Bac2016-corrigé-Histoire-géographie-pondichéry

De
Publié par

Baccalauréat Pondichéry Session 2016 Épreuve :Histoire – Géographie BAC L – ES Durée de l’épreuve : 4 heures Coefficients : série L : 4 / Série ES : 5 PROPOSITION DE CORRIGÉ 1 PARTIE 1 COMPOSITION Le candidat traite d'une des deux compositions au choix. On attend une introduction (avec phrase d'accroche, définition des termes du sujet, problématique, annonce du plan), plusieurs parties (trois de préférence) avec des transitions entre chacune et enfin une conclusion (réponse à la problématique et ouverture). SUJET 1 : Le continent africain face au développement et à la mondialisation Il s'agit d'un sujet classique. En 2015, les medias ont beaucoup relayé l'information selon laquelle l'Afrique est touchée par le virus Ebola. L'Afrique est un continent de 30 millions de km2 qui s'étend de la mer Méditerranée au cap de Bonne Espérance du Nord au Sud et de l'Océan Atlantique à l'Océan Indien d'Ouest en Est. On entend beaucoup parler d'obstacles au développement pour ce continent ; c'est à dire l'amélioration des conditions de vie d'une population. Mais celui-ci est impacté par la mondialisation, processus d'extension du capitalisme dans l'espace mondial qui aboutit à une mise en relation de la planète. Mais l'Afrique peutelle surmonter ses handicaps pour réussir son insertion dans la mondialisation ?
Publié le : mercredi 20 avril 2016
Lecture(s) : 7 431
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins
Baccalauréat Pondichéry
Session 2016
Épreuve :Histoire – Géographie BAC L – ES
Durée de l’épreuve : 4 heures
Coefficients : série L : 4 / Série ES : 5
PROPOSITION DE CORRIGÉ
1
PARTIE 1 COMPOSITION
Le candidat traite d'une des deux compositions au choix.
On attend une introduction (avec phrase d'accroche, définition des termes du sujet, problématique, annonce du plan), plusieurs parties (trois de préférence) avec des transitions entre chacune et enfin une conclusion (réponse à la problématique et ouverture).
SUJET 1 : Le continent africain face au développement et à la mondialisation
Il s'agit d'un sujet classique.
En 2015, les medias ont beaucoup relayé l'information selon laquelle l'Afrique est touchée par le virus Ebola. L'Afrique est un continent de 30 millions de km2 qui s'étend de la mer Méditerranée au cap de Bonne Espérance du Nord au Sud et de l'Océan Atlantique à l'Océan Indien d'Ouest en Est. On entend beaucoup parler d'obstacles au développement pour ce continent ; c'est à dire l'amélioration des conditions de vie d'une population. Mais celui-ci est impacté par la mondialisation, processus d'extension du capitalisme dans l'espace mondial qui aboutit à une mise en relation de la planète. Mais l'Afrique peut-elle surmonter ses handicaps pour réussir son insertion dans la mondialisation ? Il convient de voir que l'Afrique est un continent peu développé puis se questionner sur ses atouts pour s'insérer dans la mondialisation et enfin constater qu'il existe une diversité de situation qui amène à parler des « Afriques ».
1/Un continent peu développé
a) Une croissance démographique exponentielleL’Afrique est en 1ère phase de transition démographique donc connaît une très forte croissance démographique. Elle est le plus jeune continent (40% de moins de 15 ans) et la fécondité reste très élevée en Afrique subsaharienne.Elle connaît aussi une très forte urbanisation (de 30 à 420 millions en 60 ans =x14)
b) Le défi du développement
Par conséquent, l’Afrique fait face à de nombreux pbs : alimentation (famines aussi dues aux guerres : Centrafrique, Soudan... ex « arme alimentaire » dans la Corne de l’Afrique), chômage mais surtout éducation et santé, des paramètres de l’IDH. Pour survivre, l’économie souterraine se développe (trafics : diamants…, activités non déclarées, remises envoyées par les migrants à leurs familles…)
2. Vers l’insertion d’une marge dans la mondialisation?
A) Une extraversion économique
a)Aspects Les Etats d’Afrique ont des économies extraverties (=tournées vers l’exportation). b) Limites Mais la valeur des exportations africaines ne représente que 4% du total mondial (échange inégal : produits bruts exportés et produits finis importés).
B) Des ressources abondantes a) Aspects Il s’agit aussi d’économies de rente (=basées sur les ressources naturelles et peu diversifiées) Puisque l’Afrique a des ressources importantes (10% du pétrole mondial ème Algérie/Libye/Nigeria, 2 forêt du monde, 50% de la production mondiale de diamants : Afrique Sud, Botswana), 40% or en Afrique du Sud b) Limites Mais l’exploitation de ces ressources est aux mains de FTN de Chine, Etats-Unis, UE…
C) Une croissance économique récente
a) Aspects Les taux de croissance économique récents (jusque 6%) et les plans d’ajustement structurels (FMI, Banque mondiale) réduisent la dette des Etats (au prix d’une adoption du libre-échange) Enfin, des puissances émergent. b) Limites Mais cette croissance touche inégalement les Etats.
3. Les Afriques : une diversité de situations A) Une périphérie intégrée : l’Afrique du Sud
Intégrée au marché financier mondial (bourse de Johannesburg), l’Afrique du Sud est la seule grande puissance du continent (associée au G20) : 40% or e er mondial, 25% diamants…, 29 PIB du monde, 1 d’Afrique, membre des BRICS… B) Des périphéries en voie d’intégration : Grand Maghreb et Nigéria Grâce aux ressources en pétrole, le Nigéria, la Libye ou l’Algérie s’affirment comme des puissances régionales tout comme d’autres pays du Grand Maghreb qui profitent du tourisme (malgré un recul lié au terrorisme en Tunisie) et de l’agriculture.
C) Des marges exploitées L’Afrique regroupe 34 des 48 PMA du monde soit près de 75%. Ces Etats cumulent tous les aspects d’un faible développement (espérance de vie<55 ans, revenu<2$/j, taux alphabétisation<40%) et les fléaux (famines, maladies surtout SIDA, guerres ex Centrafrique, Somalie)
Ainsi, l'Afrique a certes des obstacles pour connaître le développement mais ses atouts peuvent lui permettre de réussir son insertion dans la mondialisation. Ainsi, elle est désormais devenue un terrain privilégié de
délocalisation pour les firmes transnationales, chinoises notamment.
SUJET 2 Bresil/Etats-Unis : dynamiques territoriales
Ce sujet est tiré de la question de programme « Brésil/Etats-Unis : rôle mondial, dynamiques territoriales ».
L’écueil à éviter est de traiter du rôle mondial car le sujet invite à envisager uniquement des dynamiques territoriales. Les schémas d’organisation spatiale sont valorisés.
Ne surtout pas séparer en 1 le Brésil et en 2 les USA mais adopter une démarche comparative, pour les parties tout du moins.
En août 2016, les Jeux Olympiques ont lieu à Rio au Brésil ; ce qui témoigne de l’émergence cet Etat qui entend jouer un rôle mondial tout comme les Etats-Unis. Le Brésil et les Etats-Unis sont deux immenses Etats de plusieurs millions de km² (8,5 pour le Brésil et 9,6 pour les Etats-Unis). Mais dans quelle mesure la mondialisation sélectionne-t-elle certains territoires au Brésil comme aux Etats-Unis ?
Il convient d’abord d’étudier pour ces deux Etats leurspôlespuis leursaxes et dynamiqueset enfin leursespacesinégalement intégrés à la mondialisation.
I/ Des pôles sélectionnés par la mondialisation
A / Les métropoles = ville qui a des fonctions de commandement (citer des ex : Chicago, Washington, Los Angeles, Rio, Sao Paulo…) et surtout New York qui a le rang de ville mondiale.
Ces villes sont insérées dans les réseaux de transport et communication. Ainsi se forment des hubs.
B/ Les hubs : aéroport siège d’une grande compagnie aérienne et qui connecte trafic global et local (5 des 10 premiers aéroports mondiaux sont aux USA)
C/ Les façades littorales = réseau de ports qui s’appuie sur son hinterland (Grandes Plaines aux USA, Centre-Ouest au Brésil) sachant que 90% des échanges de marchandises se font désormais par voie maritime
II/ Des axes et dynamiques
A/ Les axes : grande voie navigable (ex Mississipi, Amazone), autres axes de transport, conduites (gazoducs,oléoducs)
B/ Les dynamiques transfrontalières (Mexamerica, Pugetopolis, Main Street America, Parana) et fronts pionniers (zone d’extension des cultures jusque dans la forêt)
C/ Les migrations internes des régions les moins dynamiques vers les régions littorales les plus dynamiques (transition vers la partie 3 de la « Rust Belt » vers la Sun Belt ou du Nord Este vers le Sudeste)
III/ Des espaces inégalement intégrés à la mondialisation
A/ Des espaces intégrés au cœur de la mondialisation : Megalopolis, Sun Belt, Sudeste
B/ Des périphéries intégrées : Grandes Plaines, hinterland au service du centre, Centre Ouest (aussi appelé Mato Grosso) au Brésil
C/ Les réserves et espaces en marge (espaces de forte contrainte : Amazonie, Alaska, Rocheuses ou en crise : Nordeste au Bresil, Vieux Sud aux Etats-Unis)
Conclusion : Ainsi, aux Etats-Unis comme au Brésil, la mondialisation sélectionne certains territoires au détriment d’autres. Ces deux Etats jouent par ailleurs un rôle mondial majeur, tant par leur « hard power » économique et militaire que par leur « soft power » culturel et diplomatique.
PARTIE 2 ANALYSE D’UN DOCUMENT HISTORIQUE
Deux écueils sont à éviter dans cet exercice : la paraphrase qui consiste à citer le texte sans apport de connaissances mais aussi la restitution du cours sans lien avec le document.
1.PRESENTATION DU CONTEXTE Le contexte du congrès de Bad Godesberg en 1959 est celui d’une scission définitive des socialistes entre marxistes et réformistes. Ce congrès s’inscrit aussi dans un contexte de division des 2 Allemagnes durant la Guerre Froide. Si ce Congrès s’inscrit dans la lignée socialiste, il est néanmoins un tournant puisque le SPD va s’y démarquer de l’héritage marxiste.
2.INTERET a/ Des héritages La nationalisation n’est pas totalement condamnée dans le paragraphe 4 tout comme la planification dans le paragraphe 3. Ce même paragraphe envisage encore une « lutte des classes » puisqu’il affirme qu’il faut éradiquer les « privilèges des classes dirigeantes ». b/ Une transformation avec le dogme marxiste (paragraphe 3) Mais ce même paragraphe 3 porte sur l’adoption de la libre concurrence et du libéralisme « libre choix des consommateurs, libre choix du lieu de travail ».
3.LIMITES Le document donne une vision manichéenne des communistes au pouvoir dans la RDA. En effet, il y est fait allusion au paragraphe 3 « économie totalitaire et dictatoriale » mais aussi au paragraphe 1. C'est une critique implicite de la « dictature du prolétariat » marxiste
Les commentaires (1)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

1957Denis

MERCI

jeudi 2 juin 2016 - 11:25