Mise en page 1 - Dunkerque Grand Littoral: Accueil

Publié par

Mise en page 1 - Dunkerque Grand Littoral: Accueil

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 188
Nombre de pages : 24
Voir plus Voir moins
Communauté CABBCorraoapumuypdrb-beeDolkoluueeutn-rrslqeg-asuC-aGerpapnedleurbaine Coudekerque-Branche CFDrouarnty-kwMeircaqkrudeyckD E D U N K E R Q U E Grand-Fort-Philippe Grande-Synthe Gravelines Leffrinckoucke Loon-Plage Saint-Georges-sur-lAa Saint-Pol-sur-Mer Téteghem Zuydcoote
> page 4
Le Fort de Petite-Synthe
> page 8
Les pistes cyclables
> page 10
Compostez, la nature fait le reste
La fête en mer et à
>
page 22
quai
R E G
A
R D S
S
U
R
L ’ A G G L O M É R A T I O
À la une des médias Urbanisme, environnement, développement économique, énergie,
tourisme, sport. Les initiatives de l’agglomération dunkerquoise continuent de faire écho dans le landerneau médiatique. 4 Jours de Dunkerque.La France entière a pu,Rénovation urbaine.Avec 209 logements les 6 et 7 mai, découvrir la liesse populaire entourant vétustes détruits et 215 reconstruits, c’est un chantier la célèbre classique dunkerquoise. Cette année encore, d’ampleur auquel se prépare le quartier du Jeu de Mail c’est par la voie deFrance 2etFrance 3 d’ici 2011. Un important projet d’aménagement queque les téléspectateurs ont suivi l’étape des collines de l’ArtoisLa Chronique du BTPa relaté dans son édition du 12 et la victoire finale de l’italien Roberto Pétito. Un succès mai. Associé à cette rénovation, le site de l’Ile Jeanty largement commenté parLa Voix du NordetLa Voixverra également la construction de 67 logements. des Sports. « Pour le seul quartier du Jeu de Mail, entre 2006 et 2007, plus de 63 millions d’euros seront dévolus aux Haro sur les sacs plastiques. de démolition et de construction » précise l’heb- projetsC’est sous ce titre queFrance 3a présenté, dans son édition du 24 avril, domadaire. la fin programmée des sacs jetables sur le L’annonce de la rénovation de 227 logements dans la Dunkerquois. À partir du 30 juin, il sera en effet impos- ZAC des Jardins, à Saint-Pol-sur-Mer, a les honneurs de sible de trouver des sacs plastiques dans les 22 super-La Chronique du BTP, le 24 mars. marchés signataires de la charte portée par la Chambre de Commerce et la Communauté urbaine. Une pre-Palais de l’Univers.La compétition lancée pour la mière régionale qui anticipe la loi visant à interdire en communication entourant son ouverture a fait les titres France les emballages non biodégradables à partir de du quotidienLa correspondance de la publicitéle 11 2010. mai. L’équipement communautaire se transforme en effet en un centre d’action culturelle scientifique, tech-DK6 : un ticket « gagnant-gagnant ».Tel est nique et industrielle. le sentiment qu’ont exprimé les dirigeants de Gaz de France et d’Arcelor à l’égard de François Loos, ministreGlobal City.Effervescence médiatique encore avec de l’industrie, et des élus venus visiter le site de DK6. Global City, le forum international des acteurs de la ville, Des propos relayés le 10 mai au 20 h deTF1et devant qui s’est tenu du 17 au 19 mai à Lyon. Les hebdo-les caméras deFrance 3 madaires. Un an après son inauguration, laVox Rhône Alpes et Business Immo.Infoont centrale thermique dunkerquoise soulève l’enthousiasme consacré au mois de mai de larges colonnes à cet des deux industriels. Produisant de l’électricité pour événement qui présentait 50 expériences de villes inter-400 000 habitants à partir des gaz sidérurgiques nationales sur le thème « Construire la ville durable ». d’Arcelor, celle-ci évite le rejet de 1,2 million de tonnes Invité à relater l’expérience dunkerquoise, Michel de gaz à effet de serre. Delebarre a présenté l’originalité de la seconde phase du projet Neptune. Celle qui porte sur la construction Performance portuaire.Le quotidienLes Echosdu Grand Large. Un quartier innovant dont l’exem-s’est penché le 24 avril sur « la nouvelle culture des plarité tient à l’intégration des problématiques grutiers de Dunkerque ». Une logique de service aux urbaines, sociales et environnementales comme le clients dans laquelle le Port autonome implique son souligna le président de la Communauté urbaine. personnel depuis trois ans. Un management porteur au vu des résultats obtenus depuis.Dunkerque Kursaal mène le baltitrait au mois d’avril la revue trimestrielleÉvénements Conventions. Neptune.Le quartier du Grand Large fait encore Clin d’œil au « vaisseau événementiel incontournable parler de lui. Cette fois-ci avec l’inauguration de la de la Côte d’Opale » complimenté pour sa fonction-résidence des Chantiers de France. La première à nalité, son esthétisme, sa polyvalence et son intégra-accueillir ses nouveaux habitants comme le titraitLation dans le paysage balnéaire. Voix du Norddu 12 mai, dans un format réduit et dynamisé par sa nouvelle maquette.
COMMUNAUTÉ URBAINE 2DE DUNKERQUE
JUIN 2006
N
REGARDS SUR L’AGGLOMÉRATION À la une des médiasPage 2 TROIS QUESTIONS À Michel DelebarrePage 3 MÉMOIRE Le Fort de Petite-SynthePage 4 LOGEMENT 150 places de plus pour les gens du voyagePage 6 TRANSPORT ET VOIRIE Les pistes cyclablesPage 8
DÉCHETS Compostez, la nature fait de le restePage 10 ASSAINISSEMENT ET EAU Les postes de relèvementPage 12
ÉNERGIE La chasse au gaspiPage 14 EXPRESSION DES GROUPESPage 16 PARTENARIAT Dunkerque PromotionPage 18 Global CityPage 20 Tour de France à la voilePage 22 Le Mag’ Le magazine de la Communauté urbaine de Dunkerque anciennement « Dunkerque Littoral » Pertuis de la Marine - BP 5-530 59386 Dunkerque Cedex 1 Tél. 03 28 62 70 20 www.dunkerquegrandlittoral.org Directeur de la publication :Patrick Chèvre Directeur de la communication et des nouvelles technologies :Jean-Pierre Triquet Rédaction :Jean-Marie Byache, Olivier Coppin Conception graphique :R Com’ Rigaux Service PAO :Anne-Carole Baylly, Michèle Keller, Myriam Louage Photographes :Christian Merlen, Jean-François Leca, Maryse Sailly Dépôt légal :N° 102 - Juin 2006 - N° ISSN 1779-4528 Tirage :90 000 exemplaires Impression :Imprimerie SIB Distribution :Adrexo
Michel Delebarre, q3uLee Msag’t:iLaoComnmusnautéàurbaine s’apancien ministre d’État député-maire de Dunkerque président de la Communauté urbaine prête à accueillir le départ du Tour de France à la voile pour la vingtième fois. C’est un record de longévité qui vous réjouit ? Michel Delebarre :Dunkerque accueille le départ de la course fort logiquement parce que, pour débuter le tour de France, le mieux est encore de commencer par le plan d’eau le plus septentrional... Mais il y a plus que cela ! Si on peut en effet parler de record, il honore la fidélité entre une cité et une pratique sportive totale-ment mêlée à sa nature, à son histoire, tant le sort de Dunkerque est lié à la mer. Aussi bien d’un point de vue sportif, culturel, touristique qu’économique. Pourtant, paradoxalement, on a parfois l’impression que seuls les marins en ont vraiment conscience, que la cause est sans cesse à plaider. Alors, oui, des grands événements comme le Tour de France à la voile sont les meilleurs avocats et de remarquables ambassadeurs de notre agglomération et de notre littoral.
Le Mag’ : D’autant qu’ils ne sont pas dénués de réjouissances, d’esprit de fête… MD :première fois que les Dunkerquois ne sai-Pour cela, je ne me fais aucun souci. Ce serait bien la sissent pas l’occasion de faire la fête. D’ailleurs, les « Bordées de la Citadelle » n’ont pas attendu le Tour pour s’exprimer. Mais avec les marins du Tour, c’est encore mieux. L’événement n’en résonne que plus, tout le monde a à y gagner. À propos de résonance, je tiens à souligner l’impact médiatique du Tour de France à la voile, relayé par la presse spécialisée c’est évident, mais aussi par les médias généralistes commeTF1, Canal +, France Bleu, etc. Cet écho-là concourt à l’image touristique positive du Dunkerquois et donc à l’économie locale.
Le Mag’ : Voilà encore une cause à plaider. Le tourisme faisait rire il n’y a pas si longtemps ; le prend-on au sérieux maintenant ? MD :L’idée d’un développement touristique possible engendrait la suspicion à la fin des années 80, parce que nous avions l’image d’une tradition industrielle exclusive. La fin des chantiers navals a contraint à diversifier l’horizon et on a commencé à se demander pourquoi on ne serait pas un littoral touristique comme tous ceux qui nous entourent. Reconnaissons aussi que le développement de l’économie touris-tique (emplois, activités, ressources financières...) est relativement récent. La Communauté urbaine apporte sa pierre à l’édifice, en implantant des équipements comme le golf, le Palais de l’univers, le parc zoologique refait à neuf, le Musée portuaire, en soutenant la transforma-tion du Kursaal… Mais elle n’est pas seule, le développement touristique est une affaire éminemment partenariale. L’étude sur les capacités d’hébergement touristique et leurs développements possibles, menée avec la Chambre de commerce et d’industrie, en est une preuve récente. Il reste encore beaucoup à faire pour être dans la durée une destination touristique attrayante. C’est le travail et l’ambition de tous, collectivités, professionnels, associations, offices de tourismes … au niveau local, départemental, régional et transfrontalier.
JUIN 2006
COMMUNAUTÉ URBAINE3 DE DUNKERQUE
P A T R I M O I N T R A D I T I O E T H I S T O I R
E N E
etdeP LealFnrrpuotaiferomtiliarenedLerdurepd,Penerdn-etiteébdedlsdnaerluntyStfuiXehetrermo-XtéieuomnolsirsnrtaSocnocuitcle.èrahctisceoniedltéurréepo,tsleiceelffcioeirsl,eaboffiogiepsuperste»agvrou«tltôluemoapurucdtuirllgéturielsiénetonsepdoiletrelnatesnripné-pleacEidééifetSsnueedduoraeussyounsabuDunLkderneaqrsecmmeostisseetn,euet.hessedetdnLoe répond, à l’époque, à des préoccupations liées blocs de pierre. Les douves sont creusées en d’une part à l’apparition de l’obus-torpille qui, dernier lieu, jusque la nappe phréatique, la terre depuis 1885, condamne à terme les anciennes et le sable extraits étant utilisés pour recouvrir fortifications, y compris celles élevées après la l’édifice. Cet ouvrage de béton armé, de forme guerre de 1870-1871, et d’autre part à la néces- approximativement hémisphérique, est érigé au sité de remanier la protection de Dunkerque suite cœur d’une zone de plus de 13 hectares. à la disparition programmée d’une partie des L’ouvrage auquel on accède par un pont fixe pro-remparts de la ville centre. longé par une partie mobile, comprend plusieurs éléments. Dix un couloir Une nouvelle défense avancéeideucalneidepprs,ètree35mlnoigut0mètresddinalde7tuaderrapedtetenrcaltrcounoiul,resllsaseitrapédgnolel r La loi du 24 décembre 1903 qui autorise le nivelle- composent le casernement. Elles pouvaient ment de la portion de la ceinture fortifiée du XIXeaccueillir une garnison d’environ 150 hommes. siècle, située au nord-est de Saint-Pol-sur-Mer, L’équipement comprend aussi, sur le flanc droit afin de permettre la construction de nouvelles du fort, une casemate, dite de Bourges, qui ren-darses et écluses ainsi qu’un avant-port, contraint fermait deux canons de 75 mm dans des cham-le génie militaire à repenser la défense avancée bres de tir séparées. Enfin, l’ouvrage abritait à de Dunkerque. Deux ouvrages équipés d’artillerie l’origine trois tourelles à éclipse, l’une étant sont ainsi envisagés, l’un sur le territoire de Petite- pourvue de deux canons de 75 mm à tir rapide, Synthe, dans le secteur du Dood Weg, destiné à les deux autres étant équipées de mitrailleuses couvrir sur 180 degrés l’arrière-pays, l’autre Hotchkiss. Ne subsiste aujourd’hui que la tourelle dénommé « ouvrage Ouest », implanté en front des 75 mm. de mer (1908-1911) pour assurer une défenseD nt côtière et le contrôle des accès du port. Ceura dernier fut rasé en 1962 pour faire place auxles guerres mondiales deux premiers hauts fourneaux de l’usine sidérurgique. En raison de l’éloignement du front, l’ouvrage ne im o t durant l Deux ans de travauxrusetuotuccallieextsnutéssédsedaolptrnauerre.IlaGrandeGlerôunasepouj qui viennent prendre quelque repos avant d’être Comme le rappelle la plaque apposée au-dessus renvoyés sur le front de l’Yser. Le fort ouvre aussi de l’entrée du fort, sa construction commencée ses salles à la population civile, affolée par les en 1906 s’achève en 1908. Les travaux de gros bombardements de canons à longue portée qui œuvre placés sous l’autorité du capitaine Bouvier, tirent sur la région de Dunkerque, base logistique
COMMUNAUTÉ INE 4UDERBDAUNKERQUE
JUIN 2006
1906-1908 : construction de l’ouvrage 1940 : reddition de la garnison 1946 : déclassement du fort 1974 : rachat par la ville de Dunkerque
acent des armées alliées. Quand éclate la Seconde Guerre mondiale, il est équipé d’une batterie de quatre canons de DCA et, en mai-juin 1940, sa garnison résiste jusqu’à l’ex-trême limite, avec l’énergie du désespoir. Le 4 juin 1940, après avoir menacé de raser la commune par bombardement, les Allemands exigent du maire, Arthur Debyser, son interces-sion en vue d’obtenir une reddi-tion immédiate sans condition. Puis, sous l’Occupation, l’en-nemi y effectue quelques travaux mais procède surtout à la construction, en périphérie, de plusieurs bunkers desser-vant de puissantes batteries antiaériennes. Un site historique À la Libération, en mai 1945, après le douloureux épisode de la « poche », l’ouvrage sert de canton-nement aux prisonniers de guerre affectés aux travaux de déblaiement et mis à la disposition de la population civile qui réintègre progressivement la cité en ruine. Devenu obsolète sur le plan mil-itaire, il est déclassé en 1946 puis acquis par la municipalité de Dunkerque en mai 1974. Une vocation de détente, de loisirs et de pratique sportive est dès lors donnée aux espaces extérieurs qui se muent en parc d’agglomération. Quant au fort, il accueille le stand d’entraînement au tir de la police nationale et le chenil de la brigade canine, soit deux activités qui contribuent
à la préservation de l’intégrité du site. Mais il n’estpas exclu que l’avenir lui assigne aussi, ponctuelle-ment, une mission culturelle.
Patrick Oddone
Vue extérieure de la casemate de Bourges « à échelon refusé », abritant une grande et une petite chambre de tir pour des pièces de 75 mm à tube raccourci. Sous l’Occupation, les Allemands surmontèrent d’un blockhaus cet édifice. Vestiges de la tourelle à éclipse dont le champ de tir des deux canons de 75 mm était limité à 170 degrés et couvrait l’arrière-pays. régimentaires laissés en 1945 par des prisonniersInscription et écussons de guerre allemands qui aspiraient à revoir leur patrie. Vue aérienne de l’ouvrage construit sur une surface de 2,5 hectares. De forme grossièrement hémisphérique, ses dimensions sont de 280 m de la berge ouest à la berge est, de 170 m de la tourelle gauche à la tourelle droite et de 75 m du nord au sud.
JUIN 2006
COMMUNAUTÉ5 URBAINE DE DUNKERQUE
L O G E M E N T- TRANSPORT ET
150 places de plus pour les gens du voyage La nouvelle aire d’accueil des gens du voyage, à Leffrinckoucke, est terminée. Il ne reste plus aux arbres qu’à pousser.
À Dunkerque, Grande-Synthe, Loon-Plage, Craywick et Leffrinckoucke, les aires d’accueil sont opérationnelles. Soit 450 places au total.
COMMUNAUTÉ 6UDREBDAIUNNEKERQUE
JUIN 2006
VOIRIE - DÉCHETS - ASSAINISSEMENT lAuoevuaetrria,nneemplacements,lensusFreadbsleenmrueep-,ccatrldibeoueldruirlragresestdenoau vec 150 ments, ceux des missions évangéliques par exemple ; de même que l’aire de Loon-Plage, avec 150 places elle aussi. Ainsi, le territoire de la Communauté urbaine est en confor-mité avec la loi, du moins en ce qui concerne l’accueil des grands passages pour lequel il doit disposer de deux aires. C’est ce que dicte le schéma départemental issu de la loi Besson de juillet 2000. Toutes les communes de plus de 5 000 habitants doivent proposer une aire d’accueil. Ici, c’est la Communauté urbaine, en vertu de sa compétence habitat, qui en assume la charge et le financement partagé avec l’État (et le Département pour les aires macadamisées). Aux communes de fournir le ter-rain. Certaines, à qui la loi ne l’impose pas, peuvent accueil-lir une aire volontairement. C’est le cas de Craywick avec un terrain estival de 50 places. D’autres projets sont aussi à l’étude, communs à Gravelines/Grand-Fort-Philippe et à Zuydcoote/Bray-Dunes. À Téteghem, un projet est lancé pour une aire de 24 cara-vanes qui devrait être opérationnelle en 2008. Un autre dossier, plus particulier, est aussi en cours à Gravelines, route de Calais, pour des gens du voyage sédentarisés. On connaît la pugnacité de Henri Loorius, vice-président de la CUD, sur cette question. Il se réjouit que notre territoire soit souvent montré en exemple et que des contacts soient même bien avancés avec la Communauté de communes Opale Sud (Berck-sur-Mer) pour une gestion mutualisée des aires d’accueil au niveau du territoire du Syndicat mixte de la Côte d’Opale.
Philippe Herlem, médiateur pour les gens du voyage à la Communauté urbaine
« Ma mission est d’accueillir et guider les groupes. Parfois aussi de gérer en amont les éventuels conflits. C’est beaucoup de travail relationnel. Les gens du voyage me connaissent bien maintenant, ils ont mon numéro de téléphone. Il m’arrive même de les aider pour des démarches administratives. »
E
ET EAU - ÉNERGIE
CHANTIER
Rosendaël
Première pierre pour la résidence Van Eeghem Construite en 1971, la résidence Van mière, qui durera jusqu’en mars 2007, Eeghem, située face au CHD, va se portera sur la démolition d’une aile et transformer en un Établissement de la reconstruction de deux nouvelles d’hébergement pour personnes âgées qui accueilleront : logements, salle de dépendantes. Une mutation soutenue vie commune, logement de fonction, par la CUD à hauteur de 114 000cuisine et une unité Alzheimer. La et engagée le 19 mai avec la pose de seconde, qui s’achèvera en juillet la première pierre. L’opération con- 2008, concernera la rénovation des duite par Habitat du Nord se fera en logements. La capacité d’accueil de la deux phases tout en conservant une résidence restera de 65 lits. grande partie du bâtiment. La pre-
CHANTIEReagPln-ooL DanslaZACdelaGrandeVacquerie Depuis fin avril, le bailleur social Habitat 62/59 a démarré un chantier de 28 logements individuels (un T3, vingt et un T4 et six T5) dans la ZAC de la Grande Vacquerie. Destinées à la location, ces maisons devraient être livrées en juillet 2007. RÉHABILITATIONPetite-Synthe Remise à neuf de 39 logements individuels 39 maisons locative, situées rue du des terrasses, le remplacement des Triangle et route de Fort-Mardyck sont portes d’entrée, la mise en conformité en cours de rénovation. Lancées en des installations électriques et l’installa-février par la Maison Flamande, les tion du chauffage central au gaz. La fin opérations portent sur la réfection des des travaux est prévue pour juillet. accès aux logements et de l’étanchéité
HQEM-raoFtrydkc 27 appartements HQE Le Cottage Social des Flandres a entamé, depuis avril, la construction de 27 appartements locatifs répondant aux critères de haute qualité environnemen-tale (HQE). Situé rue de l’Eglise, le chantier porte sur la réalisation de huit T2, neuf T3, sept T4, trois T5 et de deux cellules commerciales. La livraison est programmée pour juillet 2007.
INFOS INFOS INFOS...
Livraison
Entamé par la Maison Flamande en mars 2005, le programme de logements locatifs de la rue Anatole France àDunkerqueest désormais terminé. Il se compose de 14 appartements (quatre T2, sept T3 adaptés aux personnes âgées et trois T4) et des 7 maisons (deux T2, deux T3 adaptés aux personnes âgées, deux T4 et un T5). La remise des clés aux locataires interviendra le mois prochain. Projets La construction d’une quinzaine de maisons locatives (du T2 au T5) doit débuter ce mois-ci àCuoqreuedeklage-Vil. Situées au Clos des Amandiers (à proximité de la mairie), elles devraient être livrées en juillet 2007. POUR EN SAVOIR PLUS Le Cottage Social des Flandres 2, rue Louis Burnod - BP 5305 59379 Dunkerque Cedex Tél. 03 28 58 08 58 SA Habitat 62/59 19, place de la Gare 59140 Dunkerque Tél. 03 28 65 86 70 Partenord Habitat - Agence de Dunkerque 11, place du Carré de la Vieille 59140 Dunkerque Tél. 08 20 00 59 59 La Maison Flamande 51, rue Poincaré 59140 Dunkerque Tél. 03 28 26 75 75 Direction Habitat et Logement Quai de Goole - 59140 Dunkerque Tél. 03 28 62 71 27 Habitat du Nord - Agence Flandre Littoral Résidence Jean Bart - Entrée S - Appartement 1 Rue de la République 59430 Saint-Pol-sur-Mer Tél. 08 11 71 59 59
JUIN 2006
COMMUNAUTÉ7 URBAINE DE DUNKERQUE
LOGEMENTTRANSPORT ET
Pistes cyclables : le grand braquet La mise en place du Plan de Déplacement Urbain (PDU) prévoit une large place réservée aux deux roues.
Environ 150 kilomètres d’itinéraire cyclable desservent actuellement lagglomération dunkerquoise.
COMMUNAUTÉ URBAINE 8DE DUNKERQUE
JUIN 2006
VOIRIE
DÉCHETS - ASSAINISSEMENT
Ie«nreéjauonolaanitbioitelndrquoisàpédaler.cntireeldsnuekTTeollueséàtaivt,élleoln,-amàlaq»elleuiuj3 participait la CUD. L’occasion, bien sûr, de se dégourdir les jambes, mais aussi de (re)découvrir les itinéraires cyclables de l’agglomération. Un parcours communautaire qui, depuis l’adoption du PDU en 2003, s’allonge de dix kilo-mètres tous les ans. Politique certes volontariste mais qui n’est pas sans contraintes techniques comme le souligne Laurent Thirionet, chargé d’études à la Direction des trans-ports et déplacements urbains de la CUD : « Créer une piste cyclable n’est pas aussi simple qu’il n’y parait. Avant de con-cevoir un tronçon, il y a toujours des études préalables. Que ce soit en matière d’incidence sur l’environnement ou d’im-pact sur le trafic. Sans oublier qu’il faut réfléchir à la signalétique et veiller à la sécurité du cycliste sachant qu’il cohabite avec d’autres usagers de la route. Tout cela prend du temps ». Des préconisations qui n’ont pas pour autant entamé la dynamique engagée. Pour preuve, les différents projets en cours. À commencer par la piste cyclable reliant l’allée Fénelon à la patinoire de Dunkerque. Actuellement en chantier, elle achève l’axe reliant Bergues à la plage en longeant le canal exutoire. Autre dossier à l’étude : la ligne Dunkerque-Adinkerke. Bordant la voie ferrée, elle fait partie du tracé «véloroutes voie verte» du littoral. Des itinéraires pour cyclotouristes dessinés par la Région et sur lesquels la CUD intervient localement. Une démarche similaire est en cours avec le Département qui souhaite créer des parcours VTT sur l’agglomération en rejoignant les tracés belges existants.
Marie-France Gouteau, habitante de Téteghem
« Cela fait 17 ans que je roule en club et je trouve qu’il y a des efforts de faits en matière d’aménagement de pistes cyclables. Surtout en milieu urbain ».
T
ET
EAU
-
ÉNERGIE
>La rue Félix Faure à Rosendaël. Les chantiers en cours Placés sous maîtrise d’ouvrage communautaire, voici les chantiers actuellement engagés sur l’agglomération.
Dunkerque
Les riverains du boulevard Paul Verley, àeerquDunk, bénéficieront bientôt d’un tronçon rénové. Située entre la place de la Victoire et la rue du 110eRI, la section sera rendue à la circulation le 16 juin après trois semaines de travaux. Coût : 87 000. ÀlesoRëadn, peau neuve pour les trottoirs de la rue Félix Faure. Débutée le 9 mai, la réfection se terminera le 9 juillet pour un montant de 153 000. Un quai de bus est également en chantier avenue du Stade, depuis le 5 juin. Les travaux, d’un montant de 36 000, s’étaleront sur quatre semaines. Délai identique pour la rénovation du trottoir et du parking de la rue Jean Zay, àPetite-Synthe, qui touche à sa fin. S’élevant à 36 500, l’opération s’achèvera le 9 juin. Enfin, deux chantiers d’un mois et demi ont démarré le 5 juin àaB-sel-olaMins. Le premier du côté de l’allée Fénelon où est créée une piste cyclable (coût : 115 000) ; le second au niveau de l’avenue des Bains et de la place Paul Asseman où l’on procède à des aménagements de sécurité (coût : 70 000). Grande-Synthe La réfection de la rue Francisco Ferrer est entrée dans sa troisième phase depuis le 22 mai avec la réalisation d’un chemin piétonnier. Une opération qui s’étalera sur cinq semaines et pour un montant de 40 000. Autre chantier, celui du square Le Bégarosse qui fait l’objet d’un lifting depuis le 5 juin. Délai des travaux : sept semaines pour un coût de 145 000. Saint-Pol-sur-Mer
Gros chantier du côté de la rue Eugène Varlin. Une première phase de rénovation a débuté le 5 juin. Elle concerne la section située entre la rue Victor Hugo et le deuxième carrefour de la rue Blanqui. Délai des travaux : deux mois et demi pour un montant de 173 000.
Grand-Fort-Philippe Un mois et demi de travaux sera nécessaire pour refaire un tronçon de la rue Leprêtre, place Charles Valentin. Entamé le 29 mai, le chantier se chiffre à 120 000.
Bray-Dunes Depuis le 6 juin, la rue des Chênes est en réfection. L’opération s’achèvera trois semaines plus tard, pour un montant de 35 000.
INFOS INFOS INFOS...
Fin des travaux Gravelines: chemin du Pont de Pierre. Bourbourg: chemin du Nieuwgracht. Grande-Synthe: parking de la tour du Rousillon, situé rues Allende et de Provence, ainsi que le parking de la rue Debussy. Craywick: chemin du Lansweg.
>Revêtement tout neuf pour le chemin du Lansweg, à Craywick.
Armbouts-Cappel: rue du Laboureur. Cappelle-la-Grande: abords du presbytère, rue du Général de Gaulle. Rosendaël: quai des Maraîchers. Bray-Dunes: pont de Ghyvelde. Projets
Armbouts-Cappel: rénovation de la rue du Bourg du 12 juin au 11 août. Petite-Synthe: réalisation d’un quai de bus du 19 juin au 4 août. Malo-les-Bains: réfection des trottoirs de la rue Belle Rade du 26 juin au 8 septembre. Dunkerque: réfection des trottoirs de la rue du Gouvernement du 3 au 21 juillet. Cappelle-la-Grande: création d’un giratoire rues des Sept Planètes et de Bierne du 3 juillet au 15 septembre. Leffrinckoucke: création d’un giratoire rue du Pont de juin à septembre.
POUR EN SAVOIR PLUS Transport Services à la demande N° Illico : 0800 175 175 DK'Bus Marine - Agence commerciale 12, place de la Gare - 59140 Dunkerque Tél. 03 28 29 27 09 Voirie Régie voirie Boulevard Desmidt - 59640 Dunkerque Tél. 03 28 25 92 70
JUIN 2006
COMMUURNBAAUINTÉE9 DE DUNKERQUE
LOGEMENT- TRANSPORT ET VOIRIEDÉCHETSI N I S S E M E N TA S S A laCnoamtuproestfeaizt,Les adeptes du compostage comptent donc 261 foyers sup-plémentaires, soit 5 % des usagers à qui la CUD a offert le choix entre un bac vert ou un composteur. C’est à peu près la proportion observée à chaque dotation. Au total, plus de s de laldeernièrreedostattioen000 foyers de la Communauté urbaine ont opté pour le1 Lorcompostage. en poubelles vertes, en février et mars,L’avantage, comme pour la Verte, est bien évidemment 5 % des usagers ont préféré le composteur.d’éviter de jeter au bac marron une quantité conséquente (30 %) de déchets fermentescibles. C’est un point impor-tant du schéma global de gestion de nos déchets. La Communauté urbaine dispose même maintenant de deux « maîtres composteurs » (une référence chez nos voisins belges), Arnaud Salek et Fabienne Denis, récemment for-més dans le cadre du programme européen Reduce, tous deux disposés à prodiguer leurs conseils. Des stages ouverts à tous ont eu lieu ce printemps, d’autres seront organisés. L’intérêt du compostage est aussi pour l’usager, qui prépare ainsi un compost de qualité destiné au jardin ou aux plantes d’agrément. D’autant que la chose n’a rien de sorcier. Elle ne réclame qu’un peu de surveillance pour entretenir un bon processus de décomposition et éviter mauvaises odeurs et moucherons. Il suffit d’entretenir une aération et une humidité suffisantes, et surtout de veiller au bon équilibre entre déchets azotés (verts, mous et humides) et au compostage, le 18 juin àdéchets carbonés (secs et bruns). Le reste est affaire de Zuydcoote, lors du festival dumille et un trucs et astuces que nous nous efforçons de Sable et des Érables.publier ici le plus régulièrement possible. Au demeurant, le composteur n’est pas la seule technique. On peut aussi préparer du compost « en tas », « en silo », ou par « lombricompost » avec la complicité des vers de terre. C’est selon les besoins et la taille du jardin.
COMMUNAUTÉ 10URBAINEE DE DUNKERQU
JUIN 2006
Marie-Madeleine Metsu, habitante de Cappelle-la-Grande « Je me suis organisée avec les collègues de travail pour pratiquer le compostage ensemble. Maintenant, on a pris le pli, ce n’est pas contraignant du tout. Et c’est fou la quantité de déchets qu’on évite de mettre dans la poubelle. »
T
ET
EAU - ÉNERGIE
Charte
Agglo
>Un public attentif, le 15 mai à la Communauté urbaine. Trier plus, valoriser mieux Après le « livre ouvert », la charte. On à la source, l’optimisation du recy-en a eu un avant-goût le 15 mai, lors clage, l’information et la maîtrise des d’une réunion où Roméo Ragazzo, coûts. Pour qu’au final « le citoyen vice-président en charge de la gestion puisse tirer bénéfice de son geste. » des déchets, a présenté un premier Chacune de ces quatre familles d’ac-jet du document. tions est assortie d’axes de travail Née des nombreuses contributions (avec objectifs chiffrés) dont certains, des groupes de concertation qui se comme la réduction des sacs plas-sont réunis tout au long de ces tique, sont déjà en cours. On y trouve derniers mois, la « charte pour un ter- des choses simples, « promouvoir ritoire responsable et exemplaire » l’eau du robinet » par exemple, et sera définitivement adoptée par les d’autres de plus longue haleine élus communautaires après avis de la comme la mise en place de Commission consultative des services ressourceries. Le plan d’action établi publics et du Conseil de développe- pour la période 2006-2012 com-ment durable. porte aussi un gros volet éducatif et La CUD souhaite refonder sa poli- de sensibilisation afin que chacun tique en matière de gestion des s’engage et partage cette ambition déchets, sur quatre orientations forte en faveur du développement majeures : la réduction des déchets durable.
Au palmarès des trieurs À chaque déchargement des bennes de ramassage, sur les 69 secteurs qui partagent l’aggloméra-tion, Triselec effectue un contrôle visuel de la qualité des collectes sélectives, leur attribue une note et engrange toutes ces statistiques. Bravo donc aux dix secteurs cham-pions de la Bleue début mai : Fort-Mardyck, Grand-Fort-Philippe (sud de la rue de l'Yser), Rosendaël (Tente Verte) + Leffrinckoucke (ouest), Bourbourg (sud-est), Zuydcoote + Leffrinckoucke (nord de la rue du Général Catroux), Saint-Pol-sur-Mer (cité des Bazennes et cité BP), Petit-Fort-Philippe + Mardyck, Gravelines (sud de la zone de la rue du Moulin et rue des Jardins) + St Georges-sur-L’Aa, Saint-Pol-sur-Mer (quartier situé entre les rues Gambetta, Raspail, Victor Hugo, Parmentier et allée de Bourgogne), Petite-Synthe (de la rue Telly à la rue Pitillon, avec la zone de Castorama).
INFOS INFOS INFOS...
Trucs du tri Il y a papier et papier Les prospectus, journaux, magazines et papiers « ordinaires » entameront une deuxième vie grâce à la poubelle bleue. Mais attention, pas le papier peint. Les essuie-tout, mouchoirs et serviettes de tables même propres, ont déjà trop vécu : ils sont destinés à la poubelle marron. Ou mieux, au bac vert d’où ils pourront alors être recyclés en compost grâce au centre de valorisation organique.
Un conseil Évitez de déchirer le papier en petits morceaux ou de le transformer en boulettes lorsque vous le jetez dans la Bleue. Cela facilitera le travail des opérateurs de Trisélec qui opèrent à la main et avec des gants. Les confettis ne sont pas leurs copains.
POUR EN SAVOIR PLUS Direction de l’écologie urbaine Régie de collecte des ordures ménagères Rue A. Carrel - 59640 Petite-Synthe
Le saviez-vous ?
Stop pub Les vacances approchent et vous allez certainement partir. Pendant votre absence, ayez le réflexe « stop pub », appliquez sur votre boîte aux lettres un autocollant ou un message manuscrit indiquant que vous ne souhaitez pas recevoir de prospectus. Cela limitera le gaspillage de papier et vous évitera d’être envahis de dépliants publicitaires qui se seront accumulés et que, de toute façon, vous n’aurez pas pu lire durant vos vacances. Et rien n’empêche, si vous êtes accros aux promotions, d’ôter le message à votre retour.
JUIN 2006
COMMUNAUTÉ11 URBAINE DE DUNKERQUE
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.