Sujet - SESSION 2005 UV 701 – FINANCE DE MARCHE

De
Publié par

Sujet - SESSION 2005 UV 701 – FINANCE DE MARCHE

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 288
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
SESSION 2005 UV 701 – FINANCE DE MARCHE 40 rue des Jeûneurs 75002 PARIS Durée de l’épreuve : 4heures Le sujet comporte : 3 pages ÖL’usage de la calculatrice est interdit. ÖAucun document n’est autorisé. Répondre aux questions suivantes : (4 points) Q1 : Indiquer la différence entrefinancial futureset options tout en définissant ces deux termes. Q2 : Définir et décrire certaines procédures importantes de blanchiment d’argent. Q3 : Définir le Ratio Cooke et expliquer les raisons de sa mise en place. Q4 : Définir le bêta d’un titre et interpréter les différentes valeurs qu’il peut prendre. Exercice 1 : Société Dylan : (3 points) La société Dylan a acheté le lundi05 janvier de l’année N, quatre contrats sur emprunt notionnel (montant nominal du contrat 100 000 €). Cours : 115,85 ; échéance mars. Les cours de compensation sont les suivants : Le 06 janvier : 114,21. Le 07 janvier : 116,23. Le 08 janvier : 116,07. Le 09 janvier : 116,46. L’opération est dénouée le lundi 12 janvier à 117,20. Questions :1. Préciserles anticipations de l’acheteur et du vendeur. 2. Calculerles appels de marge (on appellera «appel de marge» le résultat quotidien porté au compte de l’opérateur). 3. Calculerle résultat obtenu : - parcumul des appels de marge ; - parcalcul direct (à partir des cours d’achat et de vente).  1
Exercice 2 : Entreprise Datatronicks : (4 points) Début novembre, l’entreprise Datatronicks décide d’emprunter 1 M d’euros pour une durée de 90 jours de la mi-décembre à la mi-mars. Craignant une variation des taux, l’entreprise décide de se couvrir sur le marché desfinancial futures(contrats à terme fermes). 1- Définirle risque de taux.Citer des exemples d’instruments de gestion du risque de taux. 2- Quellessont les stratégies respectives en cas d’anticipation de hausse (baisse) de taux d’intérêt ? L’entreprise vend un contrat Euribor 3 mois échéance décembre coté à 96,5. 3- Quelleanticipation l’entreprise a-t-elle fait ? 4- Déterminerle taux Euribor 3 mois (indication : la cotation du contrat Euribor 3 mois s’exprime par un indice à 3 chiffres par rapport à la base 100). 5- Déterminerle gain ou la perte de l’entreprise dans les deux cas suivants (pour simplifier on fait abstraction des marges) : - letaux EURIBOR 3 mois a baissé et s’est établi à 3 % ; - letaux EURIBOR 3 mois a augmenté et s’est établi à 3,85 %. Etudes de Cas : Entreprise Yasmine : (9 points) La société d’investissement Yasmine détient un portefeuille d’actions françaises d’un montant de 5 000 000 € Pour se prémunir, d’une part, contre une baisse éventuelle des cours des actions composant son portefeuille et pour améliorer la rentabilité de son portefeuille d’autre part, l’entreprise décide d’avoir recours aux stratégies d’options sur actions. Partie 1 : Question de cours (2 points) 1- Définirles quatre stratégies élémentaires de prises de position en options. Expliquer la nature des gains ou pertes de l’entreprise. Illustrer graphiquement. Indication : les quatre stratégies élémentaires sont les suivantes : - Achatd’une option d’achat. - Vented’une option d’achat. - Achatd’une option de vente. - Vented’une option de vente. 2- Lesquellesde ces quatre opérations sont les plus risquées ? Justifier votre réponse. Partie 2 : Stratégies élémentaires (2 points) L’entreprise Datatronicks décide d’avoir les stratégies suivantes : *Stratégie 1 L’entreprise achète des options d’achat sur l’action A, à échéance fin décembre. Le prix d’exercice est de 520 €. La prime est de 50 €/action. L’entreprise souscrit à 100 contrats. *Stratégie 2 L’entreprise achète des options de ventes sur l’action B, à échéance fin décembre. Le prix d’exercice est de 1 000 €. La prime est de 150 €/action. L’entreprise souscrit à 20 contrats.  2
3- Présenterle gain ou la perte de l’entreprise dans les cas suivants : Cas 1 : si l’action A est cotée à 700 € à la date d’échéance de l’option ; Cas 2 : si l’action A est cotée à 500 € à la date d’échéance de l’option ; Cas 3 : si l’action B est cotée à 1 500 € à la date d’échéance de l’option ; Cas 4 : si l’action B est cotée à 500 € à la date d’échéance de l’option. Partie 3 : Stratégies complexes (2 points) L’entreprise décide d’avoir recours à des stratégies plus complexes pour les actions C de son portefeuille. Elle hésite entre les stratégies suivantes : leStraddle, leStrangleet leButterfly. 4- Définirdeux de ces stratégies complexes en précisant à chaque fois les anticipations de l’entreprise. Le titre C cote le 01 mars 1999 : 760 €. L’option porte sur 10 titres. Et le tableau de cotation des primes se présente comme suit (la prime constitue le prix de l’option) : Prix d’exerciceOption d’achatOption de vente 720 453 760 32 6,5 800 2044 840 883880 4122,5 920 2,5160,5 Finalement, sur les conseils de son banquier, l’entreprise décide d’adopter unStrangle: elle décide d’acheter une option d’achat 920 et une option de vente 760. 5- Présenterla courbe de gain à l’échéance pour cette stratégie en fonction du cours futur de l’action dans l’intervalle 600 -1 000. Partie 4 : options sur indice CAC 40 (3 points) Un suivi statistique permet d’évaluer les fluctuations des actions que l’entreprise Yasmine possède (soit un portefeuille de 5 000 000 €). La corrélation avec l’évolution de l’indice CAC 40 (qui vaut ce jour 3 790 euros) étant flagrante, elle décide de se prémunir jusqu’à fin mars 2002 contre une baisse de la valeur de son portefeuille. Le gérant de la société intervient en achetant des contrats d’options sur indice CAC 40, prix d’exercice 3 825, échéance : 31 mars 2002. La valeur de la prime est de 40 euros. 6- Déterminerle nombre de contrats négociés. 7- Au 31/03/2002, les cours ont baissé de 10 % tant sur le portefeuille que sur l’indice. Montrer que la couverture a été efficace en calculant la nouvelle valeur du portefeuille. 8- Quelleest la situation si les cours augmentent de 10 % ?  3
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.