La valeur ajoutée de la marque magazine

De
Publié par

La valeur ajoutée de la marque magazine

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 56
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
L A L EMT T R EAGAZINES  D Õ I N F O R M AT I O N D E L A P R E S S E M A G A Z I N E - N U M … R O 3 DÈcembre 2004
… D I T OR I A L
Faisons un rÍve
ion
la
e
-tion irritante, mais comme une informa-tion additionnelle qui lÕaide ‡ bien consommer ? Imaginons :monsieur Consommateur passe plusieurs minutes ‡ regarder une publicitÈ.Il la trouve belle , il la montre ‡ sa famille , en parle ‡ ses amis. Elle fait naÓtre en lui lÕenvie. Il peut mÍme Èventuellement lÕemporter avec lui sur le lieu de vente. NÕimaginez plus :ce rÍve existe, et nulle part ailleurs quÕen Presse Magazine, o˘ la publicitÈ fait clairement partie du "Contrat de lecture",et o˘ le lecteur peut librement choisir son temps dÕexposition aux messages qui lui sont proposÈs.SÕil regarde votre annonce, cÕest quÕil a librement choisi de le faire. SÕil vous laisse rentrer dans son "cer veau", cÕest par un libre consentement de sa part.Dans un monde o˘ le "Marketing de la Permission" remplacera progressive-ment le "Marketing de lÕInterruption" (relisons Seth Godin),la Presse Magazine est plus que jamais un mÈdia dÕavenir.
B E S T P R AC T I C E SP . 3
Christofle - le grand retour LÕ o r feËrvern ter‡ nouveau en commu n i c a t i o n en privilÈgiant la presse magazine.Il vient y checrherÒunecapacitÈdeciblagepointuetune relation intime et privilÈgiÈe avec son publicÓ.
P 2 / 3NEWS :Plus on lit,plus on est exposÈ ‡ la publicitÈ et plus on lÕa pprÈciet:elles
sont les principales conclusions de lÕÈtude Òles FranÁais et la publicitÈÓ.Les chiffres clÈs de
P4 la presse magazine italienne.E F F IC:TAIComment une crÈation et un format P5 spÈcifiques ont crÈÈ lÕÈvÈnement pour Renault Grand ScenicMEDIAPLANNING P 6 / 7 PRESSE :La nouvelle donne temporelle.DOSSIERValeur ajoutÈe :Les ap p o rt s P 8 de la marque magazine ‡ la marque annonceur.JEU:Du champagne ‡ gagner !
D O S S I E R
3
La valeur ajoutÈe
de la marque magazine
Une publicitÈ dans un magazine , ce nÕest pas un message brut ;cÕest un message qui sÕinscrit dans une relation construite entre le titre e ses lecteurs. …tant lui-mÍme une marq u ,edonc un systËme de valeurs porteur de sens, le magazine offre aux marques annonceurs et aux messages publicitaires un environnement rÈdactionnel qui a valeur dÕÈcrin.Comment imprime-t-il sa personnalitÈ ?(suite p.6)
L E T T R E D Õ I N F O R M A T I O N D E L A P R E S S EM A G A Z I N E
a n s f r o n t i Ë r e s La presse magazine en Italie
Cerner le marchÈ de presse magazine en Italie nÕest pas chose facile,Magazinesa menÈ lÕenquÍte(rÈcap.complet sur www.pressemagazine.com). LÕADS (Èquivalent de Diffusion ContrÙle) certifie la diffusion de 178 mensuels et 69 autres pÈriodiques. La Fieg (la FÈdÈ-ration des Èditeurs )Èvoque quant ‡ elle 9 000 pÈriodiques . Il nÕy a plus de statis-tique nationale depuis 1998. Top 5 hebdos Un seul hebdo TV devant un titre historique et des hebdos people . Sorrisi e canzoni TV :1,374 Ms dÕex. Famiglia Cristiana :774 975 ex. Oggi :678 055 ex. Dipi˘ :639 780 ex. Gente :593 243 ex; (horssupplÈmentsdesquotidiens.SourcelÕAD,S moyenne juillet2003-juin 2004) Top 5 mensuels LÕÈquivalent de«a mÕintÈresse, 2 titres de presse auto,de la dÈco et de la santÈ. Focus 767 188 ex. Al volante (auto) 729 739 ex. Quattroruote (auto) 475 628 ex. Cose di casa (deco) 455 033 ex. Starbene (santÈ,bien-Ítre) 407 621 ex. DÈclarationsÈditeurslÕAD,Smoyennejuillet 2003-juin 2004.En excluant des titres comme le Messaggero di SantÕAntonioou le mensuel delÕautomobile-lcub. Audience de la presse magazine ITALIE Eff. Pen. Population 14 ans et + 49720000 Hebdos 24192000 487 Mensuels 23152000 466 Lecteur pÈriodique 32818000 660 FRANCE Population 15 ans et + 48322000 Hebdos 42697000 884 Mensuels 36776000 761 Lecteur pÈriodique 46071000 953 Attention :les mÈthodologies sont diffÈrentes . Investissements publicitaires nets 2002 :1,151 md dÕeuros 2003 :1,163 md dÕeuros Premier semestre 2004 :574,79 M euros Part de marchÈ 2002 :17,5 % 2003 :17,2 % Premier semestre 2004 :14,4 % ¿ titre de comparaison,en F rance la Pdm de la presse magazine sur les six premiers mois de 2004 est de 16,5 % (source TNS adexpress).
Plus gros investisseurs Premier semestre 2004 1- LÕOrÈal 2- Autogerma 3- Procter & Gamble 4- Unilever div. Lever FabergÈ 5- C. Dior Sources Nielsen Media Researc h
Plus on lit, plus on aime la pubÉ
LesFranÁaisnÕontpasdÕÈtatdÕmeparprapotr ‡ la pub :ils sont 42 % ‡ lÕapprÈcier et depuis 1 9 9 2da,te ‡ laquelle TNS Sofres a commencÈ lemesure,rlÕÈqueiluipbhpliiluplbei-bieiphor est stable. S t a b, lmeais non linÈaire ; des diffÈ -rences apparaissant en fonction des niveaux de consommation des mÈdias. En gros, ´ plus on consomme le mÈdia, plus on est exposÈ ‡ la publicitÈ et plus on lÕapprÈcie ª a rappelÈ
Dominique LÈvy, d i erctrice du dÈpart e m mÈdia de TNS Sofres en prÈsentant les rÈsul tats de lÕenquÍte " Les FranÁais et la publicitÈ CÕest particuliËrement vrai pour la presse en _ gÈnÈral 45 % de publiphiles parmi les gros _ lecteurs et Áa lÕest encore davantage pour l lecteurs de certaines familles de titres (56 % des lecteurs des parentaux,54 % de ceux de la presse peopleÉ).
La publiphilie Èvolue en fonction des habitudes de lectur e
ApprÈcient la publicitÈ*
Petits consommateurs de presse
Moyens consommateurs de presse
Gros consommateurs de presse
* 3 % vraiment; 39 % plutÙt
35 %
42 %
46 %
46 %
56 %
Lecteurs de parentaux
55 %
Lecteurs de masculins
54 %
Lecteurs de people
49 %
Lecteurs de cinÈma
49 %
Lecteurs de santÈ
Éet plus le contact pub est suivi dÕef fets
80 % des personnes interrogÈes par TNS Sofre s dÈclarednants,lamÍmeenquÍte,regadrerles pages de publicitÈ avec attention lorsquÕelles lisent ou feuillettent un magazine ou un quoti-dien et 25 % (un score ÈlevÈ quand on connaÓt la rÈticence naturelle des gens ‡ ce genre dÕecxiecer!)avouentmÍmedÈcouperlapage pour la garder ou lÕutiliser.Avec une constante : plus on est lecteur, plus on est attentif (indice 143 sur les gros lecteurs de presse magazine). ´ La presse apparaÓt aussi comme un assez bon prÈcurseur de comportement dÕachat ª, explique Dominique LÈvy. Signe des temps,dËs quÕelle annonce un avantage ou une bonne affaire en perspective, la publicitÈ dans la pres-se induit des comportements trËs actifs. Ainsi, 82 % des sondÈs dÈclarent sÕÍtre dÈj‡ rendus
dans un magasin aprËs a voir vu une pub pour des soldes ou des promotions ;77 % ont utili sÈ un bon ‡ dÈcouper et 57 % ont rÈpondu ‡ une offre spÈciale . L‡ encore, les gros lecteur montrent une sensibilitÈ et une vitalitÈ accrue (indice 141 sur lÕutilisation du bon ‡ dÈcou per),mais ce sont surtout les lecteurs de pres se ‡ centre dÕintÈrÍt qui font exploser les standards : ‡ 89 %, les lecteurs de parentaux s Õ aveËntr adeptes du couponning (83 people, 82 % cinÈma et santÈ, 81 % sport). ¿ 96% les lecteurs de masculins se dÈplacent dans un magasin (92 % cinÈma,91 % parentaux et sport,88 % auto-moto É Ce qui permet de vÈrifier une nouvelle fois que plus lÕon se rap proche de ses centres dÕintÈrÍt,plus la publici tÈ joue un rÙle informatif !
La publicitÈ dans la presse induit des comportements actifs ...
Petits Lecteurs (274) Vous est-il dÈj‡ arrivÈ ? 1 - de vous re n derdans un magasin aprËs avoir vu,dans un magazine ou100 un journal,une publicitÈ pour des soldes ou une promotion ? 2 - dÕutiliser un bon de rÈduction dÈcoupÈ dans un magazine... ?100 3 - de rÈpondre ‡ une offre spÈciale (promotion) dÈcoupÈe dans un100 magazine ou un journal ? 4 - de consulter le site Internet indiquÈ dans la publicitÈ pour obtenir100 des renseignements ou participer ‡ un jeu,un concours ... ? 5 - de vous re n derdans une concession automobile aprËs avoir vu, d a n s100 un magazine ou un journal,une publicitÈ pour des journÈes de promotion ? 6 - dÕappeler le numÈro vert indiquÈ dans la publicitÈ pour obtenir des100 renseignements ou participer ‡ un jeu,un concours ... ?
Source :TNSSofres base ensemble (1000)
80 %
Moyens (388) 105
100 98
121
107
122
Gros (305) 141
114 116
126
121
117
des FranÁais regardent la publicitÈ dans la presse
avec attention.
La suite sur pressemagazine.com
e s t P r a c t i c e s
L E T T R E D Õ I N F O R M A T I O N D E L A P R E S S EM A G A Z I N E
Christofle revient en com dans
la presse magazine
LÕorfËvre assoit le repositionnement de sa marque en Èlargissant son ter -ritoire mÈdiatique dÕorigine. LÕobjecti reste le mÍme : profiter de la rela-tion intime magazine/lecteur.
AprËs plusieurs annÈes dÕabsence de la scËne mÈdiatique, Christofle renoue a vec la presse magazine autour dÕun plan mÈdia, important pour la marq u ,e o rchestrÈ par Z e n i t h O p t i mUened.aimepreËir vague se dÈroule jusquÕ‡ la fin de lÕannÈe ;deux autres Ètant prÈvues sur 2005.La campagne , signÈe 133 (Publicis),sÕinscrit dans la droite ligne du nouveau positionnement de la marque , rÈsumÈ en une nouvelle signature :ÒGlamour attitudeÓ.´Il sÕagit de casser les conventions de lÕargenterie en rentrant dans un univers de cadeaux et dans une logique de modeª,explique Christophe Ma yer, Dg de ZenithOptimedia.Le plan mÈdia (une quinzaine de titres pour environ 30 parutions) sÕorganise autour de trois pÙles ÈquilibrÈs.Outre son territoire mÈdiatique dÕorigine - la presse dÈcoration et art de vivre -la maison investit la presse fÈminine haut de gamme, pour inscrire sa marque dans un contexte de modernitÈ et cherche ‡ en renforcer la visibilitÈ par le biais de la presse news et les supplÈments cadeaux de la PQN.La campagne de presse amÈricaine (en 2005) se dÈroulera de faÁon similaire. La reprise de contact de Christofle a vec son public repose donc en grande partie sur la presse magazine ´qui permet une relation intime et trËs privilÈgiÈe avec son lectorat ª, poursuit Christophe Mayer. En Èvoquant Ègalement son´ ciblage trËs pointu ª; en lÕoccurence les femmes CSP+ pour lespressesfÈminineetdÈcorationhautdegammeetlesnewspourtoucheruneciblemixt,edans une logique de cadeaux.
Dermophil : le renouveau passe
par la presse magazine
Entre 2002 et 2004, Dermophil aura multipliÈ par trois son budget de com -munication, essentiellement au profit de la presse magazine . Et Áa marcheÉ
(1) En 2003, Dermophil , du groupe Melisana, avait dÈj‡ mis le turbo cÙtÈ communication ‡ lÕoccasion dÕune campagne de publicitÈ pour HydraGloss,unbrillanthydratantpourleslËvres.¿lÕÈpoqu,ela marque sÕÈtait distinguÈe en communiquant au printemps sur un por-duit ‡ connotation plutÙt hivernale. Bingo ! 12 parutions dans 6 titres de la presse fÈminine permettent ‡ Hydra Gloss de multiplier par deux ses parts de marchÈ en valeur et volume entre avril et juillet 2003. En 2004,Dermophil persiste et signe , double son budget de commu-nication et r evoit de fond en comble sa stratÈgie marketing. Deux campagnes affichent sa nouvelle signature ÒDermophil aime ma peauÓ, parfois adaptÈe en ÒDermophil aime mes lËvresÓ :lÕun, eau printemps, pour Hydra Gloss, lÕautre ‡ lÕautomne pour Nutri Gloss. Avec le mÍme dispositif mÈdia dans les deux cas (12 ‡ 14 parutions dans les six fÈminins).RÈsultat des courses :les ventes de Dermophil progressent dÕenviron 10 % en valeur ‡ fin 2004,par rappor t ‡ 2003.De son cÙtÈ,Dermophil Indien,le grand frËre,apparaÓt dans la presse parentale et la pre s s e santÈ (6 titres et 10 parutions ‡ lÕautomne en 2003 comme en 2004).Au final,ce sont 20 M de contacts qui auront ÈtÈ gÈnÈrÈs sur les deux marques. ´ La presse magazine permet dÕatteindre une cible prÈcise et spÈcifique, explique Anne Maugrenier, res-ponsable marketing de Dermophil.Cette presse favorise Ègalement la mÈmorisation des marques car la lecture des magazines se fait en plusieurs fois. On peut Ègalement y prÈsenter les produits tout en expli-quant leur efficacitÈ ª. (1)Dermophil est vendu en GMS tandis que Dermophil Indien est rÈservÈ au circuit pharmaceutique .
I n v e s t i s s e m e n t s
Podiums Chaque mois, retrouvez les indices qui mon -trent la vitalitÈ de la presse magazine :les annonceurs ayant le plus in vesti,les secteur s Èconomiques ayant le plus progressÈ,les familles de presse qui en ont profitÈ et les titres leaders en pagination pour le mois (octobre).
Annonceurs :les poids lourds du mois (oct.2004)
PHILIPS 100 PAGES
RENAULT 119 PAGES
EDF 95 PAGES
¿ la faveur du Mondial,Renault prend la pole position,et EDF remplace GDFÉ
Secteurs :les champions du mois (oct.2004/oct.2003)
CORPORATE + 140 PAGES (total mois :187)
SERVICES + 150 PAGES (total mois :895)
CULTURE LOISIRS + 91 PAGES (total mois :387)
Les services prennent la tÍte et le secteur culture/loisirs fait une incursion prometteuse .
Familles de titres :les grands gagnants (oct.2004/oct.2003)
PRESSE TV + 31 PAGES (total mois : 1202)
PRESSE ECONOMIQUE + 41 PAGES (total mois : 1 041)
PRESSE AUTOMOBILE + 28 PAGES (total mois : 305)
Le Presse Èconomique relËve la tÍte . La presse Tv continue, et la presse automobile surfe sur le Mondial de lÕAuto.
Les performeurs du mois (oct.2004)
VERSION FEMINA + 32 PAGES
LE FIGARO MAGAZINE + 47 PAGES
TELEK7 DVD + 24 PAGES
Bravo aux Èquipes de ces 3 titres et encour a-gements aux autres pour le mois prochain. ¿ noter le premier mensuel de ce classement est Management avec un gain de 22 pages !
Source TNS MÈdia Intelligence (Total pages hors autopromotion et abonnement)
L E T T R E D Õ I N F O R M A T I O N D E L A P R E S S EM A G A Z I N E
LÕ efifcacitÈ prouvÈe de lÕutilisation de la presse maga z i n e
Le cas Renault Grand ScÈnic
Une crÈation spÈcifique sur le cÏur de cible
Objectifs du test Double : Valider la visibilitÈ de la cam -pagne et lÕeffet sur la prÈsence ‡ lÕesprit de la marque et du nouveau modËle Grand ScÈnic . Et ceci, en fonction de lÕexposition au dispositif double dÕou-ve rt uer panoramique (exposÈs/non exposÈs) et en fonction de lÕexposition aux mÈdias (PMG Presse , PMG TV). CaractÈristiques de la campagne Cible :les familles. Campagne tri-mÈdia :presse magazine , TV et affichage . Presse magazine : 318 GRP ; 82 % de couverture 25-49 ans, 3.9 de rÈpÈtition. Dispositif : 14 titres, 27 insertions en DPQ dont 4 en double panoramique dans la presse parentale.
Dispositif du test Interrogation par tÈlÈphone de deux Èchantillons : 200 lectrices abonnÈes ‡ lÕun des titres de lÕoffre Esprit de Famille dÕInterdeco( Pa re n, t Es n fa n t s Magazine, Top Famille)et 200 non-lec -trices des parentaux, donc non expo -sÈes ‡ la campagne panoramique . Les deux Èchantillons sont toutefois expo -sÈs aux campagnes TV , affichage et presse en double page quadri.
LÕefficacitÈ de la rÈpÈtition mÈdia et de la complÈmentaritÈ double + DPQ Souvenir assistÈ Grand ScÈnic39,5 %
30
35
Petits exposÈs
Presse
35
38
TV
Moyens exposÈs
50
45
Gros exposÈs
, totalement cohÈrente avec lÕoffre produit
RÈsultats du test - Effets sur lÕimpact : LÕutilisationdÕundispositifcrÈatifspÈcifiqueap-er mis au modËle Grand ScÈnic dÕobtenir 39,5 % de souvenir assistÈ,score trËs supÈrieur aux normes (+ 16 points). Cette performance atteint 49 % auprËs des futurs acheteurs auto dans les deux ans. Ce dispositif a aussi obtenu un score de recon -naissance de 60 % (+ 21 points norme). LÕefficacitÈ de la rÈpÈtition du message et du for -mat presse est probante :le souvenir est optimisÈ auprËs des gros exposÈs presse a vec un scor e assistÈ de 50 % (quand il nÕest quÕ‡ 45 % chez les gros exposÈs TV). - Effets sur la notoriÈtÈ : Compte tenu du nom du modËle , la campagne a profitÈ dÕabord ‡ la marque ScÈnic . La double panoramique lui fait gagner 10 points en top of mind et 11 points en notoriÈtÈ spontanÈe sur les exposÈs (par rapport aux non exposÈs). La double panoramique a eu Ègalement une effi -cacitÈ significative sur la prÈsence ‡ lÕesprit de la marque ombrelle Renault (avec respectivement + 11 points et + 13 points). On a Ègalement mesurÈ lÕapport spÈcifique de la double panoramique au plan presse : + 15 points sur la notoriÈtÈ spontanÈe de ScÈnic . Conclusion :le test dÕefficacitÈ prouve la force des spÈcificitÈs du mÈdia presse . ¿ la fois dans lÕutili-sation dÕun format exclusif ‡ la presse apportant une visibilitÈ exceptionnelle ;et en complÈmenta -ritÈ avec la TV dÕune part et avec une campagne presse en double page dÕautre part.
100
PrÈsence ‡ lÕesprit de la marque EfficacitÈ significative de la double panor a-mique sur la prÈsence ‡ lÕesprit de la marque ombrelle et de la marque mËr e
ScÈnic
163
Top of mind
Non exposÈes
132 100
NotoriÈtÈ spontanÈe
ExposÈes
Renault
122 100
Top of mind
119 100
NotoriÈtÈ spontanÈe
Sabine Petrisot Directrice de clientËle chez Carat 2010
Pourquoi ce type dÕutilisation de la presse magazine avec un format particulier ?
Les occasions ÒmÈdiaÓd'exprim aussi facilement la valeur ajout dÕun modËle automobile sont rares. Le modËle et la crÈation sont clairement servis par lÕutili sation de ce format qui prÈsent le double avantage dÕexprimer instantanÈment le passage de 5 7 places et de crÈer Òun ÈvÈne-mentÓsusceptible dÕattirer plus fortement lÕattention pour ass rer une efficacitÈ optimale de c lancement sur le cÏur de cible .
Isabelle Fossecave Chef de publicitÈ sur ScÈnic
Quelles conclusions avez-vous tirÈes cette opÈration ?
LÕobjectif principal de cette op ration spÈciale Ètait dÕassurer lÕÈmergence de notre campagn de lancement Grand ScÈnic sur les familles qui sont le cÏur de cible de ce modËle . Les scores d lÕÈtude nous montrent que cet objectif est parfaitement atteint puisque lÕimpact et la reconnai sance de la campagne sont trËs ÈlevÈs. Sur la notoriÈtÈ de nos modËles, cette opÈration a ÈtÈ profitable ‡ Renault et ScÈnic e dans une moindre mesure ‡ Grand ScÈnic ce qui nous sembl normal en pÈriode de lancemen
L E T T R E D Õ I N F O R M A T I O N D E L A P R E S S EM A G A Z I N E
LÕavancÈe duÒMediaplanning temporelÓ
La presse magazine bouge : lÕheure est ‡ lÕintroduction de la donne temporelle dans le mediaplanning press.eLÕintÈrÍt ? Une gestion plus experte du calendrier puisquÕon peut dÈsormais construire la distribution des contacts presse en nombre de jours et en intensitÈ ! Trois mÈthodologies cohabitent : avec ou sans prise en compte des reprises en main.
Un mensuel fÈminin,appelons-le A , d È l iev5r7 % de ses GRP en une sema,i6n6e%sur10jourset75 % ‡ 14 jours,alors que le titre B ap p aternant ‡ la mÍme famille d È evloppe une pression beaucoup plus ÈtalÈe dans le temps.Cela vous fait rÈflÈchir ? Bienve nue dans le m e dpilainnecÈaneva,unrelempongt qui rend le mediaplanning presse plus pointsertdÈmsailI!,lÕinstardÕauuy a
p n o luant lÕapport, la dur e de vie de chacun des u-lation et la construction de la couverture dÕun plan en se laissant souvent guider par le bon , un magazine tÈlÈ a une durÈe de vie moins longue quÕun Gala ou un ElleÉ ! Mais gr‚ce au mediaplanning temporel,on dispose dÈsormais coller au plus prËs
ª, explique Carole Fagot, ´ Dans le
haque numÈro ª. ement dit par Marie-Laure Sauty de prÈsidente de La Grande RÈgie :´ Le iaplanning temporel permet dÕadapter le
e, donc de caler des campagnes en onction dÕun lancement,dÕune occasion particuli-Ë e ou dÕoptimiser la durÈe de vie dÕune campagne . Le mediaplanning temporel apporte ainsi´ une
, insiste Carole Fagot, ´Faut-il placer les ebdos et les mensuels au dÈbut, au milieu ou en fin de campagne ?ª ou´ compte tenu de mes bjectifs ‡ court et moyen termes, quels sont les eslesplusappropirÈsetlecalendrieradop-er ? ª , en fonc-, le mensuel A interviendra plutÙt en lancement de campagne , l‡ o˘ intui -, e B plutÙt en fin de plan pour entre t e -
´ Le GRP en presse sÕintÈressait au lecteur et no aux lectures, explique Philippe Kaufman Dga Research de ZenithOptimedia.Si pour les autre mÈdias,ilsedÈfinitparleproduitdelacouvertupar la rÈpÈtition, en presse cette derniËre nÕÈtait p jusquÕ‡ maintenant prise en compte. Nous avo donc souhaitÈ mettre la presse magazine au mÍm niveau que les autres mÈdias en termes de diffusio de GRP (ce travail avait dÈj‡ Ète conduit e A n g l e eteRcTlaemiª)errvea.RÈsultat :le GRP est dÕune part un GRP lectures ;une insert i Ètant Ègale ‡ plusieurs contacts par lecteur e dÕaeuptart une audience prenant en compte l durÈe de vie dÕun titre. En passe dÕarriver en n∞ 3 sur le marchÈ, FranÁois Charton de la sociÈtÈ Carthage , qu travaille pour Carat qui avait dÈj‡ adoptÈ la voie PopCorn,a choisi, ‡ lÕimage de ce dernie deles habitudes des media´ ne pas ch a negr irlpnans,rmÍme si la version JFC lui paraÓt u ond´ intÈressant objectif ‡ terme ª. Le module tem porel de Medialand Presse comporte nÈan men . moins une diffÈrence par rap p otr ‡ celu media passe dÕÍtre lancÈs sur le marchÈ.Il existe une dÕEmap Media :il ne travaille pas au jour mais diffeÈnrceimportanteentreceluidÕEmaplasemaine.´ La mÈthode que jÕutilise part du Media (le premier ‡ a voir tirÈ)principe que dans la mesure o˘ lÕon ne d rÈalisÈ en partenariat ave Optimiser la durÈe de vie pose pas de donnÈes PopCorn/Sysprint et celui de dÕune campagne en dosant ZenithOptimedia/La Grandeprs u fisfamment les GRP par semaine activ e RÈgie mis au point a vec JFC .falÕiqutesesic Pour Emap Media, un titredonc modÈliser ce q manque, il faut garder le modËle aussi simple qu gÈnËre un contact. Avantage :on ne casse pas possible ª, explique-t-il. " CÕest aussi pour cel le thermomËtre ;les performances globales du plan restent identiques ‡ celles quÕon aurait que jÕutilise un dÈcoupage temporel un peu o b t euens avec un mediaplanning classique. gros et que jÕessaie dÕutiliser plusieurs donn Comprenez :on retrouve le mÍme nombre de (LDP, habitude et provenance) pour essayer d mettre dans le modËle , le plus de donnÈes et GRP rÈpartis diffÈremment. En r evanche, en le moins dÕa priori possibles ". intÈgrant les reprises en main, ce qui colle davantage ‡ la rÈalitÈ de la consommation de Cela Ètant, t rois intervenants et tro i la pre s s,e ZenithOptimedia/La Grande approches diffÈrentes, cÕest beaucoup. Il est RÈgie/JFC crÈent un GRP +, forcÈment infla - probable que le marchÈ sera amenÈ ‡ tranche assez rapidement. tionniste par rapport ‡ la donnÈe officielle .
35%
30%
25% 20%
15%
10%
5%
Masculin 1
Masculin 2
Source :Emap Media
Deux magazines dÕune mÍme famille ne dÈlivrent pas leur pression publicietdani sr le mÍme temps et de la mÍme fa Á o n .
1 2 3 4 5 6 7 8 910 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
Les mÈthodologies sur www.pressemagazine.com
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.