Tout a été dit. Sans doute. Si les mots et les sens d'idée.

Publié par

Tout a été dit. Sans doute. Si les mots et les sens d'idée.

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 61
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
Lepoiidss1sur l’apprentissage d’une langue étrangère.Réfléchir dessmotss Nommer, définir, substituer. Se débrouiller dans les situations d’incompréhension. Découvrir l’évolution des langues en France et dans le monde. Découvrir les dictionnaires et la richesse du sens des mots.
LES MOTS ET LES ANNÉES e magazineÇa m’intéresse(mars 1996) a élu le L « mot-clé » de ces vingt dernières années. Qu’il soit courant, fabriqué ou importé, le « mot de l’année » est représentatif de l’actualité et de l’évo-lution de la société. Ainsi, les mots phares du début des années 80 témoignent d’une société heureuse et insouciante avecGlisse(1983),Light(1984) et Jetable(1986). En 1987,Glasnostmontre l’intérêt des Français pour les bouleversements qui se pro-duisent en Union soviétique. Mais bientôt la crise s’installe :Banlieues(1989) etSDF(1990) ; crise que les Français essaieront d’oublier en se passionnant pour les Jeux olympiques et l’Exposition univer-selle :Espagne(1992), ou en allant voir le filmLes Visiteurs(Okkay,1993). 1994(Politiquement correct) et 1995(Affaires)seront des années de préoccupa-tion morale. Quant à 1996, elle retrouve son optimisme en surfant sur la vagueInternet.
Un mot, et tout est sauvé Un mot, et tout est perdu André BRETON(1896-1966), poète surréaliste.
... Car le mot, qu’on le sache,Toutétédit.Sa n s a est un être vivant...doute. lesmots Si angésens Les mots sont les passantsn’avaientchde mystérieux de l’âme.etles sens didée. Victor HUGO(1802-1885), poète, romancier, dramaturge.Jean PAULHAN(1884-1968), écrivain. 4• Quatre
ÀLA DÉCOUVERTE DES MOTS DUNE LANGUE ÉTRANGÈRE
Lorsqu’il était enfant, en Russie, Andreï Makine a appris ses premiers mots de français à travers les récits de sa grand-mère française.
[...] Notre grand-mère nous avait dit un jour en parlant de saville natale : – Oh ! Neuilly à l’époque était un simple village... Elle nous l’avait dit en français, mais nous, nous ne connaissions que les villages russes. Et le village en Russie est nécessairement un chapelet d’isbas. [...] Au nom de « Neuilly », c’est le village avec ses maisons en bois, son troupeau et son coq qui surgissait tout de suite. Andreï MAKINE,Le Testament français,Mercure de France, 1995.
Hospitalisé en Allemagne et ne connaissant que quelques mots d’allemand, l’écrivain François Cavanna essaie de comprendre ce que les médecins disent à son sujet. ’ai quand même retenu un mot, qui est revenu J un peu trop souvent dans leur conversation si animée : « Blutvergiftung ». Voyons voir. « Blut », c’est le sang. De ça, au moins, je suis sûr. Je retourne dans tous les sens le bric-à-brac qui suit. Je finis par repérer « Gift ». Je connais ça. Ça res-semble à un mot anglais, et justement faut pas confondre. Voyons... « Gift », en anglais, c’est « cadeau ». En allemand, c’est... Ça y est ! « Poi-son » ! Gift : poison [...]. Attends. « Vergiften », c’est donc faire quelque chose avec du poison. Qu’est-ce qu’on peut faire avec du poison ? Eh, empoisonner, pardi ! Vergif-ten : empoisonner. Vergiftung : empoisonnement. Blutvergiftung : empoisonnement du sang. Je me sens pâlir. Empoisonnement du sang ! [...] Un mot d’autrefois. Aujourd’hui, on ne dit plus comme ça. On dit... On dit « septicémie ». Voilà. Je me tape une septicémie. CAVANNA,Les Russkoffs,Albin Michel, 1978. Le tout est de 1. Réflexion sur les mots tout dire et je manquea. À partir des documents de cette double page, réfléchissez : de mots Et je manque de – au sens, à l’emploi et à l’origine des mots ; – aux difficultés que l’on rencontre quand on apprend une temps etjelangue étrangère. Confrontez vos expérie nces et vos manque méthodes d’apprentissage. b. Faites en groupe une liste des mots clés qui, pour chacune d ’ a u d a c e. de ces dix dernières années, ont été représentatifs de l’ac-Paul ÉLUARD(1895-1952), poète surréaliste.tualité et de l’évolution de votre pays. Justifiez votre choix. Cinq •5
NOMMERSUBSTIITUER
NOMMER 1. Nommer des personnes ou des choses indé-2. Nommer les actions ou les qualités. finies. Pour parler d’une action (verbe) ou d’une qualité Emploi d’un terme général (adjectif) : Une personne – un homme (un monsieur) – uneTransformez le verbe ou l’adjectif en nom femme (une dame) – un individu – un être – un type(quand c’est possible). (fam.) – un mec (fam.) – les gens, etc. Pierre est parti. Ta tristesse est aussi Son départ m’a rendue Qui c’est, cette dame ? la nôtre. Si on allait faire triste. un tour en boîte ?
Une chose – un objet – un instrument – un truc (fam.) – un machin (fam.), etc. Emploi d’un pronom Pour les personnes : quelqu’un – chacun – autrui – quiconque – on – celui qui... / que, etc. négation(ne...) personne (ne...) – nul ne... Pour les choses : quelque chose – ce qui... (que...) négation(ne...) rien (ne...)
1PROVERBES Reformulez les mots en italique. Imaginez des situations où l’on peut employer ces proverbes. Nuln’est censé ignorer la loi. Quiconqueest coupable sera puni. • Ne fais pas àautrui ce quetu ne voudrais pas qu’on te fasse à toi-même ! Chacunpour soi et Dieu pour tous. Rien nesert de courir, il faut partir à point. Vouloirc’est pouvoir. • Faisce quetu dois. Adviennequepourra.
2NOMINALISATIONS Transformez les mots en italique pour en faire les sujets des phrases incomplètes. Histoire de la langue française. e • AuIIsiècle avant J.-C., les Romainsont occupéla Gaule (territoire de la France actuelle). ... a duré plusieurs siècles et la langue gauloisea disparu. ... s’est faite au profit du latin. • Jusqu’à la fin du Moyen-Âge, la France est restée un payssans unité,fragileetpolitiquement instable. ..., ..., ... ont permis à plusieurs peuples d’envahirle territoire fran-çais. ... des Germains, des Scandinaves et des Arabes ont laissé des traces dans la langue. e • À partir duXVIsiècle, les Français voyagent etsont en contact avec de nombreuses cultures. ... leur fait décou-vrir des choses nouvelles (le chocolat ou le café par
6• Six
Utilisez l’expression «le fait de+ infinitif » ou «le fait que+ subjonctif ». Jacques a gagné au Loto. Le fait d’avoir gagné n’a pas changé ses habitudes (Le fait qu’il ait gagné...). L’infinitif peut aussi avoir une valeur de nom. « Partir, c’est mourir un peu » (proverbe).
LesSerments de Strasbourg(842), premier texte connu en vieux français.
exemple). Les noms qui désignent ces choses sont tout naturellementempruntésà la langue du pays d’origine. ... aux langues d’Europe, d’Amérique ou d’Asie, vien-nent ainsi enrichir la langue française.
Histoires de mots
SUBSTITUER Pour éviter la répétition d’un nom, on utilise : a. un autre nom plus général :M. Lambert – cet homme – ce professeur, etc. b. un pronom personnel c. un pronom démonstratif(quand on montre ou qu’on fait référence).(Voir p. 82). d. un pronom possessif(quand il y a une idée de possession). e. un pronom indéfini(quand on fait référence à une partie d’un ensemble) : L’un... l’autre (un autre) – les uns... les autres (d’autres). La plupart – beaucoup – plusieurs – certain(e)s – quelques-uns(e)s – peu – tout (tous, toute, toutes) (quand on veut insister sur la totalité). négation(ne...) aucun(e) (ne...) – (ne...) pas un(e) (ne...).
3RÉVISION DES PRONOMS PERSONNELS a. Complétez le texte ci-dessous. b. Faites un tableau des pronoms personnels en tenant compte : de la construction du verbe(sans préposition, avec la préposition « à », avec la préposition « de », avec les autres prépositions); du type de mot remplacé(personnes ou choses).
Conversations à propos du prénom d’un futur bébé. Léa :Alors, cette fille, comment vas-tu ... appeler ? Quel prénom vas-tu ... donner ? Tu ... as réfléchi ? Ce sera quoi : Mathilde ? Clara ? Myriam :Ce sont des prénoms trop à la mode. Nous voulons ... éviter. Nos deux premiers enfants ont des pré-noms très classiques. Nous ... regrettons un peu. Que penses-tu de Faustine ?
Entraînez-vous
1.Pronoms personnels remplaçant des personnes. Une amie vous pose des questions à propos des per-sonnes que vous avez rencontrées dans une soirée. Répondez en utilisant les indications suivantes. 1. Oui, ... – 2. Non, ... – 3. ... très sympathique – 4. Non, ... – 5. Oui, ... – 6. Non ... – 7. Si, ... – 8. Oui, ...
Léa :C’est très original ça. Des Faustine on n’... trouve pas beaucoup. Et ça plaît à tes parents ? Myriam :Ça, je m’... moque. L’essentiel, c’est que ça ... plaise à ... . Léa :Et ton mari, qu’est-ce qu’il ... pense ? Myriam :C’est ... qui ... a trouvé. 4SUBSTITUTION PAR UN PRONOM INDÉFINI À partir des indications suivantes, rédigez un texte de quelques lignes sur l’origine des mots français. Utilisez les pronoms indéfinis. « Les mots de la langue française ont diverses origines. La plupart ... ORIGINE DES MOTS FRANÇAIS Latin :86,5 % Langues germaniques :1,5 % Langues scandinaves :0,1 % Gaulois :0,1 % Arabe :0,1 % Emprunts :11,7 % • Origine des emprunts : e anglais(nombreux auXVIIIsiècle et depuis 1945),espagnol et portugais(quelques termes militaires ou littéraires et noms de produits exotiques),grec(formation du vocabu-e laire scientifique),italien(nombreux à partir duXVIsiècle).
2.Pronoms remplaçant des choses. Vous deviez acheter une maison. Un ami vous inter-roge. Répondez en utilisant les indications sui-vantes. 1. Oui, ... – 2. Non, ... – 3. Oui, ... – 4. ... dix – 5. Oui, ... – 6. Oui, ... – 7. Oui, ... – 8. Oui, ...
Sept •7
FAIRE DES HYPOTHÈSES SUR LE CONTENU D’UN TEXTE
8• Huit
Dans certains pays comme la Belgique, le Canada ou l’Espagne, la cohabitation de deux langues pose quelquefois des problèmes.
1HYPOTHÈSES a. Lisez le titre de l’article de la page 8. Imaginez différents sujets d’articles portant ce titre. b. Lisez l’introduction. Faites une liste des informations et des arguments que l’on peut s’attendre à trouver dans l’article. c. Lisez la première phrase de chaque paragraphe de l’ex-trait. Imaginez le contenu de chaque paragraphe. 2LECTURE ET COMPRÉHENSION DU TEXTE er • 1paragraphe : relevez les informations apportées. e • 2paragraphe : faites la liste des arguments de Ruppert Murdoch. 3DÉBATS ET ARGUMENTS Recherchez des arguments pour ou contre les idées de R. Murdoch. Choisissez une situation précise. Aidez-vous du vocabulaire du tableau ci-dessous.
LE DANGER – LA MORT – LA SURVIE
• Le danger: être en danger / hors de danger. • Le risque: risquer sa vie – risquer de +infinitifs’exposer (à...) – prendre des risques – courir un risque – faire quelque chose « à ses risques et périls ». Être menacé – être dans une situation critique, risquée. • Mourir: succomber – s’éteindre (une extinc-tion) – disparaître – décéder (personnes). • Sauver(le salut) : préserver – secourir (se por-ter au secours de...). • Survivre(la survie – une survivance) : se conser-ver – se perpétuer – subsister. • Renaître(une renaissance) : revivre – réappa-raître (une réapparition). • Se développer: progresser – s’étendre – s’épa-nouir / décliner.
Langues L’UNIFICATION LINGUISTIQUE DE LAFRANCE u Moyen Âge, la France est politiquement et lin-A guistiquement un puzzle de petites seigneuries plus ou moins liées entre elles mais deux grands ensembles linguistiques existent : – dans la moitié nord, les pays delangue d’oïlqui ont subi l’influence germanique ; – dans la moitié sud, les pays delangue d’ocqui sont restés davantage attachés au latin (« oïl » et « oc » sont les deux façons de dire « oui »). Cette diversité, qui subsistera dans les parlers régio-e naux jusqu’au milieu duXXsiècle, va disparaître pro-gressivement. e AuXVIsiècle, le français de l’Île-de-France est déclaré langue officielle. er Napoléon Ibrise l’unité des provinces qu’il divise en départements. e En 1881, la IIIRépublique crée une école obligatoire, laïque, gratuite. Le français est l’unique langue d’en-seignement. e AuXXsiècle, la centralisation politique, économique et médiatique achèvera l’unification. Aujourd’hui, les accents et les expressions régionales sont des survivances de l’ancienne diversité. Certains, par nostalgie ou par militantisme politique, essaient de faire revivre les langues régionales.
4LA SITUATION LINGUISTIQUE EN FRANCE a. Quelles sont les étapes de l’unification linguistique de la France ? b. D’après vous, cette évolution a-t-elle été une chose posi-tive ou négative ? c. Comparez avec l’évolution linguistique dans votre pays.
Au Pays basque, traditions et langue basque se maintiennent.
Neuf •9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.