ETUDE D'IMPACT DES AIDES A L'INNOVATION DE LA REGION ILE DE FRANCE ...

De
Publié par

ETUDE D'IMPACT DES AIDES A L'INNOVATION DE LA REGION ILE DE FRANCE ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 84
Nombre de pages : 10
Voir plus Voir moins
ETUDED’IMPACTDES AIDES A L’INNOVATION DE LA REGION ILE DE FRANCE 2009
Le contexte.
L’échantillon globalest composé de 436 entreprises ayant perçu une aide au transfert de technologie de la Région, dans le cadre de projet R&D, entre 2005 et 2007. Sur les 436, 71 % des entreprises sont toujours en 1 activité .
Sur l’échantillon de 436 entreprises aidées, 141 entreprises ont répondu à l’enquête soit 33% de l’échantillon global (2005, 43 entreprises ont répondu à l’enquête, 45 pour l’année 2006 et 53 pour l’année 2007, soit un retour de 141 pour les trois années).
L’objectif de l’enquête est de faire le point sur l’activité de l’entreprise et apprécier l’impact de l’aide sur le développement de l’entreprise.
Description du panel interrogé
[0-1[ [1-2[ [2-3[ [3-4[ [4-5[ [5-10[ [10-20[ [20-30[ [30-40[ [40-50[ [50-100[ [100-150[ [150-200[ [200-250[ nc
Répartition des PME bénéficiaires par classes d'effectifEchantillon global Panel Interrogé 2005, 2006, 2007 en% en 2009 en %
5,0
6,4 4,4 3,4 3,9 1,1 0,0 0,2 1,6
8,9 8,7 8,5
12,6
14,2
20,9
[0-1[ [1-2[ [2-3[ [3-4[ [4-5[ [5-10[ [10-20[ [20-30[ [30-40[ [40-50[ [50-100[ [100-150[ [150-200[ [200-250[ nc
3,2 1,6 1,6 0,0 0,0 0,0 3,2
1  Sur les 29% restant25 sont déclarées comme non actives et 102 n’apparaissent pas sur société. Com
11,1 6,3 6,3 9,5 7,9
6,3
14,3
28,6
2
Activités de services administratifs et de soutien 2%
Echantillon global 2005, 2006, 2007 Arts, Santé spectacles et humaine et activités action sociale récréatives 1% 1%
Répartition par code NAF
Production et distribution Industrie d'électricité, manufacturiè de gaz, de Activités re vapeur et spécialisées, 31% d'air scientifiques conditionné et techniques 1% 45% Production et Transports et distribution entreposage d'eau ; 15% assainisseme Commerce ; nt, gestion Activités réparation des déchets financières et d'automobile et dépollution d'assurance s et de 2% 1% motocycles 1%
Activités de services administratifs et de soutien; 2
Activités spécialisées, scientifiques et techniques; 43
Panel Interrogé en 2009 ; en % Arts, spectacles et activités récréatives; 3
Industrie manufacturièr e; 32
Transports et entreposage; 13
Production et distribution d'électricité, de gaz, de vapeur et d'air conditionné; 2
Production et distribution d'eau ; assainissemen t, gestion des déchets et dépollution; 5
Le panel interrogé compte 70 % d’entreprises de moins de 10 salariés et 41 % moins de 5 salariés et sont majoritairement dans les secteurs de services aux entreprises (24%) et en informatique (16%). Le panel interrogé répond à une distribution comparable à celle del’échantillon des entreprises aidées pour la classe d’effectif et code Naf.
Répartition par classe d’âge des entreprisesAge de l'entreprise de l'échantillon Age de l'entreprise de du panel global au moment de l'enquête ayant répondu au moment de l'enquête -1 an-1 an 1 et < 31 et < 3 ans 0%0% ans1% 5% nc nc 18% 3 et < 5 ans 3 et < 5 25% 17% ans 18% > 20 ans 11% > 20 ans 5 et < 20 16% ans 5 et < 20 41% ans 48%
Au niveau de la répartition par classe d’âge la distributiondu panel est également la même que celui de l’échantillon global.
Globalement, le panel répond au même profilque l’échantillon global pour les 3 critèresreprésentatifs.
3
1-Retour sur le contenu du projet aidéproduit 62% Le projet financé par l’aideest un(e) process 20% organi 1% service 3% autre 15% Les entreprises interrogées déclarentque l’aide adans 64% des cas un produit et dans 20% des financé process. La catégorie « autre » renvoie en grande partieà la réalisation d’études diverses (études de faisabilité, étude qualitative, étude de marché menées avec des partenaires privés et publics). Le projet financé par l’aide: devait permettre en terme de développement technique del’objectif a-t-il était atteint ?
22
32
43
Industrialisation Amélioration Nouveau savoir-denouveau d'un faire produit produit/service/ procédé existant
3
Défaillance technique
oui non partielle
6 21
72
D’un point de vue technique le projet devait pour 43% des entreprises permettre d’acquérir un nouveau savoir-faire et pour 32% améliorer un produit ou un service. Dans 72% des cas l’objectif est atteint.
L’entreprise, le projet et les conseillersAutre Au moment de l’enquête 106 entreprises déclarent avoirde nouveaux besoins 59% sur le plan technique Financier et 21% sur le plan financier Marketing de développement technologique 69 entreprises déclarent souhaiter rencontrer à nouveau un conseiller.
non 49%
7
13
21
59
oui 51%
4
2- Les suites du projet aidé Débouchés du projet aidé Ce projet a-t-il déjà donné lieu suite à une commercialisation ?non oui 50% 50%
Le programme financé par l’aidea-t-il été suivi d’autres développements ?
non 29%
oui 71%
Au moment de l’enquête la moitié des produitsne sont pas encore commercialisés, dans 71% des cas le projet est suivi de nouvelles phases de développement.Les financements intervenus lors de l’aide touchent des phases amont de la R&D, éloignée de la phase applicative et donc du marché. En terme de marché, En terme de marché,l’objectif a-t-il était atteint ? le projet devait répondre à
47
à l'émergence d'un nouveau marché / produit
16
à une demande spécifique d'un client
38
à une demande croissante du marché
oui non partiellement
53 13 35
En terme de marché, 47% des entreprises souhaitaient créer un nouveau marché ou un produit et 38% répondait à une demande du marché. L’objectif est atteintà 53% des cas. En terme économique Le projet visait à un ou une :l’objectif a-t-il était atteint ? 26 21 18
9
5
1
7
13
oui non partiellement
50 19 31
Enfin d’un point de vue marché, les entreprises visées soit une augmentation du CA (26%) ou une différenciation auprès des clients (21%). 50% ont atteint cet objectif.
5
L’entreprise, le projet et les conseillersAu moment de l’enquête 106 entreprises déclarent avoirAutre de nouveaux besoins 59% sur le plan technique Financier et 21% sur le plan financier Marketing de développement technologique 69 entreprises déclarent souhaiter rencontrer à nouveau un conseiller.non 49% Le projet et la protection industrielleLe projet a-t-il induit des brevets ? oui 36%
7
13
21
59
oui 51%
non 64% 36% (50 sur 136 réponses récoltées)déclarent avoir déposé un brevet à l’issue duprojet. Pour comprendre ce taux, reprenons une analyse menée par le SESSI (n°237, septembre 2007) : il semble que la propension à breveter est liée à la taille des entreprises, plus l’entreprise estgrande plus elle dépose des brevets. Une étude de d’Eurostat (CIS 4) montre qu’alors que 16 % seulement des entreprises françaises de 10 à 49 salariés, innovantes en produits ou procédés, ont déposé des brevets entre 2002 et 2004, ce taux passe à 30 % pour les entreprises de 50 à 249 salariés et atteint 48 % pour celles de 250 salariés ou plus. Les chiffres sont voisins en Allemagne. le fait de déposer est lié à la spécificité du secteur du projet. Certains secteurs sont caractérisés par des secteurs dans lesquels les connaissances utilisées sont difficilement codifiables et où le recours aux droits de propriété intellectuelle est moins fréquent. 16 % des entreprises interrogées sont classés dans le secteur TIC. Le taux de dépôt du panel interrogé est le double de celui del’étude d’Eurostat. Taux en pourcentage Les Aides publiques après une aide régionale à l’innovationPm'up 5 Les entreprises du panel ontbénéficié d’autres aidesaprès Jei 8 l’aide régionale.20% des entreprises qui ont perçu une aide OSEO àl’issudel’aide Cir 11 3 régionale. Le poste « Autre » concerne des aidesrégionales à l’emploiinnovant, des proje 3 aides aux projets européens, de conseils généraux.Aide 20 Cifre 3 autres
6
47
3-Impact de l’aide:chiffre d’affaire, effectifs, effectifs et dépenses R&D.Chiffre d’affaireset effectif 63 Augmentation du CA 62 91 entreprises ont répondu à la question relative 16 Diminution du CA au CA. Entre 2006, 2007 et 2008, 63 % des entreprises -25 ayant répondu à cette question ont vu augmenter 21 leurchiffre d’affairede 62 %Stabilisation du CA Les 91 entreprises déclarent une augmentation duCA denviron 95 000 000entre 2006 et 2008. Soit en moyenne par entreprise ayant répondu de 1 000 000. 109 entreprises ont répondu à la question relative à l’effectif, 41% de cesentreprises connaissent une augmentation d’effectif, 47% une stabilisation et 12 % une Augmentation 41 diminution. Au total entre 2006 et 2008, il y a une création nette de 297 emplois. Diminution 12 Entre 2006 et2008 l’effectif du panelayant répondu augmente de Stabilisation 47 17%. Soit une création d’emploi de 3 salariés environ par entreprises.
Dépenses et effectif R&D Le nombre de réponses obtenues pour ces questions est respectivement de 48 pour les dépenses R&D, et 96 pour l’effectif R&DEvolution des Dépenses R&D entre 2006 et 2008Evolution de l’effectif R&D entre 2006 et 2008
Augmentation
Diminution
Stabilisation
15
29
56
Augmentation
Diminution
Stabilisation
4
31
65
Sur ce panel ayant répondu 56 % déclarent une augmentation des dépenses R&D entre 2006 et 2008,soit une valeur nette de 4 696 597€(Soit 98000€ de dépense R&D par entreprises ayant répondu)et31% une augmentationde l’emploi R&D soit une création nettede 138 emplois R&D.
7
4- Zoom sur le développement durable
Prenez vous en compte le développement durable dans votre entreprise
non 20%
oui 80%
Prenez vous en compte le développement durable sur les projets de R&D ?
non 33%
oui 67%
Souhaitez-vous rencontrer un conseiller technologique de cette thématique ?
oui 19 % non 81 %
Lespersonnes interrogées disent que le développement durable est pris en compte dans l’entreprise et cet aspect est également pris en compte dans les projets R&D,et qu’elles ne désirent pas rencontrer de conseiller sur la thématique.
Pour expliquer ce paradoxe nous avons interrogé quelques entreprises et nous pouvons résumer cela en deux points : « - la majorité des entreprises interrogées limitent le développement durable àl’utilisation dematière énergétique (énergie, électricité, papier, eau...)et donc n’estime pas avoir besoin de rencontrer un conseiller pour mieuxappréhender les économies d’énergie» - une minoritéintègre l’aspect éco-conception et ceux-là souhaitent rencontrer les conseillers. »
8
Quelques visuels de projets accompagnés entre 2005 et 2007 : Nao, le robot d’Aldebaran; Locometrix l’appareil de mesure de marche ambulatoire et communiquant de Centaure Metrix ; l’architecture muti;-protocole radio- fréquence de Zodianet Mobi-Deck, l’installation portuaire à géométrie variable d’Arnaving
la technologie de récupération d’énergie des moteurs à combustion de Heat2power; la solution de communication numérique automatisée en temps réel de Mobile Street Market la technologie en temps réel digiphase de PhaseView
Paroles d’entrepreneurs
Par rapport au projet :
«Mon projet n’aurait pas pu voir le jour sans l’aide de la Région», «l’aide de la région m’a permis de une véritable spécialisation grâce à la création d’une technologie», « de profiter de compétences exetrene pour finaliser mon projet »,
Par rapport à la suite du projet
« Le projet est lourd, il est encore en développement », «le projet évolue mais l’entreprise n’a toujours pas de chiffre d’affaire», « le projet est assez important, de 1 million à 3 millions, il s’adresse aux collectivités territoriales la décision prennent du temps »
Par rapport à l’impact du projet
«L’aide de la région m’a permis de une véritable spécialisation technologique», « de vérifier des hypothèses techniques dans mon process», « améliorer la fabrication du produit », « évaluer des difficultés techniques » « De faire de la promotion pour mieux atteindre notre cible », « de réaliser des études de marché » «Cette aide m’a permis de travaillerle projet et de lever des fonds », « de constituer une Holding », « ... de recruter », «...Créer de l’emploi»
Par rapport à la R&D
«Cette aide m’a donné l’opportunité de mettre en place un laboratoire en interne», «l’aide régionale m’a permis ensuite de rejoindre des projets de pôle de compétitivité », «.... des projets européens », « apprendre à travailler en réseau », « « des’entourer de compétences externe»,«d’être réellement initier à l’innovation: jusqu’à présent nousn’osions pas nous lancer, l’aide nous a permis de passer le pas».
9
Contact Relations Media :
Maude Sabatou CENTRE FRANCILIEN DE L'INNOVATION +33 (0)1 40 41 58 99 / +33 (0)6 19 20 67 35 maude.sabatou@innovation-idf.orgLe Passage de l'Innovation 74 rue du Faubourg Saint-Antoine 75012 Paris
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.