BACL-latinspecialite-corrige-2016

De
Publié par

Les 6 mots sont des adjectifs qualificatifs
Niveo : adjectif qualificatif, ablatif masculin singulier, complète Iliso
Celeris : adjectif qualificatif, génitif masculin singulier, complète Alphei
Alti : adjectif qualificatif, genitif neutre singulier, complète nemoris
densa : adjectif qualificatif, accusatif neutre pluriel, complète loca
puro : adjectif qualificatif, ablatif neutre singulier , complète vado
gelida : adjectif qualificatif , nominatif féminin singulier, complète Lerna
Ces 6 mots révèlent l’attrait irresistible d’Hippolyte vers la nature. En effet, les lieux de la nature sont qualifiés avec précision et marquent une sensibilité du locuteur envers cet environnement préservé de l’homme.
Publié le : mercredi 22 juin 2016
Lecture(s) : 951
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
BaccalauréatGénéralsérie L
Session 2016
Épreuve de spécialité: Latin
Durée de l’épreuve: 3 heures
Coefficient : 4
PROPOSITION DE CORRIGÉ
Propriété exclusivedeStudyrama.Toutereproductionoudiffusioninterditesans autorisation.
1
Le texte proposé est composé des vers 483 à 521
PREMIÈRE PARTIE
Question 1 (15 points) analyse.
Les 6 mots sont des adjectifs qualificatifs
QUESTIONS
(60 POINTS)
Niveo : adjectif qualificatif, ablatif masculin singulier, complète Iliso
Celeris : adjectif qualificatif, génitif masculin singulier, complète Alphei
Alti : adjectif qualificatif, genitif neutre singulier, complète nemoris
densa : adjectif qualificatif, accusatif neutre pluriel, complète loca
puro : adjectif qualificatif, ablatif neutre singulier , complète vado
gelida : adjectif qualificatif , nominatif féminin singulier, complète Lerna
Ces 6 motsƌĠvğleŶt l’attƌait iƌƌesistiďle d’HippolLJte veƌs la Ŷatuƌe. EŶ effet, les lieudž de la Ŷatuƌe soŶt qualifiés avec précision et marquent une sensibilité du locuteur envers cet environnement préservé de l’hoŵŵe.
Question 2 (15 points) Comparaison de trois traductions des vers 12 à 14
Traduction 1 : J.-M.-L. Coupé (1795)
« Tous les Đƌiŵes des ĐitĠs ďƌillaŶtes soŶt igŶoƌĠs daŶs les Đhaŵps. OŶ Ŷ’LJ tƌeŵďle pas au pƌeŵieƌ tumulte. RieŶ Ŷ’oďlige à LJ dĠguiseƌ sa peŶsĠe. »
Traduction 2 : F. Dupont (1991) « Il est loin de cette jungle urbaine Où chaque bruit est une menace Chaque parole un mensonge »
Traduction 3 : F.R. Chaumartin (1996) « Il ignore les crimes qui ont leur demeure parmi les foules et les villes ; la ĐoŶsĐieŶĐe eŶ paidž, il Ŷ’a pas à ƌedouteƌ tous les ďƌuits ou à foƌgeƌ de ŵeŶsoŶges. »
Propriété exclusivedeStudyrama.Toutereproductionoudiffusioninterditesans autorisation.
2
La traduction de F-R ChauŵaƌtiŶ est la plus pƌoĐhe du tedžte latiŶ Đaƌ elle a ĠtĠ ĐoŵposĠe afiŶ d’ġtƌe lue simultanément au texte latiŶ daŶs l’ĠditioŶ des Belles Lettƌes. Elle ƌespeĐte la stƌuĐutƌe gƌaŵŵatiĐale est ƌeste ledžiĐaleŵeŶt tƌğs pƌoĐhe du tedžte d’oƌigiŶe.
Au contraire les traductions de J.-M.-L. Coupé et de F. Dupont, écrites pour être appréciées de lecteurs éventuellement non-latinistes, ne permettent pas se repérer dans le texte latin.
La traduction de F. Dupont prend plusieurs libertés avec le texte latin : au point de vue lexical, elle aďaŶdoŶŶe la ŶotioŶ de ĐoŶŶaissaŶĐe et d’igŶoƌaŶĐe Ƌue ĐoŶseƌveŶt les deudž autƌes tƌaducteurs et paƌle seuleŵeŶt d’ĠloigŶeŵeŶt: « Il est loin de cette jungle urbaine ».
Au poiŶt de vue gƌaŵŵatiĐal, le Ŷoŵ à l’aĐĐusatif pluƌiel «urbes » traduit par cités et villes par les 2 autƌes tƌaduĐteuƌs est seuleŵeŶt ƌepƌis sous la foƌŵe de l’adjeĐtif singulier « urbain » chez Florence Dupont.
Question 3 (30 points)
HippolLJte justifie la vie Ƌu’il ŵğŶe eŶ se ƌĠfĠƌaŶtà une vie simple telle que la menaient les premiers romains. La référence au « mos majorum », habitude de vie des anciens est visible dès le deuxième vers : « ritusque melius vita quae priscos colat» « la vie qui respecte mieux les coutumes antiques. »
er Ainsi le « ritus priscos » renvoie-t-il assez clairement au « mos majorum » valorisé au 1 siècle.
D’autƌe paƌt, HippolLJte ƌeŶoŶĐe audž hĠĐatoŵďes ;saĐƌifiĐes de ϭϬϬ ďoeufsͿ audž veƌs ϭ6 à ϭ8:
« non cruor largus pias
inundat aras, fruge nec sparsi sacra
centena nivei colla summittunt boves.
«le saŶg Ŷ’iŶoŶde pas aveĐ pƌodigalitĠ ses pieudž autels, des ďœufs Đouleuƌ de Ŷeige Ŷe ƌeĐoiveŶt pas, paƌ ĐeŶtaiŶes, l’aspeƌsioŶ du ďlĠ ƌituel avaŶt d’offir leur cou au sacrifice »
Mais Đela Ŷ’eŵpġĐhe pas d’ġtƌe ƌespectueux envers la nature et del’hoŶoƌeƌ, Đoŵŵe iŶvite à le faiƌe Hippolyte. Le respect religieux est ainsi déplacé.
EŶfiŶ, HippolLJte se seƌt des ďieŶfaits Ƌu’offƌe la Ŷatuƌe ďieŶfaisaŶte et pouƌvoLJeuse. Elle suffit à ses besoins. Ici le personnage renvoie au ŵLJthe de l’âge d’oƌ.
Propriété exclusivedeStudyrama.Toutereproductionoudiffusioninterditesans autorisation.
3
DEUXIÈME PARTIE
VERSION
(40 POINTS)
Ici les oiseaux plaintifs frémissent et les branches battues par un vent doux et les hêtres antiques tremblent. Il se plait soit àfouleƌ les ƌives d’uŶfleuve vagabond, soit à être porté par un sommeil léger à même le gazon, ou bienƋu’uŶe souƌĐeabondante répande ses ondes, ou bien qu’au ŵilieudes fleuƌs Ŷouvelles ŵuƌŵuƌe douĐeŵeŶt eŶ sa fuite uŶ ƌuisselet. Les fƌuits Ƌu’il fait toŵďeƌ des arbres assouvissent sa faim et les mûƌes Ƌu’ilarrache sur de petits buissons lui dispensent une nourriture facile à se procurer.
Propriété exclusivedeStudyrama.Toutereproductionoudiffusioninterditesans autorisation.
4
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.