Resume le meilleur des mondes Aldous Huxley

57 136 lecture(s)
(5)

Voici un résumé du meilleur des mondes, écrit par aldous huxley en 1931.

Télécharger la publication

Commenter Intégrer Stats et infos du document Retour en haut de page
porthos
publié par

suivre

Vous aimerez aussi

Rsum – Le meilleur des mondes Dans cette socit future, tous les enfants sont conçus dans des prouvettes. Ils sont gntiquement conditionns pour appartenir à l'une des 5 catgories de population. De la plus intelligente à la plus stupide : les Alpha (l'lite), les Btas (les excutants), les Gammas (les employs subalternes), les Deltas et les Epsilons (destins aux travaux pnibles). Le "meilleur des mondes" dcrit aussi ce que serait la dictature parfaite : une dictature qui aurait les apparences de la dmocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s'vader. Un système d'esclavage où, grâce la consommation et au divertissement, les esclaves "auraient l'amour de leur servitude"... Le monde dpeint dans le livre prsente une socit supposment parfaite où le simple fait de ne pas être heureux est considr comme une grave incongruit. Les humains, sont ordonns en castes d'aptitudes strictement dlimites : les Alpha (l'lite), les Btas (les excutants), les Gammas (les employs subalternes), les Deltas et les Epsilons (destins aux travaux pnibles). Ils naissent dsormais sous prouvette (plus la caste est basse, moins le foetus sera aliment en oxygne. Le premier organe touch sera le cerveau ensuite le squelette.) dans des centres où, ils sont conditionns tout au long de leur croissance à dvelopper une ligne de caractère et de conduite idale de laquelle les motions sont dans la mesure du possible exclues. En effet, quoi de pire pour une socit consommatrice et productiviste cense vivre en parfaite harmonie que la survivance de sentiments personnels et d'opinions autonomes ? Et si par malheur le moral baisse , on s'empresse de leur faire ingurgiter une bonne dose de soma, sorte de mlange de tranquillisant et d'hallucinogène, qui transporte infailliblement au septième ciel et prpare l'individu à reprendre le cours prdfini de son existence comme si de rien n'tait. Bernard Marx, employ ordinaire de classe alpha par suite d'un accident de laboratoire peu après sa naissance, se trouve être beaucoup plus rceptif aux motions que ses congnères, de même qu'il ne remplit pas les critères de taille et de complexion propres à sa caste. Par voie de consquence, Bernard est sujet à des inhibitions surdimensionnes, il se perd dans des rflxions intenses que ses congnères ne peuvent même pas entrevoir, il n'accepte pas que l'on puisse envisager des relations intimes comme un jeu de petits chevaux, et il connaît les pires difficults à s'intgrer dans la socit qu'il est censer frquenter avec assiduit. Bernard en souffre mortellement. Bernard Marx est amoureux de Lenina Crowne (Marx, Lenine, ..) et projette de partir avec elle en voyage vers une destination très spciale, une partie du monde (le Nouveau­Mexique) où l'on vit encore comme aux "dbuts" de l'humanit. Bernard espère y trouver la cl des questions existentielles qui le taraudent. Lenina accepte l'invitation par curiosit et voilà les deux tourtereaux en route pour l'aventure. Après le choc de la dcouverte d'un endroit non­aseptis et quelques pripties, Bernard fait la connaissance de John, 17 ans, un sauvage qui se trouve être tout aussi rejet chez lui que Bernard à Londres. Et pour cause, John est le fils d'une femme civilise Linda, qui, vingt annes auparavant, s'est retrouve abandonne par le directeur de l'usine, père et gniteur de John, ainsi que suprieur hirarchique de Bernard. John est cultiv (il lit Shakespeare), mystique, et très insatisfait de la façon dont lui et sa mère sont traits en parias par la communaut locale. Bernard saisit l'opportunit et ramène le sauvage dans ses bagages avec dans l'ide de le promener tel un spcimen de foire auprès des pontes de la planète, se gagnant ainsi le respect gnral et le standing social dont il a t frustr toute sa vie. Fascin par le Meilleur des Mondes et son attirail de commodits et de modernit, John va bien vite dchanter lorsque le conflit entre ses valeurs d'origine et celles de son nouvel environnement va s'avrer insurmontable ­ notamment l'impossibilit de construire une 
relation platonique et exclusive avec Lenina, chose qu'il dsire pourtant ardemment. De son côt, Bernard voit son petit aquarium d'espoirs vaniteux rduit à nant par les agissements imprvisibles de son protg, qui refuse de se plier plus longtemps au petit jeu des apparitions mondaines. Il comprend à son grand dam que sa nouvelle petite notorit n'est qu'phmère et ne se basait pas sur sa personne mais sur la vague d'intrêt suscite par John. Ce dernier, au comble du dsespoir, se retrouve bientôt livr à lui­même et tangue intrieurement entre le besoin de fuir et le dsir de rvolutionner ce monde qu'il juge inepte et immoral Lenina devient de plus en plus proche de John. Linda depuis son arrive à Londres tait traite par des doses de soma importantes. Linda est ainsi morte à l'hôpital ou John vient la retrouver. Fou de colère, il perturbe avec Bernard Marx et Helmholtz Watson ( un autre ami alpha ) la distribution de SOMA aux membres de l'hôpital. Après l'intervention de la police, ils sont tout trois arrêts et conduit devant Mustapha Menier. Celui ci dcide d'envoyer Marx et Watson en exil sur une île dont il leur laisse le choix, tandis qu'il refuse à John de suivre ses amis. John est ainsi condamn à poursuivre l'exprience ; dont il est le cobaye. Pour y remdier, John choisit l'ermitage et se rfugie dans un vieux phare se dressant sur la crête du coteau entre Puttenham et Elstead. Au bout de quelque temps, il est de nouveau repr et harcel. Quelque jour plus tard il mettra fin à ses jours par pendaison. Intrigue En l'an 632 après la naissance de Henry Ford, la socit mondialise valorise la performance, la production, la technologie, le bonheur perptuel et la vie en socit. Toute la population, en majorit strile, produite dsormais en usine, est conditionne par des techniques efficaces contrôles par une lite. Bernard Marx, membre de cette lite, ne jouit pas d'un physique associable à un membre de sa caste, pour des raisons inconnues. Rejet, il dveloppe un comportement solitaire, comble de l'anormalit. Le hasard lui accorde l'occasion de faire voir Londres à John, un Sauvage vivant dans une Rserve où l'on enferme ceux qui ont refus de s'accomoder au nouvel ordre mondial. John, conscient de sa libert individuelle, se heurte à un monde où la collectivit est maître, où l'Homme n'est qu'un pantin au service de l'efficacit. Chapitre 1 Le Directeur de l'usine d'enfants de Londres fait visiter son tablissement à un groupe d'tudiants. Ils y apprennent les principes fondateurs de la socit et la constitution des classes sociales. Il y a l'lite, que sont les Alphas et les Betas, et la main­d'oeuvre, les Gammas, Deltas et Epsilons. Chapitre 2 Le Directeur permet aux tudiants de voir une sance de conditionnement de jeunes bambins. On les lectrocute lgèrement lorsque ceux­ci touchent à un livre ou à une fleur. Le Directeur raconte à son public estudiantin en admiration l'histoire et l'avènement de l'hypnopdie, le conditionnement par le sommeil, dont ils tmoigneront galement d'une sance. Chapitre 3 Le Directeur et ses tudiants rencontrent le Contrôleur Mondial de l'Europe de l'Ouest, Mustapha Mond. Celui­ci pilogue sur la ncessit de la stabilit et sur les horreurs de la famille, qui n'existe plus depuis longtemps Lenina Crowne, une employe de l'usine londonienne, termine son quart de travail. Au vestiaire des femmes, elle discute avec une amie, Fanny, de sa relation exclusive avec Henry Foster, qui dure depuis plusieurs mois djàFanny rprimande Lenina pour être si incorrecte. Dans le vestiaire des hommes, Bernard Marx sent l'envie de frapper Henry Foster et son compagnon qui n'ont cesse de voir chez Lenina et les autres femmes de simples objets sexuels. Son physique rduit pour un Alpha lui 
empêche d'accomplir son souhait. Chapitre 4 Lenina passe la soire avec un Bernard Marx angoiss et gên. Plus tard, Bernard rencontre son seul ami, Helmholtz, un Beta aux capacits de loin suprieures à la normale de sa classe. Chapitre 5 Lenina termine sa journe avec Henry Foster. Bernard effectue son routinier Service pour la Solidarit (Solidarity Service). C'est une runion où douze personnes, autour d'une table, noyes dans la musique, le parfum et le soma, drogue lgale procurant un bonheur apaisant, chantent, boivent et appellent au nom de leur dieu, Henry Ford. Cette soire n'a rien de convaincant pour Bernard. Chapitre 6 Lenina continue de frquenter Bernard, qui l'invite à visiter la Rserve de Sauvages du Nouveau Mexique. Elle apprhende un peu l'exprience, mais succombe à son exotisme charmant. Bernard est pour elle un personnage particulier. Elle le trouve attirant pour cette raison, et quelques­unes de leurs soires la satisfont. Mais, un jour, Bernard la terrifie par ses blasphèmes successifs : il parle de libert, de solitude, d'individualit. Aux commandes de son hlicoptère, il offre à Lenina de regarder la mer en paix. Le Directeur de l'usine d'enfants de Londres, le suprieur de Bernard, le rprimandera svèrement. Mais Bernard n'a pas peur. Lui et Lenina quittent Londres en direction du Nouveau Mexique. Ils dbarquent à Malpais. Chapitre 7 Lenina est dgoûte par la Rserve et les Sauvages. Bernard essaie de montrer qu'il s'amuse. Il rencontre par hasard Linda, qui n'est pas une Sauvage, et son fils John. Abandonne il y a une vingtaine d'annes à la Rserve, Linda prtend que le contrôle contraceptif qu'elle s'administrait tait sans faille. Mais John est vritablement son fils, dont le père est le Directeur de l'usine d'enfants de Londres, le suprieur de Bernard. Chapitre 8 John raconte à Bernard sa vie difficile à la Rserve. Bernard lui offre de le ramener à Londres, avec sa mère. Chapitre 9 Pendant l'absence de Bernard, qui a quitt temporairement afin de conclure les prparatifs ncessaires au retour de Linda et de son fils, John admire la beaut de Lenina, profondment endormie par des fortes doses de soma. Chapitre 10 Retour à Londres. Alors que le Directeur de l'usine d'enfants annonce publiquement, à ses employs, la condamnation à l'exil de Bernard, pour la subversivit de son comportement anti­social, Linda et John se prsentent à lui. John s'agenouille : « My father ! » C'est le coup d'clat ; tous en rient aux larmes. Être père n'est rien sauf vulgaire. Le Directeur est humili. Il quitte et on ne le reverra jamais plus. Chapitre 11 La popularit de John Savage ne se dment pas. Bernard, son protecteur, jouit d'un prestige qui lui fait oublier ses discours de libert, ses griefs contre la socit. Linda souffre ; on la garde en vie artificiellement grâce au soma, au dsarroi de John. Lenina se sent fortement attire par le Sauvage. Ils passent une soire ensemble. John la ramène chez elle et la quitte. Ce n'est pas ce que Lenina attendait de lui. Chapitre 12 John refuse de continuer à jouer les attractions touristiques. Il refuse d'accompager Bernard à un rendez­vous. La notorit du Sauvage s'croule, le prestige de Bernard s'effondre. Le pauvre se confie auprès de son ami Helmholtz. John les rejoindra. Ces deux­là s'entendent à 
merveille, à la grande jalousie de Bernard. Chapitre 13 Lenina rejoint John, confin dans son appartement. Elle tente de le sduire. Il lui avoue son amour. Tout près d'engager des rapports sexuels, John se refrogne violemment. C'est la crise. Il crie qu'elle n'est qu'une putain. Lenina est terrifie. Chapitre 14 Linda, la mère de John, meurt. Chapitre 15 Dconfit par la mort de sa mère, John quitte l'hôpital. Sur son chemin, il se sent horrifi par les groupes de Deltas, ces vermines de Bokanovsky quasi inhumaines. Ouvrant une porte, un Alpha annonce la distribution quotidienne de soma, à laquelle rpondent cent soixante­deux « Oo­oh ! » extasi. John n'en peut plus. Il leur crie de tout stopper, de goûter la libert, d'liminer ce poison qu'est le soma, de se rveiller. Pendant ce temps, Helmholtz, en compagnie de Bernard, reçoit un coup de fil. On lui parle de toute la commotion que John cre à l'hôpital. Ses deux amis le rejoignent en vitesse. John n'a pas cess de discourir devant une foule tout à fait impassible, « bugge » comme un ordinateur à qui on demande de diviser par zro. Soudain il jette du soma par la fenêtre. Il crie. Libre ! Libre ! Helmholtz, exaltant, se fraye un chemin dans la foule et accompagne son ami. Il crie aussi. Enfin des hommes ! Tous deux jettent du soma par la fenêtre et frappent tous ceux qui tentent de les en empêcher. La conscience de Bernard le dchire. Il hsite trop longtemps entre assurer ses arrières et secourir ses amis. La police se jette dans la mêle, arme de vaporisateurs de soma, de pistolets à eau et d'un synthtiseur vocal, dont la voix calme et apaisante invite à la paix, à l'amour et à la rconciliation. Chapitre 16 John, Helmholtz et Bernard confrontent Mustapha Mond, le Contrôleur de l'Europe de l'Ouest. Bernard et son ami seront exils en Islande. Chapitre 17 Le Sauvage s'entretient longuement avec Mond. John n'accepte pas qu'on supprime la libert au prix de la stabilit. Mond le comprend très bien, mais s'en fiche royalement. Chapitre 18 John, dgoût de la civilisation, quitte Londres pour vivre dans la campagne anglaise, là où personne ne vit puisqu'il n'y a rien à consommer. Il se replie sur lui­même, redevient le Sauvage qu'il fut, à la curiosit des journalistes. Il renoue avec culte le originel de la pnitence, il se flagelle chaque fois qu'il pense à Lenina. Il meurt pendu.
Les commentaires (4)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

juko

tout à fait

mardi 20 mars 2012 - 08:22
Pierrot-13

Excellent résumé merci !

dimanche 6 novembre 2011 - 14:29
mimimagique

merci beaucoup pour cet excellent résumé!

mardi 8 février 2011 - 12:25
nina1993

Un très bon résumé.

dimanche 14 novembre 2010 - 09:53
 
Lisez à volonté, où que vous soyez
1 mois offert, Plus d'infos