La chasse aux phoques

De
Publié par

La chasse aux phoques

Publié le : lundi 11 juillet 2011
Lecture(s) : 33
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Chaque année des milliers de phoques sont abattus dans la plus grande souffrance avec des méthodes archaïques d’une cruauté intolérable. Les quotas actuels de phoques du Groenland ont atteint les niveaux qui ont provoqué leur déclin entre 1950 et 1970, ces quotas sont pourtant dépassés chaque année.
Unmillion de phoques doivent être abattus sur trois ans.
Chaque année des milliers de phoques sont abattus dans la plus grande souffrance avec des méthodes archaïques d’une cruauté intolérable. Les quotas actuels de phoques du Groenland ont atteint les niveaux qui ont provoqué leur déclin entre 1950 et 1970, ces quotas sont pourtant dépassés chaque année.
Unmillion de phoques doivent être abattus sur trois ans.
L a chasse : une cruauté inacceptable La majorité des phoques abattus au cours des dernières années (96,6 %) était âgée de deux semaines à trois mois. Ils sont généralement tués avec des gourdins ou des hakapiks (photo ci contre). Les phoques plus âgés sont,eux, tués avec des carabines sur la glace ou dans l‘eau.Des fusils à plomb sont également utilisés. Tous les rapports vétérinaires publiés sur la chasse aux phoques depuis cinq ans font état des méthodes d’une cruauté inacceptable qui continuent d’être employées pendant cette chasse. Beaucoup de phoques se font retirer leur peau alors qu’ils sont encore vivants. Une équipe de vétérinaire a montré en 2001 que jusqu’à 40% des phoques se font dépouiller de leur peau alors qu’ils sont toujours conscients et en mesure de ressentir la douleur. Aucune justification scientifique Il n’est pas prouvé scientifiquement que l’abattage des phoques du Groenland aura des effets bénéfiques mesurables sur les stocks de poisson ou sur la pêche commerciale. Les scientifiques – et même la plupart des pêcheurs – conviennent que les phoques n’ont pas provoqué l’effondrement des stocks de morue. C’est tout simplement une question de sur pêche et de défaillance des pratiques de gestion des pêches. Un document écrit par deux scientifiques conclue d’ailleurs que les phoques jouent un rôle important dans le maintien de la structure de l’écosystème, et qu’ils ont effet de prédation bénéfique conduisant à un impact positif global sur le système. U ne fausse excuse économique La chasse aux phoques n’est pas viable économiquement et n’est pas source d’emplois comme le prétend le gouvernement canadien. Elle rapporterait avant déduction des charges 1047 $par chasseur. Elle est par contre source de dépenses pour le gouvernement canadien qui a accordé, à la fin des années 1990, 20 millions de dollars de subventions dans cette chasse et qui finance actuellement la recherche de nouveaux produits issus des phoques, les services de brise glace pour conduire les chasseurs de phoques sur les lieux, la promotion de cette chasse en Europe,… D es chiffres truqués Les quotas de chasse autorisés sont dépassés régulièrement chaque année. Ainsi entre 2003 et 2005, 985 312 phoques ont été tués officiellement au lieu des 975 000 prévus par les quotas. Mais le nombre réel de phoques est nettement supérieur et serait d’au moins (si on compte les « abattus et perdus », chiffre officiel) de 1 059 564 phoques. A rajouter à cela, les non déclarés !15 %).
Informez votre entourage sur la réalité de la chasse aux phoques Signez les pétitions demandant l’arrêt immédiat de la chasse aux phoques
Pour plus d’informations, veuillez écrire à webmaster@protection-des-animaux.org
L a chasse : une cruauté inacceptable La majorité des phoques abattus au cours des dernières années (96,6 %) était âgée de deux semaines à trois mois. Ils sont généralement tués avec des gourdins ou des hakapiks (photo ci contre). Les phoques plus âgés sont,eux, tués avec des carabines sur la glace ou dans l‘eau.Des fusils à plomb sont également utilisés. Tous les rapports vétérinaires publiés sur la chasse aux phoques depuis cinq ans font état des méthodes d’une cruauté inacceptable qui continuent d’être employées pendant cette chasse. Beaucoup de phoques se font retirer leur peau alors qu’ils sont encore vivants. Une équipe de vétérinaire a montré en 2001 que jusqu’à 40% des phoques se font dépouiller de leur peau alors qu’ils sont toujours conscients et en mesure de ressentir la douleur. A ucune justification scientifique Il n’est pas prouvé scientifiquement que l’abattage des phoques du Groenland aura des effets bénéfiques mesurables sur les stocks de poisson ou sur la pêche commerciale. Les scientifiques – et même la plupart des pêcheurs – conviennent que les phoques n’ont pas provoqué l’effondrement des stocks de morue. C’est tout simplement une question de sur pêche et de défaillance des pratiques de gestion des pêches. Un document écrit par deux scientifiques conclue d’ailleurs que les phoques jouent un rôle important dans le maintien de la structure de l’écosystème, et qu’ils ont effet de prédation bénéfique conduisant à un impact positif global sur le système. U ne fausse excuse économique La chasse aux phoques n’est pas viable économiquement et n’est pas source d’emplois comme le prétend le gouvernement canadien. Elle rapporterait avant déduction des charges 1047 $par chasseur. Elle est par contre source de dépenses pour le gouvernement canadien qui a accordé, à la fin des années 1990, 20 millions de dollars de subventions dans cette chasse et qui finance actuellement la recherche de nouveaux produits issus des phoques, les services de brise glace pour conduire les chasseurs de phoques sur les lieux, la promotion de cette chasse en Europe,… D es chiffres truqués Les quotas de chasse autorisés sont dépassés régulièrement chaque année. Ainsi entre 2003 et 2005, 985 312 phoques ont été tués officiellement au lieu des 975 000 prévus par les quotas. Mais le nombre réel de phoques est nettement supérieur et serait d’au moins (si on compte les « abattus et perdus », chiffre officiel) de 1 059 564 phoques. A rajouter à cela, les non déclarés !15 %).
Informez votre entourage sur la réalité de la chasse aux phoques Signez les pétitions demandant l’arrêt immédiat de la chasse aux phoques
Pour plus d’informations, veuillez écrire à webmaster@protection-des-animaux.org
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.