Lire l'article - Avec rOCH, l'Arche, À Bras ouverts, Foi et Lumière

De
Publié par

Lire l'article - Avec rOCH, l'Arche, À Bras ouverts, Foi et Lumière

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 117
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
15/27 RUE MOUSSORGSKI
75895 PARIS CEDEX 18 - 01 53 26 35 00
24/30 JUIL 10
Hebdomadaire Paris
OJD : 56136
Surface approx. (cm²) : 1396
Page 1/4
ARCHE2
3804384200509/GCD/AHV/2
Eléments de recherche : L'ARCHE ou L'ARCHE EN FRANCE ou COMMUNAUTÉ DE L'ARCHE ou FÉDÉRATION DE L'ARCHE EN FRANCE :
structure d'accueil pour personnes handicapées mentales, toutes citations
Avec rOCH, l'Arche, À Bras ouverts, Foi et Lumière
Les handicapés
P
a
r
t
a
g
er
q
u
a
t
re
j
o
u
rs
de
f
ê
te
a
v
ec
d
es
p
e
r
s
o
n
n
es
h
a
n
d
i
c
a
p
é
e
s,
c
'
é
t
a
it le
p
a
ri du
p
r
e
m
i
er Festival
J
e
u
n
es
«Let
s
be différent»,
qui a rassemblé
s
ix
c
e
n
ts
j
e
u
n
es
à Jambville, du 11 au U juillet.
S
o
us
d
es allures de
k
e
r
m
e
s
se
b
on
e
n
f
a
n
t, une
a
u
d
a
ce
p
r
o
p
h
é
t
i
q
u
e,
d
a
ns une
é
p
o
q
ue
où l'on
i
d
o
l
â
t
re la
n
o
r
m
a
l
i
t
é.
Par Sophie le Pivato»
Photos. Corinne Simon / CIRIC
C
e dimanche matin, la chaleur monte
sous le grand chapiteau, où l'on scande
à grands
b
a
t
t
e
m
e
n
ts de mains des
chants de l'Emmanuel menés par l'or-
chestre. Un rassemblement à l'orga-
nisation impeccable, sur des hectares de pelouse
j
o
n
c
h
és de chapiteaux blancs, en plein mois de
juillet: on pourrait se croire à l'une des fameuses
sessions d'été organisées par la Communauté de
l'Emmanuel, à Paray-le-Monial.
Mais les participants sont un peu moins nom-
breux, et la
j
o
y
e
u
se assemblée compte des sil-
houettes cabossées, des visages facétieux de jeunes
gens trisomiques, des
f
a
u
t
e
u
i
ls
r
o
u
l
a
n
t
s,
d
o
nt
s'échappe parfois un râle incontrôlé. Nous sommes
à lamballe, dans les Yvelines, pour la première édi-
tion du Festival Jeunes
«Let's be différent»,
ouvert
aux personnes touchées par le handicap, et à tous
les
j
e
u
n
es disposés à mieux les connaître, à l'invi-
tation de quatre mouvements chrétiens d'accueil
des personnes handicapées : l'Arche, Foi et Lumière,
l
'
O
f
f
i
ce chrétien des personnes handicapées, et
À bras ouverts. Ils sont six cents à avoir répondu à
l'appel, préférant ces quatre jours dans la «
d
i
f
f
é-
rence » à des vacances à la plage. Beaucoup sont
des habitués de
l
'
u
ne ou l'autre des associations,
accueillis ou accueillants, mais deux cents d'entre
eux sont venus les découvrir.
« C'était un défi de les faire venir ici»,
explique
B
e
r
t
r
a
nd Figarol, l'organisateur du festival, qui
compte déjà à son actif plusieurs rassemblements
d'envergure, dont la participation des quatre mou-
vements aux Journées mondiales de la jeunesse,
depuis les JMJ de 1997 à Paris.
«D'une part, un tel
rassemblement est assez inédit. Et puis, notre mes-
sage est difficile à f aire passer, parce qu'il ne s'agit
pas d'un exploit humanitaire. Les jeunes sont prêts
15/27 RUE MOUSSORGSKI
75895 PARIS CEDEX 18 - 01 53 26 35 00
24/30 JUIL 10
Hebdomadaire Paris
OJD : 56136
Surface approx. (cm²) : 1396
Page 2/4
ARCHE2
3804384200509/GCD/AHV/2
Eléments de recherche : L'ARCHE ou L'ARCHE EN FRANCE ou COMMUNAUTÉ DE L'ARCHE ou FÉDÉRATION DE L'ARCHE EN FRANCE :
structure d'accueil pour personnes handicapées mentales, toutes citations
ont leur festival
« Proposer aux jeunes
non
pas un
exploit
humanitaire, maîs
la joie de la rencontre ••
(
B
e
r
t
r
a
nd Figarol,
organisateur.)
à
ètre brancardiers à Lourdes, etc'esttrès bien, mais
nous leur proposions autre chose: la joie de la ren-
contre. Une joie différente, que seule l'expérience
peut expliquer... »
« Les personnes handicapées m'ont
appris la simplicité de l'Evangile »
L'expérience d'une relation « transformante », par
la spontanéité et la simplicité que communiquent
les personnes handicapées, c'est le credo des asso-
ciations organisatrices. Et de Mgr Gérard Daucourt,
évêque de Nanterre, présent au premier jour du
festival :
« Ce qui me touche ici, c'est de voir que
l'on donne la possibilité aux jeunes qui n'ont pas de
handicap visible - parce que nous avons tous des
handicaps - de découvrir la richesse de la relation
avec ceux qui en ont un,
déclare celui qui était
aumônier de l'Arche avant de devenir évêque :
Les
personnes handicapées m'ont appris la simplicité
de l'Évangile».
À en
j
u
g
er par les sourires des festivaliers, l'ob-
jectif est atteint. Souvent par binômes, ils se i
15/27 RUE MOUSSORGSKI
75895 PARIS CEDEX 18 - 01 53 26 35 00
24/30 JUIL 10
Hebdomadaire Paris
OJD : 56136
Surface approx. (cm²) : 1396
Page 3/4
ARCHE2
3804384200509/GCD/AHV/2
Eléments de recherche : L'ARCHE ou L'ARCHE EN FRANCE ou COMMUNAUTÉ DE L'ARCHE ou FÉDÉRATION DE L'ARCHE EN FRANCE :
structure d'accueil pour personnes handicapées mentales, toutes citations
À gauche:
D
j
e
m
ou clairon
Le
f
e
s
t
i
v
al est une
bonne occasion
de montrer ses talents.
Adroite:
Souvent
par
b
i
n
ô
m
e
s,
les
f
e
s
t
i
v
a
l
i
e
rs
o
nt
découvert la
j
o
ie
de
d
é
p
a
s
s
er
leurs
d
i
f
f
é
r
e
n
c
es
••• tiennent par la main, s'amusent et bavardent
ensemble :
«Je suis heu-reux!,
lance Medhi, un jeune
homme de 33 ans, accueilli à l'Arche, à Lyon.
Je suis
content de rencontrer les autres jeunes, l'ambiance
est très bonne».
D'ateliers de toutes sortes en rassemblements
sous la
t
e
n
t
e, ils
p
e
i
g
n
e
n
t,
d
a
n
s
e
n
t,
é
c
o
u
t
e
nt
ensemble les grands témoins, dont Jean Vanier, qui
les a tous longuement appelés, avec toute la force
de conviction de sa voix profonde, à se défaire de
leurs peurs, et de la
« tyrannie de la normalité».
« Si l'on reconnaissait les ressources
que possèdent ces personnes... »
Pendant le témoignage, Soizic, 30 ans, arpente
tranquillement les allées, avec Marie-Philippine
accrochée à son bras, une
j
e
u
ne fille au visage ren-
frogné et au pas désordonné. De temps en temps,
celle-ci s'allonge, laissant Soizic lui pulvériser de
l'eau sur le visage, puis l'essuyer doucement avec
une serviette éponge.
Institutrice dans un IME (Institut rnédico-édu-
catif ) à Rouen, Soizic travaille déjà pendant l'an-
née avec des enfants fragilisés, et part parfois le
week-end avec des personnes handicapées, dans
le cadre de l'association À bras ouverts. Mais elle
n'a pas hésité à venir, toute seule, à Jambville :
«Je
suis contente d'avoir pu faire la connaissance de
Marie-Philippine. Elle ne parle pas, mais rigole de
temps en temps, sourit quand elle est contente.
Quand elle est en colère, elle se mord,
confie-t-elle,
sans perdre du regard sa protégée qui se hasarde
toute seule.
Les personnes handicapées nous per-
mettent de voir le mystère de la personne. On n'est
plus dans l'habitude, elles se dévoilent plus, quand
nous, au contraire, nous avons tendance à cacher
notre différence».
Mais il y a aussi une autre raison à la venue de
Soizic :
«Je ne suis pas spécialement croyante, et je
voulais voir si je pourrais être touchée par la dimen-
sion spirituelle. Peut-être que ce festival pourra m'ai-
der à avancer dans ce cheminement».
Louis-Philippe, lui, est venu avec son cousin tri-
somique qui ne
p
e
rd pas une occasion d'épater
l'assemblée avec son clairon et son djembé.
Une grande affection lie les deux cousins, et le
festival était pour Louis-Philippe une bonne occa-
sion de passer plus de temps avec d'autres per-
sonnes handicapées
:
«
Cetévénementestsymbolique
« Quand on se met tous ensemble
à marcher avec les plus petits [...],
c'est le pauvre qui nous conduit
et qui nous unit. »
de ce qu 'on devraitfaire plus largement, sil'on recon-
naissait les ressources que possèdent ces personnes.
Si on voulait bien leur donner les moyens de l'ex-
primer, on découvrirait leur créativité et leurs
talents. Je suis sûr que tout le monde peut y trouver
son compte».
« Let's be différent»
deviendra-t-il un rendez-
vous annuel ? Il est encore trop tôt pour le dire, mais
ce festival de la « différence » est déjà le
f
r
u
it d'une
belle collaboration entre les quatre mouvements
issus des communautés nouvelles. Depuis leur pre-
mière participation commune aux JMJ de 1997, les
occasions de s'épauler ne manquent pas. Les mou-
vements ont su mettre à
p
r
o
f
it leur
«consangui-
nité»,
selon l'expression de Bertrand Figarol, qui
est aussi chargé
p
o
ur l'Arche des relations avec les
autres associations.
Peu étonné de ce succès, Mgr Michel Santier,
évêque de Créteil, qui était aussi présent à Jamb-
ville, a une explication tout évidente :
« Quand on
se met tous ensemble à marcher avec les tout-petits,
on ne se regarde plus soi-même, on n'épie plus les
faiblesses des autres,
e
'est le pauvre qui nous conduit
et qui nous unit ».
15/27 RUE MOUSSORGSKI
75895 PARIS CEDEX 18 - 01 53 26 35 00
24/30 JUIL 10
Hebdomadaire Paris
OJD : 56136
Surface approx. (cm²) : 1396
Page 4/4
ARCHE2
3804384200509/GCD/AHV/2
Eléments de recherche : L'ARCHE ou L'ARCHE EN FRANCE ou COMMUNAUTÉ DE L'ARCHE ou FÉDÉRATION DE L'ARCHE EN FRANCE :
structure d'accueil pour personnes handicapées mentales, toutes citations
Un documentaire donne La parole aux sans-voix
Dans « Lépreuve
d
es mots », produit par l'Arche, et présente le 6 juillet
au Sénat, dix personnes
h
a
n
d
i
c
a
p
é
es mentales donnent leur point de vue
sur la vie et les
q
u
e
s
t
i
o
ns de
s
o
c
i
é
t
é.
Le
t
r
a
v
a
i
l, la politique, l'amour,
Dieu
Et si, sur ces sujets universels,
les
p
e
r
s
o
n
n
es
h
a
n
d
i
c
a
p
é
es mentales
a
v
a
i
e
nt quelque chose à dire, qui
puisse
t
o
u
c
h
er nos
c
o
n
t
e
m
p
o
r
a
i
ns ?
Sur ce canevas original et délicat,
l
A
r
c
he en France a
c
o
n
f
ié au réalisa-
teur Nicolas Favreau un
d
o
c
u
m
e
n
t
a
i
re
de
v
i
n
g
t
-
s
ix
m
i
n
u
t
es à
d
e
s
t
i
n
a
t
i
on
du
g
r
a
nd public Dix
p
e
r
s
o
n
n
e
s,
hommes
et
f
e
m
m
es
de
t
o
us
â
g
e
s,
t
o
us membres d une
c
o
m
m
u
n
a
u
de lArche, alternent à I
é
c
r
an pour
f
a
i
re part de leur
p
o
i
nt de vue,
a
f
f
r
o
n
t
a
nt leur
d
i
f
f
i
c
u
l
té d
é
l
o
c
u
t
i
on
ou leur timidité, avec une sincérité
c
o
n
f
o
n
d
a
n
t
e.
Fonds noir, absence de commentaires,
p
r
é
s
e
n
ce très
d
i
s
c
r
è
te du
j
o
u
r
n
a
l
i
s
te
le
p
a
r
ti pris de
s
o
b
r
i
é
té met en valeur
l'expression brute
d
es
p
e
r
s
o
n
n
e
s,
a
v
ec pudeur et
j
u
s
t
e
s
se
« D habitude,
c'est
l'autre qui sait,
on parie a leur place Ici, e est leur
parole qui compte »,
explique
le réalisateur, lui-même
f
r
è
re
d
'
u
ne
personne
h
a
n
d
i
c
a
p
ée mentale
On rit
a
v
ec Julie ou
A
n
n
i
e
,
-
on
s
o
u
f
f
re
p
a
r
f
o
is
a
v
ec
M
i
c
k
a
el ou Xavier,
on
m
é
d
i
te
a
v
ec
c
h
a
c
un
d
'
e
ux ,
ce qu elles sont
t
o
u
c
he au coeur
a
u
t
a
nt que ce qu'elles
d
i
s
e
nt
Lin seul
p
e
t
it regret que la dimension
spirituelle soit peu
a
p
p
r
o
f
o
n
d
ie
Forte d'un vaste réseau
(
v
i
n
g
t
-
s
ix
c
o
m
m
u
n
a
u
t
és en
F
r
a
n
c
e
], l'Arche vise
m
a
i
n
t
e
n
a
nt à « faire vivre » le film, en
le proposant
c
o
m
me
s
u
p
p
o
rt de
t
é
m
o
i-
gnage dans les ecoles, les aumônenes,
les entreprises
Et
j
u
s
q
u
'
au Sénat,
qui a eu droit à une
s
é
a
n
ce spéciale
le 6 juillet i Une belle
a
m
b
i
t
i
on pour
mettre en lumière ces
« oublies du
vingt-heures »
et
c
h
a
n
g
er de regard
à la maniere de I Évangile
«Ceque tu
as caché aux sages et aux savants, tu l'as
révélé aux tout-petits »
Cyril
Douillet
Lepreuve des mots
est disponible, au prix
de 4 €+ 2, 30 € de frais d envoi sur .
w
w
w
a
r
c
h
e
-
p
e
t
i
t
e
b
o
u
t
i
q
ue
org,
rubrique « Entre autres
c
h
o
s
es »
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.