« Langue, Economie, Gestion »

De
Publié par

« Langue, Economie, Gestion »

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 64
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Colloque organisé avec le soutien de l’EA 4223 CEREG,
le Conseil scientifique de Paris III et l’UFR LEA Paris III.
« Langue, Economie, Gestion »
du 27/03/08 au 29/03/08
Organisé par : Irmtraud Behr, Patrick Farges, Dieter Henschel, Michel Kauffmann et Carsten Lang
Programme:
JEUDI 27 MARS 2008
Salle Bourjac
(Paris 3, Sorbonne)*
Matin
Séance I
08h30-12h30
accueil – ouverture du colloque 09h00
PROBLEMATIQUE GENERALE ET TRADUCTION
P. COLLIANDER:
Welche Linguistik braucht die
Wirtschaft ? Überlegungen zum Wirtschaftsdeutschen als Fremdsprache (WdaF).
V. HUEBL:
Quel allemand enseigner aux futurs managers ?
F. PLASSARD:
Les pratiques de la traduction en réseau et leur incidence sur la théorisation.
F. EL QASEM:
La traçabilité du discours économique.
Après-midi
Séance II
14h00 – 18h00
COMMUNICATION EXTERNE DES ACTEURS ECONOMIQUES
I. CSÜRY:
Les constructions de sens du discours économique : la part du non dit dans les textes destinés à des publics différents.
L. GAUTIER:
Stratégies de mise en discours dans les publications périodiques des banques centrales nationales sur l’état de l’économie.
Analyse contrastive français-allemand.
H. BOUCEFFAR:
La communication de grands énergéticiens européens autour des économies d’énergie : enjeux économiques et enjeux
linguistiques.
C. LANG:
Problèmes de coordination dans des projets internationaux de développement de logiciels.
B. SPILLNER:
Textes économiques dans la presse écrite : entre terminologie scientifique, vulgarisation et style journalistique.
VENDREDI 28 MARS 2008
Institut du Monde Anglophone (Paris 3)*
Matin
Séance III
09h00 – 12h30
VISITE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L’EMPLOI
Après-midi
Séance IV
14h00 – 18h00
DISCOURS ET SOCIETE
T. LEVY-TADJINE:
Confrontation de l’offre et de la demande d’accompagnement de l’entrepreneuriat immigré à partir du discours des acteurs.
F. GRIN/C. SFREDDO:
Besoins linguistiques et stratégies de recrutement des entreprises.
L. VERAN:
Connaissance non neutre et discours stratégiques. Rapports langagiers et pouvoir dans les organisations.
N. FEUILLETTE:
L’emploi de l’anglais dans des communications inter-entreprise (l’anglais comme lingua-franca).
P. BELLEUVRE/M. BOCZEK:
Les investisseurs français en Pologne.
M. DARDO DE VECCHI:
Langue comme facteur d’intégration et communication en entreprise.
SAMEDI 29 MARS 2008
Salle Bourjac (Paris 3, Sorbonne)*
Matin
Séance V
09h00 – 13h00
L'ANALYSE DE LA COMMUNICATION ECONOMIQUE: L'APPORT DE LA LINGUISTIQUE.
M. TAMBARIN
: De « l'homme malade de l'Europe » au nouvel « hercule » de la mondialisation ? Les avatars du « modèle allemand » dans le
discours de presse d'outre-rhin.
H. ROMOTH:
L'évolution des concepts économiques dans les discours du Bundestag.
I. BEHR:
Expression du temps dans la presse économique.
L. NOBILE:
Les langues en tant que marchés. Une étude contrastive des résultats de Google Trends pour le français et l'italien.
M.-L. PELUS-KAPLAN:
Le rôle de la langue pour les échanges commerciaux à l'époque de la Hanse.
Après-midi
Séance VI
14h00 – 18h00
MARKETING ET PUBLICITE
F. KROLL/Y. PHILOLEAU/D. HENTSCHEL:
La description des produits dans les pages web, étude comparée allemand-français.
J.-M. GRAVIER:
Les forums de discussion : un vecteur publicitaire à deux volets.
C. NATIVEL:
L'industrie publicitaire mondiale à l'épreuve de la diversité culturelle.
M. KAUFFMANN:
Publicité automobile.
N. RENTEL:
Variétés interculturelles dans la langue économique en France et en Allemagne : l’exemple des modes d’emploi.
La subvention de l'UFA a été demandée.
*
Sorbonne : 17 rue de la Sorbonne 75005 Paris – Institut du Monde Anglophone : 5 rue de l’Ecole de Médecine 75006 Paris
http://www.univ-paris3.fr/
UFR d’Allemand Asnières : 94 av. des Grésillons – 92600 ASNIERES
01 46 13 48 50
Contacts :
Irmtraud.Behr@univ-paris3.fr
,
Michel.Kauffmann@univ-paris3.fr
Participation aux frais: 10€ par jour,
étudiants: 5€ par jour
Les faits économiques s’appréhendent aussi à travers les discours. S’il y a d’une part les discours sur l’économie, il y a également des
discours qui sont en quelque sorte constitutifs de l’activité économique elle-même. Spécialistes et non-spécialistes ne parleront pas des
mêmes faits dans les mêmes termes, pas plus que les spécialistes de disciplines distinctes et les représentants de différentes cultures
ne mettront les mêmes mots sur les mêmes réalités.
En mettant en contact des chercheurs en linguistique, en économie et en gestion, on cherchera à susciter une réflexion conjointe, voire
commune, sur les relations entre les différentes mises en mots d’une réalité complexe et la circulation des savoirs tant « factuels » que
« linguistiques ».
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.