Dossier POUR 44 : Résultats des éléctions professionnelles de 2014

De
Publié par

lec ons proess onnelles 2014 Les élections du 4 décembre dans la fonction 0,2% avec une baisse sensible dans l’éducation publique ont traduit une baisse globale de la CGT nationale. L’abstention n’est pas significative par qui demeure toutefois la première organisation rapport aux dernières élections. Le vote électronique syndicale devant la CFDT. est toujours très directement responsable des résultats minorés de la FSU mais il n’explique pas Dans la fonction publique de l’Etat, FO conserve sa tout. La FSU a d’ailleurs engagé un processus première place devant la FSU. d’analyse des scrutins car les correspondances entre le vote salarié et le vote citoyen doivent être lues La progression de FO et de l’UNSA, la chute avec attention dans un contexte politique et social relative de la CGT sont les faits marquants de ce préoccupant. scrutin. La FSU pour sa part ne réussit ni à redevenir la La FSU de Loire-Atlantique n’a pas tous les première organisation de la résultats des élections auxquelles participaient ses fonction publique de l’Etat, syndicats nationaux. Nous livrons ci-dessous ce que ni à s’implanter dans la nous avons au moment où nous composons ce f o n c t i o n p u b l i q u e bulletin. territoriale.
Publié le : mardi 13 janvier 2015
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
lec onsproess onnelles 2014Les élections du 4 décembre dans la fonction0,2% avec une baisse sensible dans l’éducationpublique ont traduit une baisse globale de la CGTnationale. L’abstention n’est pas significative parqui demeure toutefois la première organisationrapport aux dernières élections. Le vote électroniquesyndicale devant la CFDT.est toujours très directement responsable desrésultats minorés de la FSU mais il n’explique pasDans la fonction publique de l’Etat, FO conserve satout. La FSU a d’ailleurs engagé un processuspremière place devant la FSU.d’analyse des scrutins car les correspondances entrele vote salarié et le vote citoyen doivent être luesLa progression de FO et de l’UNSA, la chuteavec attention dans un contexte politique et socialrelative de la CGT sont les faits marquants de cepréoccupant.scrutin. La FSU pour sa partne réussit ni à redevenir laLa FSU de Loire-Atlantique n’a pas tous lespremière organisation de larésultats des élections auxquelles participaient sesfonction publique de l’Etat,syndicats nationaux. Nous livrons ci-dessous ce queni à s’implanter dans lanous avons au moment où nous composons cef o n c t i o n p u b l i q u ebulletin.territoriale. Elle accuse unléger tassement global deDidier HUDELaFSU au MinistèredelécoloieMEDDE-METLRCT MinistérielAvec 28,55% la liste CGT-FSU est la première au Comité technique ministériel commun aux ministères de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (MEDDE) et du logement, de l’égalité des territoires et de la ruralité (MLETR). Avec un taux de participation de 75% sur environ 70 000 inscrits, les résultats donnent :  CFE CGC-SNCTA-CGT-FSUUNSACFDTSolidairesCFTCSNISPV-UNIPEFSNPLFGAF
28,65%
5
18,68%
3
14,29%
2
Toutefois, ce résultat marque une baisse du voteCGT-FSU (35,1% dans la même configuration auscrutin précédent), malgré une stabilité de FO(24,0%), une baisse de la CFDT (15,4%), et doncune hausse de l’UNSA (14,2%). A noter l’attributionde justesse du dernier siège à Solidaires qui fait ainsison entrée au CTM. La baisse notable du vote CGTest bien sûr attribuée à « l’affaire Lepaon » maisl’évolution sociologique des effectifs du ministère yest peut-être aussi pour quelque chose. Avec un ratio de liste commune déclaré à 82/18 %,la représentativité de la FSU est donc créditée de5,2 % sur nos ministères.
5,03%
1
3,87%
0
2,36%
0
1,33%
0
1,55%
0
CT de la DREAL Pays de la LoireLa FSU se présentait comme la fois précédente enliste commune CGT-FSU-Solidaires : 20112014
Nb voix
113
Nb voix
111
%
37,5%
3 sièges
11211137,5%es3 siè 787425,0%es2 siè Malgré une participation de 83%, une stabilité plutôtdécevante pour notre alliance se voulantreprésentative de l’ensemble des personnels face àune liste FO très corporatiste. André ROBERT
lec onsproess onnelles 2014Protectionudiciairedela eunesseAUNS INSCRDIR GRAND%ITSsiègessiègesOUEST 2014 %%2014 CTIR/CTIR/voix 20142014CTCTTOTAL69866,05427,4439,52112CTIR DIR4885,4226,3213,1618Rennes DT 14-12474,19218,82124,7120 61-50 DT 35-12058,33237,3135,971622 DT 29-5613162,60326,2525,0014DT 49-72-510465,38326,5614,6983 17163,16229,9124,6736DT 44-85 Les élections professionnelles du 4 décembre ontautres CAP ou nous sommes majoritaires chez lesconfirmé le SNPES-PJJ/FSU comme la premièreChefs de Service Educatifs et première organisationorganisation de la Protection Judiciaire de lachez les éducateurs et les Professeurs Techniques. Jeunesse avec 43,66% des votes exprimés, mais avecune baisse de 4 points par rapport à 2011. LesAu Ministère de la Justice, au Comité Techniquepersonnels ont placé le SNPES-PJJ en tête dansMinistériel, la FSU (SNPES-PJJ et SNEPAP)toutes les régions et à l’école nationale. Nousconserve son siège. conservons nos 5 sièges sur 10 au Comité TechniqueCentral de la PJJ, la CFDT cette fois présente dansA la PJJ, l’affaiblissement de nos positions ainsi quetoutes les régions, obtient 1 siège au CTC aude celles de la CGT, correspond à une progressiondétriment de la CGT. de la CFDT qui double son pourcentage de voix parrapport à 2011. Ceci s’explique à la fois, par laSur l'Inter Région comprenant les Pays de la Loire,présence de listes CFDT dans tous les CTIR à lala Bretagne et la Basse Normandie, le constat est ledifférence de 2011, et par le contexte national quimême. Nous conservons nos 4 sièges sur 10 auprofite dans le privé comme dans le public, auxComité Technique Inter Régional, La CFDT rentresyndicats réformistes. Ce retour de la CFDT à la PJJ,avec un siège au détriment de la CGT. par ailleurs peu présente au plan militant, acependant favorisé le vote pour une organisationLe territoire Loire-Atlantique / Vendée se démarqueapparaissant comme nouvelle. cependant. Le SNPES-PJJ, la CGT et l'UNSA fontjeu égal avec deux sièges chacun sur 6 au ComitéDans une période où la situation économique etTechnique Territorial. Nous perdons un siège aupolitique peut conduire à des formes de résignationprofit de l'UNSA. La présence de l’Établissementet de repli sur soi, nous avons la responsabilité dePénitentiaire pour Mineurs sur notre département,faire la démonstration auprès des personnels quecomprenant des personnels votant majoritairementl’action syndicale est indispensable pour défendreUNSA et le nombre important de cadres peutensemble leurs intérêts individuels et collectifs, ainsiamener des éléments de compréhension à cetteque la qualité des missions exercées au bénéfice duremontée de l'UNSA mais ne peut à eux seulspublic. l'expliquer. Nous pouvons penser que la CGT surnotre territoire bénéficie des retombées dePour nous, au SNPES-PJJ, la qualité du travail passemouvements et actions en intersysndicale, pourtantpar la défense de la mission strictement éducative,souvent à l'initiative et portés par le SNPES-PJJ. qui nécessite des moyens ambitieux et desconditions de travail à la hauteur de l’engagementPour les Commissions Administratives Paritaires desprofessionnel de tous les personnels quelle que soitcorps de la PJJ, nous gagnons un siège chez lesleur catégorie. psychologues, nous perdons notre siège à la CAPdes Directeurs et conservons nos sièges dans les Laurence LELOUËT
lec onsproess onnelles 2014Élections professionnellesdansl'enseignementagricolepublic:leslistes FSU-CGTremportent cesélectionsdanslaRégionPaysde LoireRésultats des votes pour notre Région, avec 1090plus de 73 % des voix, nos deux organisationsinscrits, 686 votants (63% des inscrits), 51 blancs/ sortent renforcées dans les lycées agricoles publicsnuls (4,5% des inscrits) et 635 exprimés (58% desligériens. inscrits). Les résultats sont d'autant plus significatifs que letaux de participation a été plus important qu'en 2011Dans le tableau ci-dessous, qui permet de compareret que la liste commune FSU-SYAC CGT progresseles résultats de cette année à ceux du précédenten voix dans tous les lycées agricoles publics ! scrutin, les pourcentages indiqués sont en fonctionSur les 8 sièges obtenus au CTREA (Comitédes votes exprimés. Technique Régional de l'Enseignement Agricole), 7reviendront au SNETAP-FSU et 1 au SYAC-CGT.Les personnels ont ainsi montré leur attachementSnetap-FSU/CFDTFOSyac-CGTaux valeurs et au type de syndicalisme défendu parla FSU et la CGT. Forts de ce soutien et de cetteDécembre469 voix97 voix69 voixreconnaissance du travail réalisé au quotidien dans2014(73,8%)(15,3 %)(10,8 %)tous les établissements agricoles publics de laOctobre401 voix 93 voix73 voix région, le SNETAP-FSU et le SYAC-CGT vont2011(68,6 %)( 15,9 %) *( 12,5 %)poursuivre leur action en faveur de la promotion de* en 2011, la CFDT avait fait alliance avec l'Unsal'enseignement agricole public et de la défense despersonnels. Le SNETAP-FSU des Pays de la Loire avait décidéde faire liste commune avec le SYAC-CGT pour ceG. PIGOIS et Y. VIGNERscrutin de Décembre 2014. C'est un succès car, avec FonctionPubliueTerritoriale: HôteldeionlaFSUdisaraîtMalgré une campagne active pour ces électionsdirectement son trop faible ancrageElle paye professionnelles au Conseil régional des Pays de laprofessionnel. La CGT a décliné la proposition deLoire, notamment dans les lycées agricoles, la FSU aliste commune avec la FSU. Elle perd aussi un siègeperdu son siège au comité technique et n’a pasau CT. Le bilan de ces élections, négatif pour la FSUobtenu de siège à la Commission administrativecomme pour la CGT, devrait inviter à travailler pourparitaire de la catégorie C. La liste FSU (SNETAP-l'avenir, dans l'unité plutôt que dans la dispersion. SNUACTE) a obtenu pour chaque scrutin 74 voix(respectivement 4 et 5% des suffrages exprimés). LaCes résultats interrogent sur la place de la FSU auCFDT gagne 1 siège au CT. L’UNSA et FO sortentConseil régional des Pays de la Loire. Mais laconfortés par le vote des agents. Une liste SUDfédération, via ses syndicats nationaux (SNUACTEinédite (portée par un ancien du SNUACTE) dépasseet SNETAP) y a toute sa place pour porter unen voix (84 voix) la FSU. L’arrivée de SUDsyndicalisme d’action et de transformation socialeexplique partiellement le faible score FSU qui netravaillant à la réunification syndicale. perd que 15 voix par rapport au scrutin précédent.Pour la FSU territoriale,La FSU n’est reconnue que dans les lycées agricoles.G. MARAIS, Y. VIGNER, G. PIGOIS
lec onsproess onnelles 2014Électionsprofessionnellesdansl’Éducation Nationale:lesrésultatsLes personnels de l'Éducation Nationale * ont votélieux de travail, ou par correspondance. par corps pour leurs commissions paritaires etToutes les listes gagnent des voix mais c'est leensemble pour les comités techniques ministérielsSGEN-CFDT avec 28 voix et la FSU avec 87 qui en(CTM) et académiques (CTA). bénéficient le moins, d'où une baisse en pourcentageNous nous intéresserons principalement aux votesplus significative pour la FSU. Elle reste en tête avec pour le CTA, plus local et qui a une incidence sur les13 pts d'avance sur l'UNSA mais FO prend lainstances départementales. troisième place au SGEN-CFDT.
La participation progresse faiblement de 37,6 % enIl n'y a pas de changement dans la répartition des2011 à 40,9 % en 2014, mais elle est encore loin dessièges, mais il s'en est fallu de peu pour que la FSUtaux de 2008 correspondant au vote papier sur les ne perde un siège au profit de FO. Résultats au CTA de Nantes (les pourcentages sont arrondis au dixième) :FSUSGENCGTSNALCVoix, en décembre 5773 (35,2%)1905 (11,6%)868 (5,3%)594 (3,6%)2014Nombre de sièges 5100obtenus- 4,1- 1,40,01Évolution en points(rappel des voix en 2011)5686, soit 39,3% 1877, soit 13% 765, soit 5,3%
inscrits = 42 385 ; votants = 17 335 (soit 40,9%) ; exprimés = 16 394 ; blancs = 941 Déclinaison locale pour les instancesprogresse d'un peu plus de 3 points. Toutes les listesdépartementales (CTSD et CDEN) :des voix, sauf la FSU qui en perd 29 (soit gagnent 1,6% de son « audience » de 2011). Le SGEN-CFDTPour les comités départementaux (Technique et degagne des voix mais perd en pourcentage ; il restel'Education Nationale), l'administration répartit lescependant devant FO dans notre département. C'estvotes exprimés au CTA par départementce dernier qui progresse le plus significativement, und'affectation. Ceux-ci peuvent donc différer despeu plus en 44 qu'au niveau académique. résultats académiques, notamment en fonction duLa FSU reste en tête, mais avec seulement 4 pointspoids local des organisations syndicales (le SGEN etd'avance sur l'UNSA (elle en avait presque 9 enl'UNSA en 44). 2011). Sa baisse d'audience, un peu plus forte qu'auComme au niveau académique, la participation CTA, lui fait perdre un siège aux deux instancesdépartementales (CTD et CDEN), au profit de FO. Résultats au CTSD et CDEN de Loire-Atlantiqueinscrits = 15 632 ; votants = 6 423 (soit 41,1%) ; exprimés = 6 101 ; blancs = 322 FOSGENCGTSNPTESVoix, en décembre 896 (14,7%)976 (16%)365 (6%)2014Nombre de siè es 220obtenus0 233,43- 1,52Évolution en points306, soit (rappel des voix en 2011)599, soit 11,3%932, soit 17,5%5,8%12Sièges, en 2011 * infirmières, assistantes sociales, Conseiller d'Orientation Psychologue, assistants d'éducation, Conseiller Principal d'Education, personnelsnd administratifs, chefs d'établissement, inspecteurs, … et en plus forte proportion : enseignants du 1er et du 2 degré, titulaires ou contractuels
lec onsproess onnelles 2014Électionsprofessionnellesdansl’Éducation Nationale:élémentsdanalysea)Les modalités de vote :-le climat social difficile et le contexte deL'abstention a été encore une fois forte : à peine 4crise généralisée, les difficultés rencontrées dansélecteurs-trices sur 10 ont voté. On peut y voir unl'exercice du métier, la dévalorisation salariale etparallèle avec la participation aux électionsd'image de nos professions … qui amènent nospolitiques et une conséquence de la montée de lacollègues à un repli sur eux-mêmes, au rejet dedéfiance des Français vis à vis des différentestoute réforme au motif qu'elles ne peuventformes de représentations. qu'engendrer une détérioration des conditions detravail. Le sentiment de perte de confiance deMais le vote numérique, par son caractèrel'enseignant et plus globalement du fonctionnaire secontraignant a rebuté un nombre important detraduit ici. C'est aussi le doute sur la capacité decollègues. La profusion des mails envoyés sur lesnotre institution et de notre administration àboites électroniques et les difficultés informatiquesrépondre aux besoins et aux objectifs de l’École. ont joué un rôle derepoussoir. Et même la-le fait que la FSUsolution du Ministèrepaye d'être majoritaire et d'organiser une journée« installée ». Notrespécifique (le jeudi 4participation aux différentesdécembre) où le vote étaitnégociations ont pu conduireprévu sur les lieux de travailun certain nombre den'a pas permis de mobilisercollègues à nous assimiler àles personnels à la hauteur duun système qu'ils rejettent. Etscrutin « papier », d'autantcela d’autant plus que lesque le bureau virtuel serésultats ne se traduisent pasterminait à 17h. dans une améliorationLe vote électronique isolesensible immédiate desencore plus l’électeur : il neconditions de vie et defavorise pas les débatstravail. L'absence de progrèsnécessaires à la prise desocial en période de crise estconscience des enjeux et desaussi un argument nonimplications avec leurnégligeable car lesactivité. personnels sont dans l'attentede résultats positifs. Mais ces raisons techniquesn'expliquent pas à elles seules-nos prises denotre recul. positions ou manque de réactivité quant à certains dossiers (rythmesscolaires, nouveau socle commun en collège,b)Les résultats :nouveaux statuts …) et les votes en abstention auCTM, incompris ou rejetés par certains … Les autres syndicats de lutte (SUD et CGT) nebénéficient pas de ce recul. Ni le bloc des En votant FO certains collègues semblent avoir« accompagnateurs » de la politiquechoisi de dire « stop aux réformes » sans pourgouvernementale (SGEN, UNSA), l'érosion duautant s'engager dans l'action. SGEN étant compensée par une légère remontée del'UNSA. Nos revendications sont-elles suffisamment visibleset explicites ? Utilisons-nous les bons outils dePar contre, la poussée de FO (+ 3% en CTA et communication ? Sommes-nous reconnus comme+ 3,4% en CTD) nous interpelle. Elle peutsyndicat de contestation mais aussi des'expliquer par : propositions ? Comment faire en sorte que les
lec onsproess onnelles 2014Électionsprofessionnellesdansl’Éducation Nationale:élémentsdanalyse(suite)collègues quiNous devons examiner, dans tous les secteurs, notrenous appellentprésence syndicale, mais aussi les possiblestoute l'année disponibilités de nos militants. Réputé pour êtrep o u r d e sproche de « la » profession, notre discours syndicalp r o b l è m e s; il conviendracolle en général aux préoccupations personnels oude le vérifier. La nouvelle sociologie professionnellec o l l e c t i f sdoit également faire l’objet d’un examen car il y ap e r ç o i v e n tune modification progressive des origines etl'intérêt dereprésentations de métiers accompagnant lev ot er po u r renouvellement enseignant. Ces échanges et débatsnous afin que nous puissions continuer ce travail ? sont à mener pour construire et proposer desrevendications partagées sans renoncer à notre typeUne part significative des personnels de l'Éducationde syndicalisme de transformation et de progrèsNationale ne fait pas le lien entre le syndicatsocial. national de son secteur et la fédération FSU : nousperdons donc encore de trop nombreuses voix entreles votes aux commissions paritaires (CAP) et ceuxOlivier DOUET, Thierry LE BIHAN,des Comités Techniques (CT). Nous devronsCéline PELLA, Céline SIERRAprendre en compte cette problématique. DDI:la CGT baisseFO etlUNSA roressentlaFSUnémereas
DDCS
198 inscrits /90% votants
DDCSPP
106 inscrits/89% votants
DDT/M
1 296 inscrits/82% vot
SU+ 6,5% 1,5% 0 - 6% 18,5% NSA+ 2% 8,5% 26% 17,5% 306 + CFDT0,5% 14%  - 150= 9% CGT - 3% 3,5% - 6,5% 6,5% 304 O + 0,5% 21% - 1% 45% 262 SUD = 3,5% - 1% 10% 0 rèfle + 0,5% 13% = 10% 0 D a n s l e s D i r e c t i o n s D é p a r t e m e n t a l e sSNUITAM disparaît quasiment. Les tendancesInterministérielles deux syndicats progressentnationales se reproduisent à l’identique en Pays de lalégèrement en voix et en sièges : FO et l’UNSA.Loire et Loire-Atlantique. Solidaires fléchit en voix mais conserve ses deuxélus (services vétérinaires et répression des fraudes).La participation est massive, plus encore qu’enLa CGT baisse partout et perd des sièges. La FSU2010 : environ 85% contre 76%. Les DDI nebaisse presque partout sauf dans une DDI où lecomptent plus que 2 000 électeurs contre près deSNUITAM est implanté avec EPA. Sinon, en DDCS3 000 en 2010. C’est en même temps la suppressionEPA et le SNEP se tassent et en DDPP et DDTM le d’emplois RGPP/MAP mais c’est aussi le transfert
lec onsproess onnelles 2014des dépôts des ex-directions de l’équipement versDans les DDI il n’y a pas beaucoup de renouvel-les conseils généraux. Ces transferts n’expliquentlement de génération. On est donc bien sur unpas totalement l’érosion de la CGT qui perd enélectorat amputé de centaines d’emplois, qui votantaudience à la faveur de FO mais surtout de l’UNSAmassivement, confirme qu’il se détourne de laqui progresse peu en voix. Les pertes de centainesCFDT en choisissant de renforcer le syndicalismede suffrages de la CGT s’ajoutent à un légerincarné par FO et l’UNSA au détriment de la CGT. déplacement.Catherine TUCHAISJeunesse etSorts:laCGTdisaraîtlaFSUaussiauCREPSauroitde FO
FSU
UNSA
30
55
DRJSCS Pays de la Loire
140 inscrits/109 votants
+ 9,5%
- 1%
CFDT+ 5% 17 La FSU disparaît quasiment du CREPS des Pays dela Loire (le plus petit de France) où elle a longtempsété quasiment la seule organisation. Le changementde sociologie (moins de fonctionnaires et deformateurs et plus de contractuels) explique en partiele phénomène. L’usure de la pratique militante faitaussi le reste. Le militantisme s’est désormaisclairement déplacé vers une équipe de FO quiconcentre son syndicalisme sur les conditions detravail face à un pôle FSU et UNSA plus centré surles questions de métiers. La CGT et la CFDTdisparaissent. La FSU ne siègera plus nulle part (CT/CHSCT/CA). Les personnels de la DRJSCS (santé/jeunesse etsports) ont confirmé le syndicalisme très majoritairede l’UNSA Education autour des professeurs desport et de l’inspection, mais aussi de la filièreadministrative de la santé. La FSU se renforcecependant en voix grâce à une part de la filièreadministrative santé et éducation nationale, du pôleéducation populaire. La CFDT (exclusivement santéet politique de la ville) prive la FSU d’un deuxièmesiège avec une liste de dernière minute, enopposition au syndicalisme de contestation « jeunesse et sports » sur des bases plutôt favorables
10
FSU
UNSA
FO
CREPS Pays de la Loire
45 inscrits/40 votants
7
13
20
à la REATE. CGT et FO disparaissent. Paradoxalement, bien que n’arrivant pas en tête à laDRJSCS, la FSU devrait conserver le secrétariat duCHSCT comme en 2011/2014. Catherine TUCHAIS
lec
onsproess onnelles 2014
Électionsprofessionnellesà l'universideNantesComité Technique d’Établissement Université de Nantes :Résultats en % des voix (et nombre de sièges) NombreVotantsSGEN-CFDTUNSACGTd'inscrits42811158 (27%)20,4 % (2)14,9 % (2)9,7 % (1)
Les personnelsde l'Universitéd e N a n t e sé t a i e n tconcernés parp l u s i e u r sscrutins, locauxet nationaux.Les personnelsenseignants destatut secondd e g r é( p r o f e s s e u r sa g r é g é s e tcertifiés, PLP)votaient pour l e s C A P(commissions paritaires) académiques et nationale,de même que les personnels BIATSS(bibliothécaires, ingénieurs, administratifs,techniciens, personnels sociaux et de santé), tandisque les enseignants-chercheurs votaient pour lecomité technique universitaire (national). Desscrutins étaient aussi réservés aux non-titulaires etaux doctorants contractuels. Par ailleurs un votelocal concernait le comité technique de l’universitéde Nantes, d'où découle la composition des CHSCT. Les difficultés liées à la pluralité des modalités devote (électronique + vote à l'urne), ajoutées au faitque les personnels du supérieur votenttraditionnellement peu, peuvent expliquer la faibleparticipation : 27 % pour le CT de l'université et 30 % pour le CT MESR (ministère del'enseignement supérieur et de la recherche). Ellesn'expliquent pas par contre les résultats, qui donnentla FSU en recul. Les résultats au CT d'établissement sont présentésdans le tableau ci-dessus. La FSU perd un siège au
11
FO
7,1 % (1)
CT (donc des sièges dans la plupart des CHSCT del'université). A l'université de Nantes, la FSU réunitprincipalement les voix des personnels enseignantset enseignants-chercheurs : le scrutin qui leur estréservé (CT universitaire) place la FSU en tête. Deleur côté les personnels BIATSS placent nettementen tête SNPTES, CFDT et UNSA. Or, même s'il y aautant de personnels enseignants que de BIATSS,les premiers se sont très peu déplacés pour voter(26 % de participation au vote réservé auxenseignants-chercheurs). Les tendances des résultats nationaux des différentsscrutins sont comparables aux résultats locaux : onnote une faible participation, une baisse de la FSU,qui reste tout de même en tête au CTU. Avecquelques différences entre local et national qu'ilconvient de pointer : le SNPTES et l'UNSA sontplus forts localement que nationalement, de mêmeque la CFDT ; au contraire la CGT est plus faiblelocalement. Les votes FSU sont également plusfaibles à Nantes que nationalement. Mary DAVID
12
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.