Le travail et de l'entreprise dans un capitalisme en crise

De
Publié par

Le travail et de l'entreprise dans un capitalisme en crise

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 76
Nombre de pages : 10
Voir plus Voir moins
Parti communiste français * Les notes du lem
Note de conjoncture 2
Alain Vermeersch
15 Février 2011
__
L'actualité des sondages, études et conférences
Sondages
: Selon L. Harris/Le Parisien, cinquante quatre pour cent des
téléspectateurs qui ont regardé Nicolas Sarkozy jeudi dernier dans "Paroles de
Français" sur TF1 n'ont pas trouvé le président "convaincant" publié samedi.
Parmi ces personnes, 29% l'ont trouvé "plutôt pas convaincant" et 25% "pas
convaincant du tout". Parmi les 46% de téléspectateurs ayant trouvé M. Sarkozy
"convaincant" 32% l'ont
trouvé "plutôt convaincant" et 14 % "très
convaincant". Pour l'ensemble des Français - ceux qui ont suivi l'émission ou
qui en ont entendu parler - ils sont 74% à l'avoir trouvé "pas convaincant". Sur
huit des sujets abordés par le président au cours de l'émission, il n'a réussi à se
rendre "convaincant" que deux fois - sur la dépendance (58% de convaincus) et
la grève des magistrats (51%). En revanche, une majorité des sondés ne l'ont
pas trouvé "convaincant" sur la sécurité des biens et des personnes (54%), les
reformes de la fiscalité (63%), la lutte contre le chômage (60%), l'utilisation par
Michèle Alliot-Marie d'un jet privé en Tunisie (54%), le pouvoir d'achat (70%)
et les inégalités sociales (65%).
26% des Français ne font aucune confiance à N. Sarkozy selon un sondage
BVA/BFM/Challenge publié avant l'émission télévisée. Les sondés estiment que
le seuil à partir duquel on est un « haut revenu » démarre à 10 000€.
Le tableau de bord Paris Match/Ifop montre que 66 % des sondés n'approuvent
pas l'action de Sarkozy. 67 % estiment qu'il est insensible aux préoccupations
des Français, 68 % qu'il ne mène pas une bonne politique sociale. 53 % qu'il ne
mène pas une politique efficace contre l'insécurité. 39 % pensent que
l'opposition ferait mieux que lui contre 60 % qui ne le pensent pas. Les faits de
l'actualité qui ont dominé chez les Français sont: la disparition de Laetitia
(81%), la contestation populaire en Egypte (77%), la révolution de jasmin en
Tunisie (69%), la hausse du chômage en janvier (47%), l'élection de M. Le Pen
1
à kla présidence du FN (33%), la préparation des élections présidentielles
(29%).
Deux sondages, deux scénarios. Selon une étude LH2 pour Nouvelobs.com,
43% des Français ne voient ni en Eva Joly ni en Nicolas Hulot le bon candidat
écologiste pour l'élection présidentielle de 2012. Aucune des deux personnalités
écologistes les plus en vue ne fait l'unanimité. Une hiérarchie claire est
néanmoins établie entre eux puisque 35% des Français préféreraient voir
Nicolas Hulot se présenter contre 16% pour Eva Joly.
Chez les sympathisants d'Europe Ecologie-Les Verts le choix semble fait
puisque la moitié d'entre eux plébiscitent le populaire présentateur (51%) contre
seulement 22% se positionnant pour Eva Joly et une même proportion se
déclarant ni pour l'un ni pour l'autre.
Un son de cloche différent se fait entendre chez les autres sympathisants des
partis de gauche puisque même si Nicolas Hulot reste devant, l'écart entre les
deux personnalités est bien plus faible : 4 points pour les sympathisants
socialistes (Eva Joly à 26% et Nicolas Hulot à 30%), 1 point seulement pour les
sympathisants de gauche hors Europe Ecologie-Les Verts (Eva Joly à 27% et
Nicolas Hulot à 28%).
74% des Français jugent aujourd'hui utile qu'un candidat écologiste soit présent
à l'élection présidentielle de 2012.
Ce besoin de voir figurer un candidat écologiste est d'abord présent chez les
Français proches de la gauche, 81 % d'entre eux estiment que cette candidature
est utile, dont 45% "tout à fait" contre seulement 62% pour les personnes se
déclarant proches de la droite. Plus d'un tiers des sympathisants de droite (36%)
ne jugent pas utile la présence d'un représentant écologiste lors de la prochaine
présidentielle, dont un quart "pas du tout" (26%). Sans surprise, la quasi-totalité
des sympathisants du rassemblement écologiste nouvellement institué en parti,
Europe Ecologie-Les Verts, estiment utiles que leurs couleurs soient portées en
2012 (97%).
Autre son de cloche du côté de l'étude Opinionway publié mercredi par
Libération. Eva Joly ferait mieux que Nicolas Hulot au premier tour, aussi bien
dans l'hypothèse d'une candidature socialiste de Martine Aubry que dans celle
de Dominique Strauss-Kahn. Dans toutes les hypothèses testées, l'eurodéputée
et ex-magistrate recueille au moins 2% d'intentions de vote de plus que
l'animateur de télévision.
En cas d'hypothèse Aubry qui rassemblerait alors 22% des voix, une
candidature écologiste portée par Eva Joly recueillerait 10% des voix, derrière
Nicolas Sarkozy (28%) et Marine Le Pen (18%), et devant François Bayrou
(8%), Jean-Luc Mélenchon (7%), Olivier Besancenot (4%), Nicolas Dupont-
2
Aignan (2%), Nathalie Arthaud (1%) et Gérard Schivardi (0%). 28% des
interrogés n'expriment pas d'intention de vote.
La lettre de l'opinion de l'Ifop (8/02/2011) revient sur le sondage publié dans La
Croix sur la mondialisation. Elle souligne la crainte d'une nouvelle crise (91%
des Français). Seuls 15% des Français estiment que l'économie de marché et le
capitalisme fonctionne plutôt bien et qu'il faut donc les conserver. 33% en
France penchent pour l'abandon de ce modèle. « Notre pays est ainsi le seul où
d'une part la majorité des électeurs socio-démocrates est pour l'abandon du
modèle libéral et d'autre part les sympathisants de droite ne sont pas
majoritairement convaincus de ce modèle. La globalisation est aussi
condamnée(37 % estiment que c'est une mauvaise chose). La sensibilité en
faveur de certaines mesures est abordée. 82% des Français sont favorables à
l'obligation des entreprises à rembourser les aides publiques en cas de
délocalisation. 9 Français sur 10 sont favorables à la taxation des produits de
pays qui ne respectent pas les conditions minimales de dignité des salariés ou
qui favorisent le dumping fiscal, social ou environnemental. 70% en France
estiment que la lutte contre les OPA d'entreprises étrangères sur des entreprises
nationales est nécessaire. Dernier commentaire de l'étude: « les Français se
posent en ce panel comme les grands fâchés avec la mondialisation... et le
capitalisme ».
Selon Ipsos, 74 % des Français veulent avoir plus de moments avec leur
famille.
Le sondage CSA sur les Français et la suppression des postes d'enseignants
montrent que 80 % y sont hostiles et pour 82 % qu'elle aura un effet négatif sur
la réussite scolaire.
Deux sondages sur la justice. Celui d'Harris/Le Parisien sur la grève dans la
magistrature montre que 60 % des sondés la soutient. Celui de CSA/LCI sur le
fonctionnement de la justice en France montre que pour 65 % des Français la
justice fonctionne mal, 51 % que les juges ne sont pas assez sévères et 63 %
sont favorables pour sanctionner les magistrats en cas d'erreur.
Rendre les sondages politiques plus transparents : les sénateurs ont
adopté
cette semaine une proposition de loi en ce sens. Il faut dire que la
législation sur les sondages politiques n’a pas changé depuis plus de 30
ans ; or, le nombre de sondages a littéralement, lui, explosé. L’actuel
Président en est d’ailleurs friand. N. Sarkozy en commande bien plus que
V. Giscard d’Estaing ou F. Mitterrand en leur temps : un hyper
consommateur que les sénateurs ont entrepris de raisonner. 3 millions
d’euros : voilà le budget sondages du Président en 2008. L’an passé, 1,5
millions a, malgré tout, encore été investi. Qu’est ce qui va changer ? Et
3
bien, pour chaque sondage publié désormais, on saura qui l’a commandé,
et qui l’a payé. Les marges d’erreurs, il y en a systématiquement, seront
dévoilées, dévoilées également les non-réponses. Quant aux chiffres
rehaussés, c’est le cas parfois, ils seront indiqués. Bref, si le texte passe,
les sondages ne se liront plus, ils se décortiqueront enfin.
__
Etudes et rapports
Publication du nouveau rapport sur "Les Tendances mondiales de l’emploi
2011". Selon ce rapport, la faible reprise de l’emploi devrait se poursuivre en
2011. Le chômage mondial atteint un niveau record pour la troisième année
d’affilée depuis le début de la crise économique. Dans cette étude, le BIT
indique que le nombre de personnes au chômage a atteint 205 millions de
personnes en 2010, un chiffre sensiblement égal à celui de 2009, soit 27,6
millions de personnes de plus qu’en 2007, juste avant que la crise économique
mondiale éclate. La faible reprise en matière d’emploi devrait se poursuivre,
notamment dans les économies développées. En 2011, le BIT prévoit un taux
mondial de chômage de 6,1 %, ce qui porte le nombre de chômeurs à 203,3
millions dans le monde. L'étude met également en évidence le fait qu'à l'échelle
mondiale quelque 1,53 milliard de travailleurs occupaient un emploi vulnérable
en 2009, ce qui correspond à un taux d'emploi vulnérable de 50,1%. L’emploi
des jeunes: une priorité mondiale. Les auteurs du rapport indiquent également
que 78 millions de jeunes étaient au chômage en 2010, un nombre bien au-
dessus du niveau d’avant la crise qui était de 73,5 millions en 2007 mais en
baisse par rapport aux 80 millions de 2009. Le taux de chômage chez les jeunes
âgés de 15 à 24 ans s’établissait à 12,6 % en 2010, soit 2,6 fois plus que le taux
de chômage des adultes. Cependant, le BIT prévient également que parmi les 56
pays pour lesquels des données sont disponibles il y a 1,7 million de moins de
jeunes sur le marché du travail qu’attendus au regard des tendances observées
avant la crise. Ces travailleurs découragés ne sont pas comptabilisés parmi les
chômeurs parce qu’ils ne sont pas activement à la recherche de travail.
Le rapport sur la compétitivité. Invité par une radio, E. Besson a estimé que « la
France a perdu de la compétitivité, comparée à d’autres pays dont l’Allemagne
depuis l’année 2000. Donc nous sommes bien obligés de nous demander
comment nous pouvons faire. Et sur le plan industriel, ça veut dire beaucoup de
choses : choisir de bons créneaux, les bonnes innovations, les bons secteurs ;
par exemple, investir sur de futurs véhicules électriques. Ça peut être aussi dire
comment nous allons travailler mieux, grandes entreprises et PME-PMI - on ne
4
le fait pas assez en France. Et puis ça peut être le coût du travail, et la
caractéristique du coût du travail en France, c’est qu’il a proportionnellement
plus augmenté que par rapport à l’Allemagne qui est notre principal partenaire,
principal concurrent et notre principal importateur-exportateur. Donc nous
sommes obligés de nous étalonner par rapport à l’Allemagne. »
Pour baisser le coût du travail en France, il avance plusieurs pistes. « D’abord,
vous pouvez essayer de maîtriser les dépenses sociales par exemple, puisque
vous voyez que c’est sur la protection sociale, les charges sociales, que nous
sommes plus élevés, plus lourdement chargés, entre guillemets, que ne l’est
l’Allemagne, pas tant sur les salaires, les salaires c’est à peu près pareil. La
couverture sociale coûte plus cher en France, et surtout la tendance va à la
dégradation de notre compétitivité, ça s’est accru ces dernières années, d’où le
débat « faut-il prélever moins sur les salaires et plus par l’impôt ? » qui est un
débat... » Il a ajouté « Maintenant, si vous me demandez à titre strictement
personnel, puisque j’avais fait en 2007 un rapport sur cette question, moi je suis
plutôt favorable au basculement d’une partie des cotisations sociales patronales
sur une forme d’impôt et pourquoi pas une forme de TVA progressive.
Le Centre d'analyse stratégique a publié le Tableau de bord de l'emploi
public. Situation de la France et comparaisons internationales.
“Le niveau
d’emploi dans les administrations [en France] apparaît dans une moyenne
haute”, “assez proche des niveaux du Royaume uni et du Canada, et
sensiblement en de-ça de ceux d’Europe du Nord”, comme le résume le
directeur général du CAS, Vincent Chriqui.
la synthèse
ou
le document
complet
. Note de synthèse 214 –
Tendance de l’emploi public : où en est-on ?
(février 2011)
La Fondation Europe et société a publié les actes du colloque organisé en mai
2010 intitulé : Dialogue social et restructurations en Europe face à la crise-
conséquences et résultats. Elle remarque que « malgré la tentation des
organisations nationales de refuser de céder une partie de leur souveraineté, les
acteurs parviennent souvent à construire un compromis qui sauvegarde
l'essentiel. Mais il faut reconnaître que la manière dont chaque pays vit les
conséquences de la crise ne facilite pas toujours le développement d'un
comportement plus européen ».
La 20e édition du « Rapport sur le développement humain » publié par le
PNUD vient de paraître. Le rapport met toujours en doute « l'idée selon laquelle
la croissance des revenus... serait suffisante pour améliorer la santé ou
l'éducation dans les pays à l'indice de développement humain faible ou moyen »
Mais il poursuit « Les marchés.. n'amènent pas nécessairement des progrès dans
5
les autres dimensions du développement humain » La récente crise est « un
rappel brutal des risques de libéralisation débridée ».
L'institut de l'entreprise a publié une note (01/2011) sur « Les entreprises face
aux fonds souverains ». Elle affirme que « L'arrivée de capitaux de fonds
souverains dans l'économie française... doit être considérée de façon
globalement positive... L'enjeu pour les économies est donc moins de se
protéger contre l'afflux d'investissements de fonds souverains que de se
prémunir contre le risque d'un relatif désintérêt de ces fonds.. »
Le Medef publie son document « Cartes sur table 2011 » En 42 pages, le Medef
balaye les défis et les soucis de l'économie française. Intitulé « Pour une
compétitivité équitable », il propose de privatiser le secteur non-marchand
considéré comme pesant et d'une fiscalité trop lourde. A lire Laurence Parisot
dans
l'Usine
nouvelle
http://rpresse.pcf.fr/?
id_collection=2820&mode=liste&id_document=136400
Verbatim du 4e séminaire "Politiques des sciences" (13 janvier 2011) -
« Politiques européennes et gestion managériale dans l’université et la
recherche » La quatrième séance du séminaire Politiques des sciences 2010-
2011
peut
être
écoutée
en
version
audio
ici
ou
ici
.
http://www.sauvonsluniversite.com/
Benoït Hamon, Henri Emmanuelli, Liëm Hoang Ngoc et Marie-Noëlle
Lienemann invitent à signer une pétition contre le pacte de compétitivité initié
par A. Merkel et N. Sarkozy.
Le Forum social mondial de Dakar a été un succès. Cette fois, parmi les
altermondialistes, il y a un courant qui pense qu'il faut accéder au pouvoir pour
mettre en place une alternative. La contribution de Jean-Marie Harribey éclaire
les
enjeux
de
ce
débat.
http://attac2.attac.org/fr/groups/wiki/jean-marie-
harribey-pour-sortir-de-la-folle-epoque-il-faut-reconstruire-une-strat
%C3%A9gie
M. Aubry a déclaré à cette occasion « Si altermondialisme signifie qu'on veut
un autre monde, oui je suis altermondialiste »
Calendrier
- Les Rendez-vous du Centre d’analyse stratégique (02/03/2011) débat autour
du livre de Jean Bauberot et Micheline Milot, Laïcités sans frontières. Mercredi
2 mars 2011 de 18h à 19h30 Centre d’analyse stratégique 18 rue de Martignac -
Paris 7e. Partout dans le monde, la sécularisation s’accélère, alors même que les
identités religieuses s’affirment avec vitalité et, parfois, radicalité. Ce livre
éclaire cette supposée contradiction en regard des attentes individuelles et
6
sociales qui naissent du pluralisme actuel. Il montre les différents processus de
« laïcisation » à l’œuvre, avec la démocratie et les droits de l’homme,
l’individualisme... En même temps que cette « laïcisation », d’autres États
s’efforcent d’entretenir de bonnes relations avec certaines religions, en leur
accordant des avantages matériels et parfois des droits nouveaux. Cet ouvrage
de référence offre une compréhension sociologique de ces mutations religieuses
et laïques en cours dans nombre de sociétés, traversées par des défis similaires,
mais apportant des réponses souvent contrastées.
- Le 4e forum Education-Entreprise se déroulera le 16 mars 2011 au MEDEF.
Présentation de l'enquête « 2011, la jeunesse du monde », menée dans 25 pays,
auprès de jeunes de 16 à 29 ans. Panorama des systèmes éducatifs des pays de
l'OCDE.
- Du vendredi 18 au 27 février : Semaine anticoloniale, parce qu'il y a
occultation de la mémoire, de l’histoire de la colonisation française, cette page
sombre de l’histoire nationale. Et parce que dans la France d’aujourd’hui, les
discriminations touchent particulièrement les descendants des colonisés,
notamment en ce qui concerne le logement, le travail et l’éducation. Cette
“Semaine anti-coloniale”, est organisée au niveau local, régional, national et
international. Elle réunit chaque année tous les militants associatifs, syndicaux,
politiques, français et immigrés, voulant rendre visible la mémoire et l’actualité
de l’anti-colonialisme sous toutes ses formes.
Contre la guerre, le racisme, la xénophobie d'Etat une manifestation aura lieu à
Paris le samedi 26 février 2011 Place de la République à 15 h et pour sortir du
colonialisme !
L'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS)
organise le 5 mars en collaboration avec la Fondation Robert Schuman
les troisièmes entretiens d'Europe d'Enghien sur le thème "L'Union
européenne face aux crises : quelles réponses ?". Le président de la
Fondation Jean-Dominique Giuliani présentera "L'État de l'Union 2011.
Rapport Schuman sur l'Europe" publié aux éditions Lignes de Repères (à
paraître début mars). Thierry Chopin, directeur des études de la
Fondation, animera la table ronde sur "L'Europe face à la crise : quelles
solutions ?".
__
Partis
7
FN
. Les affiches, le slogan, tout est prêt pour une campagne ultra-
personnalisée. Le visage souriant de M. Le Pen s’étale sous ces quelques mots :
"Contre le système UMPS la vague bleu marine". La patronne du Front national
veut faire de ces cantonales une répétition générale en vue de la présidentielle.
M. Le Pen :
Nous sommes ici réunis pour lancer la première des campagnes
qui doit amener notre mouvement à l’exercice des responsabilités. Cette longue
marche vers le pouvoir exige courage, détermination et une abnégation sans
faille à démontrer notre capacité à assumer l’alternative crédible à un système
à bout de souffle, rejeté par les Français.
M. Le Pen veut dépasser les 12%, le
score du FN aux cantonales de 2004 : un objectif prudent au vu des bons
sondages qui s’accumulent depuis son arrivée à la tête du Parti. Et pour mener
campagne, une idée fixe : ne laisser aucun espace à N. Sarkozy sur
l’immigration et la sécurité. La patronne du FN promet d’en révéler les vrais
chiffres le 1er mars prochain. Immigration, sécurité : deux thèmes forts du
Front national qui mobilisent un électorat jusque-là peu concerné par les
élections cantonales.
NPA
. Selon Raoul Marc Jennar, « le NPA, c'est fini. Il ne reste sous cette
étiquette que la vieille LCR lénino-trotskiste avec son arrogance, son
sectarisme, son dogmatisme. Triste échec d'une belle espérance ! Mais aussi
terrible irresponsabilité de militants qui prétendent se préoccuper par priorité
des plus faibles, des victimes de l'exploitation capitaliste. Avec une morgue qui
est un aveu, ils ont fait, lors de ce congrès-enterrement, la démonstration de leur
mépris pour celles et ceux qui souffrent et qui n'en peuvent plus d'attendre des
changements qui ne viennent pas. Quant à nous, les déçus et les trompés de
cette pénible expérience, ce qui nous importe, c'est l'absolue nécessité et
l'urgence d'une vraie alternative... Nous sommes parfaitement conscients que le
PS a renoncé au socialisme démocratique de Jaurès. C'est précisément parce
que rien de tout cela ne nous a échappé que nous considérons comme prioritaire
le rassemblement de toutes les forces à la gauche de la social-démocratie. En
France comme en Europe. Un embryon de ce rassemblement existe : le Front de
Gauche.
Myriam Martin, requise pour représenter la direction du NPA à la conférence de
presse finale du premier congrès, a d’emblée évoqué un congrès « compliqué et
difficile », soulignant le caractère « très polyphonique » de son organisation. La
direction du NPA n’est pas parvenue à dégager une orientation commune.
Même
l’idée
d’un
« appel »
a
minima
pour
une
« candidature
de
rassemblement
anticapitaliste »
à la présidentielle, voulue par Olivier
Besancenot, n’a pas abouti. Une partie des délégués ne souhaitaient pas que le
NPA s’engage dans une préparation de la présidentielle, tandis que d’autres
voyaient dans cette proposition un leurre préparant la candidature du facteur de
Neuilly en 2012. Le NPA n’est pas parvenu non plus à trancher le débat qui
8
l’agite depuis la candidature d’une jeune femme voilée aux régionales. Après
bien des discussions animées, la question a finalement été renvoyée à une
prochaine conférence nationale. Seul un texte intitulé « nos réponses à la crise »
et une motion de
« solidarité avec les peuples tunisien et égyptien »
ont obtenu
un vote très majoritaire. Cela ne permet pas de sauver l’image d’un congrès
désastreux où aucun bilan véritable n’a été tiré des deux premières années
d’existence du NPA. Deux années marquées par une importante hémorragie
militante : de l’aveu de ses dirigeants le NPA revendique 6.000 adhérents, dont
au mieux 5.000 à jours de cotisations (contre 9.000 à 10.000 cartes
revendiquées en février-mars 2009).
UMP
. Un rapport UMP dit non au « tout sécuritaire » et oui à la prévention.
Dans ce rapport le député Jacques-Alain Benisti propose de créer une nouvelle
catégorie pénale spécifique pour les jeunes majeurs. Il s'oppose à l'abaissement
de la majorité pénale. Le rapport propose de développer des mesures
alternatives aux peines d'emprisonnement. Il préconise la création d'un véritable
« code de l'enfant ».
A lire
: Penser à gauche. Figures de la pensée critique (Collectif, avec la Revue
internationale des livres et des idées) Après l’extraordinaire mouvement
d’insubordination généralisée des « années 1968 », la gauche a été littéralement
défaite par la contrerévolution néolibérale et les réactions conservatrices qui se
sont déployées à l’échelle du monde. Avec la crise financière permanente qui
s’impose et s’étend, avec l’épuisement des ressources naturelles et les
dérèglements climatiques induits par la logique folle du capitalisme, mais aussi
avec la reprise des luttes et des contestations, la donne a aujourd’hui changé.
Une constellation d’activistes, d’analystes, de chercheurs et de théoriciens,
s’essaye aujourd’hui à réarmer la critique de gauche. Nous n’avons pas affaire
ici à une perspective unitaire : tensions, contradictions et polémiques sont au
rendez-vous, et elles ne sont pas près de cesser. Penser à gauche, à travers les
contributions de nombre de ces penseurs ou la lecture attentive de leurs
ouvrages, voudrait offrir à ses lecteurs une sorte d’instantané au moins partiel
de cette constellation, permettant de les saisir dans leur diversité et leurs
contradictions. Composé de comptes-rendus et d'entretiens inédits ou issus de
La Revue internationale des livres et des idées
Avec les contributions de : Christian Laval, Giorgio Agamben, Michael Hardt,
Frédéric Neyrat, Jan-Frederik Abbeloos, Giuseppe Cocco, Frédéric Neyrat,
Charlotte Nordmann, Michael Löwy, Fabrice Flipo, Stéphane Lavignotte,
Anselm Jappe, Thomas Coutrot, Delphine Moreau, Antonio Negri, Michael
Hardt, Thierry Labica, Razmig Keucheyan, Chantal Mouffe, Marc Saint-Upéry,
Nancy Fraser, Étienne Balibar, Peter Hallward, Slavoj
Ž
i
ž
ek, Daniel Bensaïd,
Yves Citton, Isabelle Stengers, Isabelle Garo, François Cusset, Partha Chaterjee,
9
Marie Cuillerai, Lila Abu-Lughod, Nacira Guénif-Souilamas, Maxime Cervulle,
Stuart Hall, Maxime Cervulle, Jérôme Vidal, Alberto Toscano, Luc Boltanski,
Maurizio Lazzarato, Jérôme Vidal, Jacques Rancière.
Vincent Peillon:
" Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn sont sur la même
ligne "
Le Monde 13/02/2011
http://rpresse.pcf.fr/?
id_collection=2823&sommaire=oui&id_document=136617
Mediapart publie un article qui annonce la parution d'un livre d'André Yché
« Logement, habitat & cohésion sociale. Au-delà de la crise, quelle société
voulons-nous pour demain » Ed. Mollat. L'intérêt de cet ouvrage vient de
l'auteur qui est président de la Société nationale immobilière, filiale de la Caisse
des
dépôts
et
consignations .
http://rpresse.pcf.fr/?
id_collection=2819&mode=liste&id_document=136726
__
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.