Le probleme de l eau dans le monde

Publié par

Le probleme de l eau dans le monde

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 10 089
Tags :
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
C Le problème de l'eau La consommation d'eau a augmenté de façon impressionante à l'échelle mondiale : elle passe 3 de un trillion de mà 5 trillions en 2000. Dans le même temps, la population n'a été multipliée que par 2,5 donc l'eau constitue un enjeu crucial pour les années à venir. L'ONU et la comission pour le développement durable s'inquiètent pour l'avenir et dès 1997 l'alarme est donnée par les autorités sur ce sujet. Ce qui pose problème c'est l'inégalité de la ressource et de son accès entre les individus. L'eau devient un patrimoine national, un bien économique et d'environnement et est souvent pollué. C'est bien souvent un sujet de conflit. a)Une ressource convoitée très inégalement répartie Les eaux salées des mers et des océans constituent la quasi-totalité des eaux sur terre soit 97%. Les eaux douces sont stockées en partie dans les calottes glacières. Mais, les eaux douces proviennent aussi des précipitations sachant que ces eaux s'évaporent et repartent en nuages. Les eaux sont mal partagées à la surface du globe. Les régions arides et semi-arides ne recoivent que 6% des précipitations globales et dans ces régions ne se forment que 2% de l'écoulement terrestre. Par contre, les régions humides tempérées et la zone intertropicale se partagent la quasi totalité de l'écoulement. De plus, 12 pays contrôlent les ¾ des écoulements : Brésil puis Russie puis Canada puis Chine puis Indonésie puis EUA puis Bangladesh puis Inde puis Vénézuela puis Myanmar puis Colombie puis Congo. Le monde arabe avec 4% de la population mondiale ne possède que 0,7% des ressources hydriques. De plus, à l'intérieur des pays, on trouve des disparités régionales et il existe des aléas climatiques donc il peut y avoir des variations d'une année sur l'autre par rapport à la moyenne. b)Mobilisation et usage de l'eau -Toutes les formes de ressource en eau ne sont pas directement mobilisables. Ce peut être des cours d'eau ou des nappes phréatiques. Ce sont les eaux collectées par les rivières et les fleuves qui assurent la majeure partie de l'écoulement total. Les nappes phréatiques sont plutôt des réservoirs alimentés par le ruissellement. Les nappes peuvent régulariser les écoulements de surface. Il y a aussi des stocks naturels que sont les lacs, les grandes réserves d'eau fossile et les grandes aquifères du Sahara. -L'utilisation minière des eaux souterraines a commencé au 19ème siècle aux EUA puis en Australie. Aujourd'hui, d'autres pays selancent dans cette utilisation et notamment dans le Sahara et en Arabie Saoudite. Dans l'histoire de l'humanité, il y a eu une évolution des techniques de mobilisation des eaux : noria, puit, motopompe, barrages qui depuis 1945 connaissent un essor particulier le nombre ayant été multplié par 7. Mais un débat a lieu sur les barrages soutenu par les mouvements écologistes et cela à cause des effets néfastes des barrages sur l'environnement. Ce fut le cas notamment pour le barrage d'Assouan et pour le barrage des Trois Gorges. -Dans les usages de l'eau, on voit un poids prépondérant de l'irriguation : entre 1999 et 2000 elle a servi à 69% à l'irriguation, à 23% aux activités industrielles et à 8% à la consommation urbaine et touristique. Il y a 250 millions d'hectares irrigués soit 40% de la production agricole mondial. L'extension des surfaces irriguées est spectaculaire avec une multplication par 5 depuis 1900. Cinq pays concentrent 60% des terres irriguées : Chine, Inde, EUA, la dépression aralocaspienne et le Pakistan. Le
développement de l'irriguation correspond au souci d'intensifier l'agriculture pour nourrir la population. Dans les pays développés, c'est la recherche de productivité qui pousse à l'irriguation. -Mais la demande d'eau subit également la pression de l'urbanisation rapide et particulièrement dans les pays du Sud où les villes ont explosé. Dans le monde de 1950 on voyait 18 villes de plus d'un millions d'habitants contre 400 en 2000. Quant au développement industriel, il consomme également de l'eau. Si on regarde les prélèvement on se rend compte que 5 pays effectuent la moitié des prélèvements annuels mondiaux : Chine, Inde, EUA, Russie, Pakistan. c)Eau, environnement et société -Le problème de l'eau ne se pose pas seulement en termers quantitatifs mais il faut également aborder l'eau en termes qualitatifs. Or, de façon générale, la qualité de l'eau se dégrade et ceci principalement à cause de la pollution. Cela vient d'abord de la multiplication des hommes et de leur activité soutenue, et si les comportements ne changent pas, les rejets polluants étant de plus en plus importants, la situation va empirer. Les effluents urbains et industriels constituent la principale source de dégradation. Il est nécessaire de développer les stations d'épuration. Actuellement, les stations ne traitent que 52% des eaux usées en France et dans les PEVD, la situation est plus inquiétante car il n'y a pratiquemment pas de retraitement des eaux usées. -Il y a de nouvelles sources de pollution comme le mercure. Au Brésil, dans le bassin amazonien, on voit une pollution de par les exploitations aurifères. On voit également une pollution d'origine agricole avec les pesticides mal contrôlés qui atteignent les rivières et les nappes. En 1998, seules 3% des rivières françaises sont saines.On voit une dégradation de l'équilibre biologique par une baisse de l'oxygène dissout. L'azonte et le phosphore favorisent la prolifération d'algues qui consomment toute l'oxygène ce qui axphyxie toutes les autres formes de vie, c'est l'anthrophysation. Cela affecte 54% des lacs et rivières en Asie, 52% en Europe, 48% en Amérique Latine, 41% en Amérique du Nord et 28% en Afrique. On voit aussi une dégradation des nappes phréatique qui est imputable à l'usage abusif des déchets, au déversement des métaux lourds et la salinisation des sols pour l'irriguation. d)L'inégal accès à l'eau source de conflit -Encore 1 milliard 200 millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable en 2000 et on estime que 170 millions de citadins n'ont pas l'eau potable chez eux. Environ 2,5 millions de personnes meurent chaque années à cause d'une eau contaminée. Dans les PEVD, 80% des maladies sont provoquées par de l'eau contaminée. -De part ces disparités, l'eau peut devenir un élément conflictuel notamment dans les régions de la zone aride mais aussi on peut voir des conflits d'usage entre paysans et citadins ou entre les états notamment dans les bassins du Jourdain, du Nil ou du Gange. Il n'existe pas de cadre juridique international pour arbitrer les conflits donc l'avenir peut être préoccupant.
e)Un avenir préoccupant -Les problèmes ne sont pas les même pour les pays développés que pour les PEVD. Le problème change également en fonction du climat. Dans les pays développés, les problèmes sont essentiellement des problèmes de qualité et de sécurité de l'approvisionnement avec la nécessité d'une augmentation modérée de la consommation. Dans les PEVD de la zone humide ou la croissance démographique est forte, la demande est forte et les problèmes sont essentiellement des problèmes autour de la mobilisation des investissements pour la maîtrise de l'eau et pour la desserte. -Dans les PEVD de la zone aride ou semi-aride, la pénurie est prévisible et liée à la variété des ressources et au climat : les tempêtes peuvent être violentes. Mais de toute façon l'eau pose problème et les économies d'eau sont devenus indispensables d'où des propagandes pour éviter le gaspillage de grande ampleur. Dans les villes des pays développés, la vétusté des canalisations sont l'objet de soins à venir. La lutte contre le gaspillage peut se faire au niveau de l'irriguation où l'eau est mal gérée. De toute façon l'eau devenue indispensable est alors un enjeu au niveau du prix. En France, la facture d'eau s'est envolée. -Un nouveau défi est annoncé : apprendre à vivre avec une eau plus rare. Dans les PEVD la maîtrise de l'eau est inachevée et pousse des grandes sociétés à participer à la mise en placede réserves dans un contexte de concurrence. En même temps, il est nécessaire d'apporter l'eau, de l'assainir et de la contrôler avec plus d'économie une fois qu'elle sera arrivée, de toute façon en abordant le problème de l'eau on est sur la notion de marché.
Les commentaires (1)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

nouli

nul apartir du b

dimanche 13 janvier 2013 - 11:15
Des milliers d’ebooks à tout instant,
sur tous vos écrans
30 jours d’essai offert Découvrir

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi