LA BOCHE-S/-YON

Publié par

LA BOCHE-S/-YON

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 86
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
LA BOCHE-S/-YON
R E D A C T IO N
:
28. b o u lev ard B r ia n d . T éL
:
4-14.
LA
J E U N E F R A N C E
|
Le
groupement
de la Croix-Rouge
française
de
Vendée
L'organisation
corporative agricole
en Vendée
D ans
les
c o m m u n e s
in d iq u ées
ci-dessous a u r a lieu,
le
d im a n c h e
6 ju illet, u n e ré u n io n de to u s les
a g ric u lte u rs
de la
c o m m u n e ,
à
q u e lq u e g ro u p e m e n t qu'ils ap p ar-
t i e n n e n t
(syndicat
dès
agricul-
t e u r s d e
la
V endée, sy n d icat agri-
cole d é p a r te m e n ta l de
la
Vendée,
sy n d ic a ts locaux déjà
ex istan ts,
coopératives diverses, caisses
de
crédit,
caisses
rurales,
défense
p ay san n e, etc...).
Ces ré u n io n s, q u i s o n t
t e n u e s
p a r ' le Chef de district désigné p a r
le délégué responsable
et le
com i-
t é d 'o rg an isatio n agricole de V en-
dée,
o n t p o u r
but la
créatio n ,
dams
c h a c u n e
des
c o m m u n e s ,
d 'u n syndicat corporatif
agricole
p ray u
par la loi du 2
décem bre
18*0,
T o u s les ag ricu lteu rs, ain si q u e
les a rtis a n s ru ra u x , s o n t invités
à
assister
à ces
ré u n io n s f o r t im -
p o r ta n te s .
Le délégué responsable
à
l'or-
« an isatio n corporative agricole
de
V endée précise que ces ré u n io n s
d o iv en t être faites,
et
les sy n d i-
c a ts locaux corporatifs créés, so u s
le signe de l'union,
la
p lu s com -
plète e n tr e to u s les ' a g ric u lte u rs.
Ces ré u n io n s a u r o n t lieu
:
St-M ichel-eh-1'Herm,
- à 16 h.
(heure E urope Centrale):, m airie;
chef de'' d istrict, M. B. Caillard.—
St-R ëvérend.
à
12 h., m airie; chef
de d istrict, M. de H illerin.— M ar-
tin e t,
à
12
h.
30, m airie; chef
de
district, M. C. B ougault.— Bessay,
à 16 h., m airie
.
chef de district,
M . P ilastre.
Nalliers,
à
17 h.)
G à u v in
;
chef,
de district, M.,
A.
G uillon.
M orm aison,
à 13 h.,
m airie, chef
de
d istrict.
M. du
C hatelier : St-A ubain-la-Plaine,
à
16 h., m a irie ; chef de d istrict M.
P.
D avid.
Bazoges-en-Pareds,
à
15 .h., m a ire ; chef de d istrict
M.
S. de Pontlevoye.— La P o m m eraie,
à 13 h., h ô tel C a u t a n d ; chef
de
district, M .
de
B eauregard. '— S t-
Cyr-des-G àts,
à
16 h., m airie ; chef
d e district, M.
de
Langle.
St-E tienne-du-B ois,
à 9 h. 30.
p a tro n a g e ; chef
de
district,
M.
Valéry. — C h a m b e rta u d . 15 h . 30,
p a tro n a g e ;
chef
de
district, M.
de G u y ro t. — Fougère,
à
13 h . 30,
m airie
;
chef
de
district,
M. de
Lam bily. — S t-M ath u rin ,
à 13 h.,
p a tro n a g e ; chef de district. M.
F.
P ateau.— N ieul-le-D olent. 13 h. 30,
m airie; chef
de
district, M.
Pan-
n etier ; A iguillon-sur-M er,
à
17 h.,
m airie ; chef
de
district,
M. Se-
g u ih o t. — A uzais,
à
18 h., m airie,
chef de district. M. C o u tan sais. —
Bazoges-en-Paillers,
à 9 h. 30,
m airie
:
chef
de
district
:
M.
F.
R e n a u d .
— La
Boissiére-derM on-
ta îg u ,.à 14 h., m airie ; chef de dis-
trict, M. F o n te n e a u . — B o u rn e a u
à 13
h.
30, m airie, chef de district)
M. G a c h a g n a r d .—
La
C h â ta ig n e -
raie,
à
10 h., m airie; chef d e dis-
trict, M. d'A ndigné.
C urzon,
à
16 h., m airie
;
chef d e
district, M. B o u n o lle a u .— Lois,
à
17'
h., m airie; chef de district, M.
Loizeau.
Les Essarte,
à 14 h.,
salle d es F êtes, chef
de
d istrict,
M. G uyet.— Froidfond,
à
13 h . 30,
m airie; chef
de
d istrict
M. P o n -
te re a u .
— La
G a rn a c h e ,
à I I h.,
m airie
;
chef
de
district,
M. le
c o m te
de
B au d ry d'Asson.
Les
H erbiers,
à
11 h., m airie, chef
de
district, M . R. de
la
C hais. — M â-
che,
à
14 h., m airie, chef
de
dis-
trict, M . R a b a u d .
M aréuil-sur-
Lay,
à
17
h
30. m airie; chef
de
district, M. G rolleau.
M ouille-
ron-le-Captif.
à
13
h.
30. m airie
;
chef d e district. M. R atier.— Noir-
m o u tier,
à
16
h.,
m airie, chef
de
district,
M. P.
G uilletG à
liais.
Riez,
à
13
h.
30. m airie; chef
de
d is tric t
: M.
M erceron.
S oul-
lans,
à
13 h. 30
m airie; chef
de
district,
M
Billet.
St-Aubin-d es-O rm eaux, après
la
grand-m esse,
salle
c o m m u n a le
;
chef
de
district.
M.
G u itto n .
St-C yr-en-T alm ondais,
à 17 h.,
m airie, chef de district
:
M',
le
vi-
com te du F o n te n io u x . — St-H ilai-
re-des-Loges.
à
17 h., m airie : chef
de district,
M. de la
Roche-Bro-
ch ard .
St-M édard-des-Prés,
a
12
h., m airie
;
chef
de
d istrict,
M. C outansais. — Vix.
à
14 h. 30
;
m airie; chef
de
district. M. P ro u -
zeau.
St-D em s-la-Chevasse;
a
10 h., m airie; chef de district. M.
D eshayes.
— La
M eilleraie.
a
13
h.
30. m airie
;
chef de district,
M.
H uvelin.
Saint-M esm in.
à
':3
h. .
m airie : chef
de
district,
jff.
B rosseau. — St-A ndré-d'O rnay,
•ï 12 h. 30. m aire
:
chef de district,
M.
T o u ch ar.
Les Clozeaux.
à
12
h.
30. m airie; chef
de
district.
M.
E.
D uchaine. — La R é o rth e .
à
16 h eu res, salle de
la
m airie, sous
la présidence
de
M.
de
Villedieu.
CHRONIQUE
duSOUVENtR
VENDEEN
L'Abbé J
et son En
ivelot
GAZO
BOIS
BRANDT
CES USINES
DE MELLES
(Deux-Sevres)
30 JUIN!
C'est
le
dernier délai fixé aux
JEUNES FRANÇAIS
pour s'inscrire
v o lo n tairem en t
au
SERVICE CIVIQUE
RURAL
afin d'apporter leur aide
a
LA
RÉCOLTE
S'adresser aux délégués
dé-
p a r te m e n ta u x
à la
Jeunesse
et
au x M issions
de
R e sta u ra tio n
P ay san n e.
C U L T I V A T E U R S .
É L E V E U R S .
M A R C H A N D S .
Avant de
conclura vos, marchés
Usée RM DÉPÊCHES COMMERCIALES
ET AGRICOLES
Les pages
de
n o t r e .
h isto ire
de V endée s o n t
pleines- des
re-
latio n s
d'actes
h éro ïq u es
ac-
com plis p e n d a n t
la G r a n d 'G u e r r e
p a r
les
fils
d u B ie n h e u re u x
M onfort, les P é-
rès du S t-E sprit
de
"
S t-L a u re n t-
siir-Sèvre
B ien
so u v e n t ils ver-
sè re n t
g én éreu -
s e m e n t
l e u r
san g
p o u r
la
cause
v en d éen -
ne.
Appelés M u-
lo tin s,
du
nom .
de leur p re m ie r
su p érieu r, le P è -
re M ulot, les P è -
res d u S t-E sp rit
r a y o n n a ie n t
de
S t-L a u re n t
sur
t o u t l e . Bocage
p o u r
.
ex h o rter
les.
fidèles
et
le u r
a p p o rte r
les secours
de
la
religion.
L eurs
écrits,
d 'u n e
o r t h o -
doxie
in tra n s i-
geante,
en
p a r-
ticu lier
un
Catéchisme
à
l'usage
des fidèles
dans
les
circonstances
actuelles,
a t t i r è r e n t
la
h a in e
des
p a trio te s s u r
leurs
;
a u t e u r s
et
s u r
S a in t-L a u re n t, a u 'o n appela- et
l'ar-
sen al de
-
la contre-révolution
».
A ussi, n o m b r e u x f u r e n t
les
P ères
q u i ' p é r i r e n t
sur
l'échafaud
ou
so u s la crosse des so ld a ts B leus.
Q uelques-uns.
p o u r
é c h a p p e r
a u x colonnes infernales, su iv ire n t
l'arm ée
v e n d é e n n e
outre-L oire.
P eu
en
rev in ren t. P a rm i e u x
se
tro u v a it le u r su p é rie u r, l'abbé J a -
velot. L 'approche d es a rm é e s
ré-
p u b licain es
l'avait
c o n tr a in t
de
fuir.
.
O ctogénaire
et
aveugle, 11 a v a it
c o n s t a m m e n t près
de
lui, p o u r
le
co n d u ire,
son
p e t i t
se rv a n t
de
m esse. R ené .Biton,
de
S ain t-L au -
rent-sur-S èvre. âeé d 'u n e d o u zain e
d'années.
En
raison
de
son infir-
m ité ,
le
vénérable
p rê tre
avait
m ê m e o b te n u
de
son évêque q u e
cet e n fa n t p û t rem plir près de lui,
au cours
de la
messe.- q u e lq u e s -
u n e s des fonctions
du
diacre.
L e .p e tit R ené n'en, é t a i t pas m é -
d io crem en t fier et.
au
cours de
la
te rrib le
«
Virée
de
G a le rn e ' »,
il
s 'a tta c h a
au
Père Javelot,
à la
vie
à
la
m ort. B ien des fois, déguisés
to u s deux en paysans,
le
p rê tre
et
l'en fan t c o u r u r e n t de g ra n d s d a n -
gers.^
Après
les
m a rc h e s
forcées,
p e n d a n t les c o m b a ts q u e liv raien t
les so ld ats
de
M onsieur H e n ri
et
de S a p in a u d ,
le
Père Javelot
se
rep o sait
en
p r i a n t p o u r
le
su ccès
des a rm e s v en d éen n es.
Et le
soir,
dirigé
par son
guide,
l'aveugle
p a rc o u ra it
le
c h a m p
de
b a ta ille .
Ils allaien t de blessé
à
blessé, co n -
solant, p a r d o n n a n t , o u v r a n t
aux
B leus c o m m e a u x B lan cs
la
p o r te
d u P aradis.
P uis
dès le
le n d e m a in ,
ap rès
u n e m esse hâtive,
il
fallait rep ar-
tir ;
et
c'était les longues
et pé-
n ib les m a r c h e s
en
pays in c o n n u ,
les surprises.- les c o m b a ts
inces-
s a n t s
et,
'
ap rès
le
désastre
du
M ans,
la
d éro u te,
la
fuite é p e rd u e
sous
la
m e n a c e c o n s ta n te des h u s -
sa rd s
de
W e s te rm a n n .
A près
le
m assacre
de
Savenay,
le
p r ê t r e
aveugle
et
son p e tit guide se tr o u -
v è re n t seule s u r
-
la ro u te , sép arés
de t o u t groupe vendéen
et
e r r a n ts
à l'a v e n tu re .
T o u t
à
coup, q u a tr e
cavaliers
b le u s arriv en t s u r eux
au
galop
:
— Sauve-toi, R en é I s'écrie
le
P ère Javelot. Laisse-m oi seul
!
M ais l'héroïque g a m in -le t e n a n t
to u jo u rs
par la
m a i n refuse
de
l'a b a n d o n n e r.
— Q u el est ce vieillard q u e
t u
co n d u is, p e tit b r i g a n d ?
d e m a n d e
u n h u s s a rd .
-r- M essieurs, n o u s
ne
s o m m e s
p as des b rig an d s. C'est u n p a u v re
p a y sa n aveugle q u e
je
r a m è n e
a u
village voisin, ré p o n d l'en fan t.
— N on, m essieurs, d it
à
son t o u r
le vieillard. J e su is s im p le m e n t u n
p rêtre,
l'abbé
Javelot,
s u p é rie u r
des m issio n n aires
de
S t-L a u re n t-
sur-Sèvre... O h !
la
belle c o u ro n n e
que celle des m a rty rs !
S'il
vous
plaît
de
m 'ô te r
la
vie.
je
suis
p rêt.
Les h u ssard s,
ne
p o u v a n t
s'em-
p ê c h e r d 'ad m irer u n pareil h éro ïs-
me,
se
r e t i e n n e n t c e tte fois
de
frapper
et
laissent aller ce p r ê t r e
aveugle q u e m è n e
un si
h é ro ïq u e
e n fa n t,
en
le u r r e c o m m a n d a n t
de
voyager
avec
une
g ra n d e
p ru -
dence.
E t, après
bien
des
péripéties,
après
de
nouvelles
alertes,
de
nouvelles
angoisses,
R ené
logea
so n
bon
P è re J a v e lo t
à
S a in t-
Sulplce, p rès
de
C h â te a u -G o n tie r,
o ù
il
m o u r u t d 'é p u is e m e n t
q u e l-
q u es m o is a p rè s.
Le p e tit R e n é B ito n a t t e n d i t
la fin de
la
guerre, e u t
la
c h a n c e
d 'éch ap p er
à
to u s les périls
et de
r e n t r e r
en
V endée.
Il
re p rit
sa
place
au
foyer p a te rn e l,
à
S a in t-
L aurent-sur-S èvre,
où il se
m aria,
d e v in t sacristain de
la
paroisse
et
père d 'u n e belle fam ille c h ré tie n -
ne,
encore h o n o ra b le m e n t c o n n u e
d a n s
la
région.
J. L.
LA
VENDÉE DEMANDE
A
ÊTRE RATTACHÉE
AU
CENTRE ECONOMIQUE
DE
NANTES
ri
_0T
£•
_0
0-
Cinq minutes avec M, Stéphane Moreau,
ancien préfet de la Vendée
T ous les V endéens s o n t d'accord
p o u r accorder
à
M . S té p h a n e Mo-
reau. leur ancien préfet,
un
d ro it
de cité parm i eux. A yant p e n d a n t
de n o m b reu ses années présidé a u x
destinées a d m in istra tiv e s de n o tre
d é p a rte m e n t, M. M oreau. qui av ait
su acquérier l'estim e
et la
sy m p a-
th ie
de
tous, n 'a p as c ru devoir
a b a n d o n n e r
la
Vendée, m algré
sa
m ise
à la
re tra ite .
Il
est to u jo u rs
resté parm i n o u s
et
La R oche-sur-
Yon s'honore de
le
co m p ter encore
p a rm i ses h a b i t a n t s . C o n n a issa n t
a d m ira b le m e n t bien
la
V endée
et
les
V endéens,
c o n n a issa n t
leur
origine, leur histoire
et
leurs aspi-
ratio n s,
M
M oreau é ta it p a rtic u -
lièrem ent qualifié pour n o u s dire
ce qu'il p e n sa it de
la
s itu a tio n
de
n o tre d é p a r te m e n t d a n s l'organi-
sation proyinciale.
— Ce q u e
je
pense, n o u s
a-t-il
dit, c'est q u e
la
Vendée, c o m m e
vous l'avez d e m a n d é , soit
r a t t a -
chée
au
C entre
économ ique
de
N antes
et
cela p o u r
de
m u ltip le s
raisons.
C ertes, M. M oreau ne m é c o n n a ît
pas q u e Poitiers
fut
autrefois
la
capitale intellectuelle de
la
région,
m a is cette vieille cité m édiévale
s'est
laissé d é trô n e r
par
N antes,
la g ra n d e ville
à
laquelle
la
V en-
dée
est
a c tu e lle m e n t
in tim e m e n t
liée.
,*'.— Les lim ites d é p a rte m e n ta le s,
vous le savez, n o u s déclare M. Mo-
reau, sont
p u r e m e n t
arb itraires.
La V endée
c o m p re n a it
autrefois
les M auges. c'est-à-dire
cette
ré-
gion qui
a
été incorporée d a n s les
Deux-Sèvre6
et le
M aine-et-Loire.
Province rétrécie aux d im en sio n s
d'un d é p a rte m e n t,
la
V endée n 'e n
a pas m o in s com m e lim ites n a t u -
relles au nord la Loire
et à
l'Oue-st
la région'
de
B ressuire.
Et je ne
parle pas
de la
V endée m ilitaire,
m a is
de la
Vendée to u t co u rt.
« D 'ailleurs, ajoute n o tre inter-
lo c u tsu r. peu de tem p s av an t l'Ex-
position
in te rn a tio n a le ,
il
av ait
été q u estio n
de
ra tta c h e r
la
Ven-
dée
à la
région n a n ta ise . C ette
proposition n 'av ait pas
été
rete-
n u e etiic'est regrettable.
« T 8 ê t m ilite,
en
effet, co n ti-
nue-t-il. en faveur d'un rapproche-
m e n t e n tre les deux d é p a rte m e n ts .
E n - d e h o r s
des
facilités
de
com -
m u n ic a tio n avec N antes,
la
Ven-
dée est un d é p a r te m e n t côtier q u i
n'a pas m oins
de
140 kilom ètres
de littoral, d'où
affinité
avec
la
Loire-Inférieure. L 'esprit des h a b i-
t a n t s des deux d é p a r te m e n ts
est
le m ê m e d e p a r
la
s itu a tio n géo-
logique
«t
g éo g rap h iq u e.
M êm es
opinions
du
p o in t
de r u e
reli-
A
quoi vous donnent droit
vos cartes et tickets
pour
le
mois
de
juillet
?
Les services
du
R av itaillem en t
général n o u s c o m m u n i q u e n t
:
M.
le
Secrétaire d 'E tat
au
R a-
v itaillem en t
a
fixé co m m e s u i t les
r a tio n s a lim e n ta ire s
du
m ois
de
ju ille t p o u r
le
d é p a r te m e n t
de la
V endée
:
Pain
:
catégorie
E,
ra tio n jo u r-
n alière.
100
g ra m m e s ;
catégo-
ries
J I et
V, r a tio n s jo u rn alières,
200 g r a m m e s ; catégories J 2
et A,
r a tio n s
jo u rn alières,
275
g ra m -
m e s ; catégories J 3 ,
T. et C ,
350
g r a m m e s .
V aleur des tic k e ts-le ttre s
: 200
g r a m m e s p o u r t o u t e s les catégo-
ries.
Les feuilles
de
p a in 6ont
di-
visées e n d e u x p a rtie s. Les tic k e ts
p o r t a n t
le
chiffre
1 ne
s o n t vala-
bles
que
p e n d a n t
la
p re m iè re
q u in z a in e ; ceux p o r t a n t
le
chif-
fre 2 n e s o n t v alab les q u e p e n d a n t
la q u in z a in e
d u 15 au 31
ju il-
let.
Viande :
Les
r e n s e ig n e m e n ts
c o n c e rn a n t
la
v ian d e se ro n t d o n -
n é s u lté r ie u r e m e n t.
Fromage
:
T o u te s
les
catégo-
ries,
60 g ra m m e s p a r sem ain e. Les
tic k e ts - le ttre s
r e p r é s e n te n t
10
g r a m m e s c h a c u n .
Matières
grasses
;
ra tio n to ta le ,
550 g r a m m e s p o u r
le
m o is ; ch a-
q u e tic k e t-le ttre
a
u n e valeur,
de
25 g ra m m e s . Les tra v a ille u rs
de
force bénéficient
de
tro is tic k e ts
s u p p lé m e n ta ire s p a r t a n t d es
chif-
fres r o m a in s r e p r é s e n t a n t : le n °
1,
100 g ra m m e s d 'h u ile ;
n° 2,
100
g r a m m e s
de
b e u rre ;
n° 3, 100
g ra m m e s d 'a u tre s m a t i è r e s
gras-
ses.
'
• - .
. .
Sucre
:
co u p o n s
2 du
m o is
de
ju ille t re p ré se n te p o u r
la
catégo-
rie
E,
1.000 g r a m m e s ; p o u r
les
a u t r e s catégories, 500 g ra m m e s.
Rùc :
les
co n d itio n s
de
d istri-
b u t i o n d u riz sero n t fixées
à
u n e
d a t e u lté rie u re .
Pâtes
alimentaires*:
Les
cou-
p o n s D L
et
D M
de la
feuille
de
d e n ré e s diverses r e p r é s e n ta n t cha-
c u n
125
g ra m m e s .
T o ta l
: 250
g r a m m e s p o u r t o u t e s
catégories.
Cftocolot
: La
d a t e
de
d is tr ib u -
t i o n sera fixée u lté r ie u r e m e n t. L e
co u p o n
n° 8
re p ré se n te p o u r
le
m o is de ju illet
:
125 g ra m m e s p o u r
la C atégorie
J I et
250
g ra m m e s
p o u r catégories
J2 et
J 3 . N é a n t
p o u r les a u t r e s catégories.
Café
:
C atégorie
E,
n é a n t .
A u tres
catégories, n u m é r o
3 d u
m o is
de
ju ille t
re p ré se n te
150
g ra m m e s
de
m é la n g e
d o n t
60
g r a m m e s
de
café
ou
60 g r a m m e s
d e café
décaféiné
sa n s m é la n g e
d e succédanés.
La jeu n esse de F ra n c e n 'est pas
aussi
in s o u c ia n te
que
c e rta in s
a i m e n t
à
Je dire. Voici deux t o u t
je u n e s gens
: M.
Daviet, fils
du
m a ire du G ivre,
et
u n co m p ag n o n ,
réfugié des A rdennes, q u i s'adon-
n e n t
à la
c o n s tru c tio n des jo u g s,
u n e spécialité b ien v e n n e e n n e .
LES POTINS de
la
VILLE
N ous avions signalé ces jours-ci
que,
p a r s u ite
de la
c h a le u r,
les
c a m e m b e r t s
c o u la ie n t
et
m e n a -
ç a ie n t
de se
p e rd re
si on
n ' a u t o -
risait p a s les c o n s o m m a te u r s
à
les
a c h e te r s a n s tic k e ts. N ous a p p r e -
n o n s q u e c e tte a u to ris a tio n
a
é té
d o n n é e . B ravo
!
U n accid en t assez grave
a
failli
arriv er
à u n de
n o s concitoyens.
H e u re u x d 'ê tre
le
p a r r a in
d 'u n e
p e t i t e
n ièce
il.
v o u lu t,
co m m e
c'est l'h a b itu d e
en
V endée, faire
s o n n e r les cloches
en
s o r t a n t
de
l'église, m a is p e u ex p ert en la m a -
tière,
il
fu t enlevé
à
u n e certain e
lh au teu r
et
r e t o m b a
le
d errière
s u r u n c h a n d e lie r.
P a rra in s , a p p re n e z d o n c
à
BOÛ-
n e r les cloches.
— V ous devriez b ie n faire
u n
p e tit article d a n s v o tre jo u r n a l,
n o u s
a
déclaré
u n
am i.
A
q u e l s u je t ?
Au
s u je t
de
c e r ta in s cafe-
tie rs d é b i t a n t e
de
t a b a c q u i d is -
t r i b u e n t
la
p r e s q u e t o t a l i t é
de
le u r m a r c h a n d i s e
à
le u r s c lie n ts.
Il f a u d r a it d é p e n se r 10 fran cs
ce
c o n s o m m a tio n s p o u r avoir
u n
pa-
q u e t
de
gris.
N o tre a m i exagère c e r ta in e m e n t,
m a is n o u s avons to u jo u r s estim é
q u e
le
systèm e
des
in sc rip tio n s
é t a i t irrégulier
et
a rb itra ire . P o u r-
q u o i n e - p a s i n s t i t u e r
la
c a r te
du
t a b a c ? C e rta in e s villes l'o n t b i e n
fait.
Le M aréchal
P é ta in ,
Chef
de
l'E tat, d a n s
u n but
d 'u n io n ,
et
pour faciliter
la
c o o rd in a tio n des
efforts,
a
dissous les a n c ie n n e s as-
sociations de Croix-Rouge p o u r n e
form er q u ' u n seul g r o u p e m e n t
:
celui
de la
Croix-Rouge F ra n ç a ise .
P o u r
se
conform er
à
ces déci-
sions
et
s u iv a n t les o rd res reçus,
les deux associations ex istan t
à
La
R oche-sur-Y on.
celle
de Se-
co u rs
aux
Blessés m ilitaires
et
celle
de
l'U nion des F e m m e s
de
F ra n c e ,
ont
c o n stitu é
un
co m ité
com posé de h u i t m em b res, q u a t r e
p o u r c h a c u n e d'elles.
Ce co m ité
a
envoyé a u siège so-
cial les procès-verbaux
de
ses dé-
lib ératio n s
Le
siège
c e n tra l
a
n o m m é
alors
M. de
T alode
du
G rail.
p résid en t
d é p a r te m e n ta l,
p u is p ré sid e n t
du
com ité
de La
R oche - s u r - Y on ; M m e R o p e rt
et
M lle
G o m a rt,
vice-présidentes
;
q u e lq u e te m p s après, M m e J o u s -
sem et, trésorière.
U n e assem blée g én érale devait
élire p lu s t a r d
u n
conseil
d'ad-
m in is tr a tio n .
Par
s u ite
des
cir-
c o n sta n c e s actuelles, d e v a n t l'im -
possibilité
de
r é u n ir cette assem -
blée générale,
les
m e m b r e s
d éjà
n o m m é s p a r
le
siège c e n tra l o n t
décidé
la
c o n s titu tio n d 'u n con-
seil d 'a d m in is tr a tio n provisoire
et
d 'u n
b u r e a u com posé
de
q u a t r e
m e m b r e s
des
a n c ie n n e s
associa-
tio n s.
E n voici
la
com position
:
M.
de
T a lo d e
du
G rail, prési-
d e n t; M m e R o p ert, ice-présidente;
M lle
G o m a rt,
vice-présidente
;
M m e Jo u sse m e t, trésorière;
M lle
G a r n a c h e , secrétaire;
M.
P otier,
trésorier - ad jo in t;
Mme
T a p o n ,
m e m b r e s ad jo in ts.
P a r s u ite
de la
n o u v elle orga-
n isa tio n ,
le
re c o u v re m e n t d e s co-
tis a tio n s
a
é té r e ta r d é .
Il va
ê tre
p ré se n té d'ici p eu .
Le p résid en t
et le
conseil
d'ad-
m i n i s t r a t i o n
d e m a n d e n t
i n s t a m -
m e n t
à
t o u s les m e m b r e s t i t u l a i -
res
et
a d h é r e n ts
de
conserver
à
la Croix-Rouge leur,
fidélité.
Ils fo n t
u n
p re s s a n t appel
à la
générosité de to u s p o u r q u e , d a n s
les m o m e n t s tra g iq u e s q u e n o u s
trav erso n s,
la
Croix-Rouge
F r a n -
çaise puisse développer
ses oeu-
vres d 'en tr'aid e m ilita ire s
et so-
ciales
et
les p o rter
à
la m e s u r e de
t o u t e s les m isères
à
secourir.
APRÈS LE CRIME
%
DU PONT
DE
LA
ROCHELLE
a
C'est
avec ma bicyclette
que f ai tué
M.
Massieau »
déclare maintenant
Esnard
L'échange des vêtements
usagés contre
des
neufs
UNE CAMPAGNE
DE DÉRATISATION
VA ÊTRE ENTREPRISE
EN VENDÉE
A
la
d e m a n d e
des
a u t o r i t é s
d 'o ccu p atio n ,
u n e
c a m p a g n e
de
d é ra tisa tio n sera so u s p e u e n t r e -
prise d a n s
le
d é p a r t e m e n t .
P o u r
être efficace, elle devra ê tre m e -
n é e
en
m ê m e te m p s s u r t o u s
les
p o i n t s d e c h a q u e c o m m u n e e t p e n -
d a n t u n e m ê m e période p o u r t o u -
tes
les
c o m m u n e s
de
V endée.
A
cet effet,
une
se m a in e d o n t
la
d ate sera fixée u lté r ie u r e m e n t d e -
v ra sp é c ia le m e n t ê tre consacrée
à
la d é ra tisa tio n .
E n conséquence,
le
m a ire d e
la
ville
de La
R oche-sur-Y on
in v ite
la
p o p u la tio n ,
à
envisager
dès
m a i n t e n a n t
les
m o y e n s
(pièges,
poison) p ro p res
à
assu rer
la
des-
tr u c tio n des rate.
Il
a ttir e
t o u t
sp écialem en t l'a tte n tio n des p ro -
p riétaires
de
tueries, b o u ch eries,
ta n n e rie s, équarissage,
et
to u s a u -
tres
é ta b lisse m e n ts
su scep tib les
d 'a ttire r les ra ts , s u r l'im p o rta n c e
de
la
cam p ag n e e n tre p rise
et
le u r
d e m a n d e de p re n d re to u te s dispo-
sitio n s p o u r re n d re efficace
la
l u t -
te co n tre les r a t s .
P o u r faciliter c e tte l u t t e ,
une
certain e q u a n t i t é
de
poison sera
m ise
à la
disposition d e
la
p o p u -
latio n .
U n p ro c h a in avis fixant
la
d a te
de
la
d é ra tisa tio n fera, é g a le m e n t
c o n n a ître les co n d itio n s d a n s les-
quelles sera d istrib u é
le
poison
mis~à
la
disposition des h a b i t a n t s
p o u r
e n tr e p r e n d r e
la
c a m p a g n e
d o n t
il
s'agit:
LE PRIX DES LEGUMES
ET FRUITS NOUVEAUX
Nos a rtis te s a m a t e u r s
y o n n a is
o n t v r a i m e n t
le
fe u sacré,
le
feu
sa c ré
d u
t h é â t r e .
Us m è n e n t a c t u e l l e m e n t
tro is
spectacles
de
f r o n t
:
Hernani,
q u 'ils o n t jo u é je u d i d e rn ie r
à
L u -
çon;
Les
Rêves
du
Temps
passé,
Manu
Militari
et
Le
Coeur
a ses
raisons,
joués, v en d red i,
à
La R o -
che-sur-Y on. D i m a n c h e
p r o c h a in
ils doivent d o n n e r u n e a u t r e r e -
p r é s e n t a t i o n
:
Le
Flibustier,
à
M ouilleron-le-C aptif.
au
profit d e s
p riso n n ie rs de g u erre. N 'est-ce p a s
u n record
?
NOS LECTEURS
NWS ÉCRIVENT
A PROPOS
DES
CARTES
D'ALIMENTATION
.
De
La
B arre-de-M onts
u n
lec-
t e u r n o u s écrit
: «
Les c a rte s d'a-
lim e n ta tio n v o n t
être
échangées
p o u r
le 1"
ju illet p ro c h a in . U n e
nouvelle catégorie
va
être créée
:
J-3
et
A, avec
un
s u p p lé m e n t
de
100 gr. p a r r a p p o r t
à la
catégorie
J-2
et
A q u i
a
275 gr. Cela va d o n c
faire 375
gr.
p o u r to u s ceux
de
l'âge de 13
à
21 a n s (nouvelle
ca-
tégorie créée.
Et les
trav ailleu rs,
catégorie
T
n 'a u r a i e n t q u e 350 gr.
et
la
catégorie J-2 A, c o m p r e n a n t
c e rta in e s personnes âgées
de
p lu s
de
21
ans, n 'a u r a i t q u e 275
gr.
to u jo u rs .
« C'est ce q u e l'on m 'a d it
à la
m airie, ici; j 'a i tro u v é
et
l'ai
dit
q u e c'était
un
n o n sens
et
q u e.
p o u r
ma
p a rt,
je
pensai
à
u n e
m flauvaise in te rp ré ta tio n des ins-
t r u c t i o n s reçues.
»
A
la
préfecture, service
du
R a-
v itaillem en t,
n o u s so m m es
al-
lés n o u s renseigner, on n o u s
a
dé-
D epuis
le
20 m a i, les c o n d itio n s
d a n s
lesquelles
so n t
a d m is
les
éch an g es
de
d eu x v ê te m e n ts u sa -
gés co n tre u n neuf s o n t m ises
au
p o in t
et
codifiées.
Ces
nouvelles
dispositions
ne
fo n t q u e préciser celles a n té r ie u -
res
et
o n t fait l'objet d 'u n e cir-
cu laire m inistérielle. Les ta ille u rs
s a v e n t
d éso rm ais q u 'ils
p e u v e n t
accepter
les
v ê te m e n ts
sp éciau x
(ecclésiastiques, u n ifo rm es, etc...).,
à la co n d itio n de vendre en é c h a n -
ge
u n
v ê te m e n t de m ê m e n a t u r e .
Les
v ê te m e n ts
fé m in in s
s o n t
é g a le m e n t acceptés, m a i s
on ne
p e u t p ré s e n te r
à
l'éch an g e les vê-
t e m e n t s usagés d'un, sexe
en
v u e
d 'o b te n ir
u n
v ê te m e n t n e u f
de
l'a u tr e
sexe.
Par
c o n tre ,
r ie n
n 'e m p ê c h e l'éch an g e de v ê te m e n ts
d 'h o m m e co n tre
u n
v ê te m e n t
de
g a rç o n n e t
et des
v ê te m e n ts
de
fe m m e c o n tre
u n
v ê te m e n t d e fil-
lette.
Les
p rin cip es
d ire c te u rs
s o n t
q u 'il f a u t to u jo u r s u n e q u a n t i t é
d o u b le
à
l'échange
et
q u e ces vê-
t e m e n t s p u is s e n t être rép arés
en
n lu tilis a n t q u 'u n e q u a n t i t é m i n i -
m e
de
fo u rn itu re s. U ne liste
li-
m ita tiv e des ré p a ra tio n s
a
été é ta -
blie.
C ette liste p e r m e t les é c h a n -
ges su r u n e vaste échelle.
C ertain s ta ille u rs
ou
co m m er-
ç a n ts n ' o n t p o in t j u s q u 'à a u jo u r-
d 'h u i accepté des vieux v ê te m e n ts
p arce
que
leur responsabilité
se
tr o u v a it engagée.
Q u'ils
se
ra ssu re n t.
Lors
du
p rem ier
contrôle,
les
v ê te m e n ts
n e se ra ie n t p as refusés. Des con-
seils
et
avis leur se ra ie n t d o n n é s
s'ils
av aien t
pu
c o m m e ttre
des
e rre u rs. Mais
à
l'avenir, dés q u e
la circulaire sera portée effective-
m e n t
à la
connaissance des com -
m e r ç a n t s
et
a r tis a n s p a r les soins
des
o rg a n isa tio n s
syndicales
et
corporatives,
les
p rescrip tio n s
de
cette circulaire seront ap p liq u ées.
Le co n trô leu r
du
T extile
a or-
ganisé
en
V endée des c e n tre s a n -
nexes
de
ram assage. Ces c e n tre s
s e r o n t visités c h a q u e m ois.
Les
c o m m e rç a n ts
et
tailleurs
y
pré-
s e n t e r o n t
les
v ê te m e n ts
q u 'ils
a u r a ie n t
repris.
Les
co n so m m a-
te u r s p o u r r o n t aussi
y
a p p o rte r
les v ê te m e n ts qu'ils
d ésireraien t
éch an g er
II
sera rem is im m é d ia -
t e m e n t
un
bordereau
p e r m e t t a n t
'd 'o b ten ir
à
bref délai
u n
bon d'a-
« C'est avec m a bicyclette q u e
j 'a i
tué M.
M assieau
«,
d éclare
m a i n t e n a n t Léon E sn ard .
Léon E snard, le m e u r tr ie r de M .
M assieau, le m a r c h a n d de b e stia u x
d es C h a re n te s, e n tre p e u
à
p e u
d a n s
la
voie des aveux.
Il
a v a i t
déclaré t o u t d'abord
à
M. D evis-
mes.
juge d 'in stru c tio n ,
à la
s u i t e
d 'u n e
discussion
: « J'ai
p o u ssé
M . M assieau ;
il
est to m b é
et
n ' a
p a s d o n n é signe de vie.
»
U n p e u p lu s ta rd , in terro g é
da
n o u v e a u ,
il a
déclaré
:
c
Je
L'ai poussé
; il
est t o m b é
e t co m m e
il
b o u g eait
to u jo u rs ,
je l'ai frappé
à
co u p s d e pied j u s -
q u 'à ce qu'il' n e bouge p lu s.
»
H ier vendredi, Léon E sn a rd
a
s u b i
un
nouvel in terro g ato ire
de
9 h . 30
à
13 h . 30. M. D evism es l'a
q u e s tio n n é e n présence d e son dé-
fen seu r M" Gueffier.
t J 'a i t u é M. M assieau avec un,
b â t o n »,
a
déclaré d 'ab o rd le m e u r -
trier.
P uis, co m m e
M. le
J u g e
d 'In s tru c tio n
lui
faisait
r e m a r -
q u e r q u e c'était
in v raisem b lab le,
il réfléchit u n long m o m e n t
et
dé-
clara
:
« E h ! Ibien n o n ,
ce
n 'e st p a s
avec u n b â to n , m a is avec m a bicy-
clette. J 'a i saisi m a m a c h in e p a r
'le cadre
et le
g u id o n
à
pleines
m a i n s
et
j ' a i frappé M . M assieau
à c o u p s d e pédalier.
»
— C o m m e n t se fait-il, lu i
a
fa it
r e m a r q u e r
M
D evism es q u e l'on
n 'a i t relevé a u c u n e t r a c e d e 6ang
s u r v o tre bicyclette.
— J e Toi so ig n e u se m e n t lavée le
le n d e m a in m a t i n ,
à
l'aide d 'u n e
brosse.
L a bicyclette d e L éon E sn a rd
a
effectivem ent
le
pédalier
d ro it
faussé. M algré cela,
on a
d e b o n -
n e s ra iso n s de croire q u e ce n 'e s t
p a s l'arm fe
d u
crim e. S e u le m e n t,
p o u r E sn a rd , c'est u n e
explica-
tio n nouvelle
et
c o m m o d e q u i évi-
te de laisser passer s u r lu i la p ré -
i
m é d ita tio n ,
ce
qu'il sem b le v o u -
loir écarter
à
t o u t prix.
Si
le
m e u r t r i e r s'était servi
de
sa bicyclette co m m e d 'u n e m a s s u e
p o u r t u e r
le
m a r c h a n d
de
b es-
tiau x ,
et il en est
c a p a b le p u i s -
q u 'il
est
d 'u n e force prodigieuse,
p u is,
s'il
l'avait
so ig n e u se m e n t
lavée p a r la su ite, co m m e
il
le d it,
o n n 'a u r a it p as re m a rq u é d es t r a -
ces de graisse
et
de poussière a in -
si qu'il
en
existe encore a c tu e lle -
m e n t .
Q uoi q u 'il
en
soit. M. D evism es
a fait saisir
la
bicyclette de L éon
E sn a rd , q u i sera m o n tré e a u d o c -
te u r Poissonnier, m édecin-légiste,
-
lequel, on
le
sait,
a
p r a tiq u é
l'au-
topsie d u cadavre de M. M assieau.
Il a u ra
à
dire si les blessures rele-
vées s u r
la
t è t e de
la
victim e
1
o n t
p u être faites p a r u n e pédale. T el
n 'e s t p as n o tre avis.
L éon E sn ard m e n t c e r ta in e m e n t
encore;
n é a n m o in s ,
il
fait
des
progrès d a n s
la
voie des aveux
et
il est probable qu'il finira b ie n p a r
avouer p ro c h a in e m e n t avec q u elle
a r m e
il la
co m m is son crim e.
SAINT-FLORENT-DES-BOIS
gieux, m ê m e s opinions
du
p o in t
de vue politique.
»
N o u s
a jo u te ro n s
q u ' u n
lien
étroit u n i t
la
Loire-Inférieure
et
la V endée. C'est celui
de la
bois-
son c o m m u n e . D ans les d eu x dé-
p a rte m e n ts ,
on
cultive
et on ré-
colte
les
m ê m e s vins. C ertes,
en
Loire-Inférieure, les crus so n t su -
périeurs; niais
en
Vendée,
aussi
bien
du
côté
de
Saint-H ilaire-de-
Loulay
que du
côté
de
S a in t-
Etienne-du-B ois,
on
trouve
des
m u sc a d e ts
et
des gros plant6 ex-
cellents. Q uels so n t les a u tre s dé-
p a r t e m e n t s
qui
possèdent
d e s
p o in ts
de
c o n ta c t
aussi
in tim e s
qu'ils co n fo n d en t leurs h a b i t a n t s
d an s
la
m ê m e
vie
spirituelle
et
m atérielle
?
LE PRIX
DE LA
SARDINE
L'article
de
l'arrêté
préfectoral
du 20 ju in 1941 fixant les prix li-
m ites de vente au détail des pots-
sons
de
m er
est
modifié
com m e
s u it
:
S ard in es
i
porte
de
p?che
et
c o m m u n e s lim itrophes.
13
fr.m cs
le kilo
;
a u tr e s c o m m u n e s
eu
dé-
p a r te m e n t, 14 francs
le
kilo.
La ta x a tio n c o n c e rn a n t les c ru s-
tacés est
provisoirem ent
su sp en -
due.
M.
le
Préfet
a
pris l'arrêté
sui-
!
vaut
:
ARTICLE
PREMIER.
— Les
prix
lim ites
de
vente fixés
par
les
ar-
rêtés préfectoraux d u 19 j u i n 1941
en
ce
q u i concerne les légum es
et
fruits nouveaux, d e m e u r a n t en vi-
g u eu r pour
la
se m a in e d u 27 j u i n
au
3
ju illet 1941, SOU6 les réserves
figurant
à
l'article 2 du p résen t ar-
rêté,
en
ce q u i concerne
la
q u a li-
fication
des abricots
et
pêches.
A R T .
2. — Les abricots
et
pêches
s o n t classés co m m e 6Uit,
les
prix
fixés d e m e u r a n t sa n s c h a n g e m e n t
p o u r c h a q u e catégorie
:
A bricots extra
: 13 au
kilo
:
gros.
13 à 17 au
kilo
;
m oyens,
17
à 27 au
kilo
;
p etits, p lu s
de
27
au
kilo, to u t v e n a n t.
Pêches
et
b ru g n o n s
: 6 à 8 au
kilos;
gros. 9
à
12 a u kilo; m oyens,
13
à
18 a u kilo
;
p etits, plus de t<5
au kilo.
POUR AVOIR
DU
CHOCOLAT
claré q u e des nouvelles cartes
al
la ie n t effectivem ent être délivrées j chTt"7eguher.
1 C
Le"co"ntr
U
ô"eiu"four
%nâ
U
L
l
% ^ 1 ^ » % ^ » ^
n i r a
a u
m o m e n t de l'échange to u -
i l l e s de 13
a
21 ans, classés d a n s
|
t e s l e g
in d ic a tio n s u tiles.
Il se
la c a te o g n e
J-3. a u ra ie n t
d r o i t . .
t i e n d r a
à l a
m a i r i e
de
c h a q u e
n o n pas
a
375 g ram m es
de
p a in
c e n t r
l e s
J o u r
s u iv a n ts
:
m a is
a
3o0 g ram m es, c est-a-dire
|
v
,
v en d red i d u m ois
:
M outiers-
a
la
m ê m e ra tio n que les tra v a il- i îes-M auxiaits
l d u
,
r s
,
,','
J
2e m a r d i d u m ois
:
C hallans.
Il s agit
en
1
espèce, n o u s ,a - t- o n
|.
2 e
jeu d i
du
m ois
:
Saint-G illes-
i
précise, d u n e m esure destinée
a
sur-Vie
am éliorer
la
croissance
chez
les
2 e
sam edi
du
m ois
:
L uçon.
je u n e s
gens
C ette
m esure
est
| 3e
jeu d i
du
m ois
:
P ouzauges.
d ' a u t a n t plus logique qu'elle n 'e n - j
4c
lu n d i
du
m ois
:
C h àtaig n e-
léve rien
à la
portion des trav ail- ; raie.
Deux jeunes gens
se baipaient dans FYon
L'un
d'eux se noie
J e u d i soir, vers 16 heures, d e u x
jeu n es gens
du
b o u rg
de
S a i n t -
F lorent, M. Cam ille Tesson, i n s t i -
t u t e u r libre,
et
M. E tie n n e G u i -
bert,
28
ans, sacristain,
é ta ie n t
allés
se
baigner d an s l'Yon,
au
lieu
dit le
M o u lin -M ath ild e, p rè s
d u bourg de C haillé-les O rm eau x ,
M. C am ille Tesson, q u i sait n a -
ger,
se
jeta
le
prem ier
à
l'eau.
H
avait presque traversé
la
rivière
lorsqu'il v o u lu t faire signe
à
son
c a m a ra d e
de le
suivre. M ais
ce-
: lu i-ci, qu'il
avait laissé
sur la
berge, avait disparu.
M.
T esson
appela
au ssitô t
au
secours,
et
avec
le
concours
d 'u n
p éch eu r,
M .
A uguste
Pelletreau,
qui se
tr o u v a it
à
proxim ité,
il ne
t a r d a
. p as
à
retrouver
le
corps
du
m a l -
1
h e u re u x sacristain. C elui-ci av ait
dû,
vraisem blablem ent,
vouloir
plonger m ais, n e s a c h a n t p a s n a -
ger,
il
avait coulé
à
pic.
Le
docteur
B irotheau,
m a n d é
en
h â te ,
lui
prodigua
to u s
le3
soins nécessaires, m ais
ne
p u t
le
ra n im e r.
A ses p a re n ts d o u lo u re u se m e n t
éprouvés, nous adressons nos b ie n
sincères condoléances.
BELLEVILLE-SUR-VIE
Un enfant se noie
dans un trou d'eau
leurs.
E v id e m m e n t,
c'est u n e opinion.
RESULTATS
DU BREVET SUPÉRIEUR
4e m a r d i
du
m ois
:
C h a n to n -
n a y .
4e m ercredi
du
m ois
:
Les H er-
biers.
4c je u d i du m ois
:
M ontaigu.
4e sam ed i
du
m ois
:
F o n te n a y -
le-C om te
3e m ercredi
du
m ois
:
aux Sa-
j blés, chez M m e Bon tem p s,
et
le
j
Vers
la fin de la
m a tin é e
du
23 ju in ,
le
je u n e Abel B ernard.
14
nns.
d o n t
les
p a re n ts s o n t c u lti-
v a te u rs au^Pillasre de l'A um ônière,
c o m m u n e de Belleville. avait a m e -
né boire ses vaches d a n s u n e m a re ,
à proxim ité
de la
ferm e
de ses
i p a re n ts.
Les services
du
ra v ita ille m e n t
.
général
de la
Vendée
c o m m u n i-
i
q u e n t
:
D epuis
le 25
ju in ,
l'établisse-
m e n t
des
bons
d'approvisionne-
m e n t est term ir.e Le rhocolat
ra-
tio n n é
de
m ai
ne
sera vendu
au
p u b lic
que
ju s q u 'a u
ô
ju ille t
co n tre co u p o n s J I . J2
et
V n u m é r o
8 de m ai
ou
contre l'ensem ble d es
j
tickets-lettres Oa, Cb.
Ce de
m ai
o u co n tre des feuilles spéciales re-
!
m ises
à
to u te personne de 12
à
20
ans.
Les épiciers
en
gros, com m er-
çai,
ts
et
épiciers
de
détail livrés
j
d ire c te m e n t
par les
chocolatiers. I
ad ressero n t
du 6 au
15 ju ille t
au
g ro u p e m e n t d 'a c h a t
et
de ré p a rti-
tion des p ro d u its alim en taires, 14,
ru e
H axo.
à La
Roche-sur-Y on,
pour règlement des bons de réap-
provisionnement,
les
coupons
et
tickets de mai colleetés lors de la
;
remise de la nation de
'
cette'den-j
rée pour ce moi* de mai.
'
S o n t adm issibles
à
l'Ecole Nor-
m ale
:
MM. Beaufiey. B én étreau . D ebe-
nay,
D u cn azeau b en eix .
G u isn y .
H ùsson, L au ren t, R ichard, B arny,
Caillou. D u ra n d e t.
G u im b re tiè re ,
H érault, L eto u ch ard ,
M erlét.
Pé-
nisson
P îaud. Roche. Verdier.
Brevet Supérieur
i3""
partie)
Elèves m aîtresses adm ises
à
pas-
ser l'oral
:
Mlles A rc h a m b a u d , A rtus.
Ba-
rillé,
B riand, C o u tan ceau ,
D uvel,
G a u tro n . G eilereau. G rossin. G uil-
lem o teau .
G uilloton.
L a n d rsa u ,
Nicoileau, G a ra n t. P o u v reau . Cala.
C h a p u t.
2» lu n d i d u m ois
son
dom icile,
36,
F ra n c e .
à La R oche,
à
L'AFFAIRE D'AVORTEMENT
DE MALLIERE
M. Devism es, juge d 'in stru c tio n ,
a
e n te n d u
hier
vendredi
Mme
veuve M arie F o n te n e a u . 37 a n s.
et
M me M arie M icheheau,
36 ans.
to u te s
les
deux
de
M allière.
qui
i as a ie n t fait l'objet d'une e n q u ê te
Candidates
brevet
supérieur
(3"*
l
c o n c e rn a n t des m a n oe u v re s a n ti-
partie)
Elèves
de
l'extérieur
conceptionnelles.
adm issibles
:
]
Les deux fem m es
ot
lait l'objet
Mlles B arreau, Bellet, Bouciaud,
i
d 'u n m a n d a t
de
dépôt sous l'in-
C ailbaut.
G achignaud.'
Largeau,
j
cu lp atio n d 'a v o rte m e n t
et
o n t été
Livreux. M ayer, M étayer, Nevron,
!
dirigées su r
la
m aison d'arrêt des
Pajot, T a m in e . T h ib a u lt.
Sables-d'O lonne.
RENSEIGNEMENTS MARITIMES
Nous oouvona donnai
a
nos lecteurs
tous
las
renseignements dont
ils
peu-
vent avoir besoin
;
soldes, allocations,
pensions
de
marine militaire
ou
mar-
c h a n d e ,
etc.
Adresser la correspondance à M. Louis
D'ARMOR,
à <
L'OUEST-ECLAIR
s,
A RENNES,
«t
Joindra CINQ
franc?
R M *
«rate.
S oudain. 11 glissa
à
l'eau, p erd it
pied
et se
noya.
Un
m édecin,
m a n d é
d'urgence,
n'a pu que
co n stater
le
décès.
BO IRN EZEA U
LA FO IR E DE JU ILLET. — Ella
ru e
A naloie"
'
a u r a
u e u
m ard i prochain. La der-
' nière foire, celle
de
ju in
fut
u n e
p e tite foire. S o u h a ito n s q u e celle
de m ard i
soit m eilleure
à
to u s
p o in ts de vue. Elle verra to u jo u rs
u n beau m a rc h é d'oeufs
et
de vo-
lailles.
SIGOURNAIS
CHUTE DE VÉLO. — D im a n c n e
dernier.
M.
Egidio M alisano.
ou-
vrier électricien, revenait
de
son
travail
lorsque, d a n s
la
côte
de
B ourdin. pour u n e cause incon-
nue,
dérapage
ou
c o m m e n c e m e n t
de congestion,
il
to m b a
lourde-
m e n t s u r
le
sol. se blessant assez
sérieu sem en t
à la
tête. N ous
of-
fron
à
M. M alisano nos voe ux
de
p ro m p t rétab lissem en t.
M O
L
TIE R S-S
L
R-LE-LA Y
SUCCES.
N ous
aD prenons
ave
c
plaisir que M. Louis Jo g u e t.
le s y m p a th iq u e
in s titu te u r
libre
des M outiers-sur-le-Lay, vient
de
su b ir avec succès les épreuves
de
radio te c h n iq u e générale
et a
o b -
t e n u
en
conséquence
un
diplôm e
%+
UNE DÉLICATE
AFFAIRE.
U n jo u rn a lie r de la rue G u y n em er,
La Roche-8ur-Yon. G ustave B....
de
radiotechnicien 'électricité
T.
68 ans, a y a n t a ttiré d a n s son ja r-
' s F.
télévision»
d in u n e fillette de neuf a n s.
s'est
T o u t e ;
nos
félicitations
a ce
livré s u r elle
à
des a t t e n t a t s
à la
je u n e i n s t i t u t e u r q u i occupe ses
p u d e u r .
E n raison
de
son âge.
il a
été
laissé en liberté provisoire.
loisirs
à
étu d ier c e tte m a g n ifiq u e
science, pleine d'avenir,
qu'est 1»
• radioélectricité.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Renouvelée

de le-courrier-des-maires-et-des-elus-locaux

MEP N°32

de awawoxyz