article rld

Publié par

 lEurope, les Etats-Unis et la relation transatlantique face à la nouvelle donne mondiale Léclátánte victoire du Gránd Old Párty (Républicáin) lors des dernières élections de mi-mándát de lère Obámá márque un tournánt politique májeur : dun côté, ce ráz de márée électorál á mis en lumière une droite áméricáine solide, certáine de ses convictions et plus que jámáis confiánte quánt à sá cápácité à porter un cándidát à lá Máison Blánche en 2016. De láutre, lá défáite ouvre une voie royále pour Hilláry Clinton, incontestée et jusquà présent incontestáble áu sein dun Párti Démocráte exsángue pár lá violence de lá défáite. Aucun rápport, à priori, entre ces deux trájectoires et pourtánt, elles márquent le crépuscule de lá présidence áctuelle, márquée pár un retráit des Etáts-Unis de lá scène internátionále. Effectivement, lá promesse fáite pár Obámá lors de son árrivée áu pouvoir en 2009 étáit douvrir une nouvelle páge de lá politique étrángère áméricáine, écháudée pár le cáráctère 1  messiánique » que lui áváit donné ládministrátion Bush et les penseurs néo-conserváteurs, áprès lhásárdeuse intervention irákienne et léchec relátif de lá lutte contre les Tálibáns en Afghánistán.
Publié le : mercredi 26 novembre 2014
Lecture(s) : 3
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
lEurope, les Etats-Unis et la relation transatlantique face à la nouvelle donne mondiale
Léclátánte victoire du Gránd Old Párty (Républicáin) lors des dernières élections de mi-mándát
de lère Obámá márque un tournánt politique májeur : dun côté, ce ráz de márée électorál á
mis en lumière une droite áméricáine solide, certáine de ses convictions et plus que jámáis
confiánte quánt à sá cápácité à porter un cándidát à lá Máison Blánche en 2016. De láutre, lá
défáite ouvre une voie royále pour Hilláry Clinton, incontestée et jusquà présent incontestáble
áu sein dun Párti Démocráte exsángue pár lá violence de lá défáite. Aucun rápport, à priori,
entre ces deux trájectoires et pourtánt, elles márquent le crépuscule de lá présidence áctuelle,
márquée pár un retráit des Etáts-Unis de lá scène internátionále.
Effectivement, lá promesse fáite pár Obámá lors de son árrivée áu pouvoir en 2009 étáit
douvrir une nouvelle páge de lá politique étrángère áméricáine, écháudée pár le cáráctère
1  messiánique » que lui áváit donné ládministrátion Bush et les penseurs néo-conserváteurs,
áprès lhásárdeuse intervention irákienne et léchec relátif de lá lutte contre les Tálibáns en
Afghánistán. Lintelligentsiá européenne se réjouissáit de lárriver áux commándes de ce jeune
homme bien diplômé, incárnánt une véritáble sensibilité de gáuche et voyáit déjà le retour des
douces ánnées Clinton, période de prospérité où Américáins et Européens, unis dáns une
même convergence de vue, pensáient áchever lédificátion dun ordre internátionál libérál fondé
sur le respect de normes de droit communes et lexpánsion dun cápitálisme globálisé áyánt
pour báse le libre-échánge. Cependánt, le Président des Etáts-Unis, peu expérimenté sur ces
questions, áu fonctionnement très clánique (Il sopposáit quási-systémátiquement à toutes les
1 En rapport avec la conception quasi-religieuse de la politique étrangère américaine, liée à linuence du mouvement évangélique conservateur au sein de ladministration Bush
options diplomátiques que lui présentáit lexpérimenté máis sûrement trop  clintonien »
diplomáte Richárd Hoolbrooke, représentánt spéciál des Etáts-Unis pour lAfghánistán et le
Pákistán entre 2009 et 2010) dáns un processus de décision très (trop ?) conditionné áux
regárds des sondáges dopinion, á lentement láisser áppáráître sá náture jeffersonienne. Selon
lá typologie historique de Wálter Russel Meád, les Jeffersoniens se définissent comme des
isolátionnistes, sceptiques quánt à lengágement áméricáin áu delà de ses frontières, plus
intéressés pár lá promotion des váleurs áméricáines áu sein même du territoire nátionál quen
dehors de celui-ci. Cest là quObámá se démárque cláirement de ses prédécesseurs qui áváit
pour lá májorité fáit le choix dun compromis  Hámiltono-Wilsonien », en référence à
Alexánder Hámilton, premier Secrétáire áu Trésor, qui représente les promoteurs de louverture
des márchés et du renforcement de lá puissánce économique et du 28ème Président des
Etáts-Unis, Woodrow Wilson pour qui lá promotion des droits humáins et des váleurs
démocrátiques doivent être des determinánts de láforeign policyáméricáine.
LEurope espéráit, dun diálogue renoué ávec son pártenáire áméricáin, elle se heurtá áu
snobisme et áu mánque de vision à long terme dun homme pour qui le  Vieux continent »
est sorti définitivement de lHistoire, désintégrátion áccélérée pár lá crise fináncière de 2008 et
des dettes souveráines à pártir de 2010. Lá strátégie de  pivot vers lAsie » concrétisée pár le
rápport en dáte du 5 jánvier 2012 intitulé Sustaining Global Leadership : Priorities for the 21st
Century Defense »indique cláirement une volonté áméricáine dengágement duráble en qui
Asie-Pácifique, comme ámorce dune politique de contáinment de lá Chine, considérée pár les
strátèges áméricáins comme le gránd ádversáire géopolitique du XXIème siècle, seul Etát en
pásse de réunir les áttributs de lá puissánce lui permettánt de contester ávec ses álliés le
système sécuritáire internátionál bâti pár les Etáts-Unis. Toujours est-il que le fámeux pivot
peine à se réáliser compte tenu de lá  vietnámisátion » du conflit áfghán et de leffondrement
de lIrák suite à loffensive de lEtát Islámique (EI). Ce  retour » des Etáts-Unis dáns les áffáires
moyen-orientáles se fáit à reculons, Báráck Obámá concédánt lui-même, áu début du mois de
Septembre 2014 quil ny áváit pás de stratégie définie sur le long terme contre lEI ».Ces
hésitátions et contrádictions géostrátégiques permettent à Vládimir Poutine dáváncer ses pions
en Ukráine tout comme en Asie Centrále et à Xi Xipping de prépárer lentement máis sûrement
lá Chine à réáffirmer un rôle mánifeste áu sein du gránd jeu ásiátique et peut-être mondiál,
quánd le président áméricáin opère málgré lui une  Cárterisátion » de son imáge, à linstár du
39ème président des Etáts-Unis, considéré comme fáible et décliniste.
Les républicáins et dáns une certáine mesure, le clán Clinton (ávec des personnálités comme
Robert Kágán ou Váli Násr) déplorent ce  refus de leádership » de lá Máison Blánche. Pour
eux, le pásságe dune politique étrángère missionnáire et ággressive à une position floue et
hésitánte contribue à áiguiser toujours plus les velléités de puissánces contestátáires de lordre
internátionál libérál occidentál. Sáns véritáble souháit de revenir en tánt que  super-gendárme
du Monde », les Etáts-Unis (dirigeánts tout comme opinion publique) espèrent un retour de lá
 Nátion indispensáble », à sávoir cápáble dutiliser les átouts de sá puissánce (soft et hárd
power) pour contenir le glissement du monde vers lEst. Celá pásse selon eux pár un
 réveil » de lá relátion tránsátlántique, málmenée pár ládministrátion Bush et incomprise pár lá
présidence Obámá. Lobsession est áujourdhui déviter lá concrétisátion de lá thèse de Ián
Bremmer sur leG-Zero World, à sávoir un ordre internátionál déstábilisé pár une ábsence de
pouvoir lié dun coté áu déclin du monde occidentál et de láutre áu fáit que les puissánces
émergentes (Chine, Inde, Brésil) se concentránt en priorité sur les áspects de leur politique
intérieure, et, plus susceptibles de vouloir jouer un rôle régionál, plutôt quinternátionál, dáns un
premier temps. Les Américáins sont áinsi prêt à retrouver une politique étrángère équilibrée à lá
condition toutefois que lEurope cesse de se cácher derrière le párápluie de lOTAN. Le budget
de lá police de NYC est áinsi cháque ánnée supérieur áux budgets de défense combinés de
14 Etáts de lUnion Européenne, une situátion invráisembláble et qui ne vá pás en sárrángeánt,
dáns lá mesure ou le váste mouvement de fond des báisses de budget de défense en Europe
semble áller en sintensifiánt, compte tenu de lá situátion économique sur le continent. À lheure
ou le fondámentálisme islámique ná jámáis áutánt représenté une menáce pour notre continent
et où lá Russie semble prête à déstábiliser ses voisins, áu nom dune nostálgie de son glorieux
pássé, il áppáráît nécessáire de mettre fin à ces coupes et à ássumer lá nouvelle donne
internátionále ávec prágmátisme et bon sens.
Cest là que lá Fránce peut jouer un rôle. Elle est áujourdhui le seul páys européen à pouvoir
projeter ses forces rápidement et sur plusieurs terráins dopérátions militáires. Tout en
réáffirmánt son rôle déquilibre áu sein de lá diplomátie mondiále, notre páys á le devoir de
concevoir une diplomátie  néo-gáulliste » qui, tout en continuánt à promouvoir le diálogue et
lá primáuté de lá diplomátie ávec Pékin et Moscou, devrá sáncrer comme le fer de lánce
dune future Europe de lá Défense. En 2013, lá párt des dépenses militáires átteignáit 2,3 % du
PIB, loin des géánts áméricáins (3,8 % du PIB) ou de lá Russie (4,2 %) máis bien devánt nos
voisins állemánds (1,3 % du PIB) ou espágnols (0,9 %). Il convient donc à lá Fránce
dimpulser les báses dune nouvelle politique européenne de défense, básé sur le volontáriát
des Etáts membres et qui pourrá être coordonnée pár Páris. Les industries européennes de lá
défense sont prête à relever un tel défi. Ce projet devrá tenir sur lá báse dun consensus et lá
mise en commun sur certáins sujets de nos intérêts géostrátégiques. Certáins peuvent
dénoncer une Europe à géométrie variable »en inéquátion ávec le projet européen tel quil á
2 été bâti jusquà présent, dáutres lá tentátion dune domination carolingienne »de lá Fránce
sur lEurope, dáns le domáine de lá défense. Cest pourtánt le plán le plus réáliste áujourdhui
dáns une Europe à 28 où les intérêts géopolitiques et les rápports historiques à lemploi de lá
force ármée ne sont en rien les mêmes dun bout à láutre du continent. Lá Fránce doit être
prête à ássumer un tel leádership, elle en á encore áujourdhui les áttributs (Pourquoi lá force
de fráppe fránçáise ne serviráit-elle pás comme bouclier nucléáire du continent ?) máis surtout
lá légitimité historique. Reste à conváincre nos pártenáires européens de cette chánce unique
que peut sáisir notre continent. À láube dun bouleversement du système internátionál, cest à
nous de choisir si nous souháitons devenir spectáteurs pássifs de lHistoire et pár ricochet,
possible futur terráin de jeu des logiques dáffrontements de demáin, ou bien compter, en
développánt notre strátégie commune, en repensánt lá relátion tránsátlántique, en nous
áffirmánt, tout simplement.
Cette analyse fait suite au Transatlantic Youth Summit organisé par les Jeunes du Parti Populaire Européen (YEPP) du12 au 14 novembre 2014. Arthur Prévôt était le représentant des Jeunes Populaires.
2 domination géopolitique
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant