Homélie de Mgr Christophe DUFOUR Ordination presbytérale de Benoît ...

De
Publié par

Homélie de Mgr Christophe DUFOUR Ordination presbytérale de Benoît ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 187
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Homélie de Mgr Christophe DUFOUR Ordination presbytérale de Benoît COPPEAUX sj Eglise du Saint Esprit à Aix en Provence Le samedi 19 juin 2010 Etes-vous heureux dêtre jésuite ? Ce fut la question de Charles Ehlinger au père Jacques Sommet dans des entretiens déjà anciens et publiés sous le titre  lhonneur de la liberté ». Je suppose, Benoît, que votre provincial vous a posé cette même question dans le  compte de conscience » et le discernement de lappel du Christ à le servir comme prêtre dans son Eglise : Avez-vous plaisir et joie fondamentalement à être dans la Compagnie ? »Quel est donc ce bonheur, ce plaisir et cette joie dêtre prêtre jésuite aujourdhui ? Le bonheur dêtre appelé Vous mavez raconté lhistoire de votre vocation. Une histoire unique, comme toute vocation. Une histoire dans laquelle vous avez discerné la trace de Dieu, dans laquelle vous avez fait lexpérience de Dieu dans la rencontre du Christ. Et vous avez entendu lappel. Nous croyons en un Dieu qui appelle, qui nous attire et nous aimante. Et puis – cest sa manière - il nous pro-jette, il nous jette en avant. Il se manifeste et se donne à voir, il fait signe, et puis il vous pousse sur la route. Va Pars Viens et suis-moi, viens derrière moi Va en avant de moi Et nous reconnaissons en Abraham notre père dans la foi en lappel de Dieu. Son histoire est devenue notre histoire. Ne crains pas, lève les yeux vers le ciel, compte les étoiles ».Abraham a entendu lappel et la promesse. Alors il fit lexpérience fulgurante de la rencontre de Dieu, dans la foi. Alors il fut témoin de lalliance damour de Dieu avec lui. Dieu avec nous. Avec vous, Benoît, nous connaissons ce bonheur dêtre appelé. Et cette joie profonde, ce plaisir de répondre à lappel, de savoir quen répondant à lappel nous accomplissons la très sainte volonté de Dieu, et quen accomplissant sa volonté, nous accomplissons notre vie, notre projet de vie, unique, chacun le sien, le mien, le tien, le vôtre. Alors cette joie profonde dêtre compagnon de Jésus, en communion profonde avec lui, joie dêtre appelé jusque dans son intimité, et de répondre comme lui : Non pas ce que je veux, mais ce que tu veux ».Le bonheur dêtre envoyé Moine ? Non. Vie apostolique ? Oui. Vous avez discerné lappel à une vie dapôtre –  apôtre » signifie  envoyé ». Prêtre diocésain ? Non, parce que vous avez discerné le désir davoir des compagnons, dans une vie communautaire. Prêtre jésuite, vous serez apôtre du Christ Jésus. Le bonheur dêtre jésuite est un bonheur apostolique »disait le père Jacques Sommet à Charles Ehlinger. Quest-ce que une vie apostolique pour un jésuite ? Etre compagnon de Jésus, cest être compagnon de Dieu en son humanité. Et être compagnon de Dieu en son humanité, cest être compagnon des humains. Cest être envoyé auprès des gens pour être messager du Christ. Le père Sommet a encore cette belle formule : Le bonheur dêtre jésuite, cest la joie dêtre à la disposition de Jésus, Fils du Père, auprès des hommes». Faire entendre la voix du Christ. Donner à voir les gestes du Christ. Aujourdhui, sur la route de nos contemporains. Vous me partagiez ce questionnement :  Comment le Christ peut-il être entendu et reçu dans notre société ? » Le défi est humain, profondément humain. Jai prié pour toi,dit le Christ à lapôtre Pierre. Affermis tes frères». Le Christ lannonce, le défi est un combat. Dans la crise de la foi que nous vivons aujourdhui dans notre société sécularisée, devant les assauts de Satan, le diabolos, le diviseur, le casseur, semeur dune violence qui blesse et tue lhomme, pour relever le défi de lEvangile et vivre le combat spirituel auquel les chrétiens sont appelés, quel sera le charisme jésuite ? Je cite lun de vos maîtres, Karl Rahner, dans un discours quil met sur les lèvres dIgnace de Loyola aux jésuites daujourdhui : Il reste ceci : lhomme peut expérimenter Dieu de façon immédiate. Et cest le but que vous devriez avoir impitoyablement devant les yeux à chaque pas de votre travail pastoral. Si vous remplissez les granges de la conscience des hommes uniquement de votre théologie, si érudite et moderne soit-elle, ne provoquant finalement que déluges de paroles, si vous dressez uniquement les hommes dans vos cadres ecclésiatiques, si dans lEglise vous ne faites deux que les sujets obéissants dun Dieu lointain qui serait
1
représenté par une autorité ecclésiastique, si vous ne les aidez pas à dépasser tout cela et à lâcher finalement toutes les garanties palpables et certitudes successives pour sabandonner avec courage et confiance à ce mystère de lincompréhensible où il ny a plus de chemins, si vous ne les aidez pas à le faire dans les terribles impasses et perplexités de la vie, dans les excès de lamour et de la joie, enfin de façon radicale et définitive dans la mort (avec Jésus mourant, abandonné de Dieu), alors dans toute votre prétendue action pastorale et missionnaire vous auriez malgré tout oublié et trahi  ma spiritualité ».Le bonheur de célébrer leucharistie Cher Benoît, vous avez entendu lappel au sacerdoce. Sacerdoce ministériel au service du sacerdoce commun à tous les baptisés. Vous avez entendu lordre du Christ : Faites ceci en mémoire de moi ».Et vous serez aujourdhui ordonné pour être le sacrement de cet ordre du Christ, et pour re-présenter Jésus qui donne sa vie. Re-présenter, cest-à-dire rendre présent. Faire mémoire nest pas un voyage dans le passé. Le jour du Seigneur nest pas une journée du patrimoine. Faire mémoire, cest rendre présent le Christ qui donne sa vie. Donnant sa vie, il donne Dieu, Eternel Amour. Et donnant Dieu, il sauve le monde et lintroduit dans la communion damour du Père, du Fils et de lEsprit Saint. Cette œuvre de salut, cest aujourdhui quelle saccomplit, dans leucharistie qui rend présent la mort et la résurrection du Christ Jésus. Le prêtre tient dans ses mains le pain. A loffertoire, ce pain est lourd, il pèse lourd, de tout le poids de la vie des humains. Il pèse, dans les mains du prêtre. A lépiclèse, ses mains implorent la venue de lEsprit sur le pain et le vin. Et ses lèvres redisent les paroles du Christ :  Ceci est mon corps livré ». Compagnon de Jésus, prêtre de Jésus, tu dis les paroles de Jésus en son nom. Dans une communion intime avec lui, tu livres ton corps,  tu te laisses manger » disait le père Antoine Chevrier, pour cette humanité que tu aimes avec le Christ. Le bonheur dune vie religieuse Il y a dans la vie religieuse une radicalité. Nous creusons la terre et nous sommes ici à la racine. Dans cette radicalité, il y a la chasteté, lobéissance et la pauvreté. Il me semble que la racine la plus profonde, la racine de la racine, cest la pauvreté, la pauvreté liée à lhumilité. Permettez quen toute amitié je dise à quelle tentation le jésuite est particulièrement exposé. Son charisme, nous le savons, ce sont les Exercices Spirituels, qui exercent à voir Dieu en toutes choses et à orienter sa vie pour la plus grande gloire de Dieu. La tentation est de faire de ces exercices la bonne technique pour discerner, un brevet, une marque déposée, une chaîne mondiale, internationale, qui a ses boutiques dans toutes les grandes villes, avec toutes sortes de produits adaptés. Vous cherchez à développer votre vie spirituelle, voici la gamme de nos produits, 1 jour, 8 jours, 10 jours, 30 jours, les exercices dans la vie, les exercices sur le net La bonne technique Non ! Le jésuite ne peut senorgueillir davoir la clé du succès. Car le jésuite est un pauvre, un simple serviteur de lœuvre de Dieu en notre humanité. Sur la pauvreté et lhumilité, je conclurai par ces mots de votre maître Karl Rahner dans le discours déjà cité dIgnace de Loyola aux jésuites daujourdhui : Devenant aujourdhui jésuite, on est peut-être assez vite et tout naturellement un homme et un prêtre pieux. Mais on est loin dêtre pauvre et humble Traduites dans la situation daujourdhui, la pauvreté et lhumilité doivent dans la société profane et dans lEglise, avoir un mordant critique, rappeler dangereusement Jésus Le motif cest Jésus qui entre dans la mort en mourant Lui seul peut vous préserver de la fascination du pouvoir Lui seul peut vous sauver Lui seul peut vous rendre compréhensible et acceptable la sainte croix de son impuissance ».Bonne route, Benoît, bonne route derrière le Christ, soyez toute votre vie un bon et fidèle compagnon de Jésus.
2
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.