Corrige BACST2S Sciences et Techniques Sanitaires et Sociales 2016

De
Publié par

QUESTION 1: Indiquer les éléments qui font de la maladie d’Alzheimer une priorité de santé publique.
Si l’on s’en tient à la définition de la santé publique , de l’OMS (en 1952), il s’agit: « La santé publique est la science et l’art de prévenir les maladies, de prolonger la vie et d’améliorer la santé et la vitalité mentale et physique des individus, par le moyen d’une action collective concertée visant à : assainir le milieu, lutter contre les maladies ; enseigner les règles d’hygiène personnelle ; organiser des services médicaux ; mettre en oeuvre des mesures sociales propres à assurer à chaque membre de la collectivité un niveau de vie comparable avec le maintien de la santé ».
Publié le : lundi 20 juin 2016
Lecture(s) : 7 251
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
BaccalauréatCliquez ici pour taper du texte.
Session 2016
Épreuve :SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES
Durée de l’épreuve: 3 heures
Coefficient : 7
PROPOSITION DE CORRIGÉ
1
QUESTION 1: Indiquer les éléments qui font de la maladie d’Alzheimer une priorité de santé publique. Si l’on s’en tient à la définitionde la santé publique, de l’OMS ;en ϭ95ϮͿ, il s’agit: «La santé publique est la science etl’aƌt de pƌĠveŶiƌ les ŵaladies, de pƌoloŶgeƌ la vie et d’aŵĠlioƌeƌ la saŶtĠ et la vitalitĠ ŵeŶtale et physiƋue des iŶdividus, paƌ le ŵoyeŶ d’uŶe aĐtioŶ ĐolleĐtive ĐoŶĐeƌtĠe visaŶt à: assainir le milieu, lutter contre les maladies; eŶseigŶeƌ les ƌğgles d’hygiène personnelle ; organiser des services médicaux; ŵettƌe eŶ œuvƌe des ŵesuƌes soĐiales pƌopƌes à assuƌeƌ à ĐhaƋue ŵeŵďƌe de la collectivité un niveau de vie comparable avec le maintien de la santé ».
On peut donc estimer qu’un problème est dit de « santé publique » s’il remet en cause l’équilibre et le fonctionnement de la société par son importance ou ses conséquences.De même, la santé publique prend en charge collectivement la santé de la population dans son milieu de vie, qu’il s’agisse de soins,de prévention, d’éducation ou d’hygiène sociale.Lescaractéristiques qui permettent d’établir leséléments qui déterminent que la maladie d’Alzheimer est une priorité de santé publique sont donc: -L’importance des personnes atteintes de cette maladie (225 000 nouveaux cas chaque année, en 2012, la France compte 850 000 personnes atteintes, la maladie pourrait toucher plus de 2.1 millions de personnes en 2040, en cas d’absence de traitement), la maladie touche également environ 3 millions de personnes (le patient et ses proches), -Les caractéristiques invalidantes de la maladie (selon l’évolution de la maladie, la personne devient totalement dépendante), -L’absence de traitement curatif: la maladie ne se guérit pas (en moyenne après la pause du diagnostic,l’espérance de vie est 8.5 ans),-Son coût financier est important, tant pour les familles et les aidants que pour la santé publique: en moyenne 1000€ restent à la charge des familles,-Les moyens requis sont très importants : formation de personnels pour la dépendance, les structures de soins, et tout le suivi du parcours du patient requiert des investissements. QUESTION 2 : Montrer que la prise en charge de la maladie d’Alzheimer s’appuie sur les différentes composantes du système de santé. La maladie d’Alzheimeret sa prise en charge reposent sur les différentes composantes du système de santé, compte tenu de son importance (le nombre de patients suivis), et de ses besoins (le parcours de soin des patients requiert des moyens). Rappelons tout d’abord quelles sont les composantes du système de santé, l’OMSdéfinit le système de santé comme« toutes les activités, officielles ou non, qui portent sur les services de santé, mis à la disposition d'une population, et sur l'utilisation de ces services par la population». Le système de santé français comprend les éléments qui permettent d'identifier et de satisfaire les besoins de la population. Il est constitué par trois grands groupes : les acteurs du système de santé, les institutions chargées de l'organisation administrative et financière, et la population en tant qu'utilisatrice. Les acteurs du système sont les médecins généralistes et spécialistes, infirmiers, pharmaciens (et les laboratoires pharmaceutiques), les structures de soins et de prévention (hôpitaux, EHPAD, maisons de retraite, …), psychologue, gérontologues. Ils disposent de moyens matériels (équipements) et humains (personnel médical, paramédical, administratif). Les administrateurs sont constitués par le ministère de la Santé, qui a la charge de définir politiques de santé publique,et d’établir les plans quinquennaux, son rôle est degarantir
2
l'amélioration de l'état sanitaire de la population ;à l’échelle régionale, les décisions de l’État vont être relayées par les ARS (Agences Régionales de Santé) qui vont elles-mêmes organiser et impulser le système de santé « local ». Le dernier acteur du système de santé va être la population, soit les patients/usagers eux-mêmes qui vont utiliser les soins, et bénéficier de prévention, cette même population va également contribuer au financement de ce système par le biais des cotisations sociales et des impôts. On constate donc que la prise en charge de la maladie d’Alzheimer repose clairement sur les 3 composantes du système de santé : -Les acteurs ont un rôle de prévention, de diagnostic, et d’accompagnement de la maladie, -L’État et les structures organisent la mise en place d’action par le biais de plans quinquennaux qui renouvèlent des objectifs en fonction de l’évolution des besoins,-Les patients et leur entourage qui vont « consommer» les soins, l’entourage va également permettre d’accompagner sur le terrain les actions des acteurs de soins.QUESTION 3:La maladie d'Alzheimer engendre, à un stade avancé, une perte d'autonomie desmalades. Cette perte d’autonomie implique des difficultés chez les aidants familiaux.En partant de ces difficultés, montrer que les réponses apportées visent à préserver la santé et le bien-être social des aidants.
La maladie d’Alzheimer est invalidante, elle se traduit par l’absence de traitement curatif, la personne ne peut vivre seule et sans une surveillance permanente. La pathologie touche donc directement le patient, mais aussi sa famille et son entourage. La maladie bouleverse la vie de la personne qui en souffre, elle a également des répercussions directes et durables sur celle de son aidant le plus proche qui l’accompagne quotidiennement. On estime quel’entourage assure plus de 70 % des tâches d'accompagnement de la personne dépendante.
Dans la maladie d’Alzheimer, les aidants vontdonc avoir un rôle fondamental : ces derniers peuvent être les proches (époux, épouses, enfants, frères, sœurs notamment), ainsi que des accompagnants rémunérés (Auxiliaire de vie sociale notamment, les aides-ménagères,…). Pour aider les aidants familiaux (dont 1/3 décède avant la personne souffrante d’Alzheimer), un statut a donc été créé, ce statut permet une reconnaissancefinancière et facilite l’activité salariée de ces aidants (leurs droits se trouvent renforcé dans leur entreprise, 1/10 personne en activité salarié, aide un membre en situation de dépendance après son travail).
La loi a mis en place le droit au répit, permettant aux aidants qui accompagnent les personnes atteintes d'une grande perte d'autonomie de prendre un temps de repos en finançant l'accueil de la personne aidée dans une structure adaptée à ses besoins. Elle a également mis en place le « congé» de soutien familial (le salarié peut cesser son activité 3 mois, renouvelable jusqu’à 1 an pour le privé, et 3 ans pour le service public).
L’APA (Allocation personnalisée d’autonomie) a également été revue à la hausse avec une revalorisation (puisque environ 1000€ restent à la charge des familles).
Ces mesures permettent de faciliter l’accompagnement des personnes aidées et d’assurer une reconnaissance à leurs aidants, qui peuvent eux aussi très largement de la situation.
3
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.