Pour en savoir plus, télécharger ce document - L'Eglise et le Sida

De
Publié par

Pour en savoir plus, télécharger ce document - L'Eglise et le Sida

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 50
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
L'Eglise et le sida revenir au sommaireA l'occasion de son voa een Afriue 17-23mars 2009le ae Benoit XVI a été interroé arun ournaliste au su et du sida. Eléments de comréhension. Question de Philippe Visseyrias de France 2Saint Père,armi les multiles maux dont souffre l'Afriue, ila aussi enarticulier celui de l'é idémiedu sida. Laosition de l'Elise catholiue uantaux moens de lutter contre ce fléau est souvent considérée comme irréaliste et inefficace. Aborderez-vous ce thème durant le voa e?Ré onsede Benoît XVItraduit de l'italien Je dirais le contraire. Il me sembleue l'entité lalus efficace, lalus résentesur le front de la lutte contre le sida est vraiment l'Elise catholiue, avec ses mouvements et ses diverses structures. Je ense à la Communauté Saint Eidio uifait tant, de manière visible et aussi de manière invisibleour lutter contre le sidaaux reliieux Camilliensà toutes les reliieuses uisont au service des malades... Je diraisu'on neeut vaincre ceroblème du sida uniuement avec des sloans ublicitaires. Si ce n'estas le cœursi les africains ne s'entraident ason neeut résoudre ce fléau avec la distribution de prophylactiques : au contraire, le risque est d'accroître le problème. La solution neeut venirue d'un double ena ement: enremier, une humanisation de la sexualité, c'est-à-dire un renouveau sirituel et humainui ermetteune nouvelle manière de se comorter les uns avec les autres, et deuxièmement une vraie attentionarticulièrement à l'éard desersonnes ui souffrent ladis onibilité lessacrifices aussiles renoncementersonnel ourêtre avec lesersonnes souffrantes. Ce sont les moens uiaident etermettent desro rèsvisibles. C'estour uoie dirais que c'est là notre double force : renouveler l'homme intérieur, donner une force spirituelle et morale our un comortement ustedans la manière de considérer sonro recor set celui d'autrui, et d'autre artcette caacité à souffrir avec ceuxui souffrent, d'êtrerésents aux cotés de ceuxui traversent des éreuves. Je croisue c'est là lauste réonse, uel'E lisela met en œuvre et offre ainsi une aide très grande et importante. Nous remercions tous ceux qui y participent.
Quelques éléments de compréhension
Le Pae évoue l'ena ementde l'Elise dans la lutte contre le sida : Comment s'implique-t-elle concrètement dans la prévention et le soin ?
Dans ses réflexions sur larévention contre le sida, Benoît XVI a d'abord voulu souliner l'en a ementde l'Élise dans l'accueil, les soins médicaux et l'accoma nementsocial et sirituel des ersonnes touchéesar le sida. Parmi les institutions dans le mondeui s'occuent desersonnes ainsi atteintes, l'Élise est lelus imortant restataire rivéde soins aux malades du sida44% sont des institutions d'État26 70% sont des institutions catholiues 1830% sont des ONG et 11% d'autres reliions . L'Église est également engagée dans la prévention contre la transmission du virus HIV par l'intermédiaire de ses réseaux d'écoles, de mouvements deeunesse et d'associations familiales. Le Saint-Sièe a créé en 2004, sous l'imulsion du Pae Jean-Paul II, la Fondation du Bon Samaritain afin de financer dero ets de soins et d'éducation en direction desersonnes concernées et de la révention. C'est dire combien l'Élise est active dans ces domaines.
Qu'a voulu dire le Pape au sujet du préservatif ?
Il considèreue leréservatif neeut être la solution auroblème du sida. On voit bien d'ailleurs depuis des dizaines d'années, que la pandémie est loin d'être enrayée, au contraire. Mercredi 18 mars, lors d'un point presse à Yaoundé, le Père Federico Lombardi, Porte-parole du Pape,
est revenu sur ce su et : il a exli uéue ourl'E lise «dévelo erune idéoloie de confiance dans le préservatif » n'est « pas une position correcte » car elle ne met pas l'accent sur « le sens des res onsabilités». Il a éalement indiué «u'il ne fautas attendre de ce voa eun chanement de osition de l'Elise catholiue envers leroblème du sida ». Le Père Lombardi a aussi raelé « les lines essentielles de l'ena ementde l'Elise catholiue dans le combat contre ce terrible fléauu'est le sida : enremier, arl'éducation à la resonsabilité des ersonnes dans larati uede la sexualité et en réaffirmant le rôle essentiel dumaria eet de la famille. Deuxièmement :ar la recherche et l'utilisation des théraies efficaces contre le sida et dans leur mise à disposition au plus grand nombre possible de maladesgrâceà de nombreuses initiatives et instances sanitaires. Troisièmement, par l'assistance humaine et spirituelle des malades du sida comme de tous ceux qui souffrent et qui demeurent au cœur de l'Eglise ». Dans sa réflexion sur lauestion ue osel'é idémiedu sida, le Pae s'auie sur la manière dont l'E liseenvisa el'amour et la sexualité. C'estour uoiil considèreue la sexualité humaine neeut as s'élaborers cholo i uementet se sinifier moralement en fonction d'une maladie. Ce n'estas à artir du sidau'on définit la sexualité humainemais àartir du sens de l'amourde l'amourui est un ena emententre un homme et une femme dans une relation et dans la resonsabilité. L'Élise témoi ned'un amour de vie.
Comment les évêques africains réagissent-ils aux propos du Saint-Père ?
D'a rèsl'a encede resseI-Média, «lusieurs hautrélats africains ont salué lesro ostenus ar Benoît XVI dans l'avionui le menait à YaoundéCameroun le17 mars 2009 sur le faitue la distribution deréservatifs araverait leroblème du Sida ». Interroés arla chaîne catholiue française KTO et I.MEDIA le 18 mars dans la capitale camerounaise, ils ont aussi invité les Occidentaux à ne pas imposer leur façon de voir les choses en la matière. "Je demande aux Occidentaux de neas nous imoser leur uniue et seule faon de voir", a ainsi martelé lecardinalséné alaisThéodore-Adrien Sarr. "Dans desa scomme les nôtres, a alors ex li uél'archevê uede Dakarui sont encore vécues etl'abstinence et la fidélité sont des valeurs avec leurromotion nouscontribuons à larévention contre le sida". "Nous neouvons as romouvoirl'utilisation duréservatif aencore souliné lecardinalséné alais mais prêcher les valeurs morales qui, pour nous, demeurent valables, afin d'aider nos populations à se rémunir du sida : l'abstinence et la fidélité". Ces valeurs, a enfin exli uélecardinalSarr, sont "des réalités" ourles Africains et "il ne faut vraimentas nous direue nous n'avonsas àrêcher ces valeurs". Dans le même sensM rSimon Ntamwanaarchevê uede Gitea au Burundia dénoncé "le lissement deensée" de l'Occidentet son "hédonisme sexuel devenu comme un chemin incontournable". "Ce n'est pas le préservatif, a-t-il soutenu, qui va diminuer le nombre d'infections du Sida, mais certainement une disciline uechacun doit s'imoser our ouvoirchan erd'attitude, une attitude uiva l'aider à échaer à un hédonismeu'il neeut luscontrôler". "Pour moila faon lalus sûrede lutter contre le Sidandlr c'estma volonté"a encore exli ué M rSimon Ntamwana. "Vous démissionnez de votre volontéde l'ena ementde l'effortet ene sais as vers où vous allez"a enfinrévenu l'évêue burundais à l'intention des Occidentaux. Le réservatif"a ravele roblèmecar il donne une fausse sécurité, une sécuritéui n'en estas tou ours une", a exli uéour saart Mr Laurent Monsenwo Pasina en rerenant lesro osde Benoît XVI dans l'avionui le menait au Cameroun. Ainsi,our l'archevê ueRé ubli uede Kinshasa démocrati uedu Cono "leréservatif n'estas le moen lelus sûr car ileut être de mauvaise ualité".
Que propose l'Eglise aux hommes d'aujourd'hui ?
L'Église ne cesse de rappeler la dignité de la personne humaine et la signification de l'amour. Elle affirme u'iln' ade remède ultime au sidauerâceortement dine de l'homme, c'est-à-à un com dire caable de resect, de fidélité et de maîtrise de soiui sont les conditions même de l'amour. E alementinterro ésur lesro osdu Pae, Mr di Falco a réondu sur RTL, ce mercredi 18 mars, ue, d'arès lui, le Pae a voulu direue leréservatif « n'étaitas suffisant maisu'il devaitavoir derrière de l'éducationde la resonsabilisation ... Ceu'à dit lea e c'estl'idéal de la fidélité ro oséaux chrétiens... Lelus haut resonsable exrime l'idéal. Il n'entreas dans les situations concrètes". Mgr di Falco a également estimé que « si on n'arrive pas à vivre la situation telle qu'il la propose on ne doit être ni criminel, ni suicidaire et on doit utiliser le préservatif. Il a précisé que, sur le terrain, les religieux incitent, si nécessaire, à utiliser le préservatif pour ne pas se mettre en danger ou mettre en daner desartenaires ». « 0n n'aamais dit autre chose deuis dix ans" a-t-il a outé. En décembre 1988, lecardinalLusti eravait réondu sur ce su et à l'Exress : « Il faut aider la nouvelle énération: elle désire découvrir la dinité de l'amour. La fidélité estossible. Tout véritable amour doit arendre la chasteté. Des malades du sida sont aelés commechacun de nousà vivre la chasteté non dans la frustrationmais dans la liberté. Ceuxui n'arviennent asdoivent en utilisant d'autres moens éviterle ire: ne donnezas la mort. ». A la remarue duournaliste : « Un pis-aller, le préservatif ? », il avait répondu : « Un moyen de ne pas ajouter au mal un autre mal... » Autrement ditil ne s'ait asd'exclure le recours auréservatif dans certaines situations. Le discours sanitaire eutêtre nécessaire mais restent larement insuffisantuand il s'arrête à des mesures purement techniques.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.