Les differentes solutions de transport

De
Publié par

Les différentes solutions de transport I. Transport maritime • La convention de Bruxelles s’applique aux transports maritimes, lorsque les conventions nationales ne priment pas. • Il naît de cette convention un certains nombres de choses. On peut signer des accord face aux conventions maritime si c’est le cas on est affilié aux conférences, lorsque ce n’est pas le cas on est affilié aux outsiders.  Les compagnies appartenant aux conférences appliquent un tarif lié au poids/volume, ils doivent entretenir eux même leur bateaux, et ils sont organisés selon un emploi du temps et un trajet défini (par exemple ils partent tous les lundis pour faire le Havre > New York)  Les outsiders, sont moins cher, mais souvent il y a des problèmes de délai et en terme de sécurité on peut se poser un certains nombre de question • Le contrat de transport maritime : c’est un contrat entre le chargeur (le transitaire) et le transporteur. C’est un titre de transport et à la fois un titre de propriété (si c’est un original).  Concernant l’annotation « Shipped on board » ce qui confirme que la compagnie a mis la marchandise dans le bateau. Et « clean on board » elle a été mise sur le bateau et bon état. • Concernant le tarif il peut être soit conventionnel soit à la boîte. 3 Conventionnel : Rapport Poids volume 1t=1m / UP I I.
Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 354
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
Les différentes solutions de transport
I.
T ransport maritime
La convention de Bruxelles s’applique aux transports maritimes, lorsque les
conventions nationales ne priment pas.
Il naît de cette convention un certains nombres de choses. On peut signer des
accord face aux conventions maritime si c’est le cas on est affilié aux conférences,
lorsque ce n’est pas le cas on est affilié aux outsiders.
Les compagnies appartenant aux conférences appliquent un tarif
lié au poids/volume, ils doivent entretenir eux même leur bateaux,
et ils sont organisés selon un emploi du temps et un trajet défini
(par exemple ils partent tous les lundis pour faire le Havre > New
York)
Les outsiders, sont moins cher, mais souvent il y a des problèmes
de délai et en terme de sécurité on peut se poser un certains nombre
de question
Le contrat de transport maritime : c’est un contrat entre le chargeur (le
transitaire) et le transporteur. C’est un titre de transport et à la fois un titre de
propriété (si c’est un original).
Concernant l’annotation « Shipped
on board » ce qui confirme que
la compagnie
a mis la marchandise dans le bateau. Et « clean on
board » elle a été mise sur le bateau et bon état.
Concernant le tarif il peut être soit conventionnel soit à la boîte.
Conventionnel : Rapport Poids volume 1t=1m
3
/ UP
I I.
T ransport aérien
:
La législation est IATA (International Air Transport Association) En terme de
tarif, il y a une réglementation
Tarifs commun : Contrat AWB (Air Way Bill) : une seule expédition
HAWB (Hase Air Way Bill) : Plusieurs
expéditions.
Tarification par tranche de poids et selon un forfait.
I I I. T ransport terrestre
:
1.
Transport routier
Ils sont gérés par des transports (CMR). Ce sont des lettres de voiture
Tarifs : Groupage (messagerie <3 tonnes), ou général (<3 tonnes). Il existe aussi
des tarifs commun avec un rapport poids/volume
Mois ça pèse plus ça coûte
Sur certaines destinations, on est obligé de diviser en deux la facture, pour que
l’on soit sur que la personne soit bien le destinataire de la marchandise (cf.
Russie).
2.
Par fer (chemin)
CIM : Contrat ferroviaire. Plus complexe que le routier car on doit acheminer la
marchandise à la gare, charger les wagons, décharger …. Les prix n’étant pas
compétitif, on privilégie donc le routier
On privilégie le fret ferroviaire pour des marchandises encombrantes.
Les tarifs se fait aux kilomètres roulés
IV. Les r isques liés aux transports
En terme de responsabilité du transport, le transporteur doit s’engager, il doit
l’acheminer en temps et en heure.
Cette responsabilité permet de déterminer d’où vient le problème
d’acheminement.
Responsabilité du transporteur :
Terrestre : 8,33 DTS (
D
roit de
T
irage
S
péciaux)/Kg soit 11,72
euro/Kg
Aérien : 16,52 DTS/Kg soit 22,33 euro/Kg
Maritime : 2 DTS/Kg avec un maximum de 666,63DTS/Kg soit
932euro/Kg
Donc 2 possibilités :
On demande à l’assureur une assurance Ad Valorem. On peut
demander en complémentarité un tarif tous risques ou FAP
(
F
ranco d’
A
varie
P
articulière)
La démarche à suivre en cas de dommage ou perte :
PCD : Préservation de la marchandise (on accepte la marchandise
mais on la met de coté), conservation (constaté les dégâts),
déclaration du sinistres à la compagnie d’assurance (envoie du
dossier de réclamation à l’assureur).
Partie 3 : La forme de l’offre
I – La détermination de l’offre export
-
Le produit : est-il adapté au marché ?
-
Quantité
-
Conditions d’expédition : mer, terre, air
-
Le prix
-
Délai de livraison
-
Modalité de paiement
-
Durée de validité de l’offre (ex : offre valable 3 mois)
II – Calcul d’un prix de vente export
-
Cout de revient
-
Tenir compte de la concurrence sur le marché
Direction : Japon
Prix du marché pour notre produit : de 130 JPY à 160 JPY
Cout de revient 0,68 euros CIP Osaka
Taux à la consommation au Japon 8%
Circuit de distribution
Importateur Tx de marge 10%
Détaillants Tx de marque 30%
1 euro=125 JPY
Calcul :
CIP Osaka 0,68
Marge du grossiste 0,068
PV au détail (CIP Osaka + marge du grossiste)=0,748
Marge du détaillant 30%=0,32
PVHT au Japon=1,068
+ Tx 8%=0,085
=1,152 €
PV=PA+30%PV
PV=0,748 /0,7
1,152*125=144,12 JPY
Démarche à suivre pour l’établissement d’un coup :
Cout de revient
Définition des marges
Etude du marché concurrent
Etude de notre positionnement
Regarde le prix psychologique (positionnement)
III – La facturation
-
La facture proforma : C’est un document qui formalise une offre. Elle a une
valeur juridique de devis.
Elle est différente de la facture commerciale car elle est envoyée avant la
commande et la facture commerciale après la commande.
La facture commerciale a pour objet de déclencher le paiement.
-
Facture douanière : c’est un double de la facture commerciale envoyée aux
douanes du pays importateur. Porte sur la quantité.
-
Facture consulaire : C’est une facture envoyée a l’ambassade du pays
importateur. Porte sur le prix
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.