Bertolt Brecht et Fritz Lang, le nazisme n'a jamais été éradiqué

De
Publié par

Danielle Bleitrach, sociologue, universitaire spécialiste de la mondialisation et du développement, auteur de nombreux ouvrages sur le mouvement ouvrier, l’Amérique latine et plus récemment sur l’espace postsoviétique, a voulu interroger deux antinazis. Il s’agit de deux références dans leur domaine, Brecht et Lang, dont la rencontre a lieu à Berlin – L’Opéra de quat’sous, M le Maudit – puis l’exil, là ils retrouvent un autre grand, Hanns Eisler, le musicien, le communiste, et ils font un film sur l’assassinat d’Heydrich, le bourreau de Prague : Les Bourreaux meurent aussi. Heydrich est le bourreau des juifs, l’organisateur de la solution finale, question juive à laquelle il ne sera pratiquement pas fait allusion dans le film. Pourquoi ce silence, pourquoi le choix de la fiction, l’histoire d’un mensonge collectif de la population pragoise ? Mais surtout en quoi, aujourd’hui, le vaccin antifasciste a-t-il désormais perdu son efficacité, laissant chacun impuissant devant le retour des périls ?
Publié le : dimanche 21 février 2016
Lecture(s) : 4
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782367160597
Nombre de pages : 402
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Bertolt Brecht et Fritz Lang Le nazisme n’a jamais été éradiqué
Collection Thèses/essais
Déjà paru : Le populisme américain au cinéma de D.W. Griffih à Clin Easwood : un héros populise pour unir ou diviser le peuple ? par David Da Silva Jean Eusache ou la raversée des apparences par Jérôme d’Esais Philippe Garrel une eshéique de la survivance par Thibaul Grasshoff La révélaion du emps par les figures sonores dans les films d’Andreï Tarkovski e d’Andreï Zviaguinsev par Macha Ovchinnikova Trajecoires balsaciennes dans le cinéma de Jacques Rivee par Francesca Dosi L’Hisoire de l’Ialie à ravers l’œuvre d’Eore Scola par Charles Beaud
ISBN 978-2-36716-122-8 ISSN 2417-2995 Dépô légal aoû 2015 Imprimé dans l’Union européenne Maquee : www.lemoif-graphisme.com
Édiions LeMoif 105, rue de Turenne 59110 La Madeleine – France Tél. 33 (0)3 66 97 46 78 Télécopie 33 (0)3 59 35 00 79 E-mail : conac@lemoif.com www.ediion-lemoif.com
Danielle Bleitrach
Richard Gehrke
avec la collaboraion de Nicole Amphoux e de Julien Riebel
Bertolt Brecht et Fritz Lang Le nazisme n’a jamais été éradiqué
Sociologie du cinéma
Ce livre es né d’un maser de cinéma mené à l’Universié de Provence ; que soien donc remerciés les amis e collègues Jean-Luc Lioul e Caroline Renard, ainsi que ma jeune condis-ciple qui a inspiré le ire, Barbara Panero, ce fu une avenure. Nicole Amphoux a bien voulu lire e relire de son œil aenif e criique les différenes éapes du manuscri.
Pour une sociologie du cinéma
Les Bourreaux meuren aussi, le film qui a associé dans leur exil Berol Brech e Friz Lang, es sori sur les écrans éas-uniens en 1943. Il es quasimen conemporain de l’événemen qu’il relae : l’assassina par la Résisance chèque, le 27 mai 1942, d’Heydrich, le Bourreau, le Reichsproekor de Prague. Heydrich es le hau digniaire nazi qui a mis en œuvre la Soluion finale. Dès 1933, il paricipe aux premières répressions menées par le régime nazi. Il conribue à remplir le camp de Dachau ouver en mars, don la garde es confiée à la SS en 1 avril . De 1940 à 1943, sous sa direcion, les Einsazgruppen, des commandos de ueurs, assassinen plus d’un million de personnes, des Juifs esseniellemen e, à parir de juin 1941, des prisonniers de guerre soviéiques e des Tziganes. Dans un premier emps, avec les fusillades, appelées la Shoah par balles, e dans un deuxième emps, avec les camions à gaz iinérans ; puis la mise en place des camps d’exerminaion avec une pre-mière vague en 1941 e une deuxième vague en 1942. Encadrée par la conférence de Wannsee, qu’Heydrich préside le 20 janvier 1942, au cours de laquelle oue l’adminisraion allemande es mobilisée en vue de l’exerminaion. Heydrich, le bourreau, peu ou auan e plus qu’Eich-mann êre associé à ce qui a éé élevé dans la conscience col-lecive à un symbole génocidaire, à savoir Auschwiz. Ce lieu es un symbole : «Son bilan – près d’un million de mors – a éé
1. Il enai à y envoyer Thomas Mann, le prix Nobel de liéraure qu’il considérai comme marxise e enjuivé. Thomas Mann e oue sa famille, don Klaus Mann e Heinrich Mann, duren s’exiler. Ils paragèren à Hollywood l’exil de Brech e de Lang.
POUR UNE SOCIOLOGIE DU CINÉMA
9
au final inférieur à celui de Treblinka. Mais Treblinka éai un camp régional e il fu fermé parce qu’il n’avai plus de raison d’êre : ous les Juifs polonais avaien éé ués. La âche d’Aus-chwiz, au conraire, ne fu par chance jamais achevée : des cen-aines e des cenaines de milliers de Juifs français, bulgares, roumains, hongrois auraien dû, suivan les plans nazis, y êre déporés e assassinés ; ils ne le furen pas. […] En un sens quand on parle du génocide des Juifs, il faudrai oujours dire Babi Yar e Auschwiz, e même Babi Yar, Treblinka e Auschwiz. Mais 2 on quie alors la symbolique pour verser dans l’énuméraion. » Cee exerminaion, Heydrich l’a conrôlée méiculeuse-men. Il es le dirigean nazi qui en a maîrisé oues les éapes, y compris la froide compabilié de la nui de crisal. Mais le film de Friz Lang e Berol Brech ne présene jamais Heydrich comme un anisémie forcené. Il es le bourreau de Prague, de la populaion chèque e il n’es praiquemen pas quesion des Juifs dans le film… Il y avai là une énigme e le poin de dépar d’une réflexion sur la relaion enre l’Hisoire e le cinéma. Très vie une deuxième inerrogaion es venue ren-forcer la première. En 1943, avecLes Bourreaux, soren deux films sur le même suje :Hiler’s Madmande Douglas Sirk eThe Silen Village d’Humphrey Jennings. Ils décriven ous deux les conséquences de l’aena conre Heydrich, en pariculier l’exerminaion des habians d’un village minier des alenours de Prague, Lidice. Ce massacre a suscié de l’indignaion aux Éas-Unis. Brech e Lang pouran n’en fon pas éa. Dans leur film, ils présenen l’hisoire rocambolesque d’une machinaion à ravers laquelle le peuple pragois imposerai à l’occupan un faux coupable de l’a-ena e parviendrai à faire suspendre l’exécuion des oages. L’assassina, le premier e le seul d’un hau digniaire nazi, coïncide avec le blocage de l’armée allemande sur le fron
2. Floren Brayard,Auschwiz, enquêe sur un complo nazi, l’univers hisorique, Le Seuil, 2012, pp. 25 e 26
10
BERTOLT BRECHT ET FRITZ LANG. LE NAZISME N’A JAMAIS ÉTÉ ÉRADIQUÉ
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.