L'ours et le magicien

De
Publié par

L'ours et le magicien

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 128
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins
L’ours et le magicien 3 films d’animation lettons, 2009, 50 mn __________ L’eau magique Histoire Pendant le générique du début, un homme passe avec un récipient pour aller chercher de l’eau. L’ours Munk et le chien Lemmy sont dans le désert, assis devant un arbuste desséché. Munk en fouillant le sable trouve une cruche qu’il va remplir à un oasis. Les gouttes d’eau font pousser des plantes et l’arbuste revit après avoir été arrosé : il a des feuilles, des fleurs et des fruits que mangent les deux amis. Le paresseux arrive et vole la cruche, mais il la renverse et l’eau magique tombe sur le squelette d’un dinosaure qui poursuit le paresseux, puis les deux amis qui se cachent dans une grotte. Ils ressortent au niveau d’un puits où un homme essayait de prendre de l’eau. Ils franchissent un pont suspendu et coupent les cordes lorsque le dinosaure veut passer. Mais les morceaux de dinosaure reforment le squelette entier qui est à son tour poursuivi par des chiens du désert. Les deux amis retournent manger des fruits et invitent le paresseux à manger avec eux. Pendant le générique de fin, l’homme passe avec sa cruche.
Pistes d’exploitation
Faire raconter l’histoire : définir les personnages, les lieux, reconstituer la chronologie…
Les personnages principaux : L’homme, l’ours Munk, le chien Lemmy, le Paresseux, le squelette de dinosaure, les carnivores, les plantes. On peut remarquer que les 4 animaux principaux marchent « debout » comme l’homme.
- Seuls deux animaux ont un nom : Munk et Lemmy. Les décrire ou les dessiner. La texture des deux marionnettes évoque celle des doudous.
- Les Paresseux sont des Mammifères (de l’ordre des Edentés, avec les Tatous et les Fourmiliers) vivant en Amérique. Ce sont des animaux arboricoles, très lents (à cause d’un métabolisme très bas: respiration lente, passage à la léthargie lorsque la température externe est basse…). L’Aï ou Paresseux à trois doigts peut faire pivoter sa tête de 270°. Celui de ce court-métrage (on voit bien les 3 doigts à chaque membre) a l’air de ne pas savoir quoi faire ; il se promène et au passagevole la cruche avec l’eau, puis la renverse. C’est par lui que toute l’histoire arrive : il redonne vie involontairement au squelette de dinosaure. Il ne ressemble pas entièrement à un vrai Paresseux (ils sont poilus, ont une queue et leurs oreilles sont cachées), mais il est nonchalant. Peut-être est-il appelé comme cela car il n’a pas envie de travailler et, en ce sens-là il est « paresseux » ? Le décrire ou le dessiner.
- Le squelette de dinosaure : le comparer à d’autres
- Les carnivores
1
Les lieux : le désert avec les dunes de sable, l’oasis, le puits, le pont suspendu… Faire un dessin de sa propre oasis.
Les fruits : sont-ils réels ou imaginaires ?
Les moments de l’histoire : reconstituer la situation de départ, l’événement qui arrive et qui modifie ce qui se passe, les conséquences, la fin.
Travailler sur les bruits, les sons…
On peut essayer de faire des bruitages avec des objets : boîtes en métal, en carton, des objets métalliques, des feuilles, de l’eau… pour reconstituer des bruits (bruitage de la savane, de l’eau, bruits de pas) ou pour inventer des bruits nouveaux.
Il n’y a aucun dialogue entre les animaux, ni de paroles compréhensibles. On peut faire inventer des dialogues pour différentes situations : lorsque les deux amis regardent l’arbuste desséché, quand Munk trouve la cruche, quand ils constatent les premiers effets de l’eau magique …
Faire remarquer le rôle de la musique
L’animation : voir à la fin
__________ L’ours arrive
Histoire Un ours pêche sur la banquise, sous le blizzard et sous la neige. Il attrape un poisson, mais à ce moment, la banquise se fragmente et l’ours dérive jusqu’à une île. Un guetteur surveille, un paysan sème. Lorsqu’il déjeune, il découvre l’ours et s’enfuit en criant. Une vieille femme avec un panier voit aussi l’ours et s enfuit. Un pêcheur attrape un poisson et voit l’ours. Ils vont tous les trois à la mairie. Un paysan se renverse avec son tracteur à la vue de l’ours. Une foule finit par se rassembler. L’ours entre dans le supermarché et mange des confitures. Il est poursuivi par les gens armés de râteau, pelle, fourche… ils croient avoir attrapé l’ours alors que c’est un villageois. Pendant ce temps, trois enfants partent à la recherche de l’ours. Ce dernier a la patte coincée dans un pot de confiture, un enfant lui retire. Les gens continuent à chercher l’ours : il se cache avec les phoques. Puis la nuit arrive. Le lendemain, l’ours est avec les enfants et un avion survole l’île. Un chasseur en descend, avec un chien et une cage métallique. Le chien guide le chasseur vers l’ours, mais c’est le policier qui reçoit la fléchette avec le somnifère et tous les habitants se réfugient dans la cage en fer. Les enfants déguisent l’ours en vieille femme et le conduisent vers la mer où ils lui donnent un bateau pour qu’il reparte vers la banquise.
Pistes d’exploitation :
Faire raconter l’histoire : définir les personnages, les lieux, reconstituer la chronologie…
Les personnages principaux : (un petit lapin traverse toute l’histoire)
- L’ours brun. Le comparer à d’autres ours bruns (Petit Ours brun, Léon l’enfant- ours…). Décrire ce qui lui arrive. Au début, il pêche sur la banquise. Rechercher comment les vrais ours pêchent, où se trouve la banquise. Où se retrouve-t-il ? Quelles sont les conséquences ? Qui l’aide ? Comment l’histoire finit-elle ?
2
Dans le court-métrage, l’ours est brun alors que sur la banquise ce sont des ours blancs.
- Les villageois: ils ont tous peur de l’ours quand ils le découvrent. Ils essaient de le capturer. Ils font venir un chasseur et son chien. Une cage en fer est apportée, mais elle n’enfermera que les villageois.
- Le chasseur : il arrive en avion pour aider les villageois. Il a un chien qui commence par manger des saucisses dans le supermarché.
- Les enfants: ils n’ont pas peur de l’oursIls l’aident à plusieurs reprises : quand il a la patte coincée dans le bocal de confiture vide ; quand il faut le cacher pour qu’il quitte le village, quand ils lui donnent un bateau pour partir.
Les lieux : ils changent au cours de l’histoire : la banquise, l’île, le village, la forêt, la mer… Les repérer.
Les moments de l’histoire : reconstituer la situation de départ, l’événement qui arrive et qui modifie ce qui se passe, les conséquences, la fin. Pour l’ours arrivant dans un village se pose le problème de la nourriture. Il vole ce qu’il trouve.
On peut parler du réchauffement climatique et des conséquences sur la banquise :
A causes des activités humaines et des gaz polluants rejetés dans l’air, il existe une menace sur l’Arctique: le réchauffement climatique. Le réchauffement des températures est deux fois plus rapide que dans le reste du monde. En Alaska, la température en hiver est montée en moyenne de + 2,8°C en cinquante ans. La banquise a perdu, en trente ans, 8 à 10 % de sa surface et les glaciers commencent à fondre. Pour les animaux qui dépendent de la banquise pour se nourrir, c’est un risque de disparition. Des parasites venus de régions plus chaudes arrivent en Arctique : par exemple les moustiques qui harcèlent les caribous.
Au nord-ouest du Canada et au nord de l’Alaska, le réchauffement du climat entraîne la fonte de terres gelées : le littoral s’effondre, des maisons glissent vers la mer… Le niveau des océans est amené à monter et cela entraînerait la submersion de terres actuellement situées au niveau de la mer.
Comparer le début du court-métrage avec des documentaires (La Planète blanche…)
Travailler sur les bruits, les sons… Il n’y a pas de paroles. On peut imaginer des dialogues entre les personnages à certains moments. Montrer l’importance de la musique.
L’animation : voir à la fin.
__________
3
Le maître des glaces (Court-métrage avec dialogues)
Histoire Le roi donne une fête dans son château. C’est l’heure du repas: les plats se succèdent. Des divertissements sont proposés : fou, clown. Arrive un étrange magicien : c’est le maître des glace set il gèle tout ce qui l’entoure. Le roi le chasse et le magicien s’éloigne en disant que la vengeance est un plat qui se mange froid. La princesse joue au jeu de croquet. Elle donne un gâteau à un canard, va sous un arbre en fleurs. Le maître des glaces arrive, gèle la princesse et l’emporte enroulé dans un tapis volant. Fondu au noir. Le page (qui a récupéré un rouge-gorge gelé) court prévenir le roi qui le fait jeter en prison. Le roi proclame que celui qui sauvera la princesse pourra l’épouser. Tout le palais est gelé par le magicien, sauf le page dans son cachot. Le rouge-gorge emporté par le page lui parle et ils sortent du cachot dont la porte n’était pas fermée à clef. Ils découvrent l’environnement avec les gens gelés, en particulier le roi. En soufflant sur les braises pour ranimer le feu, la salamandre le remercie de l’avoir sauvée.Il prend des vivres, la salamandre, une épée et il part avec l’oiseau. Un hibou blanc leur indique le chemin. Pour échapper au magicien à l’approche de son château, la salamandre aide le page. Pour s’abriter la nuit, ils construisent un igloo. La princesse, à moitié gelée défie le magicien en lui demandant de faire une glace au chocolat. Le magicien, sur son tapis volant lance des blocs de glace sur le page. Il le rate, mais un ours blanc est coincé sous un gros bloc. Avec l’aide de la salamandre, il le dégage. Le page arrive dans la tour de glace du palais et essaie de libérer la princesse. L’ours blanc vient à son secours en cassant le bâton du magicien. Partout la glace fond. Ils partent avec le tapis volant. Au château, c’est à nouveau la fête.Avec ce qui lui reste de bâton magique, le magicien fabrique des glaces pour le dessert. La princesse et le page font du patin à glace sur le lac gelé.
Pistes d’exploitation
Faire raconter l’histoire : définir les personnages, les lieux, reconstituer la chronologie…
- Les principaux personnages : Les décrire ou dessiner. Raconter ce qui leur arrive.
Le roi : Il fait des banquets dans son palais où il fait venir des personnes pour le distraire : bouffon, cracheur de feu, clown, ménestrel, magicien… Le magicien qui fait du froid ne lui plaît pas et il le renvoie brutalement. Quand sa fille est enlevée, il envoie des chevaliers pour la ramener et leur promet le mariage avec elle.
La princesse : Elle est impertinente et fait ce qui lui plait. Elle joue au croquet. . Elle ne se laisse pas faire lorsqu’elle est prisonnière du palis des glaces et elle défie le maître des glaces.
Le maître des glaces : il transforme en glace tout ce qu’il touche avec son bâton magique. Pour se venger du roi qui l’a chassé de son château, il gèle la princesse et l’enlève puis il gèle le palais et ses habitants. Il utilise un tapis volant. Repérer les accessoires qui lui donnent ses pouvoirs. Il sera vaincu et n’aura plus qu’un petit morceau de son bâton magique avec lequel il fera des glaces (à manger) pour le dessert du roi ou gèlera l’étang pour que la princesse et le page fassent du patin à glace. Le comparer à d’autres magiciens (Merlin…).
Le page. Il est au service de la princesse. Il protège les animaux et grâce à eux, il pourra délivrer la princesse.
4
Les animaux. Il y a des oiseaux dont 2 joueront un rôle particulier : le rouge-gorgequ’il a sauvé (qui parle avec un accent italien) et le hibou blanc qui le guidera dans le royaume des glaces (il fait penser au Harfang des neiges, chouette blanche adaptée à la neige).
La salamandre lui permettra de lutter contre le magicien et de le protéger lorsque le magicien cherche à le geler. Elle est associée au feu. Elle symbolise la foi qui ne peut s’éteindre.
La salamandre est un reptile légendaire qui était réputé vivre dans le feu et s'y baigner, et ne mourir que lorsque celui-ci s'éteignait. Mentionnée pour la première fois par Pline l'Ancien, la salamandre devint une créature importante des bestiaires médiévaux ainsi qu'un symbole alchimique et héraldique auquel une profonde symbolique est attachée. On lui attribue une peau incorruptible et contenant du poison.
L'attribut principal de la salamandre est sa capacité à se baigner dans le feu et l'éteindre, cet animal eut longtemps la réputation d'être totalement insensible aux effets du feu. On lui prêtait aussi le pouvoir de traverser un brasier ou d'être jetée dans les flammes sans subir aucun dommage. La salamandre est un Amphibien jaune avec des taches noires. Elle n’est pas représentée ainsi dans le film d’animation.
Les dialogues : ils sont percutants. On peut y relever de l’humour. Comparer avec les autres films d’animation sans dialogue.
Le conte : Il pourrait commencer par « Il était une fois… ». Dans ce court métrage, on peut voir des références à d’autres contes :
- un conte médiéval avec château fort, roi, princesse, chevaliers, fou du roi… Comparer avec une autre histoire (L’hiver de Léon….) - un conte où un tapis volant a de l’importance. Comparer avec l’histoire d’Aladin - un conte où des personnages jouent au croquet. Comparer avecAlice au Pays des merveilles - un conte qui se déroule dans un pays glacé. Comparer avecLa Reine des Neiges, Narnia- le personnage du maître des glaces fait penser à celui de l’histoire «Le devin» d’Astérix
L’animation : voir à la fin
Points communs à ces courts-métrages
-L’affiche du film: la présenter avant la projection et décrire ce qu’on y voit. Discuter du titre (l’image correspond au court métrageL’ours arrive, alors que le magicien intervient dans le court métrageLe maître des glaces. Munk et Lemmy n’apparaissent pas alors qu’il y a un court métrage surL’eau magique).
- Les réalisateurs: Janis Cimermanis, Maris Brinkmanis et Evald Lacis
Représentant letton de la nouvelle vague de l’animation européenne, Janis Cimermanis se prête depuis les années 1990 à l’invention d’un univers original. Caractérisés par des marionnettes de pâte à modeler et une quasi-absence de dialogues, ses films défendent un style à la fois tendre et éducatif. Formé à l’Institut de théâtre, de musique et de cinéma de Leningrad, il investit ses films de son expérience d’ancien metteur en scène au théâtre de marionnettes. Révélé parLes Polissonneries etMunk, Lemmy et compagnie, Janis Cimermanis est découvert en France avecSOS brigade de secours, programme de neuf courts métrages dont les héros ont pour mission d’aider leur entourage dans
5
différentes tâches domestiques. En 2006, le réalisateur présente son long métrage francophileLes 3 Mousquetairesalors qu’il prépare déjàLe Bal deslucioles et autres courts. (…) Loué par la critique pour son regard inédit et sensible, Janis Cimermanis revient en 2009 avec l’animationL’Ours et le magicien.
Membre central du studio d’animation AB (avec Janis Cimermanis et Evalds Lacis), Maris Brinkmanis exerce depuis les années 2000 son pouvoir d’enchanteur d’images pour les tout-petits. Découvert en France en 2008 grâce aux3 Mousquetaires, il s’illustre essentiellement dans l’animation de marionnettes en tissu. En 2008, c’est avecLe Bal des lucioles et autres courts,dans le monde des insectes, qu’il poursuit son exploration visuelle entre poésie et aventures pédagogie. Plus étonnant, en 2009 il revient avecL’Ours et le magicien.
Amateur de marionnettes animées comme ses collègues du studio AB, Evald Lacis débute dans le métier grâce à son tempérament de touche-à-tout. De directeur de la photographie à scénariste en passant par animateur et éclairagiste, il fait ses premières armes avecAntlionetNouvelle espèce. En 2005,Les 3 Mousquetairesde Janis Cimermanis lui permet d’endosser les rôles de cadreur, monteur et animateur. En 2008, il s’essaie pour la première fois à la réalisation aux côtés de ses compères pour le programme de courtsLe Bal des lucioles et autres courts. L’essai, plus que probant, le mène à réitérer en 2009 avecL’Ours et le magicienrecueil pour lequel il réaliseLe Maître des glaces.
- La technique d’animation
Les personnages créés sont identifiables par les enfants (un Ours, un Chien, un Paresseux …), ce sont des marionnettes animées, en 3 dimensions, filmées image par image. Il faut environ 2 mois pour tourner un film de marionnettes de 5 minutes. Les personnages et les décors utilisent divers matériaux : tissu, carton, plastique, éponge, ficelle…
Tous ces personnages sont fabriqués et animés en filmant image par image. On peut essayer de fabriquer un personnage en 3 D avec un squelette en fil de fer, du rembourrage et des tissus.
Les animaux sont identifiables mais ils ne sont pas totalement conformes aux vrais animaux. On peut comparer les animaux des courts-métrages aux vrais (rechercher des photos).
Pour faire un film d’animation, 24 images par seconde d’action sont nécessaires pour reproduire correctement le mouvement, au minimum 12 images car un nombre inférieur donne un mouvement saccadé (cas de certains dessins animés japonais).
Quand une histoire a été choisie, il faut l’adapter pour le dessin animé et écrire le scénario: succession de séquences avec une description précise des décors, des personnages, des évènements.
Il est ensuite traduit en dessins par le réalisateur sous forme d’unstory-board(ici celui du filmLe Petit Chat curieux), sorte de longue bande dessinée, constituée d’une centaine de croquis. C’est un découpage détaillé, plan par plan de l’ensemble du film. Il indique le cadrage, la position des décors, des personnages, l’emplacement de la caméra et l’action. Il contient tous les dialogues et les bruitages. Chaque plan est représenté par une feuille numérotée, comprenant un dessin et des indications écrites.
Activités possibles:
- Parler de l’animation: on peut projeter un court extrait d’un film d’animation et faire réfléchir les enfants. Pourquoi de la pâte à modeler ou des dessins bougent-ils ?On voit qu’il y a un rapport avec un écran sur lequel les images sont projetées et donc les yeux. On peut leur parler de la persistance rétinienne (plus ou moins simplement selon le niveau) et leur faire comprendre que le mouvement est une illusion d’optique: on voit une succession d’images fixes qui donne une impression de mouvement. 6
- Comparer l’animation dans d’autres films : par exempleWallace et Gromit,Le Petit Chat curieuxil y aussi des …où marionnettes animées ou d’autres techniques (dessin animé à partir d’images comme dansL’hiver de Léon). - Faire un folioscope (ou « flip book »): Distribuez aux élèves des feuilles (5cm sur 10, au minimum 12 feuilles ou un petit bloc de « post-it »ou un petit carnet à reliure collée) sur lesquelles on leur demande de dessiner (dans la partie droite de la feuille pour que les dessins soient toujours visibles pendant la manipulation). Chaque dessin doit être légèrement différent de celui qui le précède. Assemblés sur un côté, il ne reste plus qu’à faire défiler les dessins avec le pouce, à des vitesses différentes pour voir ce qui se produit. Si le rythme est d’environ 24 feuilles par seconde, le cerveau interprétera le défilement des images comme un mouvement. Ressources Sites www.abc-lefrance.com www.evene.fr/cinema/films (on y trouve aussi Les nouvelles aventures de Munk et Lemmy) www.allocine.fr www.commeaucinema.com
Fiches du Cinéma n°1958/1959
Dossier préparé par Nicole Montaron, Atmosphères 53. Novembre 2009.
7
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.