La filière porcine subit la crise

De
Publié par

La filière porcine subit la crise

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 68
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
tableaudebord
Porc La filière porcine subit la crise
5,34 $
Blé C en do(ll2a7rh,si2c/ akbgioloisss)eau o
Avec un prix du porc payé à léleveur en recul de 9% en 2009, des coûts de revient supérieurs aux prix payés sur plus de la moitié de lannée, les producteurs de porcs souffrent. Lannée 2010 ne sannonce pas plus reluisante.128,00 27,$5neuoRnee neuros/ton 122L’année 2009 avia tsaesbzei nocenmm pcér ouséleevel.srusuJ euqi, ln max duepri cesp roia tt nea-prd-oretcuà ru1,1 eu9 /krodeg ar c0 7,)%a p roétl e prix payé au pbmevon e enU .er rregèlé(+seriepau dniveenre, vembn no setten sulp seisprrees De.ssca urpnod  uopxid lutiEvorc1.60(Euros/kg de carcasse) 12/01/2010 hebdomadaire26/11/2008 évolution tiquement au niveau de 2008. Mais juin Allemagne, aux Pays-Bas et au Da-en France1.5020082009L eTsrcèosu rlsédguèblrée me netn leégnè rheahauusssseesur et juillet, généralement propices à la nemark ont ensuite été sanctionnées parsont consommation, ont été médiocres et une forte chute dans la deuxième quin-le marché reste sur une ac-la semaine, mais août catastrophique. A l’automne les zaine de décembre. Si l’on en croit les1.40ère acti Une légilimét.etviti é-repdnepec l àtévit orxpexi . srppplenUa  sout der leteni cours sont retombés à leur niveau de catalogues des distributeurs, il fautmet an 2007, année de forte production por- s’attendre à une activité promotionnelle1.30der ennopec adneofde frromaincariatintoa  uamcréh .natL du nm epneaueddp arnoiemta cine dans l’UE. Au cours de l’année intense en viande fraîche en janvier. 2009, le prix moyen perçu par l’éle- Difficile d’en tirer des conclusions00 100 0 d tr-oed télb net ,erdsur 150 000 d ecnane.EUl e dur bléprov en  t 4ege  ted05 0 veur a baissé de 9 % en un an. A cau- pour les producteurs puisqu’en fin se de la forte hausse des coûts de pro- d’année 2009, malgré des niveaux de1.2020070ed51 e00 0e dr detlé ben t0000 tediss ru02rait ausde porte, usple anem dlaD duction dès l’automne 2007, l’année prix au détail relativement, le recul1 10 t lbe-trAu. is-snUtÉtaed scn evena pror ené du 2008 n’avait pas été plus favorable, des achats des ménages n’a pas été en-. d’ chatment, le déplacement d malgré un prix proche de celui de l’ex- raillé. au groupement cellente année 2006 . Plus inquiétant, alors que le bilanJ F M A M A J Jt S O N DCS )neF arcn ean détudier lesypégentiGA (itnodocuax- sehilibissomid sétioatrtpopre  dns Résultat, en 2008 et sur plus de la porcin français des trois premiers tri-p moitié de l’année en 2009, le prix du mestres de 2009 était quasi stable, laSource : prix net payé à l'éleveur, IFIP d'après GTEérateursr aux op.sf arçniaou R denor pdet seliop-enno ed ges donals leepui porc payé aux producteurs français production, les abattages et la consom-est resté en dessous du coût de revient, mation y baissaient de moins de 1 %Dans l’Union européenneMaïs ce qui a fortement affecté la trésore- en 2009 par rapport à 2008, au cours rie des producteurs. Malgré la baisse des 2 derniers mois connus, octobre les prix au détail des produits de porc s’est accélérée, de - 3 % et - 2 % en un1.70(Euros/kg)3,53 $/(25,seauoClh)isc ag4oik de 9 % payée au producteur en 2009, et novembre, la baisse des abattagesen dollars bois sont restés stables pour le consom- an respectivement bas. Un phénomè-1.60 mateur final. ne généralisé en Europe.Espagne Au cours des trois dernières années, Selon les données de la Commission,Allema4,23 $ les producteurs français de porcs ont incluant des prévisions, la production.514010gne ainsi été confrontés successivement à dans l’UE a reculé de 2,5 % au troi-arcn0e.3F1Bordeaux trois crises différentes. En 2007, la sième trimestre et de 2,7 % au qua-.Danemarken euros/tonne133crise de surproduction européenne, trième trimestre 2009, par rapport aux en 2008, la flambée des prix des ma- mêmes périodes de 2008.1.20114,0tières premières et des coûts, en 2009,1.10Pays-bas 12/01/2010 hebdomadaire26/11/2008 évolution la crise économique qui a provoqué laP s baisse de la consommation et des ex-er pectives portations est combinée à une baissepour 2010 ?A S O N D JPetite hausse des cours. Pour les deux premiers trimestres deLes cours du maïs se raffermissent légè-2010, la production européenne estDans le monderement cette semaine en suivant la tendance Très légère repriseattendue stable avec des évolutionshaussière des productions américaines. Ces en décembreaMsil seembmer.ss  sduer les  cdhoenpntéeelsevidsesrt sèr pess ayel s lon1.80Euros/kgacniémirsea octls rér les sutard.eses voient leurs dreinrè ren-sai donree xirporp serg res Le marché des pièces a été globale- fin d’année, en cours d’élaboration- 27que 5 % de la ré-Les analystes prévoiraient ment très stable en décembre. Le prix dans l’ensemble des pays de l’UE, ap-1.60UEcolte pourraient être perdus. Sur le marché du hachage n’a pas varié. Mais celui porteront plus de visibilité danseuropéen, la demande est légèrement re-de la longe n°3 à Rungis a baissé de quelques semaines. Seul le cheptel du1.40par la nutrition animale et les usineslancée 5 %, malgré un vif sursaut en fin de principal producteur de l’UE, l’Alle-1 20aux bords du Rhin. Les fabricants d’aliments mois, et celui de la poitrine de 3 %. magne, a baissé davantage qu’estimé00.ni-UsEtstadu bétail soutiennent ce produit pour le mo-D’un autre côté, le prix du jambon précédemment : une correction à la1.Brésilment en raison du retour des animaux en sans mouille a gagné 1 %. baisse de sa production est probablestabulation avec le froid hivernal. L’activité En moyenne sur décembre, le prix selon l’Institut du porc. Selon les opé-0.80reste cependant limitée, et les opérateurs du porc français est resté proche de son rateurs européens, le commerce in-devraient être de retour d’ici à la semaine 0.60 J A S O N De.hainproc Produits transformés à base de viandeSoja ternational restera calme au moins jus- des porcelets commercialisés sur les qu’à la mi-janvier, suivi d’un petit ré- marchés, après avoir connu un petit re-1042007 cul dans le Nord en 2008 ou une haus-veil ensuite.Au-delà, si la demande suren dCohlliacrasg/ob,osiosjsaeau les principaux marchés ne s’accroît pas se légère en Bretagne, se sont sensi-1002008nettement, en particulier en Asie et en blement redressés en 2009. Les pièces,838,01$  10,$2(,7 2ikol)s Russie, le commerce mondial restera qui avaient moins augmenté que le tendu. Outre-Atlantique, la produc- porc en 2008, ont aussi moins baissé tion ne devrait pas beaucoup baisser en 2009. Mais l’année qui vient de 962009 s’achever a été marquée par un granden 2010. A l’automne dernier, le prixenMeeutrzo,sc/otloznane288du porc américain était très bas. Il écart entre la baisse de la longe et du 92s’est sensiblement amélioré au cours jambon, la stabilité du hachage et la318des dernières semaines, du fait d’une reprise de la poitrine. Face aux chan-J F M A M J J A S O N Dpetite réduction de l’offre et d’une de- gements brutaux de l’amont, les évo- hebdomadaire 12/01/201026/11/2008 évolution mande plus présente, tant nationale lutions des prix de détail apparaissent qu’à l’export. Dans les mois à venir, ténues. En 2009, le prix des côtes estLeFsecromurestdée saoveacgi nleeu xpréetsrteonltefermes il devrait poursuivre sur cette lente resté stable, celui du jambon s’étant à Prix de redressé.amélioration. Les éleveurs américains peinesemaine en lien avec les cours du pé-cette vente1.70(Euros/kg de carcasse) Lespourraient enrayer les pertes des deux exportations de l’UE des dixtrole, avoisinant les 80$ le baril à New York, du porc et1.60Coût de revientannées. En effet, avec la fai-dernières  mois de 2009 (tous produits premierstevirral ina noitatnxud  ealtnuotrae lalime part de,diopod d eérf uanem edet an dla blesse du dollar par rapport à l’euro, confondus, hors porcs vivants), ont-croevûite ndte1.50les exportations des États-Unis reste- perdu 17 % par rapport au niveau re-uoojett rpojo ane debondunurs elam sdee inra gLa. anem àdei lerntitanlanoon ,-mat ront très compétitives. cord de 2008. La Russie reste la pre- de la Chine. Ceci profite au tment de la par mière destination, en baisse de 18 % 11..3400Le porc en Europelar sudeioér pfetuoT .sel ,siohsuesntva es,rcpovis stro ed art p-snt sundane acr unétilitiv.eE imétzaolcer iuq ,epec etsteuo ràe  telr ont ne surs rateo épl seef,t nfetshaacx aus nuveer sap sruoj-uot n a en La production porcine a fortement 2009, compensent partiellement cet-chuté en Europe centrale en 2009. La te baisse. Toute la profession souhai-une activité soutenue devrait se faire d’ici 1.20 teFrance a bien résisté au prix d’un fort que 2010 puisse apporter un peu deessoufer avecàa  l ner.eE eh ,avcnine semahainprocs erèisss elbme-den tlaau hcean endettement des élevages, avec le sou- sérénité avec un redressement des 11..01000P7rix porc é0l8eveur0 cours.tien des filières. L’Allemagne et les ergiaend  eoczluns suo noneirtat-nea ro tanuvplt ni sed ertne noi qlstes urtecadiaj, eoseul Pays-Bas ont poursuivi leur croissan-Camille Peyrache 9ce. L’Espagne est hésitante. Les prixSource Ifiple pétrole ou les cours du dollar.1 -Nom du journal n°..... du 21 avril 2008
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.