M. ANDR : Apule et La Fontaine. IV. Les lieux de l'action

De
Publié par

M. ANDR : Apule et La Fontaine. IV. Les lieux de l'action

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 67
Nombre de pages : 17
Voir plus Voir moins
     
Le  Conte  de  Psyché  chez  Apulée  et  La  Fontaine.   IV.  La  géographie  et  les  lieux  de  l'action   Par  Maud  André  Licenciée  en  langues  et  littératures  classiques  .Professeur  au  Collège  du  Christ Roi  (Ottignies)     
   Un  mot  de  l'éditeur  En  2001,  Mademoiselle  Maud  André,  étudiante  en  langues  et  littératures  classiques  à  l'Université  de  Louvain,  a  présenté,  sous  la  direction  du  Prof.  Paul Augustin  Deproost,  un  mémoire  de  licence  intitulé  Le  Conte  de  Psyché.  Étude  comparée  d'Apulée  et  de  Jean  de  La  Fontaine,  134  p.  de  texte  +  un  dossier  de  80  p.  contenant  diverses  illustrations.   Après  une  introduction  comprenant  une  biographie  comparée,  le  résumé  du  conte  et  un  exposé  de  la  transmission  du  conte  dans  l'histoire  littéraire  jusqu'à  La  Fontaine,  le  mémoire  se  développe  en  trois  parties.  La  première  présente  Les  Amours  de  Psyché  et  de  Cupidon  de  Jean  de  La  Fontaine,  mettant  particulièrement  en  lumière  la  source,  la  structure  et  la  nature  du  conte.  La  deuxième  partie,  la  plus  importante,  compare  la  version  d'Apulée  et  celle  de  La  Fontaine  sur  cinq  points  retenus  comme  significatifs  :  la  géographie  et  les  lieux  de  l'action,  les  personnages,  les  sentiments,  les  épreuves  et  enfin  la  rhétorique.  La  troisième  partie  met  en  parallèle  le  conte  de  La  Fontaine  et  les  idées  du  XVIIe  siècle  :  elle  analyse  la  morale  et  la  philosophie,  la  mythologie  et  la  société  aristocratique  de  Versailles.  Nous  avons  pensé  que  quelques  extraits  de  ce  mémoire  pourraient  intéresser  les  lecteurs  des  Folia  Electronica  Classica.  On  trouvera  ainsi  successivement  :  I.  Le  résumé  du  conte  tel  qu'il  apparaît  chez  Apulée,  suivi  d'une  présentation  rapide  de  l'oeuvre  de  La  Fontaine  (p.  15 17  et  27 31  du  mémoire)  ;   II.  La  comparaison  entre  les  deux  versions  en  matière  de  personnages  (p.  47 70  du  mémoire)  ;   III.  La  comparaison  entre  les  deux  versions  en  matière  de  sentiments  (p.  70 83  du  mémoire)  ;   IV.  La  comparaison  entre  les  deux  versions  en  ce  qui  concerne  les  lieux  de  l'action  (p.  32 46  du  mémoire).   Apulée  est  cité  d'après  l'édition  de  la  Collection  des  Universités  de  France  ( Les  Métamorphoses.  Livres  IV VI.  Texte  établi  par  D.S.  Robertson  et  traduit  par  P.  Vallette,  Paris,  Les  Belles  Lettres,  1972),  et  La  Fontaine,  Les  amours  de  Psyché  et  de  Cupidon,  d'après  le  texte  de  l'édition  de  la  Bibliotheca  Magna,  176,  dir.  C.  Castera,  Paris,  1939.  Jacques  Poucet  
 
 h`ùß" style="top:1017px;left:149px;width:605px;height:27px;">
raphie et les liI.VL  aéggola P] [1n l ed xue noitca'         
 Les  descriptions  communes  aux  deux  versions La  ville   vit  Psyché   Les  temples  de  Vénus   L'oracle  d'Apollon   Le  rocher   est  exposée  Psyché   Le  palais  de  l'Amour  et  ses  jardins   La  chambre  de  Psyché  et  de  Cupidon   Le  Ciel  et  les  demeures  des  dieux   Divers  lieux  :  le  fleuve,  la  tour,  etc.   Les  temples  de  Cérès  et  de  Junon   Les  Enfers   L'Olympe    Les  particularités  de  La  Fontaine Versailles   Les  jardins   La  grotte  de  l'Amour   La  maison  du  vieillard   Les  temples  de  Diane  et  de  Pallas   Le  temple  de  Vénus   
   
La  géographie,  chez  Apulée  est  assez  vague  et  imprécise,  seul  le  palais  de  l'Amour  est  décrit  avec  plus  de  détails.  Chez  La  Fontaine,  les  descriptions  sont  abondantes  et  longues  pour  les  lieux  de  l'action  et  surtout  pour  les  oeuvres  d'art  ;  ces  descriptions  sont  tantôt  en  prose,  tantôt  en  vers.  Le  cadre,  chez  la  Fontaine  est  souvent  champêtre  et  campagnard,  conformément  à  la  nature  de  notre  auteur.  En  effet,  La  Fontaine  affectionne  tout  particulièrement  les  cadres  agréables  et  propices  à  la  poésie  ;  quel  lieu  plus  opportun  que  Versailles  et  ses  jardins  pour  nous  faire  découvrir  son  conte.  Ajoutons  encore  que  dans  les  descriptions  de  La  Fontaine,  le  merveilleux,  caractéristique  de  son  oeuvre  se  fait  ressentir  ;  il  ajoutera  par  exemple  un  dragon  au  rocher  de  l'exposition  de  Psyché.  La  Fontaine  est  donc  empreint  de  magie  et  de  merveilleux,  du  merveilleux  du  conte  jusque  dans  ses  descriptions  de  lieux  ou  de  statues.    
 " style="top:658px;left:344px;width:188px;height:27px;">
Les  descriptions  communes  aux  deux  versions   La  ville   vit  Psyché   Chez  Apulée,  cette  ville  n'est  pas  précisée,  on  trouve  ciuitas,  dans  le  sens  de  cité,  ville.  
Chez  La  Fontaine,  la  ville  n'est  pas  précisée  non  plus.  C'est  une  ville  de  Grèce.  
Les  temples  de  Vénus  [2]  Chez  Apulée,  on  trouve  Paphos,  Cnide  et  Cythère  :  les  trois  grands  sanctuaires  d'Aphrodite,  lieux  de  pélerinage   la  déesse  était  censée  résider.  A  noter  que  l'on  trouve  un  renversement  paradoxal  de  la  description  chez  Ovide  ( Mét.,  X,  529 31)  d'une  Vénus  négligeant  ses  propres  sanctuaires  à  cause  de  son  amour  pour  Adonis  ( capta  uiri  forma  non  iam  Cytheria  curat/litora,  non  alto  repetit  Paphon  aequore  cinctam/  piscosamue  Cnidon  grauidamue  Amathunta  metallis ).  Apulée  a  omis  Amathus  et  a  modifié  la  liste  pour  qu'elle  culmine  sur  Cythère,  le  lieu  de  naissance  de  la  déesse  (d'où  le  surnom  le  plus  courant  de  Vénus  dans  le  latin  littéraire  :  Cytherea ).  
Chez  La  Fontaine,  on  ne  trouve  que  Cythère  ;  les  autres  domaines  de  Vénus  sont  évoqués  comme  ses  îles  à  l'exception  de  Paphos  qui  est  décrite  un  peu  plus  longuement  :  
«  Paphos  n'est  plus  qu'un  séjour  importun  :  Des  Grâces  et  des  Ris  la  troupe  m'abandonne  ;  Tous  les  Amours,  sans  en  excepter  un,  S'en  vont  servir  cette  personne.  Si  Psyché  veut  notre  couronne,  Il  faut  la  lui  donner  ;  elle  seule  aussi  bien  Fait  en  Grèce  à  présent  votre  office  et  le  mien.  »  (p.  29)  L'oracle  d'Apollon   Chez  Apulée,  c'est  à  Milet  que  le  père  de  Psyché  va  consulter  l'oracle  d'Apollon.  
«  Montis  in  excelsi  scopulo,  rex,  siste  puellam  ornatam  mundo  funerei  thalami.  Nec  speres  generum  mortali  stirpe  creatum,  sed  saeuum  atque  ferum  uipereumque  malum,  quod  pinnis  uolitans  super  aethera  cuncta  fatigat  flammaque  et  ferro  singula  debilitat,  quod  tremit  ipse  Iouis  quo  numina  terrificantur,  fluminaque  horrescunt  et  Stygiae  tenebrae.   »  [ 3 ]  ( Mét.,  IV,  33,  1 2)  Chez  La  Fontaine,  le  lieu  n'est  pas  clairement  prononcé  mais  on  suppose  que  c'est  Milet,  comme  chez  Apulée.  Cet  oracle  est  en  quelque  sorte  le  noeud  de  l'histoire,  ce  présage  d'un  mari  affreux,  à  qui  Psyché  est  destinée,  signe  du  malheur  constant  des  parents  et  chance  pour  les  soeurs  de  Psyché  de  corrompre  et  d'influencer  les  actes  de  celle ci.  
«  L'époux  que  les  Destins  gardent  à  votre  fille  Est  un  monstre  cruel  qui  déchire  les  coeurs,  
ue se renouvelèrrt.eC  euf tàlq  oarjun a geenbi tne selsircc ;  pûtu'onre,  fai ,teuotrioq  ,uq pntoi pour seasv en slitneruluonert e'ltnm si et, s'étachar ; estneus ,ses rap traudee  eunl't dnioneetq 'uomtn le toit c'é que ud tidnecsed éhycPs  leacorl't ruojl ,sqsrol eun 'ommcoçoen àitd uoet redl  aévrité de l'oracleèr s «pArtianu ee plte durs usie qenilu'uxvabi, rf t siauf snessau repuset nouveètertnc  ,'sraêré nnto éut fon, u tnayotôc ne'uqfortgne ontane mc ehl seév,eé el
Qui  trouble  maint  Etat,  détruit  mainte  famille,  Se  nourrit  de  soupirs,  se  baigne  dans  les  pleurs.   A  l'univers  entier  il  déclare  la  guerre,  Courant  de  bout  en  bout  un  flambeau  dans  la  main  :  On  le  craint  dans  les  cieux,  on  le  craint  sur  terre  ;  Le  Styx  n'a  pu  borner  son  pouvoir  souverain   C'est  un  empoisonneur,  c'est  un  incendiaire,  Un  tyran  qui  de  fers  charge  jeunes  et  vieux.  Qu'on  lui  livre  Psyché  ;  qu'elle  tâche  de  lui  plaire  Tel  est  l'arrêt  du  Sort,  de  l'Amour,  et  des  dieux.  Menez la  sur  un  roc,  au  haut  d'une  montagne,  En  des  lieux   l'attend  le  monstre  son  époux  ;  Qu'une  pompe  funèbre  en  ces  lieux  l'accompagne,  Car  elle  doit  mourir  pour  ses  soeurs  et  pour  vous.  »  [p.  35 36)  Le  rocher   est  exposée  Psyché   Dans  les  deux  versions,  il  se  trouve  au dessus  d'une  montagne.  Là,  Psyché  sera  abandonnée  à  son  sort  conformément  à  l'oracle.  C'est  sur  ce  rocher  que  Psyché  sera  enlevée  par  l'haleine  douce  du  Zéphyre  et  c'est  de  cet  endroit  que  les  deux  soeurs  de  Psyché  seront  amenées  au  palais.  
Chez  Apulée  :  
ir à euqserp tnaapt enoiisfa, enon s r àneedrphé'ells qugeurvoyasabmtnesn seot eD'. trauur sux euooveitnses  ert en beau creusés'e dupcos itrondc al rapsed etuhrent torceuxs ; esvrc i tedioneet ritraaue hyx serdna ,lamirof t familier en cett eoctnér.e 
«  Itur  ad  constitutum  scopulum  montis  ardui,  cuius  in  summo  cacumine  statutam  puellam  cuncti  deserunt,  taedasque  nuptiales,  quibus  praeluxerant,  ibidem  lacrimis  suis  extinctas  relinquentes  deiectis  capitibus  domuitionem  parant.  »  [ 4 ]  ( Mét.,  IV,  35,  2)  Chez  La  Fontaine  :  
pla  eus, de letos eutilrid nu eoit bien se pouvl  eiluesep èr,s'h dinbrn  uas p,erbra lues nu s: paver troupût o' n euqaylbfforqleuseu snuiovas cecsrodo,  qntrt eocvure tuq eerbe, point d'auiuq te ,net en ,e rmfon teoû vdevanauq itne oçeides ent tes poinobsia ssadsnu  nble, maiez agréat alpuoreivi ed sspadea  ee,e lle ruieenA p ud.e quefaitils entap tioté'n iuq senéte guon ldes ant, qu'ils se torvurène tnert euelqil m ple, asjuotsruo ne tnomde tons s esoute.sA èpech tôc sechros debihas er rap sétgard sed