : =Questions sur la CAPM Dossier =Eglise St Saturnin Vie du village =Fêtes de fin d’année
Commune =ADSL Travaux Vie Associative Infos pratiques
édito
L’année 2004 verra, nous y oeuvrons, les travaux de voirie du contrat triennal portant sur les rues Desoyer et Raoult Lucien ainsi que l’aménage-ème ment et l’ouverture d’une 11 classe dans l’école Marianne avec la construction d’un nouveau préau. Cette année sera aussi celle de la livraison des 56 logements locatifs tant attendus ainsi que celle du démarrage du petit projet de 23 logements en accession à la propriété qui parachèvera le lotissement des Chaudrons.
Notre commune bouge et est appelée, dans le nouveau contexte inter communal, à prendre une place de plus en plus importante dans l’agglomération meldoise. Nous poursuivrons notre action au sein de la Communauté d’Agglomération avec détermination et bonne conscience, en dépit d’un investissement de temps énorme pour nos deux représentants dans une assemblée de 66 délégués. N’oublions pas que quelquefois, les minorités deviennent ou redeviennent des majorités. Nous sommes convaincus que nos positions sont justes et que, grâce à notre combat nous contri -buons à préserver l’identité de notre village.
Bonne année 2004. Votre maire, Guy Kalayan
Dernière minute : Nous venons d’être sollicités pour l’implanta -tion d’un Etablissement Pénitentiaire pour Mineurs sur une parcelle dans l’environne-ment immédiat de la prison (un quartier mineurs était prévu à l’origine dans son enceinte). Des réunions sont programmées et nous ne manquerons pas de vous tenir informés et le cas échéant, de vous consulter, sur ce sujet.
Responsable de la publication Guy Kalayan Comité de rédaction Michel Bachmann, Jean Hesteau, Gérard Guglielmi, Christian Mas, Frédéric Brault. Conception et réalisation Baudouin Soulis Tirage: 700 exemplaires
Photo couverture : l’église St Saturnin
3
Intercommunalité
CAPM, bienvenue dans un monde meilleur…
Questions sur l’Intercommunalité posées à Michel Bachmann, Maire-adjoint et délégué communautaire
Chorus : un an après sa création, quelle appréciation portez-vous sur le fonctionnement de la Communauté d’Agglomération ? MB :nous venons de voter contre le budget. En effet, un budget est la traduction d’une action politique. Sur deux points notamment, nous sommes en désaccord avec les orien-tations de la majorité incarnée par le président J. F. Copé. D’abord sur la solidarité, principe fondateur de la Communauté d’Agglomération qui doit trouver sa traduction dans la création d’une DSC (Dotation de Solidarité Communautaire, voir article ci-contre). Or, cette DSC qui permettrait de remédier aux inégali -tés entre les communes, voire à cer-taines injustices dont Chauconin-Neufmontiers est particulièrement victime, ne figure pas au budget 2004. On nous oppose l’incertitude quant aux recettes et dépenses à venir, donc des arguments qui se veulent techniques ou financiers. Mais nous pensons qu’il s’agit bien d’un choix politique : la solidarité semble faire peur ! Chorus : et l’autre point de désaccord ? MB :-nous estimons que la transpa rence et la lisibilité de la CA ne sont pas suffisantes. En effet, l’organisa-tion mise en place est marquée par la confusion entre la CA et la ville de Meaux : siège et directeurs de ser-vices communs, mises à disposition de matériels et de personnels régies par des conventions où les mêmes personnes sont juges et parties. Nous n’avons pas voulu cautionner ce système. Chorus : où en est le projet de Zone d’Activité Intercommunale ? MB :C’est le projet phare de la CA. ère Et nous sommes en 1 ligne sur ce sujet car cette zone est prévue en grande partie sur le territoire de 4
notre commune ainsi que sur la com-mune voisine de Villenoy, sur une superficie de 160 hectares. Un cabi -net spécialisé, Sémaphores, mission-né pour une étude de positionne-ment, a rendu son rapport en décembre dernier. Chorus : quelles sont ses conclu-sions ? MB :Cette étude conclut à la faisabi-lité de cette entreprise, ce qui est déjà très important. Elle pointe nos faiblesses, notamment le déficit d’image mais aussi nos atouts, par exemple la très bonne desserte dès l’achèvement des déviations. On a identifié aussi les types d’entreprises susceptibles de s’installer dans cette zone parmi lesquelles les sociétés de « logistrielle », c’est-à-dire la logis -tique à forte valeur ajoutée et créatri-ce d’emploi, dont la demande est très forte dans notre département. Chorus : quelles difficultés se présentent désormais ? MB :l’étude pointe surtout la forte offre foncière actuelle en Ile-de-France par rapport à la demande des entreprises. Il faut savoir que sur les 10 dernières années, le r ythme de commercialisation est de 244 hec-tares par an pour l’ensemble de la région. On voit que notre zone de 160 hectares est très ambitieuse même si sa commer cialisation sera nécessairement phasée. Pour être clair, on ne nous attend pas ! Il fau-dra donc créer les conditions d’une bonne attractivité fondée sans doute sur le prix mais aussi sur la facilité
d’accès et la qualité de la zone en termes par exemple d’aménage-ments, de sécurité, de restauration… La mise en place d’un « guichet unique », c’est-à-dire un seul service comme interlocuteur pour les entre -prises, ainsi qu’une communication adaptée en direction des relais éco-nomiques et des acteurs institution -nels seront indispensables. Chorus : quel est le calendrier envisagé ? MB :la livraison des premiers lots est prévue en septembre 2006. D’ici là, il faut régler de nombreux pro-blèmes tels que l’adaptation des documents d’urbanisme (modifica -tion ou révision du Plan d’Occu-pation des Sols avec passage en Plan Local d’Urbanisme), mise au point du plan de la zone, de ses voies de desserte, choix d’une socié-té capable de porter ce projet, acquisitions foncières, avant de pas-ser à la phase travaux. Chorus : finalement, quelles seront les retombées pour notre commune ? MB :outre l’impact en matière d’emploi qui pourra intéresser nombre de nos habitants, c’est la perspective de ressour ces finan -cières supplémentaires ; en effet, si le produit de la taxe professionnelle nous échappe et sera au bénéfice de la CA, nous conser vons les produits de la taxe sur le foncier bâti qui nous donneront de nouvelles capa -cités d’investissements sans peser sur les impôts locaux.
Chorus : qu’attendez-vous aujourd’hui de la Communauté d’Agglomération ? MB :nous savons bien que nous sommes encore dans une période de rodage et que la CA est encore loin d’exercer la plénitude de ses compé-tences. Nous attendons cependant beaucoup, d’autant qu’au moment de notre intégration d’office dans cette structure, le président s’est voulu rassurant et a promis de faire de nos problèmes sa priorité. Pour l’instant, nous n’avons pas vu grand chose ! Chorus : sur quoi portent spéciale-ment vos attentes ? MB :au plan budgétaire, des déci-sions modificatives seront probable-ment votées en mars après notifica-tion des recettes de Taxe Profession-nelle ou en juin après le vote du compte administratif et la reprise des résultats de 2003. Nous demandons que la Dotation de Solidarité Com -munautaire soit instaurée à cette occasion au cours de l’année 2004. La commission des finances doit donc se mettre au travail avec la volonté d’aboutir à la définition des critères de répartition ainsi qu’à un accord sur le montant affecté à cette dotation. En effet, nous considérons qu’il est parfaitement possible de redistribuer une partie des recettes nouvelles vers les communes les plus défavorisées sans pour autant remettre en cause les nécessaires investissements destinés à assurer de nouvelles ressour ces pour l’avenir. Nous sommes aussi dans l’at-tente d’une subvention à hauteur du montant des travaux investi par la commune dans la voie d’accès à l’hôpital d’Orgemont qui devrait être classée d’intérêt communautaire. Chorus : et sur le mode de fonc -tionnement ? MB :nous attendons que la CA se dote des moyens de contrôle adéquats et que les commissions concernées, notamment celles des finances et des transferts de charges disposent des documents comp-tables afférents afin d’assurer la plus grande transparence possible.Disons que nous restons dans l’attente de ces signes forts qui mettraient les discours en phase avec la réalité et qui instaureraient ce climat de confiance auquel nous aspirons tous pour travailler ensemble au sein de la CA.
Intercommunalité Divergences sur la notion de solidarité La Dotation de Solidarité Communautaire ette dotation a été inscrite l'annuaire financier et fiscal des C dans les statuts de la CA à agglomérations publié par notre demande. Ainsi, l’article 6 l'Association Des Communes de traitant des dispositions finan- France et DEXIA Crédit Local sur cières stipule : « le conseil com- la base des analyses du cabinet munautaire instituera une DSC Philippe Laurent Consultants. dont l’architecture et les critères, outre ceux prévus dans la loi du Cet annuaire s’appuie sur le 12 juillet 1999 seront librement dépouillement des comptes définis par le conseil commu- administratifs 2001 des 90 pre-nautaire » . mières communautés d'agglomé-ration et des 14 communautés La DSC, système de urbaines. Cette étude montre qu’aux dépenses liées à l'exerci-compensation ce des compétences, s'ajoutent des inégalités de les reversements aux com-munes. Pour 90 CA, ceux-ci ressources entrereprésentaient, en 2001, un montant de 2,945 milliards communes, n’est d'euros dont 2,511 milliards au titre de l'attribution de compen-toujours pas acquise sation qui s’est substituée, dans dans la CAPM les budgets des communes membres, à la taxe profession-La for mulation suivante, que nelle, et 270 millions au titre de nous avions proposée, n’a pas la dotation de solidarité. été retenue : Le conseil communautaire insti- Ainsi en moyenne, les 90 com -tuera une Dotation de Solidarité munautés d'agglomérations de Communautaire dont l’archi- 2001 conservent 43 % de leurs tecture et les critères, outre ceux ressources courantes pour exer-prévus dans la loi du 12 juillet cer leurs compétences et en 1999, per mettront de répondre reversent 57 %, principalement aux objectifs suivants : aux communes, même si il exis-te de fortes disparités locales. 4Assurer une évolution mini-male des ressources commu-Il apparaît que la DSC est en nales par une mutualisation des moyenne de 24epar habitant, croissances des produits de Taxe ce qui représenterait pour notre Professionnelle village au moins 43 000epar an, 4soit l’équivalent de nos recettes deEncourager les communes à accueillir des entreprises taxe professionnelle en 2002 ! 4Tenir compte des charges particulières des communesCes chiffres ne sont pas dénués (exemple nombre d’enfants sco -de sens dans le cadre de notre larisés, de logements sociaux…)débat actuel sur la solidarité. Ils 4Corriger les inégalités deindiquent, en effet, que partout, ressources financières (favoriserles communautés jouent un les communes à faible potentielrôle correcteur des inégalités à fiscal)la fois en exerçant leurs compé-La plupart des CA ont institué, tences en versant une DSC. ère le plus souvent dès la 1 année de leur fonctionne- Pourquoi pas la CA du Pays ment, une DSC. de Meaux ? Il est intéressant de se référer à
5
Dossier
Patrimoine Une architecte au chevet de l’église St Saturnin
Historique e village de Chauconin L apparaît très tôt dans les textes, dès le début du VIIIe siècle sous la forme Coconniacus locus in pago Melciano, c’est à dire « le lieu dit Coconniacus dans le e pays de Meaux ». Au XII siècle il dépendait d’un vil -lage voisin, nommé Saint Saturnin, qui à la différence de Chauconin, n’apparaît qu’assez tardivement dans les textes, en 1135. La même année le chapitre cathédral de Saint-Etienne de Meaux fondait à Chaage, faubourg de Meaux, une abbaye de chanoines augustins et lui cédait, entre autres, comme prieuré, la cure de Saint-Saturnin.
Ce village, Saint Saturnin, qui n’existe plus, était situé au sud de la RN 3, sur le territoire de la commune actuelle de Chauconin, à la limite des communes voisines de Trilbardou, de Villenoy et de Vignely.
Le village de Saint-Saturnin sortit ruiné de la guerre de Cent Ans et la plus grande
6
partie de ses habitants se regroupèrent au hameau de Chauconin où des liens de parenté devaient leur ouvrir plus facilement les portes.
Comme le hameau de Chauconin possédait déjà une chapelle sous la voca-tion de Notre-Dame de l’Assomption et, bien que l’église et le presbytère de Saint-Saturnin aient été épargnés après la guerre de Cent Ans, le curé préfère les abandonner et s’installer au milieu de ses ouailles, à Chauconin, qui devint ainsi le centre de la paroisse. L’église de Saint-Saturnin reste ainsi isolée au milieu de terres livrées aux labours et, comme beaucoup d’égli-ses isolées, celle-ci attira des ermites qui s’y installèrent.
La chapelle de Chauconin fut reconstruite à partir de 1580, en partie grâce aux libéralités de Ricouart, sei -gneur de Chauconin et du Martroy, mais sa construc-tion ne fut achevée qu’au XVIIIe siècle (vers 1774). Sa protection au titre des Monuments Historiques date du 18 juin 1991.
Une église de style gothique et Renaissance singulière
L’édifice se présente sous la forme d’une large nef unique à cinq travées terminées par une abside arrondie. Au e niveau de la 4 travée, deux chapelles une au Nord et une au Sud, donnent au plan un aspect cruciforme mais leur présence n’est pas perçue en tant que transept et l’unité spatiale de la nef reste inin-terrompue. Attenant à la chapelle Sud se trouve la sacristie.
La structure est en pierres de taille ainsi que l’entourage des baies, le portail, la cor-niche et le soubassement des murs construits en moellons enduits. Les voûtes de la nef, sur croisées d’ogives aux pro-fils très tendus, reposent sur des colonnes engagées. Les chapelles présentent aussi des voûtes sur croisées d’ogives. La jonction entre les chapelles et la nef se fait par des piles engagées sur -montées d’arcs en plein cintre.
Les fenêtres présentent un remplage simple composé d’un seul meneau qui se ter-mine par un réseau simple, arrondi sous l’arc en demi cercle de la baie. L’entrée de l’église est protégée par un auvent en bois avec une cou-verture en tuiles plates. L’encadrement de la porte est en pierre de taille. Du coté Sud, au niveau de la troisiè -me travée, est visible l’enca-drement en pierre d’une ancienne entrée, aujourd’hui murée. La couverture de l’église est en tuile plate excepté le clocheton dont la souche est en essences de châtaignier et le petit dôme à l’impérial en ardoise.
La composition des croisées d’ogives (gothiques) avec des colonnes engagées (interpré-tation de l’ordre toscan) donne à l’église de
Les aquarelles, dessins et plans sont réalisés par Suzana Demetrescu-Guénégo
Chauconin la valeur d’un exemple architectural du passage du style gothique à celui de la Renaissance. Le volume très équilibré de l’église s’exprime par des proportions proches du « nombre d’or » de chaque travée, c’est à dire le rapport entre la longueur (8 mètres), la largeur (3,30 mètres) de la travée et la hauteur d’où prennent naissance les arcs (4,50 mètres).
Un état préoccupant
La présence de l’humidité a provoqué des désordres divers dont certains mettent la stabilité de l’église en dan-ger. Il s’agit notamment de la fissuration qu’on observe sur la façade Sud au niveau de la première travée Ouest mais également des dégra-dations de la maçonnerie de l’abside dont les contreforts. La chapelle Sud présente des fissures au niveau de la maçonnerie dans la partie supérieure en dessous de la corniche (le bandeau est déformé) et au niveau des réseaux des fenêtres.
Les appuis des baies et les maçonneries attenantes sont érodés. L’entrée en pierre est fissurée. La maçonnerie de la façade Nord, très humide, est largement atteinte par la maladie de la pierre. La végétation s’est dévelop-pée à l’intérieur de l’église sur les baies de la troisième travée Nord et de la chapelle Nord, accélérant ainsi la détérioration des vitraux et réseaux.
Une restauration nécessaire
Dans son ensemble, l’église nécessite des travaux qui doivent se dérouler en étapes. En premier lieu le préalable indispensable à la restauration des maçonne -ries de l’édifice est la mise
Dossier
hors d’eau de l’église com-prenant la réfection de la couverture, la réfection des gouttières, le branchement des descentes sur les réseaux et le drainage périphérique au pied des fondations.
L’assainissement de l’église serait amélioré par la sup-pression du sol goudronné au pied des murs. Le ravale -ment de l’église étant dans son ensemble en mauvais état il est nécessaire d’envi-sager la réfection totale : les murs (à l’extérieur et à l’in-térieur), les contreforts, l’en-trée en pierre. Le remplacement des couron-nements et des bandeaux, en ciment, des contreforts des façades Sud, Ouest et Est, est fortement recommandé, en prenant comme modèle les anciens couronnements, d’origine, qui se trouvent sur la façade Nord.
La restauration des vitraux pourrait ter miner ces tra -vaux de longue haleine dont il est nécessaire de program-mer le commencement avec urgence. Suzana Demetrescu-Guénégo, architecte
7
Vie du village
Fêtes de fin d’année Les enfants comblés
Un sapin pour les enfants e matin du 9 décembre, Guy L Kalayan, Jacques Ferrenbach et l'équipe des services techniques avaient rendez-vous avec les classes de primaire et mater nelle devant l'école Marianne. En effet les enfants avaient préparé des cadeaux pour décorer l'immense sapin installé quelques jours plus tôt. Tous les enfants ont apporté leurs cadeaux décoratifs et ont ainsi participé à la décoration de leur village. Merci à M. le direc-teur et aux professeurs d'école pour leur participation. Et à l'an-née prochaine.
8
Les récompenses pour les maisons décorées A l'occasion de ces fêtes de fin d'année, un concours des plus belles maisons décorées ou illumi-nées a été organisé par le comité des fêtes afin d'embellir notre village.
Le jury, constitué de six per-sonnes, a déterminé les gagnants de ce concours. La première place a été attribuée à M. et Mme LEBRUN chemin de Montassis, la seconde à M .et Mme MOULIN sente de la Loge et la troisième à M. et Mme ALGRET rue du
Coteau, tous trois récompensés d'une jolie composition florale. Un grand merci à tous les partici -pants. Un plus aux habitants des Coteaux pour leurs très nom-breuses décorations. Nous vous donnons rendez-vous à Noël 2004 pour un autre concours.
Des lumières pour tous Enfin, bravo aux ser vices tech-niques pour toutes les belles décorations qui ont, pendant ces quelques semaines, illuminé les quatre coins du village. (voir photos p 20)
Un Noël plein de cadeaux Pour finir l'année dans la joie et la bonne humeur, le Comité des Fêtes a, cette fois encore, obtenu la dispo -nibilité et la gentillesse du Père Noël, pour une chaleureuse distri-bution de cadeaux, agrémentée d'un goûter pour petits et grands. C'est à l'occasion du Noël des enfants non scolarisés, le 19 décembre, que nous avons reçu une centaine de personnes. La venue du Père Noël y était sans doute pour quelque chose! Le matin du 20 décembre, un spectacle conçu et interprété avec enthousiasme et brio par l'association ALCHIMIE a été proposé aux plus jeunes des enfants scolarisés, sur un thème de saison. Une représentation tout à fait réussie et appréciée de tout ce public connaisseur.
Vie du village
Une petite récréation et le goûter préparé par le Comité des Fêtes ont fait patienter les enfants avant l'ar-rivée du Père Noël pour une distri-bution de chocolats ainsi que de gentilles recommandations. L'après-midi, réservée aux plus grands élèves du primaire, c'est une diffu -sion cinéma suivie d'un goûter , qui a réuni tous ces enfants. L'après -midi s'est terminée par la visite, une fois de plus, de notre merveilleux homme, tout de rouge vêtu, pour une dernière distribution de choco-lats. Il a promis aux enfants qu’ il reviendrait l'an prochain si tout le monde reste bien sage. Cérémonies du 11 Novembre Une célébration réussie Les cérémonies du 11 novembre ont été l’occasion d’une remise de médailles suivie du traditionnel repas des anciens. Une quarantaine de personnes étaient présentes.
9
Travaux ADSL Une situation très complexe… que nous suivons de près rance Télécom nous a répondu F pour la seconde fois (le 24.11.03) que notre commune ne pouvait pas être équipée en ADSL. Seuls quelques abonnés, les plus proches de Meaux, peuvent en bénéficier (environ 5%, mais nous ne disposons pas d'une localisation précise, chaque cas est étudié indi-viduellement par France Télécom en fonction de la notion technique "d'affaiblissement de ligne").
La plus grande partie des abonnés (environ 430), est raccordée direc-tement au répartiteur de Meaux-Beauval, qui est bien équipé pour l'ADSL, mais la commune est trop éloignée (plus de 5 ou 6 km), ce qui, compte tenu de l'affaiblisse-ment du signal en ligne, empêche techniquement le fonctionnement du système. Cette distance maxi-male, au-delà de laquelle rien n'est possible, mesure en fait la lon-gueur du câble entre le répartiteur de Beauval et l'abonné ; elle varie entre 5 et 6 km en fonction du type de câble, notamment du diamètre. Les 5% d'abonnés pouvant actuel -lement être raccordés se trouvent sur ce répartiteur ; ce sont ceux qui sont les plus proches de Meaux, donc en fait proches du sous-répar-titeur de la rue François Daru. France Télécom nous annonce que ce taux de 5% pourrait être "sensi -blement augmenté" en 2005, par l'installation d'équipements per -mettant de limiter l'affaiblisse-ment sur les lignes longues (actuel-lement en cours de test au niveau national).
Une autre partie des abonnés (environ 170) est raccordée au petit répartiteur qui se trouve au milieu de la rue Charles Péguy ; dans ce cas la distance répartiteur-abonné est bien entendu inférieure à 5/6km, mais France Télécom ne veut pas faire l'investissement nécessaire pour l'équiper et faire fonctionner l'ADSL, car le nombre d'abonnés est insuffisant, le coût de revient serait trop important. En effet le PDG de cette entreprise a
10
Schéma de raccordement téléphonique, ou pourquoi le haut débit ne par vient pas à Chauconin-Neufmontiers
annoncé le 10 juin 2003 que ne seraient équipés que les réparti -teurs sur lesquels il y aurait au moins 100 pré-réservations. Il paraît en effet peu probable que sur 170 abonnés, 100 décident de faire une pré-réservation à l'ADSL. Pour l'instant la situation est blo-quée, et au moins jusqu'en 2005.
Extrait d'un courrier du Président du Conseil Général en date du 22.12 .03 adressé aux Maires de Seine et Marne et qui laisse entrevoir une solution possible. "Les conditions de développement pas -sent obligatoirement par le domaine des nouvelles technologies de l'informa-tion et de la communication. C'est pour cela que j'ai soumis à l'Assemblée Départementale, qui vient de l'adopter à l'unanimité, un plan d'aménagement d'envergure… Ce plan se décline selon deux phases principales. La première concerne l'achèvement de la couverture ADSL du territoire. L'équipement actuel dépend essentiellement du réseau France Télécom et des investissements développés par cette entreprise. Cependant, pour des raisons techniques d'une part, et des contraintes de renta -bilité des investissements d'autre part, nous savons qu'un certain nombre de
Quelles solutions pouvons-nous espérer ?(voir encadré ci-contre) Le pouvoir de décision dans cette affaire ne dépend pas de la Municipalité, néanmoins nous fai-sons notre possible pour inter venir auprès des décideurs et surtout pour vous tenir informés par la voie de ce journal.
communes du département risquent de ne jamais être desservies par les opéra-teurs privés. Nous avons donc décidé d'assurer la desserte ADSL de l'ensemble des communes en complément du réseau existant. Cela nécessitera en par-ticulier de faire appel à des technologies spécifiques que nous allons tester dès le début de l'année 2004. L'objectif est d'achever cette couverture pour la fin de l'année 2005. Cependant, les hameaux ou propriétés particulière-ment isolés ne pourront pas être desser-vis, les investissements correspondant à leur desserte étant déraisonnables.
Notre expérimentation en 2004 por-tera sur : le courant porteur en ligne ou CPL(NDLR : le courant EDF), la desserte par satellite couplé à des antennes WIFI, la fibre optique des-servant l'abonné(NDLR : sans doute pour les entreprises ou les établisse-ments publics)."
Dératisation es habitants du haut de L Neufmontiers voyaient depuis quelques temps leurs terrains et caves minés par les galeries que creusaient les rats. La Mairie a donc fait effectuer une dératisa-tion sur l’ensemble du réseau d’as-sainissement de la commune. Cette opération aura lieu doréna-vant deux fois par an. Toutefois si vous constatez une présence inop-portune de ces petits rongeurs n’hésitez pas à prévenir les ser-vices techniques.
Neige er Le 1 janvier, la neige a recouvert notre village. Deux employés ont bravé le froid pour dégager toutes les rues. Nous vous rappelons, comme chaque année, que les ser-vices de la DDE traitent en priorité la nationale 3, puis les routes
Travaux Travaux du village Des rongeurs et de la neige
départementales. Nos services techniques s’emploient donc à dégager les rues principales menant à la nationale 3 (accès des services d’urgence). Dans un second temps les employés traitent les rues secondaires. Nous vous conseillons vivement d’emprunter la départementale 129 par Chauconin vers la RN 3 plutôt que les autres sorties de village. Certains d’entre vous s’en sont er peut être rendus compte le 1 janvier, il était dangereux d’accé-der à Meaux par Penchard.
Nous vous rappelons qu’il est du ressort des riverains de sécuriser le passage sur leurs trottoirs (neige, gel, feuilles)
Espace vert des Coteaux Nous avons fait venir un expert phytosanitaire afin d’évaluer la dangerosité des peupliers de l’espa-ce vert des Coteaux. Deux peu -pliers vont être abattus très pro-chainement. Nous avons aussi commencé une rampe coté Charles Péguy qui per mettra un
Les activités des services techniques
accès plus aisé aux promeneurs. Un projet de rénovation complète de cet espace est à l’étude. Bien sûr tout ne se fera pas du jour au len-demain, mais nous espérons bien rendre ce site des plus agréables pour les amoureux de la nature.
Monstres Dorénavant le ramassage des ordures extra-ménagères aura lieu quatre fois par an. Hélas la Communauté d’Agglomération du Pays de Meaux nous impose les enlèvements le mercredi alors que le lundi matin permettait à tous de sortir leurs encombrants dès le dimanche soir. De plus, les frigos et téléviseurs ne devraient plus être ramassés. Nous sommes intervenus auprès de la CAPM pour demander une modifi-cation de ces décisions
Elagage Cet automne nous avons demandé à quelques administrés d’élaguer leurs végétaux à l’aplomb des limites de leurs propriété. Certains ont déjà suivi ces recommanda -tions et nous les en remercions. Quant aux autres, nous réitérons notre demande en comptant sur leur civisme.
11
Associations
Histoire et collection
Visite à Chamarande et la Ferté Alais
25, oui nous étions 25 braves à affronter la chaleur torride de ce dimanche 10 Août. Bouteilles d'eau fraiche, bombes rafraichis-santes dans les sacs, nous nous dirigions vers le département de l'Essonne.
Après 1 H 30 de route : éprouvant pour les gens qui n'avaient pas la " clim ", agréable pour les voya-geurs qui avaient la chance d'être véhiculés dans une agréable fraî-cheur, nous arrivions au Château de Chamarande. Quel magni-fique château, hélas non meublé mais accueillant des expositions d'art contemporain.
Bizarre, vous avez dit bizarre ! L'art contemporain il faut com -prendre : un bateau grandeur nature à l'entrée du château, un plancher recouvert de carton d'emballage masquant les magni-fiques motifs de chêne et comble de tout une exposition de " phal -lus ".
Bref, nous garderons quand même un bon souvenir du châ-teau et du parc où nous avons déjeuné sous un hêtre géant de plus d'un siècle. Bravo à Guy LEPLAT, Guy CHEVA-LIER et leurs compagnes qui nous ont trouvé ce coin sympa.
L'après-midi direction CERNY pour la visite du musée de l'avia-tion et là, quel bonheur ! Merci Monsieur SALIS de pouvoir conserver ces trésors et rappelons le, tous en état de marche. Bravo à notre guide pour ses commen-taires et ses explications.
Après plus d'une heure de visite, retour à CHAUCONIN où tout le monde s'est retrouvé au local autour du verre de l'amitié.
Vous êtes passionés d'Histoire, collectionneurs, vous vous inté-ressez à notre patrimoine, alors rejoignez " l'Association Histoire et Collection ".
Les vœux et la galette d’Histoire et Collection
Programme des sorties et manifestations au cours de l'Année 2004 18 Avril(transport en autocar) - Visite de la cité souterraine à NAOURS (près d'Amiens). - Visite de la Cathédrale d'Amiens. 25 Avril - Visite des champs de bataille de la Somme : LONGUEVAL, POZIERES, LA BOISELLE 23 Mai(transport en autocar) - Visite du Château de COUCY dans l'Aisne. Visite du musée de la Résistance et de la Déportation à TERGNIERS 30 Mai -Brocante 29 Juin(transport en autocar) - " Les Nuits de Feu à CHANTILLY " dans le parc du Château, Concours international de Feux d'artifice. 27 Juin - Les 10 ANS DE L'ASSOCIA TION HISTOIRE ET COLLECTION 11 Juillet - Visite du Château de FONTAINEBLEAU et du musée des prisons 21 Juillet - Accueil dans notre commune des participants de la marche en souve-ère nir de la 1 Bataille de la Marne. - Cérémonie au Monument aux Morts, visite de l'église de Neufmontiers, accueil à la Mairie, etc 4 et 5 Septembre ème - Exposition. 90 anniversaire de la Bataille de la Marne 26 Septembre - Visite du Musée des Invalides à PARIS 7 Novembre - Visite de la ville de AUVERS S/OISE (95) et de ses environs 28 Novembre - Bourse des collectionneurs 4 Décembre - Assemblée Générale
Association Histoire et Collection Adresse correspondance : 27 bis, Grande Rue - 77124Vice-Présidents : Guy CHEVALIER, Tél. 01.64.34.54.34 CHAUCONIN-NEUFMONTIERS, Tél. 01.60.09.13.57Membres actifs : Alain PICOU, Tél. 01.60.09.33.03, Site Internet : http://perso.wanadoo.fr/histoire.collection Guy LEPLAT : Tél. 01.64.33.52.79, Jean-Baptiste DA VID Président : Martial DERYNCK, Tél. 01.60.09.13.57Trésorier et Trésorier-Adjoint : Christophe TSCHAEN Tél. 01.60.23.03.20, Gabriel MOITIE - Tél. 01.60.23.40.87Secrétaire : Maryvonne DERYNCK , Tél. 01.60.09.13.57
12
Associations Judo Le 23 novembre 2003, c’était la compétition annuelle du club
ette année, le club de judo a C organisé sa rencontre amicale avec huit clubs amis de la région en collaboration avec le club de Crégy-les-Meaux. Ainsi la rencontre s’est déroulée dans le gymnase du collège de Crégy, ce qui a donné un aspect très officiel à ce tournoi. 140 enfants âgés de 7 à 11 ans se sont rencontrés tout au long de cette journée.
Pour gagner la médaille d’or tant désirée, il faut y mettre tout son cœur et son savoir de judoka…
Paul CERTEAUX et Anis SAFRI
Robin COCCO et Romain BUIRE
Marjolaine VEDIE….
Bravo à tous nos élèves qui ont remporté de belles victoires et qui sont venus nombreux pour défendre leur club !
Etre judoka c’est aussi donner de son temps en dehors des tatamis ! Les minimes du club ont tenu les tables d’arbitrage. Les professeurs et les membres du bureau les en remercient car leur aide nous a été très précieuse.
La journée s’est achevée dans la bonne humeur et devant la réus-site de cette rencontre un rendez-vous a déjà été pris pour l’année prochaine.
Tennis Un jeune champion dans la commune régory BAYANE n'a pas enco- D'un tempérament très calme et G re 12 ans et se situe déjà d'une très grande modestie, parmi les 3 meilleurs joueurs fran- Grégory a, à ce jour le même par -çais de tennis de sa catégorie. cours sportif et tennistique que le joueur russe Safin, ou le français Le mot de l'entraîneur : " Les Pioline. points forts de Grégory sont nom- Souhaitons lui bonne chance et breux mais on peut toutefois une aussi grande carrière que ces remarquer une technique complè- deux champions et félicitons ses te qui lui permet de pouvoir réali- parents, car nous savons combien ser tous les coups, dans toutes les il faut s'investir pour suivre d'aus-positions et avec tous les effets. De si près un enfant au devenir spor -très grandes qualités physiques, tif si prometteur. de vitesse et de force, il est aussi très endurant. Grégory est un joueur ayant une grande faculté de concentration et de combativi -té sur le terrain, une qualité au combien importante pour le ten -nis. " A ce niveau élevé de la compéti -tion, Grégory est obligé d'intégrer et ce depuis la rentrée de sep -tembre, une section d'entraîne -ment proposée par la ligue de ten-nis de Seine et Marne au centre de la Ligue de T ennis de Croissy Beaubourg et au collège Victor Schoelcher de Torcy. A noter que Grégor y est aussi un excellent élève, 18/20 étant sa Grégory, la relève de Cédric Pioline… dernière note de moyenne.
Palmarès International - 1/4 de finale au tournoi de Bressuire. - 1/8 de finale au tournoi de Boulogne Billancourt - Vainqueur du Guadeloupe Masters Challenge. National - Champion de France par équipe en 11 ans.
e - 4 du circuit national d'été. - 1/4 de finale au Défi Major. - Participe à tous les rassemblements nationaux de sa catégorie. Ile de France - Vainqueur de l'Open d'Essonne. - Remporte de nombreux tournois dans la catégorie 13/14 ans.
13
Les cours pour enfants ont lieu les mercredis et vendredis - ceux des ados 1 samedi sur 2 - les dames se réunissent toujours le mardi après-midi.
RANDONNEE Cette nouvelle activité a démarré très fort ! Tous les mercredis après-midi Nicole et Alain mènent un groupe très tonique de marcheurs. D'autres marcheurs aussi che -vronnés se rencontrent environ un dimanche par mois. Pour tous renseignements sur cette activité vous pouvez appeler Alain et Nicole GARA T au 01.64.34.60.43.
BILLARD FRANÇAIS Un tournoi interne se déroule actuellement sur les mois de janvier et février 2004. Tous les nouveaux sont les bienvenus ! Responsable de la salle de billard : Alain Garat - 01.64.34.60.43.
A compter du Dimanche 25 Janvier, un nouveau projet est mis en place : Zouina Benyatthou ini-tiera les adhérentes de l'associa-tion à la danse orientale. Rendez-vous aux intéressées tous les dimanches à la salle Michel Colucci de 14h à 16h.
Le Samedi 17 Janvier, deux films ont été projetés aux adhérents qui se sont régalés de pop-cor n. A l'entracte, tous ont mangé la galette des rois.
Cependant il reste des places dans le cours des Ados (de 12 à 15 ans). N'hésitez pas à venir vous inscrire si les pieds vous démangent !
Enfin de la neige dans le village !
Associations
u mois de décembre, l'activité A de la salle a repris très positi-vement avec un goûter-débat où une vingtaine de jeunes nous ont fait part de leurs envies. " Jeunesse de Chauc' " en a tenu compte : Le samedi 13 Décembre 2003, l'ambiance était au rendez-vous pour une Soirée Fureur : cinq équipes se sont défiées sur diffé-rents jeux musicaux.
Et enfin, afin de fêter comme il se doit la première année d'ouvertu -re de la salle des jeunes, un repas convivial autour d'une raclette sera organisé...
Le Samedi 6 Mars, les jeunes de Chauconin-Neufmontiers patine-ront dans une ambiance disco -thèque à la patinoire de Nogent sur Marne.
Si vous êtes intéressés par cette sor-tie, veuillez vous renseigner auprès
GYM TONIQUE Isabelle assure trois cours qui permet-tent aux Dames de maintenir la gran-de forme ! Bravo Mesdames !
les jeunes s’activent et organisent…
Les aînés Les aînés se portent bien ! Mer ci ous sommes environ une cin - de Mme ZAHM (01.64.34.27.73) N quantaine d'adhérents et pou- ou M. CHEVALIER (01.64.34.54.34) vons encore accueillir d'autres Tout le monde, adhérent ou non, "jeunes retraités". peut se joindre à nous pour le prix
Pour cette année nous allons faire, comme toujours, quelques repas au GUE-A-TRESME ou à l'école hôtelière Ste-Geneviève, nos réunions-goûters à la Mairie et enfin le 15-6-2004 une sortie au Lac du DER, excursion qui avait déjà été faite, en 1989, malheureu-sement sans promenade sur le lac, ce qui sera possible cette fois-ci.
approximatif de 40
Une Soirée Jeux de Société sera organisée au mois de Février...
TENNIS DE TABLE Que de fans ! Gérard GUGLIELMI Animateur depuis plus de 20 ans encadre environ 80 enfants, jeunes et adultes, répartis en 5 cours, les mercredis et vendredis. Tous les mardis soir ce sont les tour-nois départementaux où nos équipes sont largement à la hauteur et remportent de beaux succès !
PISCINE Malgré les rigueurs de l'hiver les nageurs sont fidèles au rendez-vous du mercredi matin. Un grand merci aux parents béné -voles qui les accompagnent toute l'année et sans qui cette activité ne pourrait avoir lieu.
DANSE ENFANTS Un nombre croissant de petites danseuses (de 4 à 6 ans) nous a obligés à modifier légèrement les horaires du mercredi après-midi, ème afin d'ouvrir un 4 cours. Caroline accueille ainsi environ 40 danseuses de 4 à 15 ans.
Nous remercions Gérard pour sa disponibilité et son dévouement auprès de tous les adhérents de ping-pong .
Durant les vacances de Noël, grâce à la météo neigeuse, une bataille de boules de neige a eu lieu dans un esprit joyeux.
De belles récompenses à l’occasion du tournoi de ping-pong de l’ASLC
14
DANSE DAMES Toujours le même noyau de fidèles ! Venez les rencontrer le mercredi soir entre 18h30 et 20h00 et vous aurez très envie de les rejoindre afin de monter un spectacle pour le 19 juin 2004 !
Jeunesse de chauc’
ça marche pour eux !
compris. La photo ci-après a été prise lors de la sortie en 1989, celle de 2004 pourra-t-elle paraître dans le pro -chain CHORUS avec autant de participants?
Concertation sur les prochaines activités
Vous avez besoin d'un renseigne-ment sur notre association ? Appelez Jeannine BARTOLI, notre Présidente au 01.64.33.90.92. A T outes et à Tous, les membres du Bureau de l'A.S.L.C. souhaitent une bonne année 2004 pleine d'activités.
Les 17 et 18 janvier a eu lieu le tournoi de Tennis de table de Chauconin-Neufmontiers er Débutants :1 Gilles GOUDIER ème 2 Quentin VAURS èreer Jeunes 1 année :1 Yann ème HESTEAU 2 Matthieu BRODAR ème année :Jeunes 2 er 1 Nicolas DANGUILLAUME ème 2 Terence HENRY er Adultes :1 Adrien DEBOFFE ème 2 Hervé FOUQUET er Loisirs :DANGUILLAUME1 Nicolas ème 2 Terence HENRY
h
Associations
repas
ASLC Vive la nouvelle année, tous à nos activités !
POTERIE Lors du salon de NOEL l'expo-vente a remporté un joli succès nous avons vendu presque la tota-lité des objets fabriqués par les Dames et les Ados.
15
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.