Les nouvelles aventures voltairiennes Editions « Histoires sans ...

De
Publié par

Les nouvelles aventures voltairiennes Editions « Histoires sans ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 73
Nombre de pages : 248
Voir plus Voir moins
Les nou velles a ventures vo ltairiennes Edi tions « H istoires sans fa ute » 1 Note à nos l ecteurs Avec la fin de l'a nnée scolaire ar rive la nouvelle éd ition des av entures voltai riennes. Une nouvea uté ce tte an née : le rec ueil est écologique et virtuel ! Le col lège utilise en effet depuis cet te an née du papi er rec yclé et le rec ueil est « en l igne » sur le si te du co llège (htt p://www2c.ac-lille.fr/ wa ttignies/)... C'est avec fierté que les élèves vous présentent les textes qu'ils ont écrit s, corr igés, amél iorés, dessinés même... Les textes lus et étudiés en class e ont inspiré ces écrit s va riés qui témoignent des ap prentissag es réa lisés, de la volonté d'êt re pu bliés et de l'ima gination créa trice de leurs auteurs. Comme cha que année, nous comptons sur votre indulgen ce : dans l'urgence de la publication, des fautes ou des coquilles ont sans doute échappé à notre vigila nce... Bon ne l ectu re à tous M erci aux élèves et à leurs professeurs : V. Krzyzanowski (6 1), C. Torc k (6 2), D. B elkateb (6 3), J.L. Faroux (5 1 – 5 3 – 3 4 – 3 5), C. So chet (5 3 – 5 4 – 3 2 – 3 6), E. Cobac (4 3). Merci à A. Caud relier, s ec réta ire. M erci à tous ce ux qui ont pris la plume, cliqué la souris, pris leur courag e à deux mains, mis la ma in à la pâte, cou ché leurs mots sur le papi er, au bas mot, merci à tous ! 2 Ils ont é crit Ils sont r avis Et nous a ussi Claude De ngreville Princi pal du Collège Voltaire 3 Sommaire Page s Je dormis – longtemps – deux ou trois heures – puis un rêve – non un cauchem ar m’ét reignit… - 6 1 6 Calligr am mes « Po ur faire le p ortra it d’un oiseau » de Jacque s Pr évert – 6 2 8 Variat ions autour d’un conte : Le prince Hâa kon, le troll qui condui sait les dr agon s et les trois grains d’or. – 6 2 19 Mon ani mal préféré - 6 2 22 « Et la végétat ion fut » - 6 2 25 La surprise d’Eu rysthée : Le treizième trav ail d’H ercule. – 6 2 28 Jouons av ec les mots de la fable ! - 6 2 33 Dieu adressa son déc alogue aux hommes, il en fit de même pour chacune des espèc es ani males . Q u’a bien pu leur co mmande r Dieu ? - 6 2 43 Calligr am mes Céléb rons l’ar rivée du printemps… - 6 3 53 Sens propre / Sen s figuré : Et si on jouait sur les mots, à la manière de Prévert ? – 6 3 61 Q uan d la N uit étoilée , de Van Gogh se met à résonner dans un sonnet - 6 3 64 « Ren contre avec ce poème qu i a su me c harmer… » - 6 3 66 Se figurer la poésie : deux poèmes collectif s… - 6 3 70 Fabliaux… - 5 1/5 2 73 A la décou verte d' un improb able château … - 5 1/5 2 89 Poèmes en noir et blanc – 5 1/5 2 99 Haïkus … - 5 1/ 5 2 105 Un co mbat de Gar gantua – 5 1/5 2 108 Et pour finir… - 5 1/5 2 116 Shéhé raza de raconte … De nouveaux contes des mille et une nuits – 5 3/5 4 121 Himalaya , l’enfa nce d’u n chef Opératio n « Collège au Cinéma » - 5 3/5 4 137 De nouvelles aventur es de Renart le goupil… - 5 3/5 4 150 So rtir du puits… C’est ce que veut Iseng rin qui cherche à co nvainc re Renart de l’ai der … - 5 3/5 4 162 La Farce du Cuvie r – 5 3/5 4 175 La pub licité est mensongère… - 4 3 183 Mélancolie automnale … - 3 4/3 5 193 « Le journal d’un monstre » de Richa rd Matheson – 3 2 205 Au tour de Frankenste in ou le Prom éthée moder ne de M ary Shelley – 3 2 208 Les Carnets de Doua i, Rim baud – 3 2/3 6 214 Paroles de Poi lus – 3 2 231 5 Je d ormis – lo ngtemps – d eux o u tro is h eures – p uis u n rêve – non u n ca uchemar m ’étreignit… 6 1 Je dormis longtemps, deux ou trois heures, puis, un rêve, non un cauchemar m'étreignit ; c'était un loup très grand av ec de longues pattes fines et des griffes coupantes comme des lames de raso ir. Il avait des crocs tranchant s co mme des sabres et une très longue langue. Il ava it un pelag e noir, une queue touffue et de gran des oreilles dre ssées. Ses yeux avaient la couleu r jaune . Je rêvais qu’ il frappai t à la porte, entrait sa ns problème dans ma chambre et qu’ il s’avança it vers moi. Je sentis mon sang se glace r lentement et je ne pus bientôt plus bou ger. A voir ça le loup prit un malin plais ir et sa uta sur moi la gueule grande ouverte mais je pris mon cour ag e à deux mains et je lui claqua i la porte au musea u. Je me réveilla i en sueur mais fier d'a voir vaincu ma peur. Alexis M iszkowicz – 6 1 Je dorm is longtemps - deux ou trois heures - puis un rêve - non un cauchema r m'étreignit, il était effra ya nt. Je vis ma porte, son verrou était fermé puis, co mme par magie, il s'ouvrit et la porte aus si. La porte s'ouvrit tout doucem ent mais je ne pouva is pa s voir ce qui se cachait derrière, j'av ais de plus en plus peur. Je commençais à paniq uer lorsque je découv ris une patte , une oreille pointue et enfin un loup, grand et effray ant. To ut était brouillé autou r de moi, je ne voyai s plus que le loup ; il se tenait debout sur ses pattes ar rières et avait un poil noir et luisant ainsi qu'un long musea u poilu. Il s'appr ocha it de moi de son pas lent et léger. Arrivé au bo rd de mon lit, il avait tendu son cou vers moi en souriant puis il ouvrait la gueule laissant appara ître d'éno rmes cro cs bien acérés et il sauta it sur moi. Au ssitôt, je me réveilla i en sursaut ; la porte était fermée et le loup ava it di sparu. Flo rent Lepilliet – 6 1 Je dorm is - longtemps - deux ou trois heures - puis un rêve - non un cauchemar m'étreignit. Dans mon cauchem ar j'étais dans un endro it somb re et angois sant. Il y avait six portes, trois en haut, trois en bas. L'endroit était d' une couleu r vert foncé. J'ava is l'impression d'être dans une boî te. Il y avait auss i un br uit lointain, je croy ais que c'était quelque ch ose qui frotta it le sol. Pu is la porte s'entrouvrit - elle s'ouvrit lentement - la troisième porte du haut était gran de ouverte. Il y eut un gran d monstre qui ressemblai t à un renar d avec des puces qui sautaien t sur sa fourrure. A la quat rième porte, il ouvrit légèrement son musea u puis, à la cinquième porte, je vis l'apocalyp se : il voulut me dévorer mais pa r bonheur je refermais la porte. Pu is je me réveilla i en sursaut trempé de sueur. Kamil Ben Mi moun – 6 1 7 « Pour fa ire l e portrait d’un oiseau » de Jacques Pré vert 6 2 8 Vi ctor Cha rlet – 6 2 Emi lie Bruguet – 6 2 9 Quent in Du mser – 6 2 Jea n- Phi lippe Legrand – 6 2 10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.