La SARL

De
Publié par

La SARLIntroduction ...............................................................................................................2- La constitution de la SARL ..................................................................................4 A Les conditions de fon ..d .. .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. . .. 4 L’objet social ....................................................................................................................... 4Les associés.......................................................................................................................... 4Le Capital Social : CS......................................................................................................... 4Les apports........................................................................................................................... 4 B Les conditions de form .. .e. .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. . .. .. 5 La gérance de la SARL...........................................................................................7 C Nomination, durée des fonctio ..n ..s .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. .. .. . .. . 7 La ...
Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 1 694
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins
La SARL
Introduction...............................................................................................................2 - La constitution de la SARL..................................................................................4  A Les conditions de fond .   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..  4 L’objet social ....................................................................................................................... 4 Les associés.......................................................................................................................... 4 Le Capital Social : CS......................................................................................................... 4 Les apports........................................................................................................................... 4 B Les conditions de forme.  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  .5 La gérance de la SARL. .......................................................................................... 7 C Nomination, durée des fonctions  .......................................................................  .7 La responsabilité................................................................................................................. 7  D  Rémunération .   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..  9 E Statut social et fiscal  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  9 Le régime social du gérant majoritaire .............................................................................. 9 Le régime social du gérant minoritaire ou égalitaire........................................................9 F Cumul avec un contrat de travail  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   10 G Les pouvoirs du gérant de SARL.   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..   10 Les pouvoirs du gérant vis à vis des tiers......................................................................... 10 Les pouvoirs du gérant vis à vis des associés................................................................... 11  H  Révocation  .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   11 Conditions de fonds........................................................................................................... 11 Conditions de forme : deux possibilités :.......................................................................... 11 Le rôle de l’associé unique d’une EURL ........................................................................... 11 Les droits des associés......................................................................................... 13 I Les droits politiques  ...........................................................................................   13 Le droit à l’information ..................................................................................................... 13 Le droit de vote.................................................................................................................. 13 Il faut donc distinguer SARL créées avant 2005 et après 2005 (le 4 août).....................13 J Les droits financiers  ..........................................................................................  .14 K Le contrôle de la SARL.   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  .14 L’expertise.......................................................................................................................... 14 Intervention dun commissaire aux comptes....................................................................14 Les conditions de dissolution d’une SARL ..................................................... 15 Lorsque la société ne remplie pas les exigences des statuts.............................................15 Perte de capital .................................................................................................................. 15 Echapper à la dissolution ................................................................................................. 15
1
Int roduction
Deux familles : la SARL et les sociétés de capitaux : SA, SAS, SCA.
Deux variantes : la pluripersonnelle et la SARL unipersonnelle (avec un seul associé  EURL). La SARL ce sont les deux tiers des sociétés commerciales françaises (EURL et SARL) · La SARL a été créée en France par les articles L223-1 à 223-44 du Code de Commerce. Du 7 mars 1925. Copie du modèle allemand (la GNDH qui marchait très bien).
Trois remarques:
1-La SARL est une société commerciale par la forme. 2-La SARL est de nature hybride (mixte) parce qu’elle est à la fois intuitu personae et intuitu pecuniae.
Intuitu personae pour deux raisons :
-Le nombre des associés est limité. A l’origine : limité à 50 mais depuis 2004, limité à 100. -Son régime de cession de parts sociales. On vient de voir que pour la SNC, pour céder des parts à qqn, il faut l’accord unanime des associés en place. Pour la SARL, il faut agréer le cessionnaire lorsque celui-ci sera un tiers. Ce sera une majorité originale.
Intuitu pecuniae pour deux raisons :
-La responsabilité financière. La SARL a une responsabilité limitée comme les sociétés de capitaux. -Le fonctionnement de la SARL est soumis à un formalisme très pointu et à des contrôles importants, comme les sociétés de capitaux.
3- Le régime fiscal parce qu’il est particulier. Par principe, la SARL est soumise à l’impôt sur les sociétés mais il y à une option possible. CAD pas d’impôt société mais une transparence fiscale. Chaque associés va déclarer sa part des résultats de la société sur sa déclaration sur le revenu.
2
Mais attention, cette option de transparence n’est ouverte que pour les SARL de famille. Lorsque les associés sont issus d’une même famille (le plus souvent couple plus enfants).
· L’EURL est une alternative à l’EI (= Entreprise Individuelle)
C’est une société créée par la loi du 11 juillet 1985 et cette loi a été la première à donner la possibilité de créer une société avec un seul associé. Elle a ainsi modifié l’article 1832 du code civil qui définit la société. Depuis 85, cet article comporte un alinéa 2 qui dit que « la société peut être instituée dans les cas prévus par la loi par l’acte de volonté d’une seule personne ».
L’EURL est une forme de SARL, on y retrouve donc les règles, sauf que certaines d’entre elles vont être aménagées du fait de l’associé unique.
3
- La constitution de la SARL
ALes conditions de fond
La Loi pour l'initiative économique  de DUTREIL en 2004, comprend une série de mesures destinées à rendre la création d'entreprise mois coûteuse, plus rapide et plus simple, et à faciliter la transmission des entreprises.
L’objet social Rappelons que certaines activités sont interdites à la SARL. On ne peut pas créer une SARL si on a pour projet une activité d’assurance (société de capitaux), de banque (société de capitaux) une activité de débit de tabac (SNC). Une auto école est un exemple de SARL.
Les associés Leur nombre est minimum de deux et depuis le 25 Mars 2004, le maximum est de cent. C’est le plafond imposé par la loi. Les associés peuvent être des personnes physiques ou morales, la qualité de commerçant n’est pas requise  on peut voir un mineur, majeur incapable, un interdit…
Le Capital Social : CS Avant 2004, la loi fixait le capital social minimum à 7500€. En 2004, elle modifie le régime de la SARL puisque désormais, les statuts fixent librement le capital social. CAD qu’en théorie le capital social peut être de moins de 1€. (1€ n’est pas le minimum). En pratique, on va pouvoir fixer le capital en fonction des besoins de la société ou du moins en fonction des besoins pour lancer l’activité sociale.
Nécessite des mises en garde, il ne faut pas sous capitaliser la société pour la raison de la responsabilité limité. SI CS est sous évalué, on ne trouvera pas de partenaire, ni de tiers voulant travailler avec nous.  La SARL ne peut pas faire appel publiquement à l’épargne. Elle n’est pas une forme de société pouvant cotée en bourse.
Le CS est divisé en parts sociales et c’est au statut de fixer la valeur nominale de la part. (Chaque part doit avoir la même valeur nominale).
Les apports
4
Trois types d’apports sont autorisés dans la SARL :
Apports en numéraires : La souscription doit être intégrale à la constitution, par contre, pour la libération, il est possible de libérer qu’1/5° du montant souscrit, et ce, dans un délai de 5 ans. Concrètement, les apports en numéraires, c’est un chèque à l’ordre de la société. Les fons sont déposés sur un compte bancaire bloqué jusqu’au jour de l’immatriculation de la société. A son immatriculation, la société pourra en disposer comme elle l’entend.
Apports en nature : Le risque c’est la mauvaise évaluation. C’est pour cela que : les statuts doivent mentionner l’évaluation de chaque bien apporté, et qu’il faut désigner un commissaire aux apports. Comment ? - Désignation à l’unanimité des associés. - Si pas d’unanimité, on demande au tribunal de commerce de décider et désigner le commissaire aux apports. EXCEPTION à l’obligation de désigner un commissaire aux apports : si les apports en nature n’excédent pas 50% du CS.
Au niveau de la responsabilité de la valeur des apports en nature fixée dans les statuts: les associés sont responsables des apports solidairement pendant une durée de 5 ans.
Toute fois, vous pouvez décider que ce CS est plus important et n’en libérer que 20 % lors de sa création : 50% max en nature 20% min en espèce
Les apports en industrie Ils ne concourent pas au CS, mais il faut organiser les parts sociales apportées par l’industrie. C’est le statut qui doit être explicite pour éviter des problèmes par la suite.
exple : un CS de 7500euros :3750 en nature (logiciel, matériel…), 1500 en espèce. Ce CS = 5250 du CS total requis par les statuts : c’est 70% du capital libéré. Il reste 30% soit 2250euros libérables sur les 5 prochaines années. B Les conditions de forme Ses conditions de forme s’appliquent tant à la confection de la SARL en général 5
que de l’EURL en particulier. Il faut rédiger les statuts par écrit : clauses habituelles : dénomination sociale, siège social, objet social… Les formalités : enregistrement des statuts à la recette des impôts, avis dans un JO, dépose d’un dossier au Centre de Formalité des Entreprises CFE pour une demande d’immatriculation.
6
La gérance de la SARL.
La loi dit qu’il faut désigner un ou plusieurs gérants, souvent 1 voire 2. Pourquoi y a t’il pluralité de la gérance?
Avantage : -Continuité (vacances, décès…) -Répartir tâches en fonction compétence.
Inconvénient : Quand on ne s’entend pas société ingérable.
C Nomination, durée des fonctions Une personne physique : Un associé, un tiers. Dans les deux cas, on conclut avec la société un contrat de mandat. Le gérant doit avoir la capacité commerciale (majeur..) même si il n’a pas forcément le statut de commerçant. Une personne majeure en tutelle ou en curatelle ne peut être gérante d’une SARL, ni une personne ayant perdu l’usage de ses droits civiques : condamnation pour crimes de droit commun, escroquerie, abus de confiance, faillite. Les personnes morales ne peuvent pas non plus être gérantes. L’exercice de certaines professions interdit également l’accès à cette fonction : avocat, notaire, officier ministériel, fonctionnaire, commissaire aux comptes, personnel des établissements de crédit. Les statuts peuvent fixer une limite d’âge au gérant. Le gérant est désigné soit : - par les statuts : gérant statutaire. - par les associés réunis en AGO.
Pour la durée des fonctions, au statut de fixer la durée. Il est possible dans la SARL de prévoir une durée indéterminée, c’est la gérance à vie. Dans l’EURL : Nous aurons un gérant dans l’EURL qui peut être : - Associé unique - Un tiers Par contre, le gérant est toujours une personne physique. (Quand on voit un associé unique société, le gérant est forcément un tiers)  La responsabilité
7
Les gérants peuvent être déclarés responsables des fautes commises dans leur gestion et poursuivis pour réparation du préjudice sur leurs biens. Le gérant de S.A.R.L. peut voir sa responsabilité engagée, tant sur le plan civil que sur le plan pénal, lorsqu’il commet des fautes de gestion et/ou des infractions à la réglementation en vigueur.
Responsabilité civile Sur le plan civil le g é rant peut ê tre responsable individuellement ou solidairement envers la soci é t é ou envers les tiers. Exemple -des violations des statuts -des fautes commises dans la gestion La responsabilit é peut ê tre mise en cause : -par toute personne (associ é  ou tiers) pouvant prouver qu’elle a subi un pr é judice personnel (action individuelle) Responsabilité fiscale
Sur le plan fiscal la responsabilité du gérant peut être mis en cause lorsque le recouvrement des impôts de toute nature dus par une S.A.R.L. a été rendu impossible par des manœuvres frauduleuses ou des inobservations répétées des obligations fiscales. Au niveau de la responsabilité dans l’EURL, l’associé a une responsabilité limitée à ses apports. Le problème c’est qu’étant tout seul, le capital est peu élevé. Très souvent, les principaux créanciers exigent des garanties, des biens (hypothèques de la maison…) mais le plus souvent une caution et cela à titre personnel.
Responsabilité pénale Les gérants encourent aussi une responsabilité pénale particulière au titre de leur gestion. Toutes les irrégularités d’une certaine importance sont sanctionnées pénalement. A titre d’exemples on peut citer : Surévaluation d’apports en nature ; répartition de dividendes fictifs ; Ces faits sont punis d’un emprisonnement d’un an à cinq ans et/ou d’une
8
amende de 300 euros à 400 000 euros. (art. 425 de la loi).
D Rémunération
La loi n’impose rien, mais c’est lors de la désignation qu’il faut déterminer la rémunération et à chaque évolution, il faut demander à AGO pour modifier. Le gérant peut tout à fait travailler gratos, possible. Ce cas se rencontre lorsqu’il y a un groupe de sociétés et qu’on retrouve à la tête toujours la même personne, celle-ci est rémunérée par la société mère, les filiales sont dispensées de rémunérer leur dirigeant. Dans le cas de l’EURL : Le gérant, qu’il soit associé ou tiers est lié à la société par un contrat de mandat, si le gérant est associé, il se nomme et fixe sa rémunération.  
E Statut social et fiscal Le régime social du gérant de SARL sera différent selon que celui-ci est un gérant majoritaire ou minoritaire.
Régime social Le régime social du gérant majoritaire L’article 154 bis du CGI dispose que les cotisations versées aux régimes obligatoires et aux régimes facultatifs de sécurité sociale sont déductibles des revenus imposables du gérant majoritaire. De même, doivent être déduits les primes versées au titre des contrats d’assurance de groupe (article 41 de la loi 94-126 du 11 février 1994, Loi " Madelin "). Le gérant majoritaire est exclu du régime général de la sécurité sociale. Il est soumis au même régime social que les employeurs et travailleur indépendants (travailleurs non salariés) et doit donc cotiser à trois caisses, à savoir une caisse pour l’assurance maladie, une caisse d’assurance vieillesse et à l’URSSAF pour les allocations familiales.
Le régime social du gérant minoritaire ou égalitaire Le gérant est un mandataire social, et non pas un salarié. Toutefois, au regard du régime social, le gérant minoritaire est "assimilé" à un salarié. A ce titre, il bénéficie du même régime de protection sociale que les salariés et, corrélativement, sa rémunération supporte les cotisations sociales.
Le régime fiscal
9
Il faut évidemment distinguer le statut fiscal de la société de celui de son dirigeant. Une SARL peut être soumise à l’impôt sur les sociétés (IS) ou à l’impôt sur le revenu (IR). Il existait jusqu’en 1997 une différence de régime d’imposition selon que le gérant était minoritaire ou majoritaire. Le premier relevait de la catégorie "Traitement et salaires", tandis que le second relevait du régime spécifique de l’article 62 du CGI. Désormais, depuis la loi n° 96-1181 du 30 septembre 1996, les rémunérations des gérants majoritaires et minoritaires suivent les mêmes règles d’imposition quel que soit le montant de la participation dans le capital social (instruction fiscale du 2 juillet. 1997). En l’occurrence, la rémunération du gérant bénéficie, après déduction de certaines cotisations et primes visées par l’article 154 bis du CGI, de la déduction forfaitaire pour frais professionnels de 10% et de l’abattement général de 20 %. Dans le cadre d’une EURL, la rémunération du gérant est assujettie à l’IR dans la catégorie traitements et salaire (double abattement)
F Cumul avec un contrat de travail
Exceptionnellement, à côté de son mandat social, un gérant peut bénéficier d’un contrat de travail conclu avec la société. Les conditions d’un tel cumul sont cependant strictes :  le contrat de travail doit présenter un caractère réel et sérieux,  les fonctions exercées doivent correspondre à des fonctions techniques distinctes de celles exercées au titre du mandat social  Il doit y avoir un lien de subordination entre le gérant et la société relativement à ces fonctions techniques. Par conséquent un gérant majoritaire ne peut être salarié.
G Les pouvoirs du gérant de SARL
Les pouvoirs du gérant vis à vis des tiers
Par "tiers", on entend, de manière très large, toute personne qui n’est pas associée de la société : client, fournisseur, salarié, etc. Le gérant a des pouvoirs étendus. D’autant plus que si il effectue des actes qui ne relèvent pas de l’objet social, la société est néanmoins engagée, elle devra exécutée le contrat passée avec le tiers (celui-ci se retrouve protégé). EURL : Nous n’aurons pas de règles de tenues d’assemblées ni de vote relatives au vote des résolutions. Cependant, la loi va imposer à l’associé de constater par écrit les décisions qu’il
10
prend par écrit et les répertoriés dans un registre officiel côté paraphé par le greffe du tribunal de commerce, à défaut de la nullité de la décision à la demande de tous intéressés.
Les pouvoirs du gérant vis à vis des associés
Dans les rapports entre associ é s, le g é rant est autoris é  à accomplir tous actes de gestion dans l’int é r ê t de la soci é t é . Comme il peut ê tre dangereux de laisser les pleins pouvoirs à une seule personne, les associ é s ont la possibilit é d’organiser dans les statuts une limitation des pouvoirs du g é rant. Il doit faire preuve de vigilance, doit respecter l’objet social Les associés peuvent toujours limiter son pouvoir par une clause statutaire.
H Révocation Conditions de fonds Le gérant ne peut être révoqué que sur juste motif. Si un gérant est révoqué en l’absence de motifs, il pourra demander au TC des DetI par contre il n’obtiendra pas sa réintégration. EX : -la situation financi è re catastrophique de celle-ci ; -l’absence d’assembl é es depuis deux ans ; -des d é penses inconsid é r é es. Conditions de forme : deux possibilités : - A l’initiative des associés réunis en AGO. Il suffit d’une majorité absolue pour révoquer le gérant. Mais si le gérant est associé, il prend part au vote. - Révocation judiciaire, prononcée par le TC. Tout associé peut demander au TC de se prononcer pour révocation gérant. Si il y a juste motif, la révocation sera prononcée.
Le rôle de l’associé unique d’une EURL
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.