Magazine municipal Octobre N° 48

Publié par

Magazine municipal Octobre N° 48

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 160
Nombre de pages : 32
Voir plus Voir moins
Magazine mun
O
c
t
o
b
r
e
 
N
°
 
4
8
i
c
i
p
a
l
édito
Un supplément au magazine, pour plus de proximité
C’était l’un de nos engagements prioritaires pour ce nouveau mandat, qui s’est dégagé au fil de nos rencontres avec vous et des réunions de quartier organisées parle 1eradjoint en charge des quartiers Yvon Cousin :offrir des services plus proches des Lambersartois.Cet objectif guide déjà nos nouvelles actions. Le service proximité-propreté a ainsi été relocalisé dans le hall de l’hôtel de ville, pour que les Lambersartois puissent être rapidement en contact avec un interlocuteur et obtenir une réponse à leurs questions. L’équipe a été renforcée et nous nous engageons à répondre dans des délais plus courts aux problèmes quotidiens en lien avec votre cadre de vie. Nous lançons égale-ment une réflexion pour que les autres services en contact avec le public soient plus modernes et plus accessibles. Dans ce cadre, le portail internet de la ville intègre déjà de nouvelles fonctionnalités qui permettent d’obtenir de très nom-breux renseignements mais aussi de remplir nombre de for-mulaires sans avoir à se déplacer. J’attire tout particulièrement votre attention sur la création d’une nouvelle carte interactive préparéepar M. Varingot, adjoint aux nouvelles technologies. En cliquant sur le plan de la ville de Lambersart, vous aurez un accès détaillé à toutes les rues, aux commerces, aux services,
Lambersart ma ville/ 2
aux lignes de bus, aux balades architecturales et à bien d’autres richesses de notre ville. Enfin, pour être toujours plus proches de vous, de vos préoccu-pations quotidiennes et pratiques, nous lançons un supplément mensuel au magazine municipal. Notre ville ne se contente pas d’être belle, elle est en perpétuel bouillonnement, les élus, les services municipaux, les associations ne se ménagent pas pour la faire vivre et évoluer, et vous vous en rendrez compte dans cette « News ». Chaque début de mois, vous y découvrirez les événements qui viennent de faire l’actualité ou qui la feront tout prochainement, grâce à des photos ou à l’éclairage d’un élu. Vous serez informés de manière pratique et concise des travaux ou des nouveautés qui concernent votre quartier ou votre vie quotidienne. Nous y donnerons aussi régulièrement la parole aux Lambersartois, sur des sujets en lien avec l’actualité. Découvrez dès ce mois-ci ce supplément joint à votre magazine municipal ! À Lambersart, la culture du bien-vivre passe par la proximité. Marc-Philippe DAUBRESSE Député-maire de Lambersart
plus proche
Un portail inter encore plus rich
Vous arrivez à Lambersart et vous voulez identité, son e savoir quelles sont les démarches à effec- des enfants, la tuer ? Vous voulez connaître la boulangerie le véhicule… B ou le caniparc le plus proche de chez vous ? vous redirige Vous désirez avoir un aperçu des promena- des organism des architecturales ? Vous aurez la réponse travaille égale en vous connectant sur le portail internet nement « ren de la ville, qui propose pour cette rentrée tandis que d’ de nouvelles fonctionnalités. France s’attell Bien sûr, il est déjà très utilisé pour les ren- sujets (maria seignements pratiques et l’on a enregistré le but étant des pics de connexion importants pour l’évé- ensuite cett nement Lambersart Plage et la collecte de tion. solidarité envers les sinistrés de la Sambre-U Avesnois. « Nous voulons être encore plusne car proches des Lambersartois », souligneinterac Daniel Varingot, adjoint aux technologies Mais la nouv de l’information et de la communication. plus importan « Notre volonté actuellement est de simpli- qui a demand fier l’accès à l’information, la participation u n l o u r d à la vie municipale et l’accès aux formalités t r a v a i l d e administratives ». la part de Ainsi, depuis mai, les démarches adminis- la Direction tratives en ligne, ce qu’on appelle les télé- des systè-procédures, sont possibles pour 8 types de m e s i n f o r-demandes. Parmi elles : la copie d’un acte de matiques, en mariage, de naissance, de livret de famille, nariat avec la le stationnement temporaire pour un démé- Souris Magiq nagement… Il suffit d’aller sur le site, de la mise en pla remplir le questionnaire en ligne, pour voir carte interac . sa demande traitée par le service concerné internautes peuventLe plan interactif de la ville est une mine de renseignements pratiques. et recevoir le document à domicile. Un ser- faire apparaître sur cette carte (un plan et/ à jour des contenus de la base de connais-vice développé avec la Caisse des Dépôts et ou une photo aérienne de la ville) les sujets sances utilisée par les bornes numériques, Consignations Numérique. et types d’informations qui les intéressent : la mise à disposition des mini-sites pour les C’est également avec cet organisme que la administrations publiques, écoles, équipe- associations et, désormais, pour les écoles, ville est pilote pour développer un nouveau ments sportifs, commerces, promenades l’extension du service SMS à de nombreux type de service en ligne, les « événements architecturales, lignes de bus… En cliquant événements, la dématérialisation com-de vie ». Il s’agit d’un pense-bête de toutes sur les points d’intérêt, ils ont des informa- plète des dossiers du conseil municipal… les démarches à faire en rapport avec un tions encore plus détaillées. Un outil vrai- À Lambersart, les nouvelles technologies événement. Pour l’instant, seul l’événement ment riche et pratique ! sont vraiment au service de l’efficacité, de « arrivée dans la commune » est traité avec Toutes ces nouveautés viennent s’ajouter à la simplicité, du développement durable… ce qu’il faut faire pour son habitation, son d’autres avancées significatives : la remise et du Lambersartois.
aLmbersart am ville/ 3
eraunmarchédeNëo,léivd-meeminnfle,arméch1udéd2bmecseramélUnCdanséonucsima.»Enieouujto,cvearsicossal«noitailresucdseaetproposélinaireses-éecnl,yrpaëlNoet,Pdueèrpordseua,xginiponeenades-menédisedceva,tnorxaudecaedeslsr62ecédrbmedhépreduo-euctuaarpsadeamcrdannée,ilnysetêfsenifednequzdonisranaattuQeteneRrlspamineestamo.eoZdanéoélcuamns,»enisisedte«ésacss»colongreàagsam,ellapctssiuisnéabàdeshceipmagnonsparlassoictaoin«nUCmasnoit-aminaseduifrsderouutasdugemtélsteti-r:pomneautoiomdséhcrudsroaupnttoocebreelgûouorhtmèogramme,t.AupralecalpoNvudunnor.Ere,vembrellieucrévnuantCaueaaculee-atgiensapperenons,pommes,châà,rseliucenisàzsleprapieécsdé,defresgauseditnosuatdgéesndmalafesttceeredsnoitatsugveclavamand,arahcélftibaelme,séesdudlyCobalerèietneed
Après une interruption de deux mois, c’était la première séance le 1eroctobre.
Ciné-Lambersart Reprise en octobre comme prévu
Pour Bernard Fatras, c’était « la dernière séance » de Ciné-Lambersart le 29 juillet, salle Malraux. Le respon-sable de l’entreprise CinéCulture exploitait ce cinéma, ainsi que deux salles à Templeuve, depuis 13 ans, dans le cadre d’une convention avec la ville. Auparavant, il avait même exploité la salle sous forme associative. Mais Bernard Fatras a pris sa retraite, et si sa fille, qui l’avait assisté, avait un temps envisagé de reprendre le cinéma, elle s’est finalement orientée vers un autre projet professionnel. Dès lors, un nouvel exploitant a été recherché, car c’est une volonté municipale de maintenir ce cinéma, avec une diffusion classique et grand public, avec des films récents et des tarifs abordables. D’autant plus qu’il correspond à une véritable attente, avec 20 000 entrées par an en moyenne. La société finalement retenue est « Les toiles du Nord » qui exploite aussi le cinéma d’Hazebrouck. Son gérant, Alexandre Moquet, est un professionnel qui connaît la salle Malraux pour y avoir été formé par M. Fatras…
Certaines modalités techniques ont changé : la ville a racheté le matériel de M. Fatras, et en est proprié-taire. Elle met à disposition de la société la salle et ce matériel. En revanche, comme avant, le gérant amène sa caisse, sa billetterie, son projectionniste, il s’occupe de la programmation et de la diffusion des programmes. La véritable contrainte est que la salle des fêtes est fortement sollicitée par les associations. En 2009, l’ob-jectif est de déboucher vers une régularité accrue des séances, qui profitera autant au public qu’à l’exploi-tant, tout en répondant aux contraintes associatives. Des semaines thématiques ou des opérations ponc-tuelles seront aussi possibles. En attendant, n’hésitez pas à profiter dans ce cinéma doté d’un projecteur 35 mm et d’un son dolby des films récemment sortis. Les cinéphiles ont retrouvé mercredi 1eroctobre le chemin de la salle Malraux avec la projection des films « Hancock » et « Le premier jour du reste de ta vie ».
ma cité
Lambersart ma ville/ 4
unrtheatémueiqrusselahcip-mgnons,avecdesédug-satitnosedmereièulporopntniA.sésèrpa,ismoisunsepsdeermetbméaprauqetnifisneésissatsieelntieDe.iaersossrclunimentrégntnotameértnerettecednsioatimansle,rgéuqseamittéhrganntoremeulièe2ete4vnerddeauCanteleulesh691àL.hsrodismou,is1dehtemnyremsnb-imenthmeàusuelecalptevuoNudil:lueentiesans.Ildepuis3eixtseudtcuesrudrynpstséas,naeliaynu:peursductprosedcréhaMropdeécharmLesnoitaminadsul
Zoom Une Lambersartoiseau Parlement des enfants
Chaque année, une classe de chaque circonscription fran-çaise envoie en fin d’année scolaire un de ses élèves rem-placer le député une jour-née à l’Assemblée Nationale, pour le Parlement des En-fants. C’est l’occasion d’une initiation à la citoyenneté et d’une réflexion sur des projets de loi que les enfants aimeraient voir adopter par les adultes. Cette année, la 4e circons-cription du Nord, celle de Marc-Philippe Daubresse, a été représentée par Valentine Scalabre, élève de la classe de CM2 de. Franck Depoilly à l’école Victor-Hugo de Lam-bersart. La jeune fille a par-ticipé au vote de la loi sur les maladies orphelines : en effet, la proposition de loi adoptée par les enfants, par une majorité de 449 voix, a été celle visant à garantir pour les personnes atteintes de maladies rares l’accès aux soins, le financement de la recherche médicale et la prise en charge des équipements spécifiques. « Cette journée a été vraiment géniale, ce que j’ai avant tout préféré a été la séance dans l’hémicycle », a souligné Valentine.
ppel à projets 2008
A « Quinze projets créatifs » Un dispositif qui complète les sub-ventions habituelles et qui finance des projets collectifs ou dans le sens de l’intérêt général : telle est la raison d’être de l’appel à projets, comme l’a rappelé le maire lors de la remise des diplômes de cette 3eédition, qui s’est déroulée le 3 juillet. Marc-Philippe Daubresse a souligné aussi que la ville « peut colorer l’appel à projets lorsqu’elle souhaite développer une thémati-  que ou une prise de conscience ». ts.Les lauré Une coloration en vert cette année,a puisque l’accent était mis sur le réellement souverain, « à examiner les domaines de l’environnement, développement durable. les dossiers, à être en contact avec du sport, de l’humanitaire ou de Christiane Krieger, conseillère des projets créatifs ». Le choix a évi- la culture, et leurs promoteurs déléguée aux subventions, a dit demment été difficile, 15 projets ont reçu des aides allant de 150 tout le plaisir qu’avait eu le jury, ont finalement été retenus, dans à 1670 €. Les projets retenus 1.Secours populaire français : création d’un jardin8.L’Orange Verte : production d’un court métrage maraîcher communautaire et formation afin de lutter « Duellum » tourné à Lambersart (500 €) ; contre l’insuffisance alimentaire à Dosso, au Niger9. e etJardins Familiaux de la Bri : achat de com-(700 ) ;posteurs individuels (600 )q ;uteri 2. n laceAujourd’hui Burundi : aide à de jeunes Burundais d’un sur des chantiers solidaires, animation d’un centre s1c0o.l écoles Pasteur e te irpià  deds anq eltrau rei sedpese age assa ramrélaVmi: k lewach Sie d’accueil pour handicapés (500 €) ; Desrousseaux et création d’un vélo-école (150 €) ; 3.Pour un sourire : projet de sensibilisation à la santé » 11.Fanny Magdeleine : construction d’un « toit vert et à l’hygiène à Saint-Louis du Sénégal (300 €) ; témoin, recouvert d’un substrat végétalisé (180 €) ; 4. u e d’Étud fourniture Vétérimed »,Timoun d’Haïti : projet « de micro-unités de culture maraïchère et d’élevage1d2e.s l ru see lt ddenéon sesC toneit n :éroce  Cétacés dupro Gle ceva nosiail neers culiartiP de lapins et de poules à 200 groupes de 3 personnes d h à Port-au-Prince, à Haïti (600 €) ;1a3.u nud tnemepga nsénmiae acsp eovaL egè : reisi ;)0 50llCoibilneisno( asitotendu Cet stin 5. dédié au développement durable dans le d’activitésAssociation des Étudiants en Formation d’In-génieur par Apprentissage : raid humanitaire « 4 l patio du collège (1 670 €) ; Trophy » au Maroc (500 €) ; 14.siurxc es an donnalF sel serdÉ ocelSamain : Albert 6. €) ; semaine à vélo pour les CM2 (1 500Extravadance : création d’un groupe de « cheerlea- d’une ders » (ou pom-pom girls) à Lambersart (500 €) ;15.Habitants de Canteleu : 7.itpoart i oVni cacuo lfee sltiée béserdrca  ttô e:raàp ttruciia la.v)or u0e08( -oguHam LMGSprojet dej raid nocmm-uan péen de gymnastique Eurogym à Albi (1 000 €) ;
Lambersart ma ville/ 5
mon commerce
Elles seront au Salon du commerce les 15 et 16 novembre Les chaises et les lampes de Laurence Waché Et puis les amis, les connaissances m’ont demandé de travailler pour eux, et j’ai créé ma micro-entreprise en novembre 2007. Au départ, mon idée était de faire de la créa-tion : je choisis les carcasses, les tissus, les peintures des chaises. Mais petit à petit, je fais aussi de la restauration ». Très féminines, ses chaises remportent un joli succès. « Mes tissus plaisent, je les choisis sur Paris ou Lille en fonction de mes coups de cœur ». Elle réalise aussi de jolies lampes, en bois flotté par exemple. Par souci de s’assurer des revenus, elle a en même temps commencé une activité d’achat-vente de bijoux et d’accessoires de mode, auprès des comités d’entreprises ou des petits marchés… « Je me fournis dans Lambersartoise depuis toujours, Laurence sier-garnisseur. J’ai fait une formation au le quartier du Sentier à Paris. Aujourd’hui, Waché a longtemps été assistante com- Septentrion. Au départ, c’était un loisir. Ce entre les deux activités, je suis vraiment très merciale avant de se diriger vers l’artisanat qui me plaît, c’est cette activité manuelle occupée finalement », sourit la jeune femme d’art à la faveur d’un congé parental. « J’ai qui vide la tête, et puis on aime que le résul- blonde, heureuse d’avoir osé se lancer. toujours été attirée par le travail de tapis- tat soit à la hauteur de ce qu’on a imaginé.Contact : 03 20 93 97 65.
Alfreda Ellert, la qualité française Comme il y a deux ans, Alfreda Ellert parti- bénévolat dans les hôpitaux, auprès d’en-cipe au Salon du commerce et du bien-être fants en difficulté, et des soucis de santé avec ses bijoux de la marque Carasaga. Des familiaux, elle est revenue à la vente, cet-te fois-ci directe. « Je fais des salons, des bijoux qu’elle ne fabrique pas elle-même mais qui sont produits dans une usine de réunions type « Tupperware », des portes la Somme, dans les mains de la même ouvertes chez moi. Ce sont des bijoux qui famille depuis cinq générations. « De la plaisent, et pour moi c’est un bonheur de qualité française, des bijoux sous garantie, rencontrer des gens, de leur faire plaisir ». des vrais cristaux Swarovski, une marque Ces bijoux fantaisie sont de styles variés : qui travaille pour de grands couturiers… couture, hippie, classique, à breloques, avec C’est une maison très sérieuse » souligne des perles… « Il y en a pour tous les goûts cette femme elle-même sous le charme des et toutes les bourses ». objets qu’elle vend. Lambersartoise depuis Alfreda Ellert organise une porte ouverte à son domicile, 23 rue Bir Hakeim, les 17 et longtemps, elle a travaillé plus jeune comme vendeuse à la commission dans un grand 18 octobre de 10 h à 20 h. magasin avant de s’arrêter pour s’occuper de ses enfants. Après quelques années deContact : 03 20 08 22 86.
aLbmreastr am ivlle/ 6
ermbLaa  mrtsallvi 7e/naxuedselsuoT!leabitquédemolaecàmmreuocondsalUnn,ioitédensliÀ.xuarleuqahclarsàeMasallsedilretiuevsiateretiesdilmeitédsraledomommerceetdesm,sleaSolnudcdaneursréatescduiaendmoselredanstnUe.bldisniaarepuorgeestlelethèmeqéiuatcmoemcrstapadchrieitnae,eén.ettteCoducuniaeremtnuneetsi-texpo,eésopouqisniaifdlaedonsifunoatuuorudtèhmeseraaussiprmmocecreuqé-atie.blneUniatimamrnatusrelcmo,toutensinfoureobnomntnem.doqDeiuosspaaprtnsiuLhCtteliesaenfaersnia,sésdeuqisonersespoo-prtstextilcessoireoindcaedcértagemateleiienedsnocletasreidesté,veaunouuenets,tc,éentseréeprsiusaaresevitaitiniseriugEeènonBlLdysecidndtaunsnack,sansobuilreletnerp-fde,esteisurleoced,sd,shcaesdtiquaussech,edrusearrilbid,enuuelftsirde,oubtiopenciec,dnusrupalr,duncoiffeu,seugoloxaleredntroieicffouiqdsecneéresalpetnnesiciethétiuatlb.eemcreqé
Nathalie Carlier sera au salon du commerce. Depuis un an, Nathalie Carlier s’est j’aide à passer des caps ou à préserver installée à Lambersart et a lancé son notre système immunitaire. C’est un activité de réflexologie-relaxologie, bien-être du corps pour une paix de Nzen. Un métier qu’on n’apprend pas l’esprit ». sur les bancs de la fac. « J’ai fait des Elle travaille uniquement au domicile études de sociologie, puis j’ai travaillé de ses clients : « cela me permet de ren-dans diverses entreprises, notamment contrer des gens qui ne pourraient ou comme assistante commerciale. À 30 ne voudraient pas venir à un cabinet, ans, je n’étais pas vraiment satisfaite, et c’est un grand gain de temps pour j’ai réfléchi à ce que je voulais vraiment eux. Je travaille aussi auprès de jeunes faire, et je me suis orientée vers la relaxa- dans une Mission Locale et dans des tion. Au cours de mes formations, je suis entreprises. D’une manière générale, tombée amoureuse de l’acupression ». le toucher est un sens un peu oublié, C’est un ensemble de techniques de un peu tabou, on oublie que le tou-pression sur des points du corps. Le cher peut être bienveillant et bénéfique shiatsu, la réflexologie plantaire et le pour le corps, alors que ces techniques amma en font partie, et Nathalie Carlier sont utilisées depuis des millénaires en les utilise toutes, selon les besoins et Asie ». Et la jeune femme, pleinement les demandes de ses clients. « J’ai eu satisfaite, de conclure : « c’est un métier l’occasion au cours de ma carrière pro- agréable et valorisant, on ne fait que fessionnelle de constater les ravages du procurer du bonheur aux gens ». stress. Ces techniques sont une aide très précieuse pour soulager le stress,Nzen, Nathalie Carlier, les angoisses, les insomnies. Je ne me03 62 10 98 52 ou 06 67 95 97 51, substitue à aucun traitement médical,rwwnzw..fen
Prenez soin de vous avec Nzen
inatuhamnadntsntundrotieletieuccadsessetôhdlerôelsiusmiasopértaoisnleurscntrerontelleomslifé,sélondese.irelScès,sucontserrusuoojardnnugqs,léfitntouiruojxueédseC.squiassurerontaMraaiGroteit,lèésvelduéeycs-sasérurapselheapgrréo-chal,lexuoRellimaCuedllègacoeclnn,edéeicmoealfidésléuaqetrlrudsevérpssuureralaquiasspsadsemsienevatairaobalcelueiquteisloilEfnoi.nelSni,aualonrtennpasnacelemmoecruiéqbltaee,avtdnA-niGesllGsas,spécialiséedetaésruleutrcssdebihacAuéôteêvetemjiuo,xdursdebetvendearocédeduo,seirsoesccads,nttpecmo,noicséppréèsa,trtionmmcetenstinléaltnodrecniatérscréateursdela,saniisqeudsetasestrrosesndenummocuaseL.ropométins.litanesutntdsepraeraprès08,cesatdnstede05s55rtpalupdesnOpmociane.seruneeuxarmitepatniivgntieptetsanrçmeomcdee,siotrasrebmaltrrenotuassielsvêtementsdestuobeuqialsrebmrtsaseoiPos.lurts,eeerenconepahangefosunuqelumrengagialsLe!20neon
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.