L'industrie agroalimentaire face à la crise

De
Publié par

L'industrie agroalimentaire face à la crise

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 73
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
L’industrie agroalimentaire face à la crise Perspectives de marché à l’horizon 2010 Stratégies de riposte et relais de croissanceEdition : Juin 2009 Madame, Monsieur, Quelles sont les capacités de résistance de l’industrie agroalimentaire française face à la crise ? Elle Mesurerpeut tout d’abord compter sur deux puissants facteurs de soutien : le caractère quasiincompressible les perspectives des dépenses alimentaires et le rôle de la démographie. Ceci permettra à la production des industries de croissance agroalimentaires de se redresser dès 2009, une évolution qui contrastera avec le plongeon de l’industrie dans son ensemble. Des marchés restent également porteurs et créateurs de valeur ajoutée, à l’image des produits considérés comme plus naturels ou plus sains (bio, aliments fonctionnels). Certains segments, à l’instar des boissons non alcoolisées ou des produits de la mer, continueront ainsi à séduire les consommateurs. L’axe de la praticité restera également une valeur sûre pour les industriels, qui multiplieront les produits «prêts à l’emploi» (déjà découpés ou préparés, en petits conditionnements, réchauffables au microondes, etc.). Pour autant, les difficultés auxquelles font face les industriels ne doivent pas être minimisées. Soucieux Analyserde maîtriser leurs dépenses, les Français réalisent des arbitrages dans leurs dépenses alimentaires, les performances notamment en se reportant vers des offres plus économiques (marques de distributeurs, hard financières discount). Les opérateurs devront également composer avec une demande en berne sur deux de leurs grands débouchés, la restauration hors foyer et l’export. Ce contexte difficile pèsera sur les performances financières des industriels de l’agroalimentaire. L’analyse menée parXerfi surun échantillon de plus de 2000 sociétés montre en effet que face à la dégradation de leur activité, les entreprises devront réaliser d’importants ajustements sur certains postes clés (frais de personnel, investissements, autres achats et charges externes). Contraints de s’adapter, certains industriels de l’agroalimentaire demeurent offensifs. Les initiatives se Identifier les stratégiesmultiplient ainsi sur différents fronts : de riposte  lapoursuite des politiques de croissance externe, à l’image des opérations d’envergure réalisées récemment dans le secteur des viandes (reprise de Socopa par Bigard, acquisition d’Arrivé par LDC). La multiplication des défaillances offrira par ailleurs de nouvelles opportunités de rachats ;  laréorganisation des outils industriels et des structures logistiques, pour gagner en efficacité ;  le développement d’offres économiques (Ecopack de Danone, opération «Ma marque à prix doux » de Bongrain, etc.) ;  lamultiplication des lancements sur les segments qui conservent la faveur des consommateurs : produits bio, à connotation santé ou terroir, etc. L’innovation garde ainsi un rôle majeur dans les stratégies des industriels. Monter en gamme est en effet l’une des seules alternatives offertes aux marques nationales pour défendre leur place face aux marques de distributeurs, plus légitimes sur le terrain des prix. Seul bémol, les industriels devront démontrer le «plus »apporté par la marque, au risque de s’aliéner un consommateur toujours plus volage. Vous trouverez en pages intérieures un plan détaillé de l’étude, ainsi que la liste des sociétés analysées. Pour recevoir cet outil d’analyse surles perspectives de l’industrie agroalimentaire française, il vous suffit de nous retourner le bon de commande au verso. Je demeure à votre disposition pour tous renseignements complémentaires, et vous prie de recevoir, Madame, Monsieur, l’expression de mes sincères salutations. Valérie Cohen Directrice de la diffusion
XERFI SAS 1315, rue de Calais 75009 Paris – tél : 01 53 21 81 51 – fax : 01 42 81 42 14 etudes@xerfi.fr Société par actions simplifiée au capital de 1 180 840 euros  RCS Paris B 392 691 853 000 72  APE 5811Z – TVA intracommunautaire : FR9539269 1853
L’étude de référence :Juin 2009 – 250 pages ‰Etude réalisée par Eline Maurel, à partir d’enquêtes, de sources documentaires, électroniques et publications recueillies au cours des derniers mois précédant la sortie du document. ‰: 15 ans d’expérience sur les secteurs et leur tissu d’entreprises, et plusieurs» de Xerfiintelligence concurrentielleMéthodologie d’analyse « centaines d’études réalisées. Un traitement rigoureux des données quantitatives et des informations. Des synthèses opérationnelles pour favoriser la réflexion et préparer les décisions.0. SYNTHESE& CONCLUSIONS3.LES CONSÉQUENCES STRATEGIQUES POURLES ENTREPRISESCette synthèse attire l’attention du lecteur sur les3.1. Lesrépercussions sur l’activité conséquences de la modification de l’environnement 3.1.1. Laproduction des IAA :prévisions 2010économique, les tendances majeures de la vie du et comparaison avec l’ensemble secteur, les évolutions prévisibles, en tirant parti de de l’industrie l’ensemble des analyses sur les perspectives du marché et des stratégies des opérateurs. 3.1.2. Lavision des chefs d’entreprise : les perspectives de production 1.LES COMPORTEMENTS et l’appréciation du niveau de la demande DES CONSOMMATEURS3.1.3. Lesprix à la production dans les IAA 3.1.4. Lechiffre d’affaires des IAA 1.1. Defortes contraintes 3.2. Lasituation financière sur la consommation 1.1.1. Lescénario prévisionnel :les prévisionsdes entreprises Les experts de l’InstitutXerfiont analysé à partir Xerfi pour 2010 sur les indicateurs clés :d’un échantillon de plus de 2 000 entreprises de croissance française, pouvoir d’achat, l’agroalimentaire les tendances d’évolution des consommation alimentaire des ménages marges et résultats. Cette analyse permet de 1.1.2. Lesdépenses contraintes des ménages : comprendre comment les opérateurs s’adaptent à un poids croissantl’évolution de la situation économique en ajustant leurs charges et leurs facteurs de production. 1.1.3 Desarbitrages nécessaires : quels postesde consommation épargnés ?3.2.1. Définitiondu panel 3.2.2. Conclusionssur les stratégies financières 1.1.4 Lamodification des comportements : 3.2.3. Focussur le secteur des viandes une volonté de maîtriser sa consommation 3.2.4. Focussur les petites entreprises 1.2. Lesprix, une question centrale 4.LES STRATÉGIES DE RIPOSTE1.2.1. L’évolutiondes prix à la consommation des produits alimentaires 4.1. Saisirles opportunités au niveau 1.2.2. Laperception de l’inflation industriel par les consommateurs4.1.1. Poursuivreles opérations de croissance externe 2.LES DÉBOUCHÉS DES 4.1.2. Serecentrer sur son cœur de métier INDUSTRIELSles moyens4.1.3. Mutualiser 4.1.4. Seréorganiser pour gagner en efficacité 2.1. L’impactdes arbitrages 4.2. Renforcerles politiques marketing des consommateurs 4.2.1. Développerdes offres économiques 2.1.1. Desévolutions profondes sur longue 4.2.2. Sepositionner sur des segments porteurs :  période : réduction du poids de l’alimentaire les produits biologiques dans la consommation totale  l’axe de la praticité 2.1.2.Les perspectives de croissance 4.2.3. Etendrele territoire d’activité des marques par segments à l’horizon 2010 :viandes,produits laitiers, produits de la mer, pain 5.LES RAPPORTS DE FORCE et céréales, fruits et légumes, boissons CONCURRENTIELS AU SEIN DES 2.1.3. Unphénomène de descente en gamme : les IAAMDD grandes gagnantes 5.1. LesIAA en France 2.2. Ladistribution alimentaire 5.1.1. Lepoids des différentes filières 2.2.1. Uncircuit dominant et concentré 5.1.2. Laconcentration du secteur 2.2.2. Laprogression du hard discount 5.1.3. Lepoids des coopératives agricoles 2.2.3. Le« retour » vers les circuits de proximité 5.2. Focussur les industries des viandes, 2.3. Larestauration hors foyer des produits laitiers et des boissons  Uncontexte difficile pour l’activité 5.2.1. Lesrapports de force concurrentiels de la restauration 5.2.2. Lesprincipaux intervenants 2.4. L’export 6. INDICATEURSECONOMIQUES 2.4.1. Laconjoncture dans les principaux ET FINANCIERS DES ENTREPRISESpartenaires commerciaux de la France Lebilan économique et financier présente 200 2.4.2. Dynamiqued’évolution des produits opérateurs en fonction d'une batterie de ratios et alimentaires à l’exportation (viandes, d'indicateurs de gestion et de performances (20032007, boissons, produits laitiers, etc.) selon les données disponibles). 89% des comptes non consolidés 2007 des sociétés étaient disponibles au 2.4.3. Lesolde commercial des IAA : indicateur moment de la publication et ont été analysés dans cette de performance commerciale par segmentétude.
XERFI SAS 1315, rue de Calais 75009 Paris Tél: 01 53 21 81 51 Fax: 01 42 81 42 14 etudes@xerfi.fr
Principaux tableaux, graphiques et matricesT31L'évolution des échanges extérieurs en produitsT61La variation annuelle de la valeur ajoutée (20032009)T1L'évolution du PIB en France (20042010) des IAA (20012008)T62Le coefficient de rendement du travail salarié T2L'évolution du pouvoir d’achat global (20012010)T32(20032009)Dynamique d’évolution des différents segmentsT3L'évolution du pouvoir d’achat par ménage (20012010)des IAA à l’exportationT63La variation annuelle des frais de personnel T4Les prix à la consommation en France métropolitaine T33(20032009)Les principaux pays de destination des exportations(20002008)agroalimentaires françaisesT64Le taux de marge économique brute (20032009)T5Les produits alimentaires les plus inflationnistes T34L'évolution de la répartition géographiqueT65La variation annuelle de l’EBE (20032009)en 2008 (20072009)des exportations agroalimentaires françaisesT66Le poids des dotations aux amortissements T6L'évolution des prix à la consommation des produits T35(20032009)L'évolution du solde commercial français en produitsalimentaires par segments (20002007)des IAA (20062009)T67La variation annuelle des immobilisations corporelles T7L’inflation et sa perception par les consommateurs T36L'évolution des exportations françaises en produitsnettes (20032009)(20012009)des IAA au premier trimestre 2009T68Le besoin en fonds de roulement (20032009)T8L'indice des prix à la consommation par fréquence T37L'indicateur de performance commercialeT69Clients, stocks et fournisseurs en 2002d’achat des produits (20012009)à l’exportation : évolution 2000 / 2008T70Le taux d’endettement (20032009)T9Les arbitrages réalisés par les consommateurs T38La production de l’industrie manufacturière et des IAAT71Le solde des opérations financières (20032009)sur leurs dépenses alimentaires(20032009)T72Le taux de résultat courant avant impôt (20032009)T10Les postes de dépenses les plus touchés T39La production de produits alimentaires et de boissonsT73Les variations annuelles du résultat courant avant impôt par les arbitrages de consommation(20032009)(20032009)T11L'évolution de la consommation totale des ménages T40La production des IAA par grands postes (20012008)T74La structure du compte de résultat(20042010)T41Les perspectives de production dans l’industrieT75La structure du bilanT12L'évolution de la consommation des ménages (20012009)T76Actif netpar grands postes de dépenses (19602008)T42L’évaluation du niveau de la demande (20012009)T77Passif netT13L'évolution des dépenses liées à l’alimentaire, T43L’évaluation du niveau des stocks (20012009)T78La concentration du secteur des IAA en 2007au logement et au transport (19602010)T44L’évaluation du taux d’utilisation des capacitésT79Le poids de la coopération agricole dans l’industrie T14La consommation en produits alimentaires (20052010)productives dans les IAA (20012009)alimentaire en 2006T15Dynamique d’évolution des différents segments T45Les prix à la production des produits agricolesT80Scoring de la pression concurrentielle dans le secteur de la consommation alimentaireet alimentaires (20052008)des viandesT16L'évolution des parts de marché des MDD (20052008)T46Les prix à la production dans les IAA (20062009)T81Les chiffres clés de l’industrie des viandes en 2007T17Les parts de marché des MDD par familles de produits T47Les prix à la production des produits alimentairesT82Le classement des principaux groupes des filières en 2008et des boissons (20062009)viandes et de la charcuterieT18Panorama des débouchés des industriels des IAAT48Les prix à la production dans les IAA par grandesT83Scoring de la pression concurrentielle dans le secteur T19Le taux d’exportation des industries agroalimentaires branchesdes produits laitiersen 2007T49Le chiffre d’affaires des IAA (20012008)T84Les chiffres clés de l’industrie des produits laitiers T20La part de marché du commerce de produits T50en 2007Le chiffre d’affaires des industries des produitsalimentaires (19992007)alimentaires et des boissons (20012008)T85Le classement des principaux groupes de l’industrie T21Le parc de magasins alimentaires en 2008T51laitièreLe chiffre d’affaires des IAA par grandes branchesT22Les parts de marché des centrales d’achat (20072008)(20002008)T86Scoring de la pression concurrentielle dans l’industrie T23La part de marché des enseignes de hard discount T52La composition de l’échantillon d’entreprisesXerfides boissonsen France (20072008)T53Le chiffre d’affaires des entreprises du panelT87Les chiffres clés de l’industrie des boissons en 2007T24Le marché global de la restauration en 2008(20032009)T88Le classement des principaux groupes de l’industrie des T25La consommation des ménages en services T54Le chiffre d’affaires des entreprises de la filière viandesboissons (eauxdevie et spiritueux, champagne, vin, de restauration (20002010)(20032009)bière, eaux en bouteille, boissons rafraîchissantes sans T26Le chiffre d’affaires de la restauration commerciale T55Le chiffre d’affaires des entreprises des petitesalcool)(20002008)entreprises des IAA (20032009)T89Les industries alimentaires et des boissons : détail T27Le chiffre d’affaires de la restauration traditionnelle T56Le taux de marge brute (20032009)des activitéset rapide (20002008)T57La variation annuelle de la marge brute (20032009)T90Les chiffres clés des hypermarchés (20032008)T28L'évolution du PIB des principaux partenaires T58Le poids des autres achats et charges externesT91Les chiffres clés des supermarchés (20032008)commerciaux de la France en 2008(20032009)T92Les chiffres clés du hard discount (20032008)T29L'évolution du PIB des principaux partenaires T59La variation annuelle des autres achats et charges commerciaux de la France au premier trimestre 2009T93Les principales dispositions de la LME externes (20032009)T30La segmentation des échanges extérieurs français T60Le taux de valeur ajoutée (20032009)en 2008Principaux opérateurs analysés ou cités dans l’étude Les sociétés dont lesCELVIA ETSSAINTEMERE MARINEPUIGRENIER ISIGNYSTE AFFINAGEHARVEST KRITSEN comptes sont traités dansETS VIOL FRERESJACQUET PANIFICATIONMARTINET CONDITIONNEMENTCENTRE D'ABATTAGE DE VOLAILLES DE LOUEEURALIS GASTRONOMIE l’étudeJEAN CABYMASTERFOODS STEBERNARD CEREAL PARTNERSEURIAL JURAGRUYEREMCCORMICK FRANCESTE BEURRIERE DE RETIERS ABATTOIRS D'EVRON FRANCE EURODOUGH KERMENEMOULINS SOUFFLETSTE DES RILLETTES BAHIER AGRANA FRUIT FRANCE CGPA PENY EUROMILL NORDKERRY INGREDIENTSNESTLE FRANCESTE FLANDRES PICARDIE AIM GROUPE CHARAL LAIT FERRERO FRANCEFRANCE NESTLEGRAND FROID ALLIANCE ELABORES CHARCU PACSTE FROMAGERE FICHAUX INDUSTRIESKRAFT FOODS FRANCENESTLE PURINA PETCARE ALSACE LAIT CHARCUTERIE PIERREDE BOUVRON FINDUS FRANCEKRAFT FOODS LAVERUNEFRANCE AMORA MAILLE SCHMIDT STEFROMAGERE FIPSO INDUSTRIEKRAFT FOODSNUTRIBIO ANTARTIC CHARENTES LAITSTRASBOURG DERETIERS FLEURY MICHONNUTRITION ET SANTE APPETIT DE FRANCE CHOCOLATERIE STELAITIERE CHARCUTERIE LATOQUE ANGEVINEOEI ARCADIE SUD OUEST DE L'ABBAYE SUISSEDE L'HERMITAGE FLEURY MICHONLABEYRIE ORLEANSVIANDES ARDO NORMANDE STELAITIERE DE PONTIVY TRAITEUR LACTALISNESTLE PANAVI ARRIVE CHR HANSEN FRANCESTE LAITIERE DE VITRE ULTRA FRAIS MARQUES FOREZ PORCPANZANI BAKEMARK INGREDIENTS CMC MALONGOSTE LAITIERE DES VOLCANS LAITERIE DE MONTAIGU FROMAGERE DE PONTIVYPASTACORP FRANCE COGESAL MIKOD'AUVERGNE LAITERIE DE SAINTMALO FROMAGERIE DE CLERVALPICKENPACK GELMER BARRY CALLEBAUT CONSERVERIE STELAITIERE DU BOCAGE LAITERIE DU VAL FROMAGERIE HENRI HUTINPROCANAR BOURGOGNE MORBIHANNAISE DUMENILORNAIS D'ANCENIS FROMAGERIES BELPRODUCTION LA PRADE BARRY CALLEBAUT ET CIESTE LESCURE BOUGON LAITERIE NOUVELLE FROMAGERIES BELRAFFINAGE TEREOS FRANCE CONSERVES FRANCESTE NORMANDE DE VOLAILLE L'ARGUENON PRODUCTION FRANCE RAYNAL ET ROQUELAURE BESTFOODS FRANCE CONTINENTALE NUTRITIONSTE SOPRAT LAITERIE SAINT PERE FRUIVAL RAYNAL ET ROQUELAURE INDUSTRIES COOPERATIVE STEVERMANDOISE LAITERIES HUBERT GAD PROVENCE BEURALIA DES MAITRES LAITIERSINDUSTRIES TRIBALLAT GASCOGNE LIMOUSINREGILAIT BLEDINA DU COTENTINSUD OUEST LEGUMES LAMY LUTTI VIANDES ROLLAND BONDUELLE CONSERVES COOPERL ARCALLIANCE LDC AQUITAINE GASTRONOME RONSARD INTERNATIONAL ATLANTIQUE SVAJEAN ROZE DISTRIBUTION LDCBOURGOGNE ROYAL CANIN BONDUELLE FRAIS CRISTAL UNION TENDRIADE COLLET GATINE VIANDESLDC SABLE SAIPOL FRANCE ETS D'ERSTEIN TEREOS GELAGRI BRETAGNELES FERMIERS LANDAIS SAUPIQUET BONDUELLE SUD EUROPE D.V TILLY SABCO GLACES THIRIETLES FROMAGERIES SAVANE BROSSARD BONDUELLE SURGELE DAILYCER TIPIAK PLATS CUISINES OCCITANES GMS MEUNERIE SAVIEL FRANCE INTERNATIONAL DANONE PRODUITS FRAISSURGELES LES VOLAILLES GRAND SALOIR SCAMARK BONDUELLE TRAITEUR FRANCE UCLAB DE LA VALLEE STNICOLAS SICAVYL INTERNATIONAL DAREGAL DE LABRAYE UNITEDBISCUITS FRANCE GRANDS MOULINS SICO BRIOCHE PASQUIER DEFIAL LESIEUR USVAL DE PARIS SITPA CERQUEUX DELIFRANCE LESIEUR GENERALEVANDEMOORTELE FRANCE GROUPE BIGARD SOBEVAL CAFES RICHARD DELPEYRAT CONDIMENTAIRE VAROISEDE CONCENTRES GUILLET SODIAAL INDUSTRIE CAMPBELL FRANCE DELPIERRE LINDT & SPRUNGLIWILLIAM SAURIN HARIBO RICQLES ZAN SODIAAL INTERNATIONAL CANDIA DOUX FRAIS LOEUL PIRIOTWRIGLEY FRANCE HARRY'S FRANCE SOUFFLET ALIMENTAIRE CANTALOU DUC LOUDEAC VIANDES HERO FRANCE SOVIBA LE LION CAPITAINE HOUAT ENTREMONT ALLIANCE LU FRANCE HERTA SOVIBA VILLERS BOCAGE CAPRIBEUR ETS ABERA LUSTUCRU FRAIS INGREDIA SPANGHERO CARGILL CACAO ETS JACQUOT ET CIE MAC KEY FOOD SERVICE INTERSNACK FRANCE ET CHOCOLAT FRANCE
XERFI SAS 1315, rue de Calais 75009 Paris Tél: 01 53 21 81 51 Fax: 01 42 81 42 14 etudes@xerfi.fr
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.