Apprendre le francais en Coree

De
Publié par

Apprendre le francais en Coree

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 290
Tags :
Nombre de pages : 74
Voir plus Voir moins
Retour à l'accueil du site | Retour | Recherche Vous êtes ici : Europe et International RAPPORT N° 18 - Apprendre le français en Corée Groupe interparlementaire d'amitié France-Corée du Sud Rapport Groupe d'amitié France-Corée du Sud n° 18 - 1997/1998 Table des matières PRÉFACE INTRODUCTION I. LA CORÉE TRADITIONNELLE : L'INFLUENCE DU BOUDDHISME ET DU CONFUCIANISME DANS LA SOCIÉTÉ CORÉENNE A. ORIGINES ET DÉVELOPPEMENT DU BOUDDHISME ET DU CONFUCIANISME B. CONSÉQUENCES SUR L'ANCIEN SYSTÈME ÉDUCATIF C. RICHESSES ET TRADITIONS CULTURELLES 1. Imprimerie et édition 2. Arts et bouddhisme 3. Calligraphie et peinture D. SYSTÈME DE VALEURS DES CORÉENS II. PRÉSENTATION ET BILAN DU SYSTÈME ÉDUCATIF ACTUEL A. FINALITÉS ÉDUCATIVES B. SPÉCIFICITÉ DU SYSTÈME ÉDUCATIF CORÉEN 1. Un système où cohabitent public et privé 2. Un coûteux pour les familles 3. Un système récent dans sa forme actuelle C. LE SYSTÈME ÉDUCATIF DANS SON ESPACE 1. L'influence de l'environnement géographique 2. L'influence du climat 3. du milieu D. PROBLÈMES RELATIFS AU SYSTÈME UNIVERSITAIRE 1. Un système confronté à un afflux massif d'étudiants 2. Un dont la qualité a tendance à se dégrader 3. Le système universitaire face à l'évolution démographique et à la concurrence internationale III. LA CORÉE ET LES LANGUES-CULTURES ÉTRANGÈRES A. LE CHINOIS 1. Forte influence chinoise dans le passé 2. Tradition de l'enseignement/apprentissage du chinois 3. Renaissance de la langue-culture chinoise B. LE JAPONAIS 1. Le poids de l'histoire 2. Conséquences culturelles et linguistiques de l'antagonisme Corée-Japon 3. Importance grandissante de la langue-culture japonaise 4. Avenir de la langue-culture japonaise C. LE FRANCAIS 1. Relations historiques anciennes 2. Perception progressive de la France par le biais de la culture 3. Reconnaissance plus large avec la haute technologie 4. Perspective de la langue-culture française D. L'ANGLO-AMÉRICAIN 1. Influence américaine 2. Evolution des générations 3. Conséquences sur l'éducation et la culture 4. Perspective de la langue-culture américaine E. L'ALLEMAND 1. Origine de la présence allemande 2. Diffusion de la langue-culture allemande IV. LA PLACE DU FRANCAIS DANS L'ENSEIGNEMENT/APPRENTISSAGE DES LANGUES-CULTURES A. CONCEPTION DE LA LANGUE B. DE LA CULTURE C. POLITIQUE LINGUISTIQUE EN CORÉE D. PROBLÈMES RELATIFS A DES LANGUES-CULTURES V. PRÉSENTATION DES ENSEIGNANTS DE FRANCAIS ET BILAN DE LEUR FORMATION A. DU CORPS ENSEIGNANT 1. Conception et méthode de l'enseignement 2. Rôle de l'enseignant 3. Profil de 4. Evaluation de la compétence de l'enseignant B. BILAN DE LA FORMATION 1. Formation initiale 2. Formation continue C. PROPOSITIONS D'AMÉLIORATION 1. La formation initiale 2. La continue VI. PRÉSENTATION ET BILAN DES PROGRAMMES D'ÉTUDES A. DES APPRENANTS 1. La conception de l'apprentissage 2. Profil des apprenants 3. Motivations et souhaits à l'égard de l'apprentissage du français B. ANALYSE DES CONTENUS DE L'ENSEIGNEMENT/APPRENTISSAGE DU FRANCAIS 1. Dans les établissements supérieurs 2. Dans les établissements secondaires 3. Dans les organisations non-institutionnelles 4. Le Français aux Jeux Olympiques de 1988 5. A travers les émissions radiophoniques et télévisées C. TENTATIVES D'AMÉLIORATION 1. Travail systématique de la phonétique 2. Vision d'ensemble de la logique grammaticale 3. La littérature au service de la langue-culture VII. PRÉSENTATION ET BILAN DE L'ACTION LINGUISTIQUE ET CULTURELLE DE LA FRANCE EN CORÉE A. LE BCLE OU BUREAU DE COOPÉRATION ET ÉDUCATIVE B. CENTRE CULTUREL FRANCAIS 1. Le Centre Culturel Français de Séoul 2. Le de Pusan C. RÉSEAU DES ALLIANCES FRANCAISES 1. Les différents centres 2. Les problèmes des Alliances Françaises D. PROPOSITIONS D'AMÉLIORATION 1. Connaissance du contexte et de la mentalité coréens 2. Conséquences à tirer pour l'enseignant CONCLUSION GÉNÉRALE ANNEXES BIBLIOGRAPHIE PRÉFACE Premier pays occidental à avoir établi des contacts avec la Corée, la France a d'emblée, entretenu avec ce pays des relations culturelles privilégiées. Aujourd'hui, le français est la deuxième langue enseignée en Corée après l'anglais et jouit d'une image prestigieuse, associée à la culture et au raffinement. Pour autant, au regard du développement connu par la Corée ces dernières années, la faiblesse relative des échanges tant économiques que culturels avec un pays devenu le onzième exportateur mondial et dont le niveau de vie a cru de façon considérable, nourrit certaines interrogations. Les activités du groupe sénatorial, par des contacts réguliers, ont contribué à une meilleure connaissance du pays. Des délégations du groupe sénatorial France-Corée se sont rendues à plusieurs reprises en Corée, en 1986 puis en 1988, et j'ai moi-même eu l'occasion de me rendre à divers titres dans ce pays qui frappe par son dynamisme, dans une région dont la croissance reste très soutenue. Le groupe a des liens avec les associations présentes en France et des manifestations culturelles ont pu être organisées au Sénat. Le Président de la République a affirmé, en 1995, la volonté française de replacer l'Asie au coeur de ses préoccupations et de ses intérêts. Les difficultés nées du retard du chantier du T.G.V. Séoul-Pusan et de l'affaire Thomson témoignent encore d'une certaine forme d'incompréhension et de la nécessité du développement des relations franco-coréennes. Dans ce contexte, une réflexion approfondie sur la place et le rôle de la langue française en Corée s'inscrit dans le cadre des objectifs de soutien à la francophonie assignés aux groupes sénatoriaux. Cette étude issue de la thèse de doctorat de Madame SUNG-HEE-PARK, présentée le 13 juin 1996, en l'université de la Sorbonne nouvelle, s'appuie sur une mise en perspective culturelle et historique du système de pensée coréen soulignant en particulier le rôle duc confucianisme et l'influence des pays voisins. Elle décrit l'ensemble du système éducatif dans lequel s'inscrit l'enseignement des langues étrangères. Recensant les actions entreprises en faveur du français en Corée, elle propose une série d'aménagements. Au service d'une meilleure compréhension réciproque, en vue d'un approfondissement de nos relations, ces investigations nous montrent que la grande ouverture culturelle des Coréens demeure une chance pour la France et la culture française. Jean FAURE GROUPE D'AMITIÉ FRANCE-CORÉE Composition du bureau 1997 Président M. Jean FAURE (UC) Vice-Présidents M. Charles DESCOURS (RPR) M. Philippe NACHBAR (RI) M. François LESEIN (RDSE) Membres du Bureau M. Jean PUECH (RI) M. Hubert DURAND-CHASTEL (NI)) Mme Paulette BRISEPIERRE (RPR) M. Jean-Louis LORRAIN (UC) INTRODUCTION Cette étude a pour origine la constatation d'un paradoxe apparent concernant le statut du français en Corée : alors que très peu de Coréens maîtrisent cette langue, celle-ci fait partie du cursus d'un grand nombre d'étudiants, et la culture française conserve son prestige. Dans l'esprit de nombreux Coréens, la France est synonyme de pays d'art, de culture et de luxe. Les références à la France en terme de littérature, de mode, d'arts plastiques... jusqu'à l'art culinaire, sont fréquentes. Pourtant, la langue française concerne essentiellement le milieu institutionnel. Malgré l'intérêt qu'il suscite, son enseignement ne s'avère pratiquement jamais être à la hauteur des espérances des apprenants : ceux-ci souhaiteraient surtout la maîtrise de l'oral et l'accès à la culture du pays d'accueil. Ce constat conduit à rechercher les possibilités d'un enseignement mieux adapté au contexte local. On ne peut aborder le statut d'une langue étrangère dans un pays, sans évoquer au préalable le contexte général représenté par les traditions intellectuelles et culturelles, ainsi que le système de valeurs associé à ces traditions. Le bouddhisme et surtout le confucianisme ont marqué de leur empreinte la société coréenne, en particulier son système éducatif. Par ailleurs, le statut du français ne peut s'établir qu'en relation avec les autres langues principales enseignées. La conception de la langue et de la culture par les Coréens eux-mêmes doit aussi être précisée, car elle influence leur attitude à l'égard des autres langues-cultures. L'observation de ce
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.