Étude du marché des BDS chez les artisans du cuir

Publié par

Étude du marché des BDS chez les artisans du cuir

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 126
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
Études de cas
Market assessment of BDS amongst leather artisans in the Jaïpur region in India, Ashok Kumar, 2003.
Étude du marché des BDS chez les artisans du cuir dans la région de Jaïpur en Inde
Un marché de BDS adapté peut permettre aux artisans et aux PME d’augmenter la valeur ajoutée de leurs produits, d’ouvrir de nouvelles perspectives de marchés par l’intégration de nouvelles filières de commercialisation. Cette étude de cas se pose la question de l’efficacité d’un marché de BDS existant. Elle tente de comprendre quels sont les besoins des artisans et donne un aperçu des ressources disponibles. Elle conclue sur les perspectives de croissance et d’amélioration de ce marché pour
Le projet propose de faciliter l’accès aux marchés des services pour les micro e petites entreprises du secteur du cuir de la région de Jaïpur dans l’État du Rajasthan en Inde. Elles incluent les ac tivités de tannage et la production de mocassins traditionnels. De nombreux villages de la région sont producteurs e ces activités sont d’importantes pour voyeuses d’emplois pour la caste Raïgar qui est une des plus basses et des plus pauvres dans la structure sociale in dienne. Il existe un nombre limité de ser vices qui permettent aux artisans d’a méliorer la valeur ajoutée de leurs pro duits et donc leurs revenus. Quelques services sont offerts dans le cadre de pro grammes gouvernementaux mais ils son souvent inadaptés. L’absence de servi ces annexes ne leur permet pas d’ex ploiter au mieux les nouvelles aptitudes qu’ils ont développées. Le but du programme est de développer une demande commerciale des artisans pour les BDS en impliquant les fournis seurs de services. Il se focalise sur les producteurs de mocassins et d’autres produits à base de cuir dont l’offre étai très limitée. Ce programme a évalué la demande pour ces services auprès de 134 artisans ve nant de 12 villages et 50 fournisseurs de
http://www.bdsknowledge.org/dyn/bds/docs/131/EDA%20India http://www.bdsknowledge.org/dyn/bds/docs/131/EDA%20India 1
services privés et institutionnels ont été interviewés pour avoir un panorama de l’offre actuelle. Le schéma de la page suivante montre les relations qu’entretiennent les pro ducteurs avec les différents acteurs. Avec l’aide de ces partenaires, les producteurs tentent d’obtenir des services. Certains sont compris dans la transaction et sans frais quand d’autres, comme les servi ces de marketing, font l’objet de frais ou commissions. Avertissement : Pour chaque section, nous reprendrons la numérotation en let tres de la première section (voir tableau page suivante) pour chaque type de ser
LES TYPES DE SERVICES DEMANDÉS PAR LES ARTISANS
a. Formationet assistance technique Les artisans sont demandeurs de forma tions pour la production de biens en cuir et pour la production de mocassins avec un nouveau design ainsi que pour la fa brication de nouveaux types de chaus sures. Ils demandent une assistance tech
Étude du marché des BDS chez les artisans du cuir dans la région de Jaïpur en Inde
Fourniss >Matières pr >Accessoires >Machines et de rechange
Les relations d’affaires des artisans
Artisans individuels
>In vi >R et à >G >A Ét >E
Artisans du cui
Institutions >RUDA >DIC >KVIC >DCH >Banques
Rappel de la classification des BDS présentés, dans la structure du texte
a. b. c. d. e. f. g.
Formation et assistance technique Commercialisation et information Les sources d’approvisionnement Technologies pour un meilleur design et création de nouveaux produits Services d’outils et d’équipement Assistance pour satisfaire aux formalités et normes en vigueur Services transversaux
d. Technologiespour un meilleur eaux
2
es ma réation s pour
appro uction ion né
Étude du marché des BDS chez les artisans du cuir dans la région de Jaïpur en Inde
rému ils s’e g. Less l’em teurs muni ment fourn dem l’ens qu’à s’ils s Le sché quête ef Ces don ont acc qui dési que la c et l’assis cès aux de meill mandés.
LES ENSEIGNEMENTS DE L’ENQUÊTE AUPRÈS DES ARTISANS ET
Cette étude fait apparaître les écarts entre la demande et l’offre de services, les mé canismes d’accès et les possibilités de commercialisation.
Niveau de demand
b. Commercialisation et inf
d. Technologies pour un meilleur design et de nouveaux
a. Formation et assistance te
c. Les sources d’approvisio
e. Services d’outils et d’équ
f. Assistance pour satisfaire aux f et normes en
« L’actualité des services aux entrepri
3
a. Au niveau de la demande, l’étude constate que, malgré une demande effective de 66 % des interrogés, seu lement 9 % ont fait des démarches au près des institutionnels. Un nombre significatif d’artisans serait prêt à payer pour ce service mais ils sont mal in formés sur les possibilités qui existent. L’offre semble insuffisante pour satis faire l’ensemble de la demande et inadaptée aux besoins des artisans. Les prestations sont isolées pour les acteurs institutionnels alors qu’elles sont intégrées pour les fournisseurs privés qui sont quasiment inexistants. De plus, les programmes gouverne mentaux nuisent à l’éclosion de four nisseurs privés potentiels. b. Ilapparaît que 87 % des producteurs limitent leurs ventes à la région. Les expositions et les salons ne répondent que partiellement à la demande. Face au manque d’informations sur ce type d’événements, les artisans restent dans leur circuit de vente traditionnel et le ’ ctavec ce ser nt prêts que le it rester
% des personnes interrogées
Étude du marché des BDS chez les artisans du cuir dans la région de Jaïpur en Inde
LES CAPACITÉS DU FOURNISSEUR PRINCIP (RUDA) DE BDS ET SA PERCEPTION DE CHAQU
a. Ilsemble avoir les structures nistratives et l’expertise pour donner les programmes de form Il constate qu’une demande po services de formation et la possi de les commercialiser existent. b. Ila une bonne connaissance des chés et des salons pour les pr en cuir et les artisans ont consci de leur utilité. De même, face demande importante potentielle commercialisation est possible.
c. Lesfournisseurs de ce type de servi ces les voient plus comme une ma nière de dépasser la concurrence que comme un corps de métiers possible. La plupart des fournisseurs de servi ces y voient un moyen d’élever la qualité générale des produits. d. RUDAsemble avoir une bonne com préhension de la demande des artisans pour ce type de services. Il semble être le lien adéquat pour que les fournis seurs assurent ce service aux artisans. Il constate que la demande est très forte pour les Mojaris et que les artisans com prennent l’avantage d’être toujours à la pointe de la technologie pour ga gner des parts de marchés. e. Ilexiste la capacité de fournir ce type de service et leur promotion se fera par le bouche à oreille. Mais les cen tres de services n’ont pas conscience de la demande pour ce type de ser vice. De plus, il ne semble pas être la priorité des artisans. f. RUDAconstate que la DIC a un im portant réseau de bureau dans la ré gion mais des initiatives sont nécessai res pour faire connaître les procédures d’enregistrement. De plus, cette struc ture ne voit pas comment rendre ce ser vice commercialisable car les artisans n’ont pas conscience de son utilité. g. L’offrede services semble en adé quation avec la demande et fonc tionne bien du fait du caractère com mercial de ces services et le fait que les artisans payent le plein tarif pour
LES PRIORITÉS ET LES PRÉFÉRENCES DES ARTISANS POUR LES
Elles varient de manière significative d’un village à un autre. Plusieurs raisons ex pliquent qu’elles soient différentes. En effet, elles dépendent du niveau de cons cience des artisans, de leur exposition par rapport aux marchés autres que Jaïpur et aux différents salons, du type de mo cassins qu’ils produisent et de leur ni
4
veau de qualification mais aussi du ni veau d’interactions qu’ils entretiennent avec les institutions et enfin de l’impor tance des services qui leur sont fournis. Même si ils ont une préférence marquée pour l’un des services, ils ont conscience qu’ils sont tous utiles et complémentai res. Le projet a donc analysé les préfé rences de chaque village, couvert par l’étude. Le projet va donc mettre en pa rallèle les caractéristiques évoquées pré cédemment propres à chaque village et ses conséquences sur leurs préférences. Le village d’Udaipura se caractérise par des artisans avec un haut niveau de cons cience et pour un accès à des marchés audelà de Jaïpur. Les artisans disposent de machines et ont les compétences pour produire différents types de mocassins avec des modèles variés. Leur préférence va vers des services en technologies dans le développement des produits. En deuxième lieu, ils apprécieraient une meilleure information sur les marchés. Enfin, ils demandent des formations dans la production de produits en cuir. Dans le village de Savardha et dans cinq autres villages, seulement 15 % des ar tisans disposent de compétences pour produire différents types de mocassins, 20 % des artisans qui en produisent sont ouverts aux autres marchés mais seule ment une petite proportion ont accès à des marchés audelà de Jaïpur. La majorité des artisans manque de ma roduire es pro ent bé t d’ac région s tech e nou s et des e pro urs de té est à e tech forma de ser ver des duits. autres (85 %) té d’ac Jaïpur.
Étude du marché des BDS chez les artisans du cuir dans la région de Jaïpur en Inde
Cette partie fait le point sur les problè mes et les opportunités de marché de chaque type de service à la petite en treprise, sur les problèmes et les oppor tunités de leur marché ainsi que sur les leçons à en retenir. a. Dufait d’une majorité de program mes faiblement organisés et avec des degrés d’efficacité variables, les arti sans restent suspicieux quant à leur utilité. Les fournisseurs institutionnels ne semblent pas se soucier de l’accès aux marchés qui doit suivre ces for mations. Il existe la possibilité de four nir un lot de services pour satisfaire aux besoins des producteurs et une opportunité de commercialiser des programmes de formations à condi
tion d’y ajouter des services complé mentaires et en adoptant ses propres mécanismes de livraison. b. Malgréune demande très importante, les fournisseurs de ce service ont un potentiel limité. Les améliorations qua litatives des produits existants et la création de nouveaux produits justi fient le fait d’acheter ces services. Mais les institutions, qui fournissent ces ser vices, agissent comme des barrières à
5
velles matières premières nécessite d’importants investissements. Il existe une forte demande de mécanisation mais elle nécessite une familiarisa tion sur l’usage des machines et sur les bénéfices attendus avant de les met tre à la disposition des artisans. e. Leproblème pour les villages est que les fournisseurs préfèrent être basés en ville et même si les centres de ser vices sont dans les villages, l’accès uit car de ces es sont ’ils né ale en oivent es pour t prêts en bé t qu’ils ’aigui eur de
à com ste très tentiel salons de ser de ser ur cou omme
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.