En Grèce - - 31 - - 1.400 : En Grèce : La lourde cuirasse de ...

De
Publié par

En Grèce - - 31 - - 1.400 : En Grèce : La lourde cuirasse de ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 92
Nombre de pages : 30
Voir plus Voir moins
 
 1.400 : En Grèce : La lourde cuirasse de Dendra -(Argolide), formée de plaques de bronze cousues sur une doublure de cuir, paraît être une armure d’apparat mycénien    
  
- 1.375 : Aménophis III demand en mariage la fille de Toushratt Tadouhebat, plus connue Egypte sous le nom de Néfertiti (la belle est venue ).
- 1.368 : Aménophis I Vaccède au pouvoir ; très tôt en contact avec l eculte d’Aton
(dieu solaire) il rompt avec le clergé d’Amon, se rebaptise Akhen ue disq du teurreiv,nsaot solaire d’Aton et fonde une nouvelle capitale, Akhetaton (Tell-el-Amarna). Son aventure spirituelle, entre religion et philosophie, instaure l’idée d’un dieu unique, d’une essence divine suprême, Aton, qui régirait l’Univers. Aton est le disque solaire qui irradie les êtres les choses. Pharaon incarne donc le dieu Soleil vivant. Pour briser définitivement lapuissance d’Amon, Akhenato se livre à la destruction systématique de tous les vestig des anciennes croyances : il fait fermer les temples, chasser les prêtres, effacer le nom d’Amon sur toutes le tombes et monuments. Il rapatrie les richesses de Thèbes dans sa ville et impose à son peuple le culte d’Aton.
 
31 --
 - 1.350 : L’usage des statuettes de culte et de figurine votives, le plus souvent féminines, est le principal indice de l’existence de sanctuaires grecques, en plein air ou dans des maisons. Nombre de divinitéserrianéllim 1 udéjà celle sont dse des Mycéniens.  - 1.354 : A la mort d’Aménophis IV-Akhenaton, le pouvoir passe aux mains d’un enfant, Toutankhamon, qui était resté à Tell-el-Amarna avec sa mère Néfertiti, la plus ardente partisane du culte d’Aton. Vers - 1340 : il restaure l'ancienne religion. En - 1345 : Il meurt à 18 ans.  1.301/- 1.235 : Règne brillant de Ramsès II, -construction, entre autres, du temple d'Abou Simbel et floraison littéraire : genre historique relatant les hauts  faits guerriers de Pharaon (poème de Qadesh, contes moraux : Vérité et mensonge, Enseignements d’Ani et d’Amenemopé), récits fantastiques (Le conte des deux frères, Le Prince prédestiné) et mythologiques (Les aventures d’Horus e de Seth).  - 1.260 : Date supposée de la sortie d’Egypte du groupe hébreu des Bene Israël sous la conduite d Moïse. Ce dernier leur fait accepter le particularisme religieux yahviste, monothéiste interdisant les représentations de la divinité.  1.230 : La plus grande partie de la Palestine passe sous la domination des -Hébreux : les Bene Israël, sous la conduite de Josué, pénètrent en Cisjordanie et des groupes hébreux déjà installés en Galilée mettent à sac la ville cananéenne de Hazor.  Après - 1.200 : La création de la Confédération israélite s’accompagne d’une unification religieuse, fondée sur le Décalogue (Dix Commandements).  
 
- 32 -
Vers – 1.180 : Set  le dieu de la famille des Ramsès, rejoint dans le panthéon la triade ramesside (Amon de Thèbes, Rê d’Héliopolis et Ptah de Memphis).  
Vers – 1.120 : Sous le règne de Nabuchodonoesrr 1 es to élaborée la version écrite du mythe babylonien de la création, qui assure la primauté idéologique du dieu de Babylone : Mardouk comme chef du panthéon mésopotamien. 
 Vers – 1.080 : Sous les Tanites, l’Oracle d’Amon règle les affaires publiques. La loi divine se substitue au pouvoir humain tandis qu’à Thèbes le concept de roi-prêtre donne une nouvelle orientation au rôle de pharaon. Les rites funéraires empruntent de plus en plus de pratiques à la magie et des « chapitres supplémentaires » sont ajoutés au Livre des morts.   - 1.050 : En Chine, les Zhou succèdent aux Sh  agn. (une urne)  - 1.000 à – 961 : Règne de Da .dAivl  arpsè de mort, Saül premier roi des Hébreux, David est élu roi par la tribu de Juda, et, sept ans plus tard, roi de Juda et d'Israël.  
 
- 33 -  
En - 931, à la mort de Salomon (fils de David), le pays sera divisé en royaume de Juda et royaume d'Israël.   - 900 : Les premières offrandes (figurines, petits objets en bronze) apparaissent sur des sites de sanctuaires, en particulier Olympie, encore dépourvus de constructions. Pour contrecarrer le pouvoir du clergé d’Amon, hostile à l dynastie, les Sheshonq, créent un nouveau titre religieux « épouse du dieu, divine adoratrice d’Amon ». Cette charge est toujours confiée à une princesse royale fait vœu de célibat, mais les divines princesses se renden bientôt plus indépendantes que les anciens grands prêtre Thèbes.   
 
 
- 860 : Sous l’influence de Jézabel (fille du roi de Tyr et épouse du roi Achab d’Israël) le culte du dieu Baal se développe à Samarie, capitale de l’Etat d’Israël, fondée en - 880.  - 850 : De nouvelles divinités inconnues des Mycéniens, sont honorées, en particulier Apoll ineors emprs let on d, sanctuaires apparaissent (Délos, Delphes) en Grèce.  - 814 : Fondation de Carthage par les Phéniciens.  
- 34 -
  Vers – 800 : Le culte du dieu jaguar, première divinité méso-américaine (Mexique) bien individualisée, se répand sous l’influence olmèque.  - 776 : La date conventionnelle de la célébration des premiers jeux Olympiques dans le sanctuaire de Zeus coïncide avec l’essor des cités aristocratiques en Grèce.    Vers – 775 : Le temple d’Héra à Samos (Grèce)  mptocahér ieempr eltse déno (édifice de 100 pieds = 37 m.) connu, soutenu par des colonnes de bois.  .    - 753 : Fondation  de Rome  
 
- 35 -
  Vers - 750 : L’Iliade et l’Odyssée (longs poèmes épiques en vingt-quatre chants), attribuées à Homère, évoquent le monde des héros en mêlant les souvenirs de l’époque mycénienne et les évocations contemporaines. 
 - 721 à -705 : Règne de Sargon II, roi d'Assyrie, qui annexe Isra ël.  
   - 700 : La théogonie d’Hésiode fixe les généalogie et hiérarchies divines et développe les mythes expliquant la genèse de la condition humaine. Il compose « Les Travaux et les Jours » où il plaide   pour le respect de la justice divine en évoquant le labeurs du paysa n. La colonisation de l’Occident accroît l’audience de l’oracle d’Apollon à Delphes, consulté avant le départ des expéditions.
 
36 --
- 700 à – 600 : Domination de Babylone par les Assyriens.  - 675 : Les astrologues d’Assarhaddon (Assyrie) mettent au point l’utilisation systématique de l’astronomie et de l’astrologie comme « sciences exactes » pour   la conduite des affaires royales.  - 670 : Les Corinthiens construisent les premiers navire de combat.  - 669/- 626 : Le règne d'Assurbanipal marque l'apogée de l'Assyrie. Soumission de l'Égypte aux Assyriens.   
 - 667 : Fondation de Byzanc .e  - 660 : Archiloque de Paros est le premier des poètes lyriques.  Vers – 640 : L’alpé Chigi (vase à vin) saisissant des scènes de la vie humaine (rangs, processions, ….) est un chef d’œuvre de l’art corinthien polychrome.   Aux environs de - 600 : Ionie : La réflexion des  « physiciens » grecs porte sur le principe originel (l’eau pour Thalès, l’air pour Anaximène qui découvre les phénomènes d’évaporation et de condensation) et les lois naturelles de l’Univers : Anaximandre explique que la Terre est ronde et qu’elle se situe au centre de l’Univers.   
 
- 37 -
- 600 : Nabuchodonosor II complète les travaux entrepris par son père à Babylone : la ville est pourvue d’une énorme double muraille et d’une porte monumentale dédiée à la
déesse Ishtar ; le palais royal est reconstruit et pourvu d’un parc intérieur, les « jardins suspendus ». A cette époque, la Ville est l’une des plus grandes métropoles du monde antique. En - 587, il prend Jérusalem et déporte la population en Mésopotamie. Captivité du peuple juif.  - 590 : L’édification de temples entièrement en pierre accélère la fixation des styles ionien et dorien et favorise l’essor de la sculpture monumentale sur les frontons et les métopes grecques.  - 585 : Thalès de Milet, formé à l’astronomie babylonienne et assyrienne, se rend célèbre en prédisant l’éclipse de soleil du 28 mai.  560 : Le culte populaire et rural de Dionysos est intégré dans la religion civique de la Grèce. Aussi vers - 530, les premières formes de tragédie, associées aux noms de Thespis, apparaissent dans le cadre des fêtes de Dionysos.  En Ionie : Rhoikos et Théodoros de Samos accentuent le caractère monumental des temples qu’ils édifient à Samos et à Ephèse.
 
 
- 38 -
- 550/ 530 : Règne de Cyrus II le Gran d, -fondateur de l'Empire perse achéménide.  - 550 : Anaximandre de Milet dresse la première carte ionienne, représentation géométrique d’un monde circulaire centré sur Delphe s.    Vers – 550 : Epoque supposée de la vie en Iran de Zarathoustra, fondateur du zoroastrisme, qui deviendra la religion officielle de l’Empire perse achéménide.  En chine : l’enseigneme moral, empreint d mysticisme, de Lao-Tse dont le « livre de la Voi et de la vertu » consign les préceptes, fonde l  doctrine du taoïsme   - 538 : Un édit de Cyrus permet aux Juifs exilés en Babylonie de rentrer en Israël : le retour d’exil s’accompagne d’un rétablissement du culte traditionnel et la restauration du Temple.  - 530 : Pythagore, fondateur d’une secte religieuse, philosophique et scientifique, développe une mystique de nombres, co comme les constituants ultimes de la matière, et étudie les propriétés de diver nombres figurés. Les pythagoriciens ont créé une théorie des proportions s’appliquant aux grandeurs commensura et se sont intéressés aux belles proportions musicales. Mais il est probab que Pythagore n’a jamais démontré le théorème qui porte son nom : « Le carré de l’hypoténuse est égal à somme des carrés des deux autres côtés. ».  
 
- 39 - 
- 536 à – 480 : Vie de Siddhârta Gautama (appelé aussi Sâkya muni),
 lequel recevra le surnom de Bouddha (« l'Eveillé » en sanskrit).  - 522 : Avènement de Dariuse r eripm l'E :1 perse est réorganisé, sa puissance affermie. En - 517, il reprend les travaux du pharaon Nékao et ouvre un canal à travers l’isthme de Suez pour relier la Méditerranée à la mer Rouge. Il y fait ériger une stèle commémorative.      - 509 : Chute de Tarquin le Superbe, dernier roi de Rome. La république est instaurée.  - 500 : Ionie : Héraclite d’Ephèse déroute ses contemporains en présentant l’Univers comme incessant mouvement d’éléments. Grèce : Vie d’Hippocrate, médecin de Cos, rapidement légendaire, il n’a malheureusemen laissé aucune œuvre personne lle.    
 
- 40 -
 
 - 482 : Déçu par son expérience de conseiller des princes, Confucius se consacre à lensneiegment de sa doctrine et m l’accent sur le perfectionnement moral individuel. En - 479 : il meurt, mais l’influence de son enseignement resta limitée au cercle de ses disciples qui ont consigné s préceptes dans le recueil Luen-Yu.   470 : Mort de Vardhamâna, -le Jina fondateur du jaïnisme. Prônant, comme le bouddhisme, la maîtrise du salut individuel par le détachement, cette religion se diffuse dans la vallée du Gange.  - 460/- 429 : Gouvernement d Périclès à Athènes .  - 456 : Anaxagore (grec) rédige son « Traité » dans lequel il postule l’infinie divisibilité de la matière. Il introduit le rationalisme et exerce une profonde influence sur Périclès.
  Démocrite d’Abdère propos une théorie atomique du monde. Ce dernier serait composé de vide et d’indivisibles (les atomes) qui, en s’entrechoquant et en formant des tourbillons, causeraient la création et la désintégration des mondes.  Empédocle propose la composition du monde à partir de quatre éléments (feu, air, terre et eau). Ils se mélangent et se séparent sous l’action de deux forces opposées : l’amour et la haine.  L'ÂGE D'OR DE LA GRECE Le 5èmesiècle avant Jésus-Christ reste par excellence celui de la Grèce, alors dirigée par Périclès. Disciple des philosophes Zénon et Anaxagore, ce démocrate fit d'Athènes une métropole resplendissante, patrie des arts et des lettres. Il confia à Phidias l'édification de l'Acropole. Il s'entoura des poètes Aristophane, Euripide, Sophocle. Parmi ses amis, on compte aussi Hippocrate, qui donna à la médecine ses premiers fondements moraux, et Socrate, le père de la philosophie.
 
- 41 -
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.