Correction DS SVT Terminale : Le maintien de l’intégrité de l’organisme

De
Publié par

Avec cette correction de devoir surveillé sur Le maintien de l’intégrité de l’organisme , vous pourrez facilement vous entraîner.

Publié le : mardi 24 décembre 2013
Lecture(s) : 1 885
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
Terminales S2
Correction du Devoir Surveillé de SVT n°5 Thème 3A : Le maintien de l’intégrité de l’organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire (durée 2h)
02/04/2013
Exercice 1 :En fonction du type d'agent pathogène choisi/type de cellule de l'immunité adaptative choisi Deux possibilités de réponse :
Pour un agent pathogène à l'intérieur d'une cellule (comme u virus) (immunité adaptative à médiation cellulaire) Les étapes sont : l'activation d'un clone de lymphocyte T CD spécifique de l'antigène=activation par rencontre avec un cellule présentatrice de l'antigène (CPA),fixation du TC (récepteur de l'immunité adaptative) du LTCD8 sur un molécule duCMH(située sur la CPA)présentan l'antigène. C'est lasélection clonale. Il y a alorsprolifération clonalepuisdifférenciation clonal des LTCD8 sélectionnés enlymphocytes T cytotoxiques [Les LT auxiliaires contrôlent ces étapes via l'interleukine 2] Les cellules infectées seront détruites par les LT cytotoxiques. Les cellules infectées sont reconnues car elles présentent leur surface sur des molécules du CMH des antigènes d nature virale. Le LT cytotoxique induit des messages de mor cellulaire (apopotose) chez la cellule infectée. (schéma 1)
Pour un agent pathogène extérieur aux cellules (comme un bactérie ou un virus présent dans le sang ou la lymphe) (immunité adaptative à médiation humorale) Les étapes sont : lasélection d'un clone lymphocyte de spécifique de l'antigène=activation par rencontre du LB naï avec son antigène spécifique via lesrécepteurs BCR situés à la surface des LB. Ces BCR sont des anticorps membranaires (formés de 4 chaînes, 2 lourdes, 2 légères). Il y a alorsprolifération clonale puis différenciation clonaledes LB sélectionnés enplasmocytes. [Les LT auxiliaires participent ces étapes via l'interleukine 2]. Lors de leur différenciation en plasmocytes, la taille des LB augmente, leur réticulum endoplasmique, organite participant à la synthèse des protéines, s développe (voir doc 3 p. 291). Les plasmocyte sécrètent des anticorps (schéma) spécifiques d l'antigène qui a conduit à leur sélection. Ce anticorps possèdent deux sites de fixation à u antigène spécifique formés par l'association de l partie variable d'une chaîne lourde et de la partie variable d'une chaîne légère. La fixation d l'antigène sur les anticorps permet la formation d complexe immun. L'antigène est alors neutralisé La partie constante des anticorps est reconnue par des récepteurs situés à la surface des cellule phagocytaires. Cette reconnaissance facilite l phagocytose qui permet ainsi d'éliminer les complexes immuns (schéma 2) Schéma d'un anticorps:
N. PIDANCIE
1-De la sélection d'un LT CD8 à la destruction d'une cellule infectée par un virus (D'après un schéma de E. Espinosa)
Destruction d'une cellule infectée par un LTcytotoxique (apoptose)
2- De la sélection d'un LB à la neutralisation d'un agent pathogène dans le milieu extracellulaire (D'après un schéma de E. Espinosa)
Exercice 2 : QCM (5-10 min, 3 points)
1- Un lymphocyte CD8 se différencie en lymphocyte cytotoxique.
2- La vaccination : Mobilise la réponse innée et adaptative
3-Un plasmocyte fabrique Une seule sorte d'anticorps
4- La mémoire immunitaire est basée sur :  Une réponse secondaire plus rapide et quantitativement plus importante 5-Le phénotype immunitaire évolue au cours de la vie en fonction : . De l’exposition aux antigènes
6- Cette cellule (ci-contre) : - produit des anticorps.
Exercice 3 (7 points) Dans cet exercice, très souvent les connaissances n'ont pas été utilisées pour intepréter les documents, d'où une réponse partielle au sujet. Document 1 : résultats expérimentaux présentés dans un tableau Avant de se lancer dans les interprétations, il fallait bien avoir pris connaissance du déroulement des expériences et les mettre en relation avec ses connaissances. Il fallait bien noter que le sérum prélevé sur les souris était ensuite mis dans des boîtes de cultures ne contenant que des GRM (donc sans cellules de thymus, moelle osseuse...)
Avec ou sans traitement préalable, toutes les souris ont été mises en contact avec des globules rouges de moutons (GRM). Ceux-ci étant des éléments étrangers pour l'organisme des souris, ce sont donc des antigènes. Leur introduction dans l'organisme des souris déclencheune réponse immunitaire. Ici on étudie les conditions de la réponse immunitaire adaptative, se traduisant par une agglutination des GRM.
L' agglutination éventuellement obtenue dans les résultats est un rassemblement des GRM. On en déduit, d'après ce qui a été dit ci-dessus, que lorsqu'il y a agglutinationc'est une moléculequi est responsable et on pense auxanticorps....
Le lot A correspond au témoin. L'injection de GRM dans la souris déclenche une réaction immunitaie adpatative. Il y a donc fabrication d'anticorps anti-GRM sécrétés dans le sang/lymphe. Or dans le sérum, il n'y a pas de cellules, il y a uniquement des molécules. L'agglutination des GRM est donc due à la présence de molécules ='anticorps antiGRM présents dans le sérum prélevé. Cette agglutination traduit donc la formation de complexe immun. On se demande quelles sont les cellules de l'immunité fabriquant ces cellules. Les lots B,C et D vont permettre de résoudre ce problème. Le lot Boù les LB et LT ont été détruits par irradiation et où le stock de LT acorrespondant à des souris été reconstitué par injection de cellules de thymus et il n'y a pas agglutination des GRM. On sait que les LB et les LT sont fabriqués au niveau de la moelle osseuse puis ils finissent leur maturation dans le thymus pour les LT et dans la moelle osseuse pour les LB. L'absence d'agglutination des GRM signifie qu'il n'y a pas eu fabrication d'anticorps anti-GRM .Ce ne sont pas les LT qui fabriquent les anticorps antiGRM. Le lot Ccorrespond à une souris où les LB et LT ont été détruits puis reconstitués par les injections de cellules du thymus et de moelle osseuse. On revient à la situation du lot B. Il y a alors fabrication d'anticorps anti-GRM. Pour le lot D, les souris ont subi le même traitement que les souris du lot C mais seuls des LB ont été
réinjectés. Elles ne possèdent donc que des LB. Le résultat est une agglutination des GRM. On en déduit que la présence des LB est indispensable à la synthèse d'anticorps.
Le schéma attendu pour le lot C n'est pas un schéma expliquant les étapes successives de la manipulation mais un schéma expliquant le résultat obtenu, c'est-à-dire l'agglutination.
Schéma i (d'aprèshttp://svt.tice.ac-orleans-tours.fr/) Les GRM sont rassemblés par la fixation des AC
 
Lors d'une absence d'agglutination (non attendu) les GRM sont libres donc dispersés
Document 2 :résultats expérimentaux présentés dans un tableau Attention ne pas confondre la rate (organe lymphoïde secondaire) et la rate (femelle du rat)
Les deux boîtes ont subi le même traitement mais il y a eu ajout de surnageant de cellules de rate de souris normale que dans la boîte 2 et on constate une agglutination dans la boîte 2. On en déduit que le surnageant (liquide sans cellules, précisé lors du devoir) contient des substances (qui ne sont pas des anticorps, c'est écrit en toutes lettres) indispensables à l'agglutination. On peut déterminer quelles sont ces subtances nécessaires.
La souris nude n'a pas de thymus, elle ne possède donc pas de LT mais seulement des LB. Donc dans la boîte 1, il y a à l'origine des LB et des GRM. Dans la boîte 2, il y a des LB, des GRM et des substances présentes dans le surnageant de cellules de rate de souris normale. Or la rate* est un organe lymphoïde secondaire contenant des LB et des LT. Le surnageant de culture de rate peut donc contenir les produits de sécrétion des LT (LTCD4+et LT CD8+) ou des cellules effectrices dérivant de ces cellules LT auxiliaires, LTcytotoxiques. [on exclut les anticorps, produit de sécrétion des LB car c'est écrit dans le contenu des boîtes] Or on sait que les LT auxiliaires libèrent de l'interleukine, molécule activant les LB et LT lors de la réaction immunitaire. On peut supposer que dans le surnageant il y a de l'interleukine (fabriquée par des LT4 auxiliaires de la rate de souris normale). On en déduit qu'il y a production suffisante d'anticorps que si les LB sont stimulés par l'interleukine sécrétée par les LT auxiliaires. Ce serait le cas dans la boîte 2, ce qui se traduit par l'agglutination des GRM. Cette expérience permet de montrer que ce ne sont pas les LB seuls qui permettent l'agglutination des GRM dans cette manipulation mais que la présence d'interleukine sécrétée par des LT auxiliaires est indispensable à la transformation des LB en plasmocytes, sécrétant des anticorps .N. PIDANCIER
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.