Maquette Gazette 3.pub

De
Publié par

Maquette Gazette 3.pub

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 74
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Sommaire
Prendre la place qui nous revient Le château de Versail-les en histoire  page_2
Versailles aujourd’hui: ça bouge!page_3
Entretien avec Jacques Rupnik, directeur de recherche au Centre d’études en relations internationales à Paris page_4
Jeunes Décideurs Europe Young Leaders Adresse postale : 75, rue du Javelot 75013 Paris - France Téléphone : +33 1 45 86 94 06 Messagerie : info@europe-jeunes-decideurs.com Site : www.europe-jeunes-decideurs.com Directeur de la publication : Thierry Ragu Coordination éditoriale : Audrey Mouraux et Marin Movileanu
La Gazette de Paris
La Gazette de Paris
Mercredi 25 juillet 2007
Prendre la place qui nous revient
Rémi Bazillier est doctorant en Écono-ailes jeunesses des différents partis accom-mie et Coordonateur à l’ IUSY (Unionplir les actions politiques mentionne Rémi internationale des jeunes socialistes) surBazillier, car les deux gestes contribuent les mouvements sociaux et la questionde façon significative à l’implication des sociale et enseignant à l’Université dejeunes en politique ». Ces deux méthodes Paris I. Il a participé hier à l’atelier 3sont très importantes, car la première portant sur l’implication des jeuneséveille le jeune à l’action politique, tandis dans les instances démocratiques.que l’autre indique la marche à suivre pour s’y impliquer activement. Il faut également Les jeunes s’impliquent-t-ils suffisammentdes actions organisées par des ONG ou des dans les instances politiques? La dernièreministères, afin d’intéresser les jeunes de élection présidentielle française a donnétous les horizons politiques à l’engagement lieu à un précédent : pour la première foiscivique et à la participation à la démocra-depuis 1945, le vote des jeunes n’a pastie. Les faibles chances de se faire élire et coïncidé avec lel’occupation de la grande candidat élu. Parmajorité des postes clés ailleurs, la pro-par une classe plus âgée portion de jeunesrebutent les jeunes à se en âge de voterporter candidat à une n’a jamais étéélection. Selon Bazillier, aussi petite et elleune piste de solution ré-diminuera davan-side dans la forme de tage dans les an-scrutin. En effet, une nées à venir. Ceélection proportionnelle constat est sus-comprend, entre autre, ceptible de lesun vote allant au parti et désintéresser unune liste de candidats. « il faut s’assurer que les groupes politiques peu plus de la poli-Le nombre de siège at-jeunesse puissent faire de l’éducation populaire tique, eux qui sonttribué aux candidats et il faut laisser les ailes jeunesses des différents déjà marginalisésinscrits sur la liste sera partis accomplir les actions politiques » par les partis, lesproportionnel au pour-systèmes électoraux et les électeurs. Seloncentage de vote obtenu par leur parti. De Rémi Bazillier, non seulement les jeunesce fait, plus de jeunes ont gagné un siège sont sous-représentés dans nos institutions,lors de récentes élections régionales fran-mais le vieillissement de la populationçaises, qui fonctionnent avec ce type de contribuera à les marginaliser encore unscrutin, car les préjugés défavorables peu plus.d’une élection directe (crainte de l’incom-D’une part, « il faut s’assurer que les grou-pétence d’un candidat trop jeune, absence pes politiques jeunesse puissent faire dede prestige de la part du candidat) sont l’éducation populaire et il faut laisser lesdiminués. Nicolas Martin
Page 2
Aujourd’hui 7h30/8h15 :Petit déjeuner 8h45 :les cars seront à coté de la Maison Internationale 9h15 :Visite du château de Versailles 17h:Réception au Conseil Général des Yvelines (salon des Aigles) (2, place André Mignot)18h45:Dîner
Louis XIV, le roi soleil
L’orangerie
La Gazette de Paris
Le château de Versailles en histoire
Le château de Versailles, symbole de la puissance royale passée, s’est imposé au fil du temps comme le « site monarchi-que » par excellence, le lieu d’un art de vivre et d’une manière de gouverner sous l’empreinte de Louis XIV. Une histoire de quatre siècles au cours desquels la rési-dence royale va subir de nombreuses transformations et va faillir être détruite pour devenir finalement un musée. Les rois se succèdent En 1623, Louis XIII, roi de France et de Navarre, décide de construire un petit pa-villon de chasse sur les terres de Versail-les. Il aime se retirer loin de la Cour. Quelques années plus tard, en 1631, il en confie l’agrandissement à l’ingénieur-architecte Philibert Le Roy. Les travaux sont achevés en 1634 et à partir de 1636, Louis XIII entre en possession de ses nou-veaux appartements et multiplie ses sé-jours au Château. Louis XIV, succède à son père en 1643, mais les premières transformations du Château ne sont décidées qu’en 1660 à l’occasion de son mariage avec Marie-Thérèse, Infante d’Espagne. Dès lors, Versailles ne cesse d’être un vaste chan-tier tout au long du règne du Roi-Soleil. Si les plans du nouveau palais sont confiés au premier architecte Louis Le Vau, les jardins le sont à André Le Notre et les décors à Charles Le Brun. Des nou-veaux travaux sont entrepris comme l’Ap-partement des Bains et l’escalier des Am-bassadeurs en 1672 et la Galerie des Gla-ces en 1678. Entre 1661 et 1700, André Le Notre va concevoir et réaliser les fabu-leux jardins de Versailles. Le 6 mai 1682, Louis XIV décide d’ins-taller le gouvernement de la France à Ver-sailles, qui devient ainsi capitale politique mais également vitrine du savoir faire des artistes et artisans français. L’aile du Midi (1678-1682) puis l’aile du Nord (1685-1689), le Trianon et la cha-pelle, achevée en 1710, vont compléter l’œuvre titanesque marquée par le sceau du Roi-Soleil. À sa majorité, en 1722, Louis XV re-trouve le chemin de Versailles et la Cour
s’y installe jusqu’à la Révolution. Les transformations et les modifications de cette période débouchent sur la création du salon d’Hercule, l’Opéra et le Petit Tria-non. … et tombent Après l’achèvement du Hameau de la Reine en 1783, Louis XVI n’aura pas le temps de mener à bien ses projets, car dès le début de la Révolution, le 6 octobre 1789, la famille royale quitte Versailles pour Paris. Le mobilier est vendu aux en-chères, les tableaux sont transportés au Louvre et la Bibliothèque Nationale reçoit les livres et les médailles. Sous l’Empire, Versailles redevient rési-dence de la Couronne et subit des travaux er de restauration. Cependant Napoléon, 1 ne s’y installera jamais. En 1830, Louis-Philippe, pour éviter la destruction du Château, le transforme en musée dédié à « Toutes les gloires de la France » dans un esprit de réconciliation nationale. Durant la guerre de 1870, Versailles est transformé en hôpital militaire et devient le siège de l’état-major militaire et politi-que des Prussiens. L’Empire allemand sera proclamé dans la Galerie des Glaces le 18 janvier 1871. Durant les événements de la Commune, Thiers et son gouvernement s’installent à Versailles et le 30 janvier 1875, la Répu-blique est proclamée dans la salle de l’O-péra. Le 28 juin 1919, le Château accueille les signataires du traité de paix, mettant fin à la première guerre mondiale et qui reprend le nom de Traité de Versailles. D’importants programmes de restauration du domaine de Versailles vont être enga-gés à la suite des tempêtes du 3 février 1990 et du 26 décembre 1999 au cours desquelles quelquesmilliers d’arbres ont été abattus. De nos jours, le château de Versailles reste un lieu symbolique qui offre au visiteur un double visage : celui d’une ancienne rési-dence royale et d’un musée d’Histoire.
Amélie Daoust-Boisvert
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.