2.10.2. Prévision et évaluation Etude de marché préalable ...

De
Publié par

2.10.2. Prévision et évaluation Etude de marché préalable ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 120
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
2.10.2. Prévision et évaluation
Etude de marché préalable (sourcing)
Une étude peut être menée sur la maturité du marché en fonction du besoin. S’il existe une offre,
une
prospection se fait ainsi, en amont de l’acte d’achat (prévention des appels d’offres infructueux). Cette
étude peut comprendre une évaluation d’un coût global moyen
d’utilisation
pour les offres disponibles sur
leur cycle de vie, calculé en fonction d’hypothèses de contraintes liées à leur usage.
Coût global d’utilisation
L’acheteur doit s’interroger sur le
coût global de chaque achat
en vue de tenir compte de l’ensemble
des coûts prévisibles à moyen et long termes qui pèseront sur la collectivité publique du fait de l’achat.
L’article 53-1
du codes des marchés propose
une liste de critères d’attribution
pour tenter d’apprécier
ce coût global et ainsi attribuer le marché à l’offre économiquement la plus avantageuse; le pouvoir
adjudicateur peut se fonder sur: « la qualité, le prix, la valeur technique, le caractère esthétique et
fonctionnel, les performances en matière de protection de l’environnement, les performances en matière
d’insertion professionnelle des publics en difficulté,
le coût global d’utilisation
, la rentabilité, le caractère
innovant, le service après-vente et l’assistance technique, la date de livraison, le délai de livraison ou
d’exécution. D’autres critères peuvent être pris en compte s’ils sont justifiés par l’objet du marché».
La notion de
coût global social
(voir ci-dessous),
encore émergente, devrait prendre en compte les coûts
sur le long terme qui seront portés par l’ensemble de la société, en tant que retombées sociales
négatives. Mais, devant les difficultés d’appréciation, l’usage privilégie le
coût global d’utilisation (cité
dans le code ci-dessus)
qui inclut le coût d’usage associé au coût de la maintenance et
qui, comparé au
coût direct, devrait permettre d’apprécier l’offre économiquement la plus avantageuse, sur sa période
d’exécution et d’utilisation, jusqu’au recyclage du produit ou à la rénovations de travaux ou des services
effectués. Cette notion, appliquée à l’insertion des personnes éloignés de l’emploi, correspond à un effet
de vase communiquant en agissant à terme sur le nombre de personnes en insertion et donc sur le
volume financier des allocations versées à ces personnes. Par exemple, on peut penser aux
départements qui ont en charge la construction des collèges et l’attribution du RMI. L’inclusion de clauses
sociales dans les marchés de travaux ou de services liés aux collèges peut avoir un impact sur le nombre
de bénéficiaires du RMI.
Le coût global peut constituer un critère d’attribution.
Encadré 17 : Coût global social dans le bâtiment
"En effet, s’il est vrai que le bâtiment a des impacts avec l’extérieur, il exerce aussi de fortes interactions
avec l’intérieur. Par exemple, un bâtiment créant une mauvaise qualité de vie pour ses occupants peut
avoir des incidences sur leur santé. C’est ainsi que l’expression « Sick Building Syndrome / SBS » -
syndrome du bâtiment malsain en français - est apparue dans les années 90 aux Etats-Unis. Elle fait
référence aux impacts négatifs qu’un bâtiment peut avoir sur la santé des personnes qu’il abrite, si par
exemple la qualité de l’air et l’ambiance hygrothermique ne sont pas satisfaisantes.
Parmi les impacts sanitaires liés à la salubrité du bâtiment, on trouve les maladies respiratoires (rhumes et
grippes), les allergies, l’asthme, ainsi que des symptômes plus légers de type irritations des yeux, du nez
et maux de tête. Un bâtiment peut donc avoir des impacts négatifs sur la santé de ces occupants (Fisk,
2003). [...] Un bâtiment a donc des impacts sur son environnement intérieur en terme de confort, de
productivité, d’image également et on ne peut nier l’incidence des choix architecturaux et techniques sur le
cadre de vie que crée le bâtiment (MIQCP, 2006)."
"Au niveau des intangibles maintenant, des études américaines ont traité des conséquences économiques
de tels impacts : le « Report to California’s sustainable building task force » annonce des pertes annuelles
de 9 milliards de dollars pour l’Etat de Californie à cause de la baisse de productivité induite par le SBS
dans le tertiaire (Alevantis, 2003) et un numéro de Business Week de juin 2000 promet un bénéfice annuel
de 250 milliards de dollars pour les Etats-Unis si la qualité de l’air était meilleure dans les immeubles de ce
secteur (MIQCP, 2006). Une autre étude fait état d’un gain économique possible allant de 43 à 235
milliards de dollars pour les Etats-Unis, dont 7 à 16 milliards pour la réduction des maladies respiratoires, 1
à 5 pour la diminution des allergies et de l’asthme, 10 à 35 pour les symptômes typiques du SBS (irritations
des yeux et du nez, maux de tête) et 25 à 180 pour une meilleure productivité (Fisk, 2003)."
Les références
L. Alevantis, The Cost of Sick Building Syndrome for California State and school Employees, 2003
W.J. Fisk, Health and Productivity Gains from Better Indoor Environments, 2003
MIQCP (Mission Interministérielle pour la Qualité des Constructions Publiques), Ouvrages Publics & Coût
Global, 2006
Le calcul du coût global peut faire apparaître qu’un coût direct plus important, à cause d’exigences de
qualité sociale, peut entraîner des gains de productivité sur le long terme : la qualité de la prestation peut
être liée à la qualité « sociale » de l’organisation et de l’encadrement et peut donc avoir des répercussions
financières négatives (turn over, absentéisme accru, accident du travail, etc.) ou positives.
Encadré 18 : Exemple attestant de l’avantage du cout global, cas d’un marché d’achat de services
à Linz (Autriche)
Faisant de la qualité son critère de sélection principal, la ville de LINZ a attribué un contrat de service de
voituriers au soumissionnaire le plus cher, qui s’était engagé à n’employer que du personnel ayant plus de
3 ans d’expérience dans le domaine. En investissant sur l’expérience et la qualité de ce type de service, la
ville espère à terme réduire le nombre d’accidents de la voie publique. Le postulat est ici que
le coût
global social à terme sera moindre avec cette option pour la collectivité,
même s’il reste difficile
d’évaluer
ce que représente la préservation de la vie humaine et la prévention de la morbidité.
Source : Selecting best value. Manual
for organizations awarding contracts of private guarding services, p
3., cité par le GUIDE CARPE de l’achat public responsable
Dans l’exemple de la ville de Rennes (encadré 19)
l’indicateur de la surface entretenue par agent,
dans un temps déterminé, est utilisé pour démontrer les gains de productivité liés à une nouvelle
organisation du travail.
Cet indicateur pourrait servir à l’évaluation de l’offre économiquement la plus avantageuse pour le choix
d’un revêtement de sol car
le coût global d’un sol correspond, à plus de 90%, au coût du personnel
consacré à son entretien le temps de sa durée de vie.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.