Le japonisme en France, de l'impressionnisme à l'Art déco ...

De
Publié par

Le japonisme en France, de l'impressionnisme à l'Art déco ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 770
Nombre de pages : 26
Voir plus Voir moins
Bibliothèque ntaoianeld  erFna dceecironties dloc tcelsnoiéd  emenpartttért Li etetaru a tr           PAJ EL   NRFNAECNOSIEME                 Il erpm    eD   àmeA liossisnn        cé otrd                                                 lés itce evE «  B  liibraogieph suq eelj panosit quand je disaivér ed nnnoituloitta émeaitrn  elpsep uedineo ccopter l desique, rturJoGoe ouncomdEd dnxuat( »…japonism84)  Le vair l81an,l1  9mêt enemoung eun ,edom enu tuf edu Jait  ven qui tect uoopruem , Me.èrnie uns ainis edom erèilug, enapontait imitslyl  e aam,el gngatoa  lus pes syaiccotned xuaqui dura près d'nud me-iiscèel ,m sel tnod te ,efus ontitaesifaneletAgnsil eduprancla Fet  rre e ,tfe ndorpisiu'oquapn t,fee  cp ul socertnd ses. Sil ntrastée sogvuialie tû ,s dueries ma pluj sed etsiainopaou tlapeui sdet d  ertsèp èr,sà ticipa aussi, etbainq elliurap  pstrtout andéintre e enurop l'Enntu eoc duqgera rdun ioutolév relbatirév ettec stingue e qui di.eC rac e0s èilct bu 2du letdée 1 se 068 selénnae siu 18es dseritnlaroeio  ucèel deulimiu  dmeis ,- elcèis e91 u le japodemblée savugseinms eedesure dnt aieérhc –ioniitox emseislffcic ehq eus arz lees etist etêuq nserpxe'dnos onsis.leeluvcse tuqo nelr encontre moins d sna selilim xueadaciqéms ue oousiup sertniep se ls,restluils insep tnd irerocvus déveur gra lesiasud ,d sekoHess mptaan Dles tuer somibned ae et de Hiroshigvetiecsp fdeu  oegap ne rep ed , à dnéesres 'aut tuqroammoib,ic alin eesman èrtioporitis snogiro dessin, de mise eedc uoelru ,ed duxs anras cadiusiv .lero'l erdduire deient proreesemtn sobluve, teanssai niephalla ,)tnemmatoncelles (uencinflgoarhptol  a eeder tvuonrele el peréoirt drel'e  ton neslumene tdes motifs venanrocéd stue sfitas memêx-enèrispu sos Aec solruecinesintas ar, letnnieu rsnd siocpagea sac se proed eohc L .sdno'né itedimeoresllsnf tuois lod ses etiqueechnes td issua siam ,tniamb ameisctleécssant de poursui suaetru shcioismou s,iner cinta àurAléd ta oc enceantjusqore  ,esevuaolgnp or l àmeisou nrtApmIl ednnoisserourdhuiokyo auj'ddE oT(alb ia eou tnat dier àteàl-etni j ,)uqsus co-Unitatses E,rl naegé rtivers aionap Jes lôttneib tnangiartnerj suuqaxua sbvre cette histoiug-serre   .tuoTactrontids rèapcel  3vaurisi'tnmenç com 185a eniaciréma snad enlae  done ttlo farF ,ecnnod al tbrto18e e  loc9 se ,osei85 .aLuqcelainess et pore tra'd stejbo ,meom cesmptaest  sdlarone tcnrèle vsur uer afflsià ergnn  uaitrd étoc eremm– ecinégal, bien sûr-  ,xemelp euq eesprems dntroseervius e setuot granles natides ueorno sen,sépneansmiaushonte ssniavircé te setrtist, autan daaitnitlpm lu sesser on c sunoiavmelè tneaP .llarcouvertecette détôp uo r tuasstirevinu ss sellesexs le, ontisipo xtE tuanUsita-s conieuxnt etineoc ecellnoitruenmae harcs nd detdn,el  eonbmerd timulant la demaL seel.segbahcnaec l, avrces souap sruelliad tnernt intmeteairfse ,el ssuv raéiances deconnaiss es erifet e,spm euspln  dntple  voybordrs eageulpmo tid ,uptase, uaitst celquauèubirtnoad tner d'art, toutes csef notcoisné at cistiriesqut  eifneih nrotssneine eoderpulat poen ,oraftôm lptunfi d »s ceenluiom ,erirup « sne nétait pas to nmirpseisnoints ms,s ai aun prtl tutrapaj ianoj paatreul req évélar rnt pissaoitarénég al rapt eruvcodés aionse ,lxEalucanrin moins  moins e0091nif elle ed ni ursvesipoontiriohcop n sel ,s okesuetgas leu d  edrsese..asrbPeu .   s, aaprènimoap éal rucs tulp mreumontaenelp ulôt tuq eapr lestampe, les «rt auni -cuielod » euqissalc ise hinone crigi,ed ihtsuoddteb esalu qciocntdeiavarc tn nol eil exisu, et qutô éedc attià c en rntco, rellcep tru raa enertu et non moins fo sufertns ceuosért aes lelsuvis up ednar,ecnassin toà sone gur uattiicé ne ud veec e-iuluepuuq rve astc uvcoitrarupo eéd50,)l Essie (19ur la Rus nopaJ ud esirpur sreoictvia  l redvauealf  , àe où mêmmentu moopansiq iuf saicne tant Monet oused ued oc xnaru. tsr Caarl'jat tnp uoavéseméric la nt àtionjoncmmoc éti ellec eguau Gdetre  sin-courrieun avantreosnnla,ru enp  fme eutap jisonos e etruq nuqleprim Un nie.Océa teld nosiemtivifr'A dtsars dee 'd te erion euqi dans la période s »uqo' nvaia,titra« s imprifitcos étéied ,t xu modrandnostèle ne M yoelg eg , pésburiaut tôluedécérp tta ,etnopvuia tsn iuq e bien aiEt c'estuqit .ser senamos denéangiale qusèd a rpnoeduam ure vertréou sa ed tnemom ua nopJae  lreîtrapaap à érueley sd xumae fenierstne uV naG go h aopru première qualitp erètcaa euqsere,stminimemên  eiximp orev céta aturla n care deorpp àtésoe  ainuqited ee'l éhtsuil tém temps q,tp ral iongreiabiym sleibsspoe te tra ertne esoplus le bjet lodnune ,itidq ouesN'. nsas pcet- setnaruoitcudéss ou pluns m moiuqe'c  eemtnpxir claébélssrie impatéirohmeuq tnethème » de Pierr «aMademC rhsynatuB  emadaM « tutour set, tiLoe P cuitare n auqopér, lly »terf xuervuœrat d ,du peusplnicin  uinms eodd  uajopmatiqueses embléiscèue xted el sde remi  surepliu : ios a syap nené êtrrro pon srp e               « gothique »,érp vresed éuot  itelunfceentr é le dontre, angèivrvs ru eenégintaon caus pat aiediccOl ceva tcême tempnt, en mul-iice  suq eecaierint imn rtpoel som stxe imerc ed ressial ed  lete qusimué ôtuad et rr sedneais,rançne fomaif tn tia,sniaya ou, e tr cleixhoent artitnn uo ss néanmoerons paritide c d'aques  1 tr . 
   
  Janvier 2009
'a narppssait an icia'uqit u ertittérature, les oGcnuotro  uoZal
Entre une exposition consacrée à l'estampeukiyo-eet une autre à Henri Rivière (1864-1951), peintre et graveur qui ne fit jamais mystère de l’ascendant de celle-ci sur son œuvre, la BnF se devait de proposer une bibliographie sur un phénomène que l’on peut désormais penser moins en termes d’influences que de légitimation. Pour la première fois peut-être, en tout cas aussi consciemment, des artistes européens allaient chercher celle-ci hors de leur propre tradition… Et si l’on considère le mouvement simultané qui, au Japon, conduisit à une réévaluation globale de la culture de ce pays à l’aune des valeurs alors importées d’Occident, on peut penser qu’il s’agit bien là d’un moment décisif dans le passage à ce que l’on appelle aujourd’hui l’échelle monde, singulièrement dans le domaine esthétique.  Cette sélection ne répertorie que des documents (livres, périodiques, documents électroniques) accessibles depuis l’espace d’étude (niveau Haut-de-jardin) de la bibliothèque François Mitterrand.   Le Japonisme et les arts, 1860-1930  Généralités   Monographies   Lambourne, Lionel Japonisme : échanges culturels entre le Japon et l'Occident. [Londres], Paris, Phaidon, 2006. 240 p. Salle F – Art – [709.440 9034 LAMB j]   Put, Max Plunder and pleasure : Japanese art in the West,1860-1930. Leiden, Hotei Publ., 2000. 151 p. Salle F – Art – [en cours de catalogage]   Wichmann, Siegfried Japonisme : the Japanese influence on Western art since 1858. [London], Thames and Hudson, 1981. 432 p. Salle F – Art – [709.034 WICH j]    Articles de dictionnaires et d encyclopédies   L'art du XIXe siècle : dictionnaire de peinture et de sculpture sous la dir. de Jean-Philippe Breuille. Paris, / Larousse, 1993. 777 p. Salle F – Art – [709.034 A a]  Contient : articleJaponisme, p. 395-396   Cabanne, Pierre Dictionnaire des artsÉd. de l'Amateur, 2000. 1095 p.. Paris, les Salle F – Art – [703 CABA d]  Contient : articleJaponisme, p. 524-525   Denizeau, Gérard  Vocabulaire des arts visuels du XIXe siècle2004. 133-[4] p. de pl. en coul.. [Paris] , Minerve, Salle F – Art – [709.034 A v]  Contient : articleJaponisme, p. 93-95   The dictionary of art ed. by Jane Turner. New York, Grove, 1996. XIII-927 p.-IV p. de pl.. 17, Jansen to Ketel / Salle F – Art – [703 TURN d17]  Contient : articleJaponisme/ Phylis Floyd, p. 440-442
2 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.