brochure commémoration deuxième partie - 8 - Angers – capitale de ...

Publié par

brochure commémoration deuxième partie - 8 - Angers – capitale de ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 70
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
8 - Angers – capitale de la Pologne
Le 5 octobre 1939, le nouveau gouvernement p lonais est installé officiellement à Paris, rue de voli, à l'hôtel Régina, face au musée du Louvre aux jardins des Tuileries. Cependant, un mois pl tard, le gouvernement d’Edouard Daladier déc de le déménager à 300 km à l’ouest de Paris, Angers. Pourquoi une telle manœuvre ? Officiellemen s’agit de la sécurité et d’une volonté de soulig l’extraterritorialité du gouvernement polon Peut-être aussi, en l’éloignant de Paris, les au Hôtel Régina - Paris tés françaises ten nt-elles d’éloigne ur responsabilité dans la « drôle de guerre ». es Polonais ne protestent pas, pourtant cette istance de la capitale française gêne le fonction-ement de l’administration et de la diplomatie po-naise. Pour le gouvernement français, par ontre, cet allié quelque peu perturbant, isolé ans une ville moyenne de l’ouest de la France, st plus facilement contrôlable. Un centre ’écoutes téléphoniques et de contrôle du cour-er officiel sont installés à Angers. Officiellement s sont là pour assurer la sécurité du gouverne-ent polonais. onsieur Buissière, chef de la sécurité nationale, GénéralSikorski stifie cela en ces termes :«jattire votre atten-on sur le fait  que certains membres de ce gou-vernement sont partculièreme menacés par des éléments polona hostiles, par des groupes terroriste ukrainiens et par des organismes s crets à la solde de lennemi». . Le Pré-fet de Maine-et-Loire met alors en pla un plan de protection comprenant d inspecteurs en civil, des gardes m biles, le contrôle de la correspondanc la surveillance des résidences et la fil ture des personnalités polonaises. Ce
17
Accueil du Général Sikorski à la gare dAngers
installer les menoésuqneec.uo risnamae ais cnsetortats noiolopainentrne pra u« cer-egrette rpféter no.sL  edmnasiismeai intsemsrv , sniïogéprésces stanrcon sicsn ,adlbseitfat est enemagnéméd e» .setnemenet tel siminmbres du gouverned tiaM e-enoL-tèrst, es Pleferéiuisr qé sditnorocèire desde às te srerivne seleubmeim-Anà s hctsuelaeucce liAns vigeuxreLe. tnne tohsns  ees pouvoirnorés deua elisa rennod tsanntseré-prex  nuqtaoialn d  el'aduis conqi a ep cdaen antcvecuae puos ednelonité. Le 22 novebmer993 ,nut arcipé sinnemè aaltua sel osétiroiseslonaa ga à lAgnerd L are.slailsear Mlae ntahc nO .sesian-o pols etaiserançséf rotia tud see»duJe (recoer pp tsnesaengoen « la Pololonais hmyenp si etel aM-tniaSu ,eciruat claà e aldrhél ne.eeLni ,edamtionmiramond du ,uae ne sérpecneévlueêqgr Mum Rll ese tidetap rne messe solenneenruh'norel iduq cesr enrited'ab,secnivorp ed ueenev rntievaou pya suq i t'dnup 'at-tacha tant dehlauerumet m spseréanntlx ep rurrit Cocrirer ésut  alpnes ra dPoe czszie nkalsaęnigz iteP eL)que« Peu de villsef arçniaes,sp veour ni cdeteetuoj eénrsih irotre s notrainouve tese crreeexat uindu eaâtchI .» éteoc tse llare Jesuis heuzc .eCul-iicd cé tenreerol paionxuerêd  ert ici nrprtial  ealéz Trée de gartiteiweikzcaR wasydaW eltienidéscémerb e».eL2 d le nôtrees avec  snaeplirrad evs re, 3014à eu h el ,erbd eriam, rsgeAn BorctViei,renà l d tidio a raLAn: «  eru4 edip 0secèu  alimi deun uapcr 7 6ehtcraes.   Le 6 décemphseJor ieicff oiaS ed credoC  Ceant.harmnt-Cedemleenb tsu llroà e  PdeneigéhtrymélniaSaB-tu, propr djo nnaicneéiétd u
18
39 sregnA91 tnavaveulins ue dVeL olnggnveseA uqïooP el edréhstsian lderéa si ,mâ e topolanvernemenegoutirbad ruennoh ltienssrea , ilcceud areerltonnediti trajou,
que les Polonais ne se sentent pas chez no en terre dexil, mais bien en pays daccuei»l.Le 9 décembre, le président de la Républiq Polonaise nomme les membres du conseil n tional, l’embryon du parlement polonais c posé de 22 représentants de mouvemen politiques de la majorité présidentielle. conseil est présidé par Ignacy Jan Pad rewski 8 .
a revue Match, du 28 décembre 1939 ublie un long reportage sur Angers avec  commentaire suivant : «A ngers, ville pai-ible de la province française, est devenue  capitale de lÉtat polonais»e 8 janvier 1940, le maire d’Angers, Vic-r Bernier, organise à la mairie de la ville ne réception en l’honneur des Polonais. Il rmine ainsi son allocution adressée au résident Raczkiewicz : «Notre nation, de ême que la nation polonaise, monsieur le résident, sait garder lespoir  ».
Gouvernement polonais au château de Pignerolle (Maine-et-Loire) : M.Raczkiewiez président de la République et le général Sikorski, président du Conseil. 2 décembre 1939. Arch. Mun. Angers 5 FI 4580
8 Ignacy Jan Paderewski (18/11/1860-26/061941) Pianiste virtuose, chef du Gouvernement provisoire à la renaissance de la Pologne en 1918. En 1940, il préside le Conseil National polonais en exil.
91
9 - La répartition géographique des autorités polonaises à Angers général Sikorski, Premier Ministre, ose de l'imposant château de la Col-, disparu aujourd’hui, près de Saint-bert-la-Potherie. Cette propriété itera ensuite le Conseil national po-is, émanation de la Diète polonaise, sidé par Ignacy Paderewski. Le gé-al Sikorski s’installera alors dans le teau des Perruches, à Saint-Sylvain-njou. Château de la Coltrie Le général Sosnkowski, ministre l’intérieur et organisateur de la r sistance polonaise, est logé au ch teau de Molières, à Beaucouzé. Le ministre des affaires étrangère M. Zalewski, occupe, quant à lui, l château de la Baronnerie, à Sain Barthélemy. Les autres ministères sont regroupés à Angers, dont le ministère des Affaires étrangères logé à l'hôtel Morinière, boulevard du Maréchal Foch, siège éga-lement du gouvernement. Certaines administrations résident rue Saint Aubin et rue Létanduère. Le colonel Arciszewski, chef de la maison militaire, avec d’autres responsables comme le chef de la maison civile ou le chef du protocole, logent à lVa é«- naiserie», une noble demeure de Saint Barthélemy-dAnjou. Le gouvernement polonais y est au complet. Les diverses ambassades auprès du gouvernement polonais s’y établissent, y compris celle de la France avec son ambassadeur Léon Noël. Il occupe le château de la Garde à Avrillé. L’am-bassadeur de Grande-Bretagne réside au château de la Romanerie à Saint-Barthélemy-d’Anjou et celui des Etats-Unis, au château du Plessis-Bourré à Ecuillé. 20
Il y a aussi une partie d trésor de la Banque polo naise. Les premiers jours du mois de septembre, le Polonais font passer par la Roumanie 74 tonnes d’o et 100 tonnes de valeurs, billets de banque et entr autre des tapisseries (ar rasy) du château de Wawe de Cracovie. Passant par Beyrouth, Marseille et Tou lon, une partie du tréso est déposée à la Banque d France à Nevers et à An- gers.
10 -Angers, le chef-lieu du département du Maine et Loire, devient la nouvelle capitale de la Pologne.
n Kozielewski sous divers pseudonymes comme iasecki, Kwa ś niewski, Kucharski, mais surtout onnu comme Jan Karski , fut le «courrier» (émis-ire) de la Résistance polonaise auprès du gouver-ement polonais en exil. Il est venu à Angers au mois e janvier 1940 rencontrer le ministre Stanisaw ot, ministre des affaires intérieures, et ami person-el du général Sikorski. Jan Karski est là pour préve-ir les Alliés de la réalité des atrocités allemandes t de l'extermination des juifs de Pologne. Son rap-ort envoyé par le général Sikorski aux gouverne-ents britannique et américain demandant l'aide aux ifs polonais, rencontre une grande perplexité. Plus
21
us navons pas u ndaevsriaerl yondre creptomque ad eH sneltion rtionlisaiden occ .lIatels  eaftu pitfat irfar ourebmot eivic al  tel semnoecnrnae masse,urtres dif-fmmasd esus euvre cest en pdemeneevnrg uo .eLispois dlonat poimenne nu siamlagevaau susple  lm hc siassuaad istjuenemaut ei Rua xniocprroséniitoires occident rus tnerret sednos teaiemulsen  sotteelsef trru exé lesons cutirrteoiitnttes le iuqibahnolo siaons de P 8 millielamdn,sjote slaprs len loSe  /sianol-op larént géemenvern gouastn-iid eossnl s ouevqun  uesêt,ruetnemej siam vous ne is p cro«(I sa »on ta  murCoup Smerêes datE U-st sin « :Jeune homme, je env uo sid sap su tnadnep ,0491 t anev dsépoexn taoilin noeselC , legersà Annal  tahauoyiyast gn Br. Iut areia lebilve ed  oon te 6 marsyou»). Lu initnoleelevsre sia unica-gnifednom xuelatot s oleEl. dee osppd ti :l« augreergénéral Sikorskitse  al tciv emion dlat ol Pneogt alsesler  Hitsi.rpmoc mo rnuonls Il meisevhclob elceva éil nestabires. Ilrtdaciotemtnc noviengesaiostdn sap euq ulostnem.et cd,ar toptr, étirév etsirt et
30  mars 1940 - stade Bessonneau à Angers. Serment de la 1 ère Division de Grenadiers (1DG)
22
ntdex,aus reciocrtê éd eiod tnevers la Pplacés vnertla.elogoenc atulop plae utToanolop eviuj noissi s au maiise,llmel A eedecllengal ,rtuAehci detlae ch Tosécolavuqeid io ttêre transportée e el ertnl te naS Sg.Bue tees lurioerrrtiucép scooives, destent rsen césep reosnnment lesr uniqueisyhseuqavarp xu lur tesirsapoessumeueeraMhlse»nibls pé plu les sertnec sed nio lst ersgeAnt enonde libre.La voedd césioi nudm tees crafionntded xiiS esrokr iks al. Le de liés eneeilljnuol A pntrorirdtas lugoloP alvuocédenn iox auatEtUns- ,si naJsraKe ikntend de la partd u nujegedl  aard,t sdl roimssnu e
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.