Les Français et le jardin, une passion florissante - JARDINAGE

De
Publié par

Les Français et le jardin, une passion florissante - JARDINAGE

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 120
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
05/01/2010 10:42
Les Français et le jardin, une passion florissante - JARDINAGE
Page 1 of 3
http://www.lesechos.fr/info/metiers/4864126-les-francais-et-le-jardin-une-passion-florissante.htm
Rechercher
Recherche avancée
Sur tout le site
Lesechos.fr et les archives
Bourse
Place de cotation
Société ou code
Bilans
Entreprise ou n° RCS (GRATUIT)
S'identifier
S'abonner
Personnaliser
Mardi 5 janvier 2010
Météo
Découvrez
Bourse
Finances perso
Les Echos PME
Actualité
Idées & Débats
Management
Régions
Culture
Luxe
Outils
Services
Accueil |
Marketing - Publicité
| Décryptage | Juridique | Sciences | Innovation | Croissance verte
Les Stratégies
Marketing - Publicité
Mise à jour 02 h 21
[ 15/05/09 ]
C'est un véritable plébiscite : 89 % des Français se disent adeptes du jardinage, nous apprend un récent
sondage Unep-Ipsos. Cet engouement tient-il au fait que plus des trois quarts de nos compatriotes vivent
en ville ? A une envie de vert comme contrepoint de l'urbanisation croissante des campagnes ? Michel
Conte, président du directoire de Jardiland, y voit un
« mouvement de fond »
, allant bien au-delà du
simple phénomène de mode, qui s'exprime depuis une génération et vaut aux jardineries d'enregistrer
année après année des taux de croissance à deux chiffres. Comme souvent en matière de marketing et
de commerce moderne, les modèles sont venus d'outre-Atlantique. Ainsi, les jardineries désormais
proposent à leurs clients de véritables parcours thématiques sur le voyage, le design ou l'art
contemporain. Le jardin se soumet, lui aussi, au rituel de la mode : l'Office hollandais des fleurs publie
chaque mois un carnet de tendances signé Lisa White, dispensant idées et conseils de présentation de
fleurs et feuillages. Ont actuellement la cote : les graminées à semer de façon aléatoire et les fleurs des
champs, coquelicots, bleuets et boutons d'or. Ce goût pour le naturel se conjugue aux envies de couleurs
inhabituelles comme les jaunes et oranges pour les jacinthes.
On dépense beaucoup pour entretenir et embellir son jardin puisque, selon Jardiland, le panier moyen
s'élève à 45 euros, sachant que les adeptes se rendent 8 fois par an dans leur jardinerie préférée, les
acharnés allant jusqu'à 27 ! Résultant de la fusion de ses deux principaux franchisés, l'enseigne (et sa
petite soeur, Vive le jardin) est devenue numéro un en France avec 20 % du marché et quelque 220
magasins. Un poste d'observation idéal pour mesurer ce goût de la verdure, que la crise pourrait
encourager avec le retour en grâce du potager.
Herbes aromatiques, tomates et autres fraises pour terrasses et balcons séduisent de plus en plus. Souci
de s'approvisionner à moindre coût, intérêt pour le développement durable mais aussi qualité gustative
retrouvée, sans oublier le côté ludique de la chose, poussent à cultiver fruits et légumes. Les Français
sont 30 % à entretenir déjà un potager, mais 51 % disent vouloir le faire dans l'année qui vient, selon une
étude que vient de publier Lightspeed Research. Vilmorin surfe sur cette vague avec des spots radio sur
les semences potagères mettant la botte de carotte ou la laitue à un prix très compétitif. La marque
propose aux novices un « coaching végétal » sur le Web. Car, si l'appétit pour les plantes grandit, la
connaissance de leur culture se perd. Prises par les enfants et leur carrière, les jeunes générations ont
peu de temps pour s'adonner au jardinage. D'où la floraison de propositions prêtes à l'emploi. Mac Flower,
des canettes contenant graines et substrat, vient ainsi de sortir une collection cuisine pour faire pousser
tomates cerises et poivrons rouges. Et Monoprix propose toute une palette de fraisiers et autres
groseilliers.
Le paysagiste Pierre-Alexandre Risser,constate, lui, que si
« les gens aiment le jardin, ils n'ont pas
forcément envie de se plier à ses corvées »
. Installé à Saint-Prix, en lisière du bois de Montmorency, il
conçoit et aménage des jardins de ville, balcons et terrasses. Pour ceux qui ont la chance d'en avoir, c'est
devenu une pièce à part entière requérant autant d'attention et de soin que le salon ou la cuisine.
« Nous
assistons à une perméabilité entre le dedans et le dehors »
, observe-t-il.
Paradoxalement, le jardin, vu comme remède antistress où l'on retrouverait le rythme des saisons et le
cycle de vie des plantes, se doit lui aussi de céder à l'envie de résultat immédiat.
« Une envie plus facile à
satisfaire sur un balcon. Le résultat escompté dépend du budget que l'on est prêt à mettre dans des
plantes déjà arrivées à maturité »,
souligne Pierre-Alexandre Risser.
« Vite ? »
, s'interroge ainsi le dernier « Carnet » publié par l'Observatoire des tendances du jardin (OTJ),
qui rappelle qu'
« il n'y a aucune raison écologique qui interdise de planter des sujets adultes ».
Le truc
Partager :
Les Français et le jardin, une passion florissante
Les Français ont de plus en plus la main verte. Jardins, balcons et terrasses ont acquis le statut de
pièce à vivre digne de toutes nos attentions. Une aubaine pour les jardineries et les créateurs de
mobilier d'extérieur.
Tendance potagère
Beau tout de suite
Et aussi dans l'actualité Communication
[ 05/01/2010 - 11H10 - Reuters ]
Publicis et WPP valeurs préférées de
RBS dans les médias
PARIS, 5 janvier (Reuters) - Royal Bank of Scotland
préfère en 2010 Publicis dans le secteur des médias
européens plutôt que Vivendi , Lagardère
.L'intermédiaire passe de conserver à achat sur ...
[ 05/01/2010 - 09H39 - Reuters ]
News Corp cède le site internet Rotten
Tomatoes à Flixster
[ 05/01/2010 - 07H31 - Reuters ]
Apple serait sur le point d'acheter
Quattro Wireless
[ 05/01/2010 - 07H28 - Reuters ]
Le groupe Dow Jones restructure sa
direction
[ 05/01/2010 - 03H31 - Reuters ]
Cinéma : en 2009, le box-office américain
a supplanté les ventes de DVD
Tous les articles
A ne pas manquer
L'ENTRETIEN DU LUNDI. Michel Cicurel
"De nouvelles bulles se préparent" : le président du
directoire de la Compagnie Financière Edmond de
Rothschild estime que les principaux facteurs
déclencheurs de la crise se sont aggravés depuis.
1
2
3
4
5
6
7
8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.