LE MASSACRE DE NANKIN

Publié par

LE MASSACRE DE NANKIN

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 131
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
44S H O U TT W I S TA N D
au reste du monde, parviennent cependant à y mettre un terme. Si ce sé v é n e m e n t ss o n tc o n n u s, recoupés par nombre de témoignages et de preuves, le bilan du massacre fait encore aujourd’hui l’objet d’une LE MASSACRE bataille de chiffres sur fond de guerre économique entre les deux puissants DE NANKIN voisins asiatiques. Depuis 1945, deux chiffres sont en circulation. Le tribu-nal de Nankin a avancé le chiffre de 300 000 victimes, et le tribunal de MICHAËLPRAZAN Tokyo, dont les débats furent conduits par les alliés, n’en a établi que 180 000. Peu connu en Occident, le massacre de Nankin se La tendance actuelle au Japon est de nier l’ampleur du massacre, et ce d é ro u l a i ti ly a so i x a n t e - d i xa n s ,a um o i sd e jusque dans les plus hautes sphères du gouvernement et des élites diri-décembre 1937. Instrumentalisé par la Chine, relati-geantes. Créée au milieu des années 1990, la Tsukurukai, un groupe d’in-visé ou nié par le Japon, il est aujourd’hui l’enjeu tellectuels révisionnistes et nationa-listes, publie des livres scolaires qui d’une guerre mémorielle entre les deux puissances passent sous silence les crimes de l’ar-mée impériale, principalement le asiatiques. Au cours de l’été 2006, le Prix Nobel de massacre de Nankin. Si la Tsukurukai fait couler beaucoup d’encre, au littérature Kenzaburô Ôé s’est rendu au Mémorial de Japon, en Chine, mais aussi, réguliè-rement, dans la presse internationale, Nankin pour s’excuser publiquement des crimes com-son influence est cependant à relati-viser : ses ouvrages scolaires ne repré-mis par son pays. sentent que 0,4% de la totalité des manuels utilisés dans les établisse-ments scolaires du Japon. Son idéo-En 1937, le Japon impérial occupe lasemaines, les armées japonaises, trau-logie passe par d’autres médias, et Mandchourie depuis six ans. Dans lamatisées par la bataille de Shanghai,notamment par les bandes dessinées confusion des grands bouleverse-galvanisées par les discours fascisantsde Yoshinori Kobayashi, polémiste et ments de l’histoire en cours, uneet racistes d’un Japon bientôt allié àpamphlétaire au talent venimeux, qui partie de l’état-major japonais décidel’Allemagne nazie, se livrent à un mas-vend chaque année plusieurs millions d’envahir la Chine continentale. Aprèssacre d’une cruauté sans précédentd’exemplaires d’albums dans lesquels u n et e r ri b l eb a t a i l l eg a g n é ed esur la population de la ville de Nan- ils’acharne à nier le massacre de Nan-justesse par les contingents japonaiskin, au sein de laquelle s’est réfugiéekin et à redorer le blason des anciens à Sha n g h a i ,l eg é n é ra lIw a n el’armée en déroute du Guomindang.soldats japonais. « Halte au maso-Matsui, à la tête d’une armée deUne « zone de sécurité internatio-chisme ! Soyons fiers de nos grands-200 000 hommes, prend seul l’initia-nale » est établie au cœur de la villeparents ! », tel est le message qu’il t i ved em a rc h e rs u rNa n k i n ,l apar les Occidentaux résidant à Nan-m a r t è l ed e p u i sd i xa n sd a n ss e s capitale de la Chine nationalistekin (principalement deux mission-mangas. Membre de la Tsukurukai, d eT c h a n gKa ï - c h e k .Du ra n ts i xnaires américains, John Magee etKobayashi a réussi à imposer auprès Minnie Vautrin, ainsi qu’un employéd’une frange considérable de la jeu-MICHAËL PRAZANa réalisé un docu-nesse sa vision nostalgique de l ’his-allemand de la société Siemens, John * mentaire,Japon, les années rougestoire et son mépris pour ceux qui ten-Rabe, pourtant membre du parti nazi) (KUIV Productions, 2002). Il a égalementt e n td eafin de sauver les civils du massacre.p o s i t i o nc o n s i d é re rl a écritLes Fanatiques, histoire de l’Arméed’agresseur du Japon colonial.S’ils ne peuvent empêcher les exécu-rouge japonaise(Seuil, 2002) etLe Mas-La situation n’est guère plus reluisantetions de masse et les 20 000 viols per-sacre de Nankin, entre mémoire, oublide l’autre côté de la mer du Japon. Lapétrés par les soldats de l’empereur, et négation(Denoël,octobre2007).Chine, qui substitue à la per te d’in-ces « justes », en révélant le massacre
fluence de l’idéologie communiste des sentiments nationalistes, instrumen-talise la haine antijaponaise née de l’oc-cupation et du massacre de Nankin à des fins géostratégiques. Aux provoca-tions de l’ancien Premier ministre Juni-chiro Koizumi, qui, jusqu’au 15 août 2006, n’hésitait pas à rendre un hom-mage appuyé aux anciens criminels de guerre nippons, répondent émeutes savamment entretenues par le régime de Pékin et tensions diplomatiques. Si Koizumi flattait les sentiments natio-nalistes par ses visites répétées, six en tout, au temple Yasukuni qui honore la mémoire des guerriers japonais – dont Matsui, le principal responsable du massacre, parmi 13 autres criminels de « classe A » –, c’était essentiellement pour des raisons électoralistes. Shinzo Abe, l’actuel Premier ministre nippon (qui était membre du gouvernement Koizumi), entretient de longue date des relations troubles et davantage idéolo-giques avec les milieux révisionnistes et la frange la plus nationaliste du PLD, le parti au pouvoir depuis la guerre. Pour autant, plus diplomate que son prédécesseur, Abe s’empressera d’aller en Chine pour son pr emier déplace-ment à l’étranger et tentera d’apaiser la colère des Chinois, dès son entrée en fonction. Quelques jours avant sa nomination, le prix Nobel japonais de littérature, Kenzaburô Ôé, décidait de se rendre en Chine pour visiter le mémorial de Nankin où le chiffre 300 000, celui d’une mémoire en guerre, est inscrit sur chaque mur. Il y rencontra la plu-part des chercheurs travaillant sur le massacre, des officiels de la ville de Nankin et des survivants, tels que Xia Shuxin, attaquée en justice par deux historiens japonais révisionnistes qui l’accusent d’avoir tronqué son témoi-gnage. S’adressant à un parterre d’his-toriens spécialistes du massacre, l’au-teur deGibier d’élevageprononce un discours poignant et s’excuse au nom de son pays pour les horreurs qu’il a commises ici :
Ces professeurs qui travaillent sur le massacre de Nankin […] nous mon-
N A N K I N45 trent le chemin de l’universalisme. JeÀ l’origine de mon livre,Notes de m’efforcerai de le suivre et de le trans-Hiroshima, il y a eu des rencontres mettre au plus grand nombre. Cet uni-avec ces victimes irradiées d’une versalisme exige que le drame que fut lehumanité admirable. Ces irradiés qui massacre de Nankin ne se reproduiseont tant souffert pendant des années, jamais. Ces professeurs, par leurset ont continué, des années durant, le efforts, nous font entrevoir l’avenir d’uncombat contre les armes nucléaires, monde en paix.s o n td e v e n u sd e sh o m m e se td e s Je voudrais émettre une opinion avecfemmes d’une rare dignité. Quand laquelle beaucoup de personnes auvous parlez avec eux, vous vous dites Japon ne seront pas d’accord. C’est queque ce type de personnes fait la fierté ce massacre de Nankin n’a pas seule-du genre humain. Hier, j’ai rencontré ment été perpétré par l’armée japo-Mme Xia (Shuxin), une victime du naise, mais par des hommes ordi-massacre de Nankin qui est actuelle-naires, des Japonais moyens qui étaientment en procès au Japon. J’avais déjà à l’époque des soldats. […]beaucoup lu sur son histoir e ; com-J’ai parfois été critiqué pour avoir écritment elle a vécu, ce qu’elle a enduré. Et sur les survivants de Hiroshima et d’Oki-quand je l’ai rencontrée, quand je l’ai nawa. On a dit que j’étais un roman-écoutée, j’ai été très impressionné. Son cier « trop sentimental », « faible » ouvisage, sa voix, ses attitudes, tout chez « superficiel ». En somme, on a critiquéelle témoigne de ce qu’elle est : une mon optimisme. J’ai écrit maintes foispersonne admirable et d’une rare sur la tolérance universelle, sur ce trèsdignité. haut degré de tolér ance qu’ont atteintLes hommes et les femmes ayant sur -les survivants irradiés de Hiroshima,monté une souffrance extrême attein-après avoir surmonté de terribles souf-dront-ils une humanité exception-frances. Aujourd’hui encore, leur souf-nelle ?Voilà une problématique de france n’a pas disparu. Ils sont devenustoute une vie qui interpelle ma litté-cancéreux du fait de la radioactivité querature. Nous, les Japonais, nous devons le corps, même après tant d’années,assumer notre responsabilité. Nous n’oublie pas. J’ai aussi écrit sur ce mêmedevrions réactiver la réflexion nous degré de tolérance qu’ont atteint lespermettant d’assumer notre responsa-survivants d’Okinawa.bilité d’agresseur. Les survivants de Hiroshima ontTout à l’heure, quelqu’un a mentionné poussé leur réflexion sur la paix dans lele souhait d’organiser un grand col-monde à un niveau très élevé, touchantloque qui dégagerait une synthèse à ainsi à la tolérance universelle. Et nouspartir de tous les crimes de guerre et e l’avons relaté dans nos écrits. Il y acrimes contre humanité duXXsiècle : d’abord eu le mouvement (antinu-en Asie, il y a eu le massacre de Nankin, cléaire) des victimes irradiées. Ensuite,Hiroshima et Okinawa, mais il faudra autour d’eux, il y a eu l’effort de trans-aussi étendre la réflexion à Auschwitz mettre ce que les survivants nousen Europe, et à d’autres crimes com-avaient appris. En ce qui concernemis durant ces soixante dernières Hiroshima et Nagasaki, ces efforts ontannées. On discuterait de comment ces porté leurs fruits. Actuellement, le gou-atrocités inhumaines ont pu survenir, vernement japonais se réfugie sous lede ce que peut apporter la tolérance parapluie nucléaire des États-Unis,humaine, et cela dans la perspective mais je ne pense pas que le Japon déci-universelle d’établir un cadre de paix. dera un jour de recourir aux arme-Moi aussi, je souhaite ardemment que ments nucléaires. C’est là l’œuvre dece colloque voie le jour. Comme je suis tolérance née de ce mouvement anti-déjà vieux, je ne serai sans doute plus nucléaire de Hiroshima et de Naga-là. Néanmoins, s’il se réalisait de mon saki. C’est elle qui a empêché les gensvivant, j’aimerais évidemment y assis-de s’enfermer dans un nationalisme àter, à mes frais, comme un simple audi-courte vue.teur.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.