Fiche de révision sur Nourrir l'humanité - SVT 1ère

De
Publié par

Découvrez le cours sur le thème Nourrir l'humanité. Il va traiter de l'agriculture et développement durable et de l'aspect biologique de la conservation des aliments.

Publié le : vendredi 20 décembre 2013
Lecture(s) : 4 132
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Fiche de révisions SVTThème 3 Nourrir l’humanité.  Chapitre 1Agriculture et développement durable  Notions à connaître : - écosystème, agrosystème, culture, élevage - productivité, rendement, impact écologique = impact environnemental - engrais, eutrophisation, lutte phytosanitaire, pesticides, antibiotiques - race, variété, hybridation, homogénéité de la F1, vigueur hybride - OGM, transgénèse, gène, génome     Connaissances à maîtriser : - comparaison agrosystèmes / écosystèmes naturels :  .l’Homme intervient en permanence dans un agrosystème, alors qu’il n’intervient que ponctuellement dans un écosystème naturel;    agrosystème est plus grande que celle d’un écosystème. la productivité d’un naturel  . un agrosystème a un impact écologique plus grand qu’un écosystème naturel: il consomme plus d’eau (ce qui peut assécher des cours d’eau ou des nappes phréatiques) et plus d’énergie (ce qui augmente le rejet de gaz à effet de serre) - comparaison élevage / culture : un élevage a un impact écologique plus grand qu’une culture : il consomme plus d’eau (car les animaux boivent mais aussi mangent des végétaux qui ont besoin d’eau pour pousser) et d’énergie -méthodes d’augmentation de la productivité des culturesles (cf. fiche n°1) :    . l’augmentation des apports en eau (irrigation), sels minéraux (engrais chimiques, engrais biologiques, rotation des cultures, cultures hors sol), lumière (culture sous serre, culture hors sol), CO2(culture hors sol)  . la limitation des pertes par lutte phytosanitaire (chimique = pesticides, biologique = prédateurs) contre les parasites et les ravageurs, rotation des cultures -méthodes d’augmentation de la productivité des élevagesles (cf. fiche n°1) :    . l’augmdes apports en vitamines et compléments alimentairesentation    . la limitation des pertes par utilisation d’antibiotiques - effets négatifs de ces méthodes agricoles (cf. fiche n°1) :  .sur l’environnement: irrigation ; assèchement engrais chimiques eutrophisation des cours deau, marées vertes; pesticides → accumulation le long des chaînes alimentaires; antibiotiques → apparition de bactéries résistantes  . sur la santé→ pollution des nappes phréatiques alimentant: engrais chimiques le réseaud’eau potable (cancers) ; pesticides → pollution des aliments (cancers, problèmes nerveux et immunitaires); antibiotiques → transmission des bactéries résistantes à l’Homme    
- amélioration des races animales et des variétés végétales (cf. fiche n°2) :  . par hybridation : le croisement de deux individus de races ou de variétés différentes donne une F1 homogène (hybrides identiques entre eux) ayant une vigueur hybride (qualités des deux parents et nouvelles qualités) ;  . par transgénèse: l’ajout d’un gène dansle génome d’un animal ou d’un végétal permet d’obtenir un OGM ayant une nouvelle qualité. -l’identique des animaux ou végétaux aux qualités intéressantesreproduction à (cf. fiche n°2) :  . par bouturage (pour les végétaux) : on prélèveun morceau d’un végétal qu’on repique dans des conditions lui permettant de produire un nouveau végétal entier identique à celui ayant fourni la bouture ;  . par clonage (pour les animaux): on prélève le noyau d’une cellule que l’on transfère dans un ovule sans noyau de la même espèce ; dans moins de 5 % des cas, cet ovule se développe en embryon qui se développe en un nouvel animal entier identique à celui ayant fourni le noyau.   Savoir-faire à maîtriserétude de documents : -de l’Homme dans le fonctionnement d’uncomparer la part d’intervention écosystème naturel et d’un agrosystème(cf. I- A-) -comparer les bilans d’énergie et de matière (dont l’eau) d’un écosystème et de différents agrosystèmes (cultures, élevages) (cf. TD n°1) -étudier l’impact sur la santé et sur l’environnement des agrosystèmes (cf. TD n°1 et DM) - expliquer, à partir de résultats simples de croisements, le principe de la sélection génétique (cf. III- A-) - relier les progrès de la science et des techniques à leur impact sur lenvironnement au cours du temps (cf. II- et DM)   
Fiche de révisions SVTThème 3 Nourrir l’humanité.  Chapitre 2Aspects biologiques de la conservation des aliments  Notions à connaître : - micro-organismes, bactéries, moisissures, pathogènes - réfrigération, congélation, pasteurisation, stérilisation, appertisation, fermentation, salaison, lyophilisation, irradiation, conservateurs - température, pH - date de péremption, date limite de consommation, date limite d’utilisation optimale - comestibilité, qualités nutritives / nutritionnelles, qualités gustatives / propriétés organoleptiques     Connaissances à maîtriser : - les micro-organismes se développant sur les aliments : les micro-organismes sont des êtres vivants observables uniquement au microscope (principalement les bactéries et les champignons dont les moisissures) ; quand ils se développent (se multiplient) sur les aliments, ils peuvent les altérer (mais pas toujours) et, s’ils sont pathogènes, ils provoquent des maladies (mais pas toujours). - ce dont ont besoin les micro-organismes pour se développer : les micro-organismes ne se développent que dans certaines conditions de température (variables selon les micro-organismes), certaines conditions de pH, et ils ont besoin d’eau, de molécules organiques (trouvées dans les aliments) et pour certains (uniquement les micro-organismes aérobies) de dioxygène. -les méthodes de ralentissement voire de l’arrêt du développement des micro-organismes : diminution de la température (réfrigération, congélation), diminution du pH (vinaigre), diminution de la quantité d’eau (salaison, confiserie, lyophilisation), retrait du dioxygène (atmosphère modifiée dans les sachets), ajout de conservateurs - les méthodes de destruction des micro-organismes : augmentation de la température (pasteurisation, stérilisation, mise en conserve = appertisation),  irradiation par rayonnement ionisant - avantage de ces méthodes : elles augmentent la durée possible de consommation des aliments avant la date de péremption ; après cette date, soit les aliments peuvent être dangereux pour la santé car ils peuvent contenir des micro-organismes pathogènes en quantité suffisante pour provoquer une maladie (date limite de consommation), soit les aliments peuvent avoir perdu leurs qualités nutritives ou leurs qualités gustatives (date limite d’utilisation optimale) - inconvénients de ces méthodes : certaines altèrent les qualités nutritives de l’aliment en détruisant certaines molécules comme les vitamines (pasteurisation, stérilisation, mise en conserve, irradiation) ; certaines altèrent les qualités gustatives de l’aliment (congélation, mise en conserve, irradiation) ; d’autres
peuvent avoir des conséquences néfastes sur la santé (salaison hypertension + ostéoporose, conservateurspb de peau, respiratoires, digestifs).   Savoir-faire à maîtriserétude de documents : - expliquer le rôle des conditions physico-chimiques sur le développement de micro-organismes (cf. I- B-) - expliquer les conseils de conservation donnés aux consommateurs - identifier les avantages et inconvénients pour les consommateurs de certains traitements appliqués dans le cadre de la conservation des aliments (cf. fiche n°3) - utiliser des arguments scientifiques pour confirmer ou infirmer certaines affirmations véhiculées dans les médias ou dans les publicités concernant l’action de certains produits alimentaires sur la santé
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.