Chapitre sur les molécules présentes dans les médicaments - physique-chimie 2nd

Retrouvez dans ce document le chapitre de la santé des secondes. Vous y retrouverez tout le cours sur les molécules et leurs représentations, l'utilisation des règles du duet et de l'octet, les molécules isomères et autres caractéristiques

Publié le : jeudi 16 janvier 2014
Lecture(s) : 980
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Seconde – Sciences Physiques et Chimiques Cours
ère1 Partie : La santé – Chapitre 5
Les molécules présentes dans les médicaments
Les médicaments reposent sur environ 2 000 molécules qui sont souvent complexes. Différentes
représentations ont été imaginées pour modéliser ces molécules.
1 – Les molécules et leurs représentations
1.1 – Formule brute
La formulation d’un médicament fait intervenir de nombreuses molécules, dont celles de la (ou des)
substance(s) active(s). Une molécule est une association d’atomes. C’est de fait un édifice chimique
électriquement neutre.
La formule brute d’une molécule indique la nature des atomes qui la constituent et le nombre de
chacun de ces atomes. Ce nombre est précisé en indice, à droite du symbole des atomes.
Exemple : le chloral, molécule qui était autrefois utilisé comme soporifique et anesthésique, a pour
formule C HCl O. Elle est l’association de 2 atomes de carbone, d’1 atome d’hydrogène, de 3 atomes 2 3
de chlore et d’1 atome d’oxygène.
1.2 – Les liaisons covalentes
Dans les molécules, les atomes mettent en commun des électrons de leur couche externe. Les
électrons mis en commun par deux atomes sont considérés comme appartenant à ces deux atomes.
Une liaison covalente correspond à la mise en commun de deux électrons par deux atomes, chaque
atome fournissant un électron. Elle se schématise par un trait, « ― ».
Les liaisons covalentes permettent aux atomes de gagner le nombre d’électrons dont ils ont besoin pour
satisfaire la règle de l’octet (ou duet).
Par exemple, deux atomes d’hydrogène peuvent mettre en
commun leur unique électron pour former une molécule de
dihydrogène. Les deux électrons mis en commun
appartiennent aux deux atomes, qui vérifient ainsi la règle
du duet.
Deux atomes peuvent mettre en commun deux électrons (un par atome), quatre électrons (deux par
atome) ou six électrons (trois par atome) : cela conduit à des liaisons covalentes multiples (simples,
doubles, triples) représentées par un simple, double ou triple trait.
Par exemple, la molécule de dioxyde de carbone CO permet à 2
l’atome de carbone et aux deux atomes d’oxygène de satisfaire
l’octet : l’atome C apporte les 4 électrons de sa couche externe et
en gagne 4 supplémentaire en établissant des liaisons covalentes
doubles avec les atomes O ; il est alors entouré de 8 électrons.
Remarque : importance des électrons externes restés célibataires
La forme coudée de la molécule d’eau
1.3 – Formules développées et semi-développées
Dans la formule développée d’une molécule, toutes les liaisons entre atomes apparaissent. Dans la
formule semi-développée, les liaisons concernant l’hydrogène ne sont pas représentées.
1Seconde – Sciences Physiques et Chimiques Cours
ère1 Partie : La santé – Chapitre 5
Remarque : les molécules utilisées dans les médicaments
sont souvent complexes, et les chimistes préfèrent utiliser
la représentation topologique : les atomes de carbone et
les atomes d’hydrogène qui leur sont liés, ainsi que les
liaisons C–H, n’y figurent pas. Ci-contre, la formule
semi-développée (a) et topologique (b) de l’adrénaline.
1.4 – Les modèles moléculaires
Les modèles moléculaires permettent de modéliser les molécules afin de visualiser l’arrangement à
trois dimensions (3D) des atomes qui les constituent.
 Dans les modèles moléculaires éclatés (ci-dessous à gauche), les liaisons sont matérialisées par
des tiges et les atomes par des boules colorées.

 Dans les modèles moléculaires compacts (ci-dessus à droite), les liaisons n’apparaissent pas,
mais les proportions sont mieux respectées.
2Seconde – Sciences Physiques et Chimiques Cours
ère1 Partie : La santé – Chapitre 5
Chaque atome est représenté par une boule de couleur conventionnelle :
carbone hydrogène oxygène chlore, fluor azote
Ainsi, ci-dessous, les modèles représentaient la molécule de chloral, C HCl O.2 3
2 – Utilisation des règles du duet et de l’octet
En utilisant les règles du duet et de l’octet, on peut déterminer la formule développée d’une molécule
connaissant sa formule brute. C’est au chimiste américain Gilbert Lewis (1875 – 1946) que l’on doit le
modèle de la liaison covalente, développé dès 1916.
Méthode
1. Faire la liste de tous les types d’atomes qui interviennent dans la molécule.
2. Ecrire la structure électronique de chaque atome.
3. En déduire le nombre d’électrons de la couche externe pour chacun.
4. Trouver le nombre de liaisons covalentes que chaque atome doit établir pour satisfaire à la
règle de l’octet (ou du duet) : il correspond au nombre d’électrons que chaque atome doit
acquérir.
5. Représenter TOUS les atomes avec des points qui symbolisent leurs électrons externes.
6. Placer les liaisons covalentes de façon à ce que chaque atome en établisse le bon nombre.
Exemple
3Seconde – Sciences Physiques et Chimiques Cours
ère1 Partie : La santé – Chapitre 5
La formule développée du chloral est donc la suivante.
Pour gagner du temps, on retient le nombre de liaisons que doivent établir les atomes les plus
couramment rencontrés.
Atome H C N O Cl
Nb liaisons 1 4 3 2 1
3 – Les molécules isomères
3.1 – Définition
A une même formule brute peuvent correspondre plusieurs
formules semi-développées différentes. Ces différents
enchaînements d’atomes correspondent à des molécules différentes
dites isomères.
Les deux molécules ci-contre correspondent à la formule brute
C H O. Les atomes y vérifient la règle de l’octet ou du duet : les 4 10
deux écritures sont donc correctes, et sont isomères.
4Seconde – Sciences Physiques et Chimiques Cours
ère1 Partie : La santé – Chapitre 5
3.2 – Propriétés
Des isomères ont des noms, des propriétés physiques et des propriétés chimiques différentes.
Par exemple, sous pression atmosphérique, la température d’ébullition du butan-1-ol est 117°C alors
que celle du diéthyléther n’est que de 35°C. Ce dernier composé, couramment appelé « éther », était
utilisé comme anesthésique et on l’emploie encore, parfois, pour nettoyer les restes de colles d’un
pansement sur la peau. Le butan-1-ol n’a pas ces applications médicales.
Attention ! Il y a plusieurs façons d’écrire la formule semi-
développée (ou développée) d’une même molécule. Ainsi,
les formules écrites ci-dessous correspondent toutes à la
même molécule. Pour voir si deux molécules sont isomères
(et donc différentes), il faut bien vérifier si l’enchaînement
des atomes est différent.
4 – Groupes caractéristiques
De nombreux principes actifs sont des espèces chimiques organiques, c’est-à-dire dont les molécules
contiennent au moins une liaison covalente C–H. Certaines molécules organiques comportent des
groupes d’atomes, autres que C et H, liés par des liaisons simples. Ces groupes sont appelés groupes
caractéristiques.
Par exemple, la molécule d’éthanol possède un atome d’oxygène intervenant dans le groupe OH qui
est caractéristiques des alcools. L’acétone possède aussi un atome d’oxygène, mais celui-ci est lié à un
atome de carbone par une liaison double (groupe cétone).

Exemples de groupes caractéristiques
O O O
NHC C─ O ─ OH 2 C
NHOOH
éther oxyde hydroxyle carboxyle ester amine amide
5Seconde – Sciences Physiques et Chimiques Cours
ère1 Partie : La santé – Chapitre 5
La communication chimique
Les animaux, dont l’homme, et les végétaux sécrètent des molécules appelées phéromones qui jouent
le rôle de messagers au sein d’une même espèce. Chez les fourmis notamment, ces molécules sont
essentielles à l’organisation puisque, pour une espèce de fourmi donnée, elles informent les
congénères sur la trace d’une source de nourriture ou sur la présence d’un ennemi. Par exemple, les
fourmis de l’espèce Myrmica rubra possèdent trois glandes sécrétrices : la glande mandibulaire, la
glande de Dufour et la glande à poison. Les glandes mandibulaires contiennent un mélange de deux
espèces chimique : l’octanol et l’octanone. Cette dernière attire les fourmis et inhibe leur agressivité.
L’octanol induit le dépôt, sur l’aire de récolte, de la sécrétion attractive de la glande de Dufour. La
communication chimique extrêmement sophistiquée des fourmis permet ainsi à cet animal de vivre
en société sans autre forme de communication. Chez l’homme, la puissance de la parole a largement
supplanté la communication olfactive, souvent brouillée depuis des milliers d’années, notamment
par l’usage de parfums.
6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.