La contribution de l'éducation physique à l'épanouissement de l ...

De
Publié par

La contribution de l'éducation physique à l'épanouissement de l ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 88
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
La contribution de l’éducation physique à l’épanouissement de l’individu et au développement du citoyen responsable. Mémoire présenté au forum électronique provincial Mai 2004 Par le département d’éducation physique du collège Montmorency à Laval.
Mémoire présenté au forum électronique 16 mai 2004
page 1
Avant propos Raisons de conserver les cours d'éducation physique dans la formation générale du programme collégial. ¾Pour éviter que les générations à venir critiquent un système d'éducation, qui contraint les élèves à se tenir courbés sur leurs livres, sans leur accorder par ailleurs l'occasion et le temps d'utiliser leurs facultés corporelles. L'école elle-même porte ainsi atteinte à la santé de l'enfant, au lieu de la protéger et de la raffermir, comme elle devrait le faire. ¾L'éducation physique mobilise les énergies sous le contrôle de la volonté et procure à tout âge mais en particulier chez l'enfant et l'adolescent un plaisir et un épanouissement, une distraction et une détente qui lui sont salutaires et nécessaires. ¾La "culture" physique développe chez l'enfant timide une certaine combativité dont il aura besoin dans la vie; elle canalise, chez les autres, l'agressivité naturelle à cet âge. Elle contribue à l'équilibre psychosomatique. ¾Le développement de la discipline, de la maîtrise de soi, une formation à l'endurance et au courage, une habitude de loyauté dans le respect des règles du jeu et dans le respect de l'adversaire. Tiré du rapport Parent , Québec 1964. Le passé n'est pas garant de l'avenir!
Mémoire présenté au forum électronique 16 mai 2004
page 2
Introduction Pour une énième fois, l’éducation physique au collégial est remise en question, elle est encore la proie de hauts fonctionnaires du ministère de l’éducation, qui ne voient pas la nécessité de ces cours dans le développement intégral de l’élève au Cégep. Le concept de formation intégrale, a toujours été un élément de base dans la mission éducative du réseau des Cégeps. De développement intégral nous sommes passés à la formation fondamentale, pour en être aujourd’hui à la formation générale. Peu importe le vocable utilisé, nous visons les mêmes intentions soit d’offrir à l’élève un bagage lui permettant d’affronter une société qui est en perpétuel changement. L’éducateur physique se préoccupe du développement complet de ses élèves, tant au niveau intellectuel, social, moral, émotif que physique. Depuis la réforme du début des années 90, les disciplines de la formation générale se sont rapprochées afin de mieux partager leurs triple finalité soit : l’acquisition d’un fonds culturel commun, l’acquisition et le développement d’habiletés génériques et l’appropriation d’attitudes souhaitables. Au niveau de la première finalité, l’éducation physique, en plus de contribuer directement à la maîtrise des connaissances relatives au développement du bien-être physique et intellectuel de l’élève et de favoriser la prise de conscience de la nécessité d’adopter des habitudes de vie qui favorisent une bonne santé, participe grandement à la maîtrise de la langue française en tant qu’outil de communication et de pensée, par l’utilisation de journaux de bord, où les élèves doivent faire part de leur vécu dans le cours, de même que leurs intentions, objectifs et stratégies. Nos cours permettent de développer une pensée autonome et critique en permettant à l’élève de mieux se connaître par l’exercice d’un jugement critique de son mode de vie, en l’aidant à réfléchir sur une image et une estime de soi. Ils contribuent aussi à développer une éthique personnelle et sociale en permettant l’actualisation, la spécification et la cristallisation des valeurs, besoins et attitudes des élèves face à des comportements souhaitables dans leurs habitudes de vie. En plus des habiletés physiques que les élèves développent dans nos cours, ils acquièrent des habiletés génériques tels : la capacité de développer et actualiser des plans d’action visant des buts précis, apprendre à s’ajuster constamment devant des circonstances changeantes. La dernière finalité de la formation générale : appropriation d’attitudes souhaitables, est celle où notre discipline contribue de façon particulière au développement de l’autonomie, de la confiance en soi, de l’estime de soi, de la socialisation, de la responsabilisation, de la persévérance, du sens de la compétition et la coopération. Dans les pages suivantes, nous vous ferons part de la contribution de notre discipline à ces attitudes.
Mémoire présenté au forum électronique 16 mai 2004
page 3
Confiance en soi et éducation physique Pendant la pratique contrôlée de l’activité physique, le jeune adulte a la chance de relever des défis à son niveau. En effet, le professeur spécialiste des transformations des actions corporelles, a comme profession d’organiser des mises en situation motivantes et adaptées au niveau d’habilité de ses élèves pour leur permettre d’agir mais surtout de réussir. Le critère physique et sportif repose sur un principe fondamental : la connaissance de son corps et de son potentiel d’évolution. À travers ces deux niveaux de connaissances, il faut privilégier un travail sur le corps afin de permettre au jeune d’évaluer ses capacités d’apprentissage, de se comparer et d’observer les autres sans s’y opposer. Celles-ci donnent la chance de persévérer dans un plan d’action où la réussite progressive de l’objectif est facilement vérifiable par le résultat observable. Il devra donc se fixer des objectifs, mais aussi évaluer ses limites. Une fois ce travail maîtrisé, il pourra étudier la méthode la plus appropriée pour repousser ses limites et se fixer de nouveaux objectifs, tout en prenant garde à ne pas se mettre en danger. Il doit être en capacité d’analyser le risque subséquent à ses efforts. La maîtrise de soi, et la gestion de ses efforts, inscrites dans une marge de progression doivent conduire le jeune à l’accomplissement de gestes réfléchis, aboutis, pour qu’il puisse nourrir un sentiment de performance. Par leur prises en charge et leur réussite, les élèves développent leur confiance en eux. Les élèves construisent ainsi une partie importante de leur confiance en soi. Par la poursuite de son plan d’action et les échecs qu’il devra accepter et la persévérance nécessaire à l’obtention des comportements de réussites dans son activité qu’il a lui-même choisie, celui-ci bâtira une éthique de l’effort qui engendre un certain plaisir à se dépasser. Respect, tolérance et acceptation de l’autre Les élèves se confronteront à une nouvelle société québécoise où les origines de chacun amènent un développement corporel et identitaire différent dans un espace particulier (le terrain de sport). Les réalités de l’éducation amènent chez les jeunes une prise de conscience de la différence et du respect de celle-ci sans pour autant toucher aux valeurs laïques et de justices pour chacun. De plus la mixité des classes amène pour les deux groupes, l’apprentissage de la compréhension des différences biologiques entre les hommes et les femmes mais aussi du point de vue psychologique. Lors des cours d’éducation physique, il devra intégrer une attitude de bon citoyen, donc la tolérance, le respect de la différence, le respect des règles, des lieux, et du matériel. Dans le futur nos jeunes devront prendre conscience davantage et comprendre que l’homme est fait pour vivre en société, c’est-à-dire que sa liberté se construit sur des règles communes qui s’imposent à tous de façon non-négociable. Cette réalité qui est pervertie par une réalité fiction (film, jeux vidéos, émission de télévision ,internet, etc.) dans laquelle les jeunes baignent constamment. Ce style de confrontation et de socialisation se retrouve dans les cours d’éducation physique.
Mémoire présenté au forum électronique 16 mai 2004
page 4
Coopération et socialisation Le cégepien dans son cours d’éducation physique apprend à coopérer, socialiser en tenant compte de réalité culturelle différente, à se confronter en maîtrisant son agressivité et à dépasser des limites qu’il croyait infranchissables. Par la réussite de ces plans d’action il se sent devenir compétent et commence à s’auto-motiver . Il continuera à se motiver, ses réussites amèneront de nouveaux essais d’une possibilité inconnue pour encore réussir après avoir persévéré et ainsi bâtir une spirale ascendante de comportements qui sont moins observables mais combien importants, tels que la confiance en soi, l’estime de soi, la persévérance et l’effort . Ces compétences sont primordiales comme la prévention en santé pour une société où aujourd’hui est déjà hier et demain est déjà rendu plus loin que notre imagination veut le croire. Les élèves du CEGEP doivent donc dans leur formation générale avoir ces compétences psychologiques pour leur permettre de s’adapter. L’éducation physique, ce n’est pas que jouer. L’éducation physique est aussi une démarche éducative qui contribue grandement au développement physique, mais aussi au développement intellectuel, social et même spirituel. Dans le processus de formation et du développement d’un individu, l’éducation physique a sa place et peut y jouer un rôle prépondérant. Nous voulons former des personnes autonomes qui, toute leur vie, sauront être actives et participeront régulièrement à leur milieu de vie, à la société. Les cours d’éducation physique des écoles et des Cégeps ne doivent pas être marginalisés. Les enseignantes et enseignants en éducation physique peuvent aider les élèves à développer des attitudes, des connaissances et des habiletés de toutes sortes qui aideront à améliorer le concept de soi et la qualité de vie en général. Les avantages des cours d’éducation physique sont les suivants : - amélioration de la condition physique ; - amélioration du développement psychomoteur ; - tendance à mener une vie plus active ; - amélioration du rendement académique dans les autres matières ; - amélioration de l’attention et de la vivacité pendant la journée ; - amélioration de la confiance en soi ; - amélioration à long terme de l’image corporelle. Les Québécoises et Québécois reconnaissent et acceptent l’importance de la bonne forme physique et du bien-être. Dans ce sens, la contribution de nos cours d’éducation physique pour préparer des élèves à répondre aux exigences rigoureuses de notre société ne fait aucun doute. Les programmes d’éducation physique visent à outiller tous les élèves, quels que soient leur sexe, leur race, leur héritage culturel ou leurs capacités, en leur donnant les habiletés physiques et les attitudes sociales nécessaires pour atteindre leur potentiel maximal.
Mémoire présenté au forum électronique 16 mai 2004
page 5
L'EDUCATION PHYSIQUE ET LE SPORT PARTIE INTEGRANTE ET ELEMENT ESSENTIEL DU DROIT A L'EDUCATION ET DU PROCESSUS D'EDUCATION PERMANENTE
¾Tout ce qu'influence le comportement et la personnalité est éducation. L'éducation physique et le sport, en favorisant le développement des aptitudes de l'enfant, constitue la base même de l'éducation, une véritable école de la vie sociale. A la dualité corps-esprit, il paraît préférable de substituer les principes d'unité et de parité. Il est souhaitable en tout cas que l'enfant d'abord, l'adolescent plus encore, puisse acquérir la conscience de son corps et de l'unité psychophysique de son être, car l'apprentissage physique n'est pas seulement activité physique mais aussi connaissance.
¾Le rôle et l'importance du sport à l'école sont souvent longuement évoqués en les plaçant généralement dans la perspective d'une éducation permanente. L'activité physique et sportive n'est pas une fin en soi ; elle doit être pratiquée et utilisée à la fois comme un moyen d'épanouissement de l'élève, un instrument d'éducation, apprendre à vouloir gagner, à savoir perdre, un moyen d'émancipation, une méthode de socialisation et d'intégration, l'école restant le lieu par excellence de la socialisation systématique pour de nombreuses jeunes filles et garçons.
¾Le rôle de l'éducation physique et sportive sera abordé dans une double perspective : au sein du système éducatif d'une part, dans un cadre informel ou extrascolaire d'autre part. Au sein de l'institution éducative formelle, le sport devrait être utilisé comme un moyen de transmission des valeurs éducatives; d'apprentissage de la responsabilité; d'apprentissage de la citoyenneté : se sentir citoyen du monde sans cesser d'être citoyen de sa patrie; d'adaptation à l'environnement.
¾L'éducation physique et le sport doivent ainsi être associés à chacune des trois étapes (théoriques, souhaitables ou effectives ?, la réponse pouvant varier d'un pays à l'autre) du processus éducatif;
une première étape magistro-centrée;
une second étape dite d'initiation visant à donner à l'enfant individuellement et en groupe le sens des responsabilités;
Mémoire présenté au forum électronique 16 mai 2004
page 6
¾
¾
¾
la troisième étape étant placée sous le signe de l'autogestion du processus par les élèves eux-mêmes.
Dans le cadre extrascolaire, diverses expériences sont menées, visant notamment à améliorer la communication entre jeunes et avec les jeunes dans les quartiers difficiles ou excentrés des grandes villes ou à favoriser la pratique du sport pour tous, en mettant, par exemple, des salles ou des espaces sportifs polyvalents à la disposition des jeunes. Que ce soit au sein de l'école ou hors de l'école, il paraît indispensable de favoriser la pratique régulière des activités physiques et sportives, considérées comme un élément intégré à tout processus d'éducation et de formation.
Il faut aussi aider l'enfant et l'adolescent à identifier l'activité ou le sport qui convient le mieux à la structuration et à l'épanouissement de sa personnalité : à chacun son sport ! Les vertus psychothérapeutiques du sport ont été vantées, en particulier pour vaincre la timidité, lutter contre les tendances dépressives, canaliser l'agressivité, encadrer et modérer l'hyperactivité.
Il paraît important de :
a) renforcer le rôle de l'éducation physique et du sport scolaires et universitaires en tant que partie intégrante du processus d'éducation permanente ;
b) mettre en œuvre un programme de promotion et de valorisation de l'éducation physique et du sport scolaires et universitaires comportant la mise en place des équipements matériels les mieux adaptés ;
c) accorder aux professeurs d'éducation physique et sportive un statut comparable à celui reconnu aux enseignants des autres disciplines souvent considérées comme investis d'une mission plus noble : la revalorisation de leur mission et de leur statut constitue une condition importante dans la réussite des programmes qui seront mis en place ;
d) s'attacher à assurer une unité et une interaction entre l'éducation physique et le sport d'une part, l'éducation scolaire, esthétique et morale et la formation professionnelle, d'autre part, en élaborant notamment des programmes qui mettent en relief la valeur éducative du sport ;
Mémoire présenté au forum électronique 16 mai 2004
page 7
e) élaborer des programmes d'activités dans le domaine de l'éducation physique et du sport vissant à favoriser la prévention de la délinquance chez les jeunes.
¾
¾
¾
Il importe de créer les conditions nécessaires pour que puisse être effectivement exercé, partout dans le monde, le droit d'accéder à l'éducation physique et au sport, conformément au principe fondamental affirmé dans la Charte internationale. L'exercice de ce droit, qui est un corollaire du droit de tout être humain à l'éducation, commence à l'école. Les enfants non scolarisés ne devraient pas être privés de ce droit au respect duquel pourraient veiller, dans la mesure de leurs moyens, les responsables des programmes d'éducation non-formelle. Dans le développement de l'enfant et de l'adolescent les éléments intellectuels, affectifs, spirituels et physiques vont de pair. Il convient donc de réserver à l'éducation physique et au sport une part significative des horaires scolaires et du curriculum et de mettre à leur disposition un personnel qualifié.
La charte internationale proclame, en son article premier, le droit fondamental de tout être humain d'accéder à l'éducation physique et au sport.
La promotion du sport pour tous et son extension à tous les groupes de la population est un devoir des pouvoirs publics si l'on veut mieux réaliser le droit de chacun de pratiquer le sport sans distinction de sexe, religion, race ou opinion politique. Le droit des jeunes filles et des femmes de faire du sport est également un des aspects de leur droit à l'éducation.
Depuis MINEPS I, plusieurs recommandations ont été formulées pour inviter les Etats membres à encourager l'extension de la pratique des activités physiques et du sport aux jeunes filles et aux femmes en conformité avec la Convention des Nations Unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (1979). Les pouvoirs publics, le Comité international olympique, les Fédérations nationales et internationales et toutes les autres instances concernées sont appelées à assumer leurs responsabilités respectives en favorisant un changement profond des attitudes envers une participation plus grande des femmes aux divers aspects du sport et leur participation effective aux prises de décisions tant à l'échelon local, national, qu'international.
Un effort particulier doit être fourni afin d'aider les pays en développement à mettre en oeuvre des projets de développement et de recherche dans le domaine de l'éducation physique et du sport en milieux scolaire et universitaire.
Mémoire présenté au forum électronique 16 mai 2004
page 8
¾
¾
A la veille du nouveau millénaire, se pose de plus en plus la problématique de la structure de l'école future. Le rapport Delors, et plusieurs conférences ont abordé cette question sous le thème central "Repenser l'école". Proposer la ou les réponses concernant "l'école de demain" c'est certainement répondre également à la question de savoir quelle éducation physique et sportive ? Quelle place et quel rôle dans cette école du troisième millénaire ?
Tiré de
La troisième Conférence internationale des Ministres et hauts fonctionnaires responsables de l'éducation physique et le sport de l'UNESCO à sa 156èmesession (Paris, 25 mars 1999).
Mémoire présenté au forum électronique 16 mai 2004
page 9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.