I. COMMUNICATION – COMMUNIQUER

Publié par

I. COMMUNICATION – COMMUNIQUER

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 284
Nombre de pages : 34
Voir plus Voir moins
I. COMMUNICATION – COMMUNIQUER
1. QU'EST-CE QUE COMMUNIQUER?
Flou termnologique(= ce terme ne correspond pas à un sens précis= sens flou (d'ailleurs polysémique) notion de «mise en relation de 2 choses»  1. éthymologie communicare(14e s.) : participer à, mettre en commun, en relation (communier) moyens de communication, moyens de mise en relation 16e s. ~>paerrtag(faire part(age) d'une nouvelle) 17e s. ~>ratmenstter(une information, une propriété, une maladie) vases communiquants (qui se partagent et se transmettent un liquide) pièces communicantes réseaux de communication
communication entre deux êtres vivants : transmission, échange (partage) = interaction, mise en relation 2.Qu'est-ce qui se transmet?       De l'information... mais c'est quoi?...
Ce qui se transmet, ce sont desxuangisou, selon l'acceptation, des signes. signes, signaux, indices, symboles
Des signes (Saussure), ce sont des signaux associés à un sens (une interprétation)
ces signaux peuvent être intentionnels ou non. Càd que celui qui les transmet, le fait volontairemenet et consciemment ou non. (signes vs. indices, ex : nuages gris => pluie, cernes => fatigue vs. ). c'est parce qu'il y a signal, que celui à qui est adressé le message perçoit (~stimulus)
3.DONC : c transmettre des signaux. Cette transmission se fait d'unomuniquer, c est ' point à un autre ( d'un émetteur à un récpeteur), l'émetteur et le récepteur sont alors mis en relation.
Communication = interaction entre plusieurs individus par l'intermédiaire de signes. contexte
interaction
émetteur Transmission de signaux
II. LA COMMUNICATION ANIMALE
récepteur
on remarque très tôt que les animaux aussi communiquent(afin de satisfaire leur nécessités vitales... voir ludiques)
Aristote (philo. 4e s. av JC) remarque la particularité descris des dauphinset les décrits. Fondateur de la cétologie Virgile (70-19 av. JC) observe lesdanses des abeilles (envoyées de dieu) 18e s. étudier le comportement des anx = une discipline => premières recherches sur le langage des anx. Ex :GF Meier « même si les anx ne possèdent aucune des langues inventées par les hommes, il es possible qu'ils possèdent d'autres langues... Les anx peuvent communiquer entre eux par le son et la mimique, que nous ne percevons pas; par les mouvements des ailes et des membres » ~1800 GE Wetzel de correspondances (oiseaux, invertébrés, reptiles, dictionnaire etc...) 20e s. Progès techniques :enregistrements sonores (+ ultra/infra sons)  cybernétique (reproduire artificiellement de la communication - IA) avancée en bio étude du comportement animal = discipline
Tout porte à croire que les anx communiquent.
Mais ont-ils développé un langage comme les humains* par (caractérisé l'idée de récursivité et de création et donc d'acquis) ou s'agit il seulement de quelques stimuli, de signaux innés, des réflexes de survie ou je ne sais quoi.
*langage humain => système (symbolique, combinatoire, récursif – créatif, adaptable)
1. 1. Signaux et fonctions de la communication animale
A   L'éthologie  l)retunau ieilcomporte(sc. Du am lnem emtna in
L'éthologie est l'étude objective du (ou des) comportement(s) reposant sur l'observation et la mise en rapport des différents éléments relevés durant cette observation<=>psychologie expérimentale (Thorndike – 1898, Pavlov – 1904, Watson – 1913) Watzlawick , la réalité de la réalité. Essais, ed° le Seuil perspective systématique = 1.distinguer ce qui appartient à l'espèceétudiée de ce qui est propre à l'individu 2.reconnaitre les actes à structures invariante (stabilité du signe)= actes instinctifs (innés, mais...) => ritualisation 3. mettre en évidence etdécrire des rituels= comportement à valeur de communication, enchaînemenents de mouvement ou de postures, de cris, de sons, de mimiques qui vont devenir des déclencheurs instinctifs, qui vont entrainer une modifiction de comportement chez l'autre (ex : parades sexuelles, défense du territoire, cri de détresse)
“on part du fait que pour chaque espèce il existe un répertoire de stimulations qui, agissant comme des signaux, déclenchent des modifications spécifiques du comportement des individus receveurs”.
B   Le signal à la base de la com
L'existence d'un signal suppose l'existence d'un code commun à tous les individus qui participent au même système de communication. =>Propriétés formelles du signal:  stabilité: un certaindegré de constanceet de stéréotypie pertiébiliectp: un caractèrepregnant du point de vue perceptif dilitiétsnitcba une configuration non assimilable à d'autres éléments de : l'environnement En gros, le signal pour être communicatif doit être reconnaissable en tant que tel par la communauté qui le pratique.
Ce signal est de forme (nature) diverse et peut toucher tous les sens : visuel, sonore, chimique/olfactif, tactile.
Quant à son contenu (l'information qu'il transmet), il a trait aux différentes fonctions que peut remplir la communication. Le signal n'est que le véhicule de l'information (du message), le contenant (Saussure). Chez les animaux, il sert généralement un stimulus à une réaction.
C   fonctions de la communication animale Différentes
vie de groupe=> communication et VIE DE GROUPE => 1. l'idée d'appartenance à un groupe (fonction de reconnaissance)Fonctions 2. des relations de hiérarchie(fonction d'affirmation/domination)vitales 3. défense du groupe (fonction de protection) 4. la participation à la survie du groupe (alimentation et reproduction)
A ces fonctions correspondent des signaux... mais nous en savons encore très peu... quelques exemples : a) fonction de reconnaissance fonction très fréquente dans le règne animal. Ex : les couleurs de peau, de plumage, d'odeur, de son... ex : chez le signe vert, chez le pingouin (ou manchot),les mères reconnaissent leur enfant par ses cris. EN plus chez le signe vert, les mères semblent reconnaitre les enfants des autres (enfant cri => regard vers la mère de celui-ci) b) fonction d'affirmation grognement des signes devant leur chef, lui, silencieux. L'homme baisse la tête. c) fonction de protection Si un ennemi apparaît, certains animaux adoptent despostures (signaux visuels) étranges pour décourager l’intrus et l’impressionner. Ainsi, les chiens montrent les crocs, le poil du chat se hérisse,le rouge-gorge se tourne vers l'ennemi et hérisse les plumes de sa gorge et se balance. De même, l’homme met les poings en avant. Il y a également dessignaux sonores notamment chez (cris)le singe vert où il existe 3 cris différentsaigle, un léopard ou un serpent. Ilselon que le danger est un s'agit bien ici de signaux liés à une information différente, puisque les singes récepteurs réagissent en fonction du cri. d) fonction de reproduction une des fonction essentielle à la survie d'une espèce (valable aussi pour l'espèce humaine). Les signaux utilisés, en plus d'avoir pour fonction l'attirance de l'autre, ont une fonction de reconnaissance (ne pas se tromper de partenaire) et de protection/affirmation (éloigner les rivaux). signaux sonores , ex : les grenouilles mâles qui appellent les femelles, le chant du rossignol signaux visuels => parade : danses rituelles, gonflement de plumes (le paon fait la roue). Signaux olfactifs : les phéromones
La particularité de ces signaux est qu'ils sont utilisés dans un temps limité => dans un contexte particulier
D   du contexte Rôle
Q° : Dans quel contexte de vie sociale et d'environnement un signal présumé a vraiment valeur de signal, càd de stimulus qui déclenche une réponse prévisible comme pour la linguistique : pbl de la prise en compte de paramètres extra caractéristiques des acteurs situation cumulation d'autres signaux (gestes et parole) etc... Pour le langage animal, il faut bien distinguer les situations (ex : captivité vs. Liberté). Par ex. Un chat domestique va miauler pour sortir ou manger, ce qu'il n'aura jamais à faire en liberté.
2. Exemples iacnunn mimoacote  edalim
   A. Les oiseaux, mise à part les imitateurs Les oiseaux échangent des informations par leur chant (reconnaissance et reproduction essentiellement). D'après certaines expériences, on sait que certains chants s'acquièrent par stades = ilsrelèvent d'unertnappgesais. Ex un :pinson en captivité, qui n'a pas appris à chanter avec ses congénères, chantera mais ne se fera pas comprendre de ses congénères. La structure de son chant est complètement déformée (testé avec un sonographe) Ils ne sont donc pas innés (le caractère inné d'un signal nous donne envie de le placé plus du côté comportemental que communicatif, car dénué d'intention). RQ : il existe desprononciations différentes chez des mêmes espèces d'oiseaux. Ex : les passeraux du sud vs. Du nord.    Danse des abeilles B. Expérience Quand une abeille isolée découvre un butin, on la marque avant de la laisser retourner à la ruche Peu après, on constat qu'un groupe d'abeilles, parmi lesquelles ne se trouve pas la première, se rend au même endroit. Il a donc fallu que la messagère ait informé ses compagnes En effet, rentrée à la ruche, elle s'est livrée à uneesnadque les autres ont suivie avec excitation. Cette danse peut prendre trois formes : soit unedanse en cercle, si le butin se trouve à moins de 100 m de la ruche soit unedanse en huitsi le butin est à rechercher entre 100 m et 6 km soit unedanse en huit frétillantesi le butin est plus loin Dans les deux derniers cas, lalocalisation du butinest indiqué par l'axe de la danse p.r. Au soleil,la qualité du butin la vivacité de la danse et parla quantité par la longueur de la danse.
Conclusion de cette expérience :les abeilles disposent d'un système de communication. En effet, on retrouve les caractéristiques principales d'un langage. 1- unlosiysbmem : la forme et la fréquence de la danse renvoient à une réalité constante et d'une autre nature (le butin) 2- un systèmereatoimbinco: 3 éléments sont combinés 3- l'exercice d'unerleation : le message ainsi organisé est destiné à des individus qui possèdent ce qui est nécessaire pour le comprendre
MaisIl n'y ani interprétation (1) ni récursivité(adaptabilité) (2)
(1) Il n'y a pas réellement une communication dans le sens information transmise, comprise, interprétée qui donne lieu à une réaction En fait,durera et sera vive, plus nombreuses seront les abeillesplus la danse alertées... l'abeille receveuse ne comprend pas qu'il ya beaucoup de nectar, elle répond à un stimuli : quand une abeille fait cette dans je part chercher du nectar dans cette direction (2) on a forcé l'abeille à marcher: la distance qu'elle a indiquée à ses collègues était 25 fois plus loin :elle n'a pas su adapter son langage(son code de signaux) à la situation
   C. Le chant des balaines à bosse Pourquoi les baleines chantent? Ce chant à très basse fréquence se répand très loin dans l'océan et ne s'entend que durant lapériode d'hivernage dans les zones tropicales. Les chercheurs ont remarqué unestructure dans les chants(ex : pulsions d'une seconde répétées à intervalle réguliers pendant plusieurs minutes) Certains chercheurs pensent que les sauts répétés des baleines sont des manifestations de communications sonores à longue distance... on ne sait pas encore grand chose.    D. Les dauphins RQ :fascination de l'homme pour les dauphins Q° : pourquoi des animaux dotés d'un si grand encéphale n'a pas plus progressé (// avec l'homme) etpourquoi est-il retrouné à la mer? « Si l'on admet que le dauphin est retrouné à la mer il ya des millions d'années asèrp qu'il se fut adapté à la vie sur terre, comme le croient les chercheurs, la question est de savoir pourquoi cette créature est pourvue d'un si gros cerveau reste toujours sans réponse. S'ils ont renoncé à une certaine évolution en retrounant à la mer(leur mains sont devenus nageoires => ni invention, outils, écriture, etc.) et que dans cet environnement là, ils n'ont besoin ni d'abris, ni de vêtements, ni de cultiver la nourriture (abondante), ni de se portéger de prédateurs...a quoi leur cerveau leur sert-il?.. Surtout qu'on remarque la même attirance de leur part visi à vis de nous (ils aiment notre contact, jouer avec nous)
Les dauphins communiquent-ils? Càd sont-ils capables d'échanger des signaux avec l'intention d'interagir avec d'autres individus, de transmettre de l'information? Obsevations les dauphins en captivité communiquent avec un autre dauphin en captivité il y avait untuyau entre deux bassins et on y voyait souvent deux dauphins des bassins séparés de part et d'autre de ce tuyau “discuter” même expérience avec unsystème de “téléphone” :quand la ligne est établie, ils parlent sept fois plus que quand elle est coupée.
converser, débatter d'une situation: un obstacle (barrière),hésitation du groupe, finalement un éclaireur y va => il revient et tous discutent. Il y retourne. Tous rediscutent et finalement passent la barrière.
Tests :est-ce quece sont bien des signeset non simplement des stimuli? imitation du « cri de détresse international». Ce cri, enregistré par plusieurs hydrophones, entraîne immédiatement l'arrivée d'autres dauphins au secours de l'émetteur de ce signal. Un homme imite ce cris. Direct, deux dauphins viennent le secourir. Mais ils constatèrent qu'il allait bien et le grondèrent (un coup de museau et de queue).
Tests :le dauphin peut-ilsignaler quelque chose à un autre dauphin (ce qu'on avait cru déceler avec le débat) un couple séparé de dauphin et la femelle doit transmettre des infos à son compagnon. (appuyer sur un bouton droit si il y a une lumière continue et sur le bouton gauche si elle clignote). Si les deux dauphins s'entendent : OK, s'ils ne s'entendent pas, celui qui ne voit pas la lumière ne sait pas qur quel bouton appuyer. RQ :les sons émis pour bouton droit et bouton gauche sont identiques. Seule la position du dauphin émetteur change=> qualité de son différente Les recherches actuelles s'intéressent à la gestuelle des dauphins donc dauphins =>système complexe, conversation, code (même politesse ou règles de bonne conduite) + besoin de communiquer. Mais on ne sait pas encore grand chose et nos systèmes de communication, nos conceptions (s'ils en ont) sont tellement différents : vie terrestre vs. Vie marine    E. Les singes De nombreuses expériences ont été menées pour apprendre aux singes à parler ou du moins à utiliser un langage signe arbitraire sens. <-> Observations Unsystèle laryngé relativement proche, mais langue moins mobilequi rend difficile l'usage de la paroleexpérience de Viky qui a appris à articuler “papa”, “maman”, “cup” et “up”. Niveau max.
Les macaques du japon :structure sociale organisée (hiérarchies, apprentissage de techniques... ex. Imo qui lave sa patae douce, puis les autres, puis les générations futures) Les chimpanzés l'éthologie a mis en évidence un :grand nombre de signes codés (mimiques, rictus, postures, gestes, sons). Importance du visage (non poilu, comme l'homme)
surtout des signes pour les émotions(main tendue ; apaisement, embrassades : émoi, fixer dans les yeux : défi, accroupissement : allégence)
Expériencesd'apprentissage d'un langage humain ou proche idée: un chimpanzé qui a été élevé dans un environnement humain et qui a reçu les instructions du langage, peut-il apprendre le langage humain?
a)   et l'apprentissage de la langue des signes ( WashoeAllen et Béatrice Gardner). W. a étéélevée comme un enfant sourd. À 4 ans : 85 signes, à 5 : 132. W. Fait des combinaisons plus de + fruits bébé + à moi à 5 ans, elle estréintégrée avec d'autres chimpanzés. Au départ, elle a du mal. Elle ne comprends pas les autres qui ne la comprennent pas etse prend pour un humain appartenance au groupe). Puis ça va mieux et se(elle ne reconnait pas son retrouve en gestation. Mais leBB meurtElle demande alors où il est, et on lui répond qu'il est mort =>onsiesprdélui trouve alors un BB d'. On adoption : Loulis (10 mois). W. Lui apprend la langue des signes. En 3 mois : Loulis sait 55 signes. Ensuite :famille passe à 5singes ayant appris la langue des signes, Loulis et les autres font alors d'énormes progrès. Ilsparlent la langue des signes entre eux et même à eux-mêmes(W :”Loulis, où est Loulis?”) => même remarque que pour les hommes : c'est en société que le langage se développe(enfants => maternelle)
Maisjamais le niveau de l'homme n'est atteint... on stagne
b)   et l'apprentissage d'un langage artificiel Sarah(David Premack)  le langage enseigné était proche de celui des humain par larelation arbitraire signe-sens et la présence de concepts abstraits dans le vocabulaire( même que, différent de, la négation, le ? <=> c'est une question) questions sur le langage même (métalangue) : “- la couleur du nom bleu? - rouge” phrases complexes : “si Sarah met rouge sur vert, Mary donne Sarah chocolat”
Mais Sarah n'utilise pas  :le langage de façon spontannée, seulement en réponse à des questions
c)   et l'apprentissage d'un langage artificiel Lana  même style d'expéreience sauf que 24/24 cible = machine (besoins vitaux de Lana : manger, boire, jeu)
d)   de ces expériences Conclusions les singes semblent pouvoir apprendre et utiliser un langage symbolique. Mais rien ne dit qu'ils sont capables d'en créer un pour leur usage personnel
De plus, toutes ces observations on été réalisée en labo (environnement spécifique); et rien ne laisse présager que les singes aient besoin de tels moyens de communication Dans leur environnement.
La communication animale ne semble pas nécessiter un langage élaboré.
RQ : ces exp. Ont permis de mettre en place des méthodes d'apprentissage de la langue à des enfants en difficultés ou avec des problèmes mentaux. Et ça apporté de très bons résultats!!
3. Conclusion
Dans tous ces exmples, on voit bien queles animaux communiquent (Sté => communication)
Mais communiquer =/= parler
établissement d'une relation entre 2 êtres afin d'entraîner une réaction (pour certains plus évolué, trasmettre une information), OK MAIS communiquer sa pensée, des concepts abstraits, transmettre des représentations internes, OK
Les animaux ne commniquent pas autre chose que leur besoins vitaux ou leurs émotions de l'instant présent :
III. Q° : À PARTIR DE QUAND PARLE-T-ON???
1.   Montaigne  les anx ont un langage, puisqu'il y a échange d'information entre un émetteur et un récepteur par l'intemédiaire de signaux, cet échange entraînant un changement de comportement du récepteur (stimulus – réponse) Bref : pour montaigne, si les animaux parlent tout comme l'homme, c'est parce que le langage est naturel. Etant naturel, il ne peut pas être la différence spécifique entre l'homme et l'animal. (rappel : Montaigne : mythe du bon sauvage)
2.   Descartes va se poser la question de savoir si le fait que les animaux communiquent entre eux, et parfois de manière vraiment très complexe est bien le signe que les animaux parlent, en isolant d'abord les caractéristiques du langage humain au sein des systèmes de communication. Il montre que ces caractéristiques se ramènent à l'expression des pensées : la parole véritable renvoie à une pensée dont elle est l'extériorisation. =>Les anx ne parlent pas puisqu'ils ne pensent pas. S'ils pensaient, ils nous le communiquerient puisqu'ils savent nous communiquer leurs sentiments. On ne trouve chez l'animal que quelque chose de l'ordre de la réaction immédiate à une sollicitation extérieure
3.   c'est réferrer parler, Ladifférence est dans ce à quoi on réferre: la situation ou une représentation, un concept, une idée, une pensée... on retrouve la triade de Saussure :
signe
concept
sens
Dans le langage des animaux, les signaux sont des stimuli à des réactions... on peut y voir la relation signal => signes; mais pas la relation signes – sens – concept.
Double fonction du langage humaine : communiquerETproduire une pensée Julia Kristeva (1981)Le langage, cet inconnu, “Points”, le Seuil
4.   code de signaux et non un langage Un Il y a un langage animale qui correspond à ce que eBveenstniappelle uncode de signaux et non un réel langage. Ca reste un langage restreint (vocabulaire, combinaisons) pas de créativité lexicale, encore moins syntaxique concerne essentiellement les besoins vitaux (fonctions vues au dessus) pas d'histoire => pas de transmission de connaissance par un tiers , un messager (toujours en contact direct) pas d'abstraction => communication ancrée dans l'ici et maintenant
Le langage humain vise à comprendre plutôt qu'à réagir Les anx expriment des émotions, des besoins, mais pas des concepts (une pensée) Leur langage vise une réaction et non une réflexion.
Travail sur le texte de Benveniste dégager le plan général, i.e. Les gros points du texte (¼ h) -
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.